Classement des universités dans le monde : l’Algérie inexistante

Tahar Hadjar, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. New Press

L’Algérie ne figure nullement dans le classement annuel des 500 meilleures universités dans le monde. Ayant perdu son prestige d’antan, l’Université algérienne n’a aucune valeur sur la scène internationale.

Ainsi, comme par le passé, l’Algérie ne figure pas dans le classement 2016 dominé, bien évidemment, par les universités anglo-saxonnes, essentiellement américaines. Dans ce gigantesque pays où les universités sont payantes, la qualité de l’enseignement est considérée comme la meilleure dans le monde. La première non-américaine est la prestigieuse université britannique Cambridge qui arrive à la 4e place, améliorant ainsi son classement d’un point par rapport à 2015. Dans les 100 meilleures universités dans le monde, on trouve surtout des universités des pays occidentaux. Après les universités américaines viennent les universités britanniques, australiennes, allemandes, suisses, françaises, canadiennes, japonaises, israéliennes, suédoises et chinoises. On trouve dans le classement global des universités turques, espagnoles, italiennes, sud-coréennes, danoises, polonaises, autrichiennes et même saoudiennes, mais pas de trace des universités algériennes qui dominaient pourtant dans les années 1970 le classement africain.

Depuis trois décennies, les universités algériennes ont perdu leur prestige en Afrique et sont complètement absentes sur la scène scientifique internationale. Nos universités ne figurent même pas dans la liste des présélectionnées pour le classement annuel. La médiocrité qui frappe l’Ecole algérienne s’est répercutée négativement sur la qualité de l’enseignement à l’université. Le gouvernement a affirmé en être conscient. Le ministre de l’Enseignement supérieur, Tahar Hadjar, avait, en réaction au classement de 2015, promis de prendre des mesures à même d’améliorer la place de l’Algérie dans les classements internationaux. Lors d’une rencontre à laquelle il avait assisté en octobre 2015, Hadjar a indiqué que son département ministériel allait prendre des «mesures pratiques en vue d’améliorer la visibilité des universités algériennes pour qu’elles soient mieux classées au niveau international».

Parmi ces mesures, il avait cité la sensibilisation des enseignants et chercheurs quant aux procédures de publication des articles dans des revues scientifiques internationales et au respect de la dénomination des établissements universitaires, selon une nomenclature bien connue. Selon lui, «il y a un grand nombre d’enseignants qui contribuent dans des revues internationales mais sans mentionner les établissements auxquels ils appartiennent. Cela nous fait perdre beaucoup de potentialités d’être mieux classés».

Le département de Hadjar avait demandé à toutes les universités au niveau national de préparer une étude précise sur le tissu industriel national en vue de concrétiser un projet relatif à l’entreprise, qui devrait être lancé par son ministère en 2016. Tahar Hadjar avait affirmé que «chaque université doit avoir un programme de développement économique et social, basé sur des fondements scientifiques bien précis, afin d’apporter des solutions aux questions économiques».

Le ministre avait reproché à «certains médias nationaux de dénigrer l’image de l’Université algérienne en se basant sur le classement international qui est élaboré par huit institutions internationales». Ce classement dit Shanghai, créé en 2003, se base sur 6 critères pour distinguer 500 des 1 200 établissements répertoriés dans le monde, dont le nombre de Nobel parmi les anciens élèves, le nombre de chercheurs les plus cités dans leur discipline ou le nombre de publications dans Science et Nature. Autrement dit, une université pour qu’elle soit classée doit exister dans le domaine de la recherche à travers des brevets, des prix, des publications et des distinctions internationales de ses chercheurs. Ce qui n’est pas le cas des universités algériennes.

Sonia Baker

Comment (68)

    Dr Nour
    13 mars 2017 - 18 h 33 min

    Comment voulez vous avoir une
    Comment voulez vous avoir une place parmi les grands alors que notre politique scolaire reste toujours en phase d’essai , alors que l’ensemble des nations se distingue vers une politique bien claire et évolutive alors que nous ,nous sommes en faveur de préparer notre génération en langue arabe et ensuite mettre cette génération en face d’une langue qui trouve une grande difficulté dans l’ensemble des sens , nous devons revoir notre politique et prendre une envie pour bien démarrer . juste dire que les autres n’ont rien de spéciale en face de l’Algérien .




    0



    0
    Anonymous
    19 septembre 2016 - 10 h 58 min

    L’opportunisme, et l
    L’opportunisme, et l’incompétence politiques et professionnelles de nos dirigeants, et responsables

    +
    L’opportunisme politique , et l’incompétence professionnelle de nos élites universitaires algériennes

    =

    Resultat: l’anarchie, l’asphyxie, l’immobilisme, la paralysie, et l’incurie dans le système universitaire algérien

    Voici le classement des meilleures universités africain

    Le classement des meilleures universités africain par 4icu.org University Web Ranking. Le classement est basé sur des indicateurs de qualité des sites web des universités, qui tiennent compte de leur dimension, de leur visibilité dans les moteurs de recherche et de la richesse de contenus. La thèse de départ des auteurs est qu’internet soit maintenant un des moyens fondamentaux pour la diffusion de la connaissance, surtout au niveau académique, et que, donc, l’évaluation des activités universitaires doit tenir compte de la capacité des universités d’employer le réseau pour améliorer sa visibilité.

    Cliquez ici pour plus de détails sur la méthode employée pour rédiger le classement.

    Le classement
    1 University of Cape Town

    South Africa

    2 Cairo University

    Egypt

    3 University of Pretoria

    South Africa

    4 Universiteit Stellenbosch

    South Africa

    5 University of the Witwatersrand

    South Africa

    6 University of KwaZulu-Natal

    South Africa

    7 University of South Africa

    South Africa

    8 The American University in Cairo

    Egypt

    9 Mansoura University

    Egypt

    10 University of the Western Cape

    South Africa

    11 Makerere University

    Uganda

    12 Rhodes University

    South Africa

    13 University of Johannesburg

    South Africa

    14 University of Nairobi

    Kenya

    15 University of Dar es Salaam

    Tanzania

    16 Cape Peninsula University of Technology

    South Africa

    17 Nelson Mandela Metropolitan University

    South Africa

    18 University of Botswana

    Botswana

    19 University of Ghana

    Ghana

    20 Helwan University

    Egypt

    21 Ain Shams University

    Egypt

    22 Université Cadi Ayyad

    Morocco

    23 University of Khartoum

    Sudan

    24 Tshwane University of Technology

    South Africa

    25 Al Akhawayn University

    Morocco

    26 Addis Ababa University

    Ethiopia

    27 Universidade Eduardo Mondlane

    Mozambique

    28 Université Cheikh Anta Diop

    Senegal

    29 Mogadishu University

    Somalia

    30 University of Namibia

    Namibia

    31 University of Zimbabwe

    Zimbabwe

    32 University of Ibadan

    Nigeria

    33 Polytechnic of Namibia

    Namibia

    34 University of Ilorin

    Nigeria

    35 Zagazig University

    Egypt

    36 Assiut University

    Egypt

    37 North-West University

    South Africa

    38 Université Mentouri de Constantine

    Algeria

    39 Presbyterian University College

    Ghana

    40 University of Benin

    Nigeria

    41 Universiteit van die Vrystaat

    South Africa

    42 Kenyatta University

    Kenya

    43 Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediène

    Algeria

    44 Obafemi Awolowo University

    Nigeria

    45 Université de la Reunion

    Reunion

    46 Sudan University for Science and Technology

    Sudan

    47 Strathmore University

    Kenya

    48 The Hubert Kairuki Memorial University

    Tanzania

    49 Kwame Nkrumah University of Science and Technology

    Ghana

    50 United States International University

    Kenya

    51 Université Abdelmalek Essadi

    Morocco

    52 Tanta University

    Egypt

    53 The German University in Cairo

    Egypt

    54 Université de Batna

    Algeria

    55 Université d’Alger

    Algeria

    56 South Valley University

    Egypt

    57 Menoufia University

    Egypt

    58 Al Azhar University

    Egypt

    59 Université Abou Bekr Belkaid Tlemcen

    Algeria

    60 University of Mauritius

    Mauritius

    61 Central University of Technology

    South Africa

    62 Ahmadu Bello University

    Nigeria

    63 Université Hassan II – Aïn Chock

    Morocco

    64 Université Hassan II – Mohammedia

    Morocco

    65 Université Mohammed V – Souissi

    Morocco

    66 Jomo Kenyatta University of Agriculture and Technology

    Kenya

    67 Durban University of Technology

    South Africa

    68 Université Ibn Tofail

    Morocco

    69 University of Zambia

    Zambia

    70 University of Jos

    Nigeria

    71 Université Abdelhamid Ibn Badis Mostaganem

    Algeria

    72 Université M’hamed Bouguerra de Boumerdes

    Algeria

    73 Nile University

    Egypt

    74 University of Education, Winneba

    Ghana

    75 International University of Africa

    Sudan

    76 University of Fort Hare

    South Africa

    77 Université Mohammed V – Agdal

    Morocco

    78 University of Limpopo

    South Africa

    79 Uganda Christian University

    Uganda

    80 Vaal University of Technology

    South Africa

    81 Université Hassan Ier

    Morocco

    82 Université Saad Dahlab Blida

    Algeria

    83 Walter Sisulu University

    South Africa

    84 Moi University

    Kenya

    85 Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Fés

    Morocco

    86 MISR University for Sience and Technology

    Egypt

    87 Université d’Antananarivo

    Madagascar

    88 October 6 University

    Egypt

    89 École Nationale Polytechnique

    Algeria

    90 Université des Sciences et de la Technologie Mohamed Boudiaf d’Oran

    Algeria

    91 Egerton University

    Kenya

    92 Université Mouloud Maameri de Tizi Ouzou

    Algeria

    93 Université Djillali Liabes

    Algeria

    94 University of Cape Coast

    Ghana

    95 Université d’Oran

    Algeria

    96 University of Garyounis

    Libya

    97 National University of Rwanda

    Rwanda

    98 Université de Ouagadougou

    Burkina Faso

    99 University of Zululand

    South Africa

    100 Kigali Institute of Science and Technology

    Rwanda




    0



    0
    Anonymous
    19 septembre 2016 - 10 h 45 min

    Le budget du ministère de l
    Le budget du ministère de l’enseignement supérieur, et de la recherche scientifique
    Est malheureusement, très mal exploité, pour les formations de qualités, et de haut niveau, pour les nouveaux
    Chercheurs, docteurs es sciences, docteurs d’état, assistants, formateurs,laborantins…..
    Ingénieurs, et techniciens supérieurs en recherches-développements, en laboratoires,
    Et ateliers de recherches
    Mais exploités par les « Mafias -business men » des oeuvres sociales et leurs complices:
    Dans l’hébergement-restaurations,transports, et travaux bidons de bricoles, décors, et maquillages inutiles Dans les universités, et des centres universitaires

    L’Université, et la recherche-développement algériennes sont gangrénées, et infestées par des « Maffias »,
    Des « nouveaux riches businessmen »

    La pédagogie, la qualité de l’enseignement-recherches, et les bon suivis des enseignants-chercheurs ,
    En Algérie, et surtout à l’étranger ne sont pas les priorités urgentes, du moment,
    Des responsables-gestionnaires du ministère de l’enseignement, et de la recherche scientifique

    Les activités des partis, et des syndicats politisés, de certains partis
    Ont fortement déstabilisé, et immobilisé la bonne marche des organes, et des structures de l’université

    La course aux postes, aux privilèges, népotisme, clientélisme, clanisme, régionalisme,affinités subjectives
    Sont, malheureusement, et souvent, les critères de choix pour une partie non négligeable de candidats
    Pour les promotions, et les choix pour formations à l’étranger
    (en France: Formations bidons doctorats académiques, abstraits, théoriques, trop de littérature, Langues,Arts ……:Commerce, Comptabilité, Droit, Economie, Gestion, Littérature,Histoire, pour les amis, camarades, Proches, et bien placés, dans nos hautes administrations……?!
    Loin des réalités des problèmes posés de développement économique, et industriel de l’Algérie

    Le choix judicieux des autres pays anglo-saxons : l’Allemagne,l’ Autriche, l’Angleterre, le Danemark, la Norvège,
    La Suède, la Hollande, la Suisse,
    Et quelques pays de l’Est: Russie, (République Tchéque (Praha), la Slovaquie (Bratislava), Pologne,
    Hongrie,
    Des pays beaucoup plus portés vers les sciences, les technologies modernes, et les industries modernes
    (Investissements industriels massifs des U.S.A, Japon,Allemagne,Chine, India, en Europe,
    Où les charges (impots, et taxes), et le cout de la main d’oeuvre sont relativement bas,
    par rapport, à ceux existant en France, en Espagne, en Italie,……)

    Que la France forte en matières littéraires, du trop académique,abstrait, et théorique,arts, musées,restaurations
    Administration, Sciences Politiques, Histoire, Médecine,
    Et Mathématiques Appliquées: Equations aux dérivées partielles, Equations différentielles
    Systèmes Dynamiques, Probabilités-Statistiques
    (Ecole française de Mathématiques Appliquées fondé par Jacques Louis Lions (1928-2001)

    La France (qui délocalise son industrie à l’étranger, surtout au Maroc,
    Puis viennent Roumanie, Turquie, Iran, Nigeria,Tunisie, Egypte avec lesquels

    Elle entretient de bonnes relations, culturelles(centre culturels), puis bancaire-financier, puis économique
    Et industriel
    Ne peut en aucun cas, formés nos futurs savants, chercheurs, docteurs, ingénieurs,techniciens supérieurs, Techniciens, ouvriers qualifiés, et spécialisés algériens dans les sciences, les technologies, et les industries




    0



    0
    Anonymous
    8 septembre 2016 - 22 h 00 min

    Classement des universités
    Classement des universités dans le monde : l’Algérie inexistante,
    Avec …… des élites médiocres inexistantes
    Dans des institutions inexistantes

    Un bilan ?, un constat sévère ?, des leçons à tirer ?, des recommandations énergiques, et salutaires à prendre ?
    Où c’est toujours,……la fuite solitaire, et infinie, en avant, sans horizon, et sans stratégie,…..
    L’échec recommencé,…..




    0



    0
    slaouti
    17 août 2016 - 4 h 04 min

    paradoxe, c’est que la main d
    paradoxe, c’est que la main d’oeuvre étrangère choisie, les jeunes issus des universités Algériennes dans les recrutements. Après leurs réévaluations , ils s’avèrent détenir des performances dans le geste professionnel. Allez y comprendre pourquoi au Canada uniquement ils sont plus de 420 000 à occuper des postes d’envergure de responsabilité. Là aussi c’est un indice intéressant à connaître?




    0



    0
      Rascasse
      17 août 2016 - 20 h 43 min

      Arrêtez de vendre du sable :
      Arrêtez de vendre du sable : les ingénieurs tout au plus chauffeur taxi, les médecins infirmièrs etc etc peut être que les 400000 dont vous parlez appartiennent à cette génération d’or des années 70-80, maintenant ya toujours quelques génies mais conté sur les doigts des mains, actuellement l’université algérienne ne délivre que des diplômes à des mystificateurs, intégristes fanatiques sans aucun repère et cela toutes spécialités confondues.




      0



      0
    elkhayam
    16 août 2016 - 20 h 01 min

    Nous , nous avons des écoles
    Nous , nous avons des écoles coraniques du primaire jusqu’à l’université . Aucun savoir scientifique rationnel , ni instruction dignes de ces noms . S’il feraient un classement des mémorisateurs du coran on aura une place appréciable. En dehors de ça niet .




    0



    0
      Il etait une fois
      17 août 2016 - 15 h 12 min

      Doit-on fermer les
      Doit-on fermer les universités ou faire comme si tout va bien. Je pense que ce n’est pas noir ou blanc dans la vraie vie, même si il y a plus de noir dans les universités algérienne depuis pas mal de temps. Il n’ y a pas de miracles, il y a du travail et ca,c’est une culture qui nous est étrange. Il faut voir comment faire pour, au moins, rester fonctionnel, parce que, il y a toujours de bons qui doivent avoir un lieu pour se construire. Le reste, on sait que c’est du Pipo et de la décoration.
      salutations mes amis




      0



      0
    Mourad Adnane
    16 août 2016 - 19 h 54 min

    Un maître assistant classe B
    Un maître assistant classe B touche 360 Euro/mois (en dessous du seuil de pauvreté dans les pays développées). Des budgets dérisoires, une gestion de la fonction publique (super bureaucratique), pas de relation avec l’industrie (qui n’existe pas aussi) et vous voulez obtenir des résultats…soyez sérieux. Au Maroc un enseignant débutant touche environ 1400 Euros/mois et ils n’ont pas atteint pour l’instant des résultats satisfaisants alors nous…




    0



    0
      Rascasse
      17 août 2016 - 16 h 16 min

      même si ton maître assistant
      même si ton maître assistant touchera 14000 euro ca ne réglera pas le problème,




      0



      0
    yassine
    16 août 2016 - 18 h 53 min

    LES SEULS RESPONSABLESDE CE
    LES SEULS RESPONSABLESDE CE DESATRE C EST LE SYSTEME LES GOUVERNANTS LE FLNPARTIPOLITIQUE62ET TALEB IBRAHIMET LEURS CLANS VISIONNAIRES LES PAYS ARABOBAATHISTES LES SAOUD ET L EGYPTE .CERTAINES ENNEMIS ET JALOUX DE L ALGERIE ET DE SON INDEPENDANCE .LE FEU BOUMEDIENE MEME DECTATEUR L A DIT ET EVERTIT LE CONGRES NATIONAL ALGERIEN POUR 1989 QU ONT LE REGRETERA MAIS C EST LA REPUBLIQUE D ALGERIE QUI S EFFONDERA ET VOILA OU ON EST.NOUS CONDANNONS FERMEMENT CES CLANS DE DESTABILISATIONDE L ECOLE ALGERIENNE SOIT AVANT SOIT ACTUELLEMENTCE QUI ONT EFFONDRES L ECOLE ALGERIENNE (regardez l egypte un pays francophone qui est venu detrone l algerie par un certain boutros boutros ghaliqui pris la presidence de la francophonie en afrique)HONTE A L ALGERIE QUI A DETRONEE LES UNIVERSITES OCCIDENTALES DE OXFORDE A LA SORBONE AUJORDHUI DEVENUE INEXISTANTE.NON A L ARABISATION NONJ A L ISLAMISATION NON AU POLITIKARDS DES OULIMAS NON A L ABRUTISME DE L ALGERIE IL EST TEMPS DE DIRE NON AUX ISLAMAOUISTESARABOBAATHISTE EN ALGERIE NON A LA DESTRUCTION DE L ALGERIE.




    0



    0
    iii
    16 août 2016 - 18 h 26 min

    Pas de panique, calmez vous.

    Pas de panique, calmez vous.

    ALILOU du FCI a dicidi de coulabouri avec l’ouniversiti pour promovoir la richerche indoustrielle. Ça va dimarri bientôut!!

    Ristez obtimistes.




    0



    0
    Anonymous
    16 août 2016 - 18 h 18 min

    Nous avons reçu un professeur

    Nous avons reçu un professeur Algérien ( chef de département) dans notre département à l’étranger, je vous assure qu’il a passé son temps dans les centres d’achats. Il n’a même pas eu la présence d’esprit de préparer un POWERPOINT pour présenter l’université qu’il est sensé représenter.
    D’après lui, c’était pas son premier voyage. Il a fait le tour du monde avec ses missions d’arnaque professionnel.




    0



    0
      Anonymous
      16 août 2016 - 18 h 33 min

      correction
      professionnelle

      correction
      professionnelle




      0



      0
      Rascasse
      16 août 2016 - 18 h 39 min

      Il en est de même pour les
      Il en est de même pour les professeurs chef de service, de vrais médiocres usurpateurs, un futur professeur chef de service( le miracle algérien ) ne faisant pas la diffèrence entre une image de scanner et celle d’une irm, et tout cela avec le silence complaisant de toute la corporation où règne une omerta comme critère de compétence imposée maléfique ment par les grabataires potentas qui eux se soigner à l’étranger et font croire aux jeunes médecins qu’ils sont les meilleurs au monde …




      0



      0
      Mourad Adnane
      16 août 2016 - 19 h 47 min

      et bien sur toi en « bon
      et bien sur toi en « bon scientifique » tu généralise ça à tous les profs Algériens!!!




      0



      0
        Asma
        17 août 2016 - 10 h 28 min

        C pas tous oui, mais la
        C pas tous oui, mais la majorité ça il faut le reconnaitre puis apres si il a besoin d.articles il envoie le rest de ses euros aux revues prédatrices.




        0



        0
      le malheureux universitaire
      9 mars 2017 - 12 h 54 min

      et vous voulez que notre
      et vous voulez que notre université soit l’une des meilleure au monde? en réalité, on a pas de prof, on des consommateurs!!!!!,le ventre est plein mais le savoir est dans……………………….




      0



      0
    Laakibagloire
    16 août 2016 - 17 h 48 min

    Les universités algériennes
    Les universités algériennes sont à la traîne dans le classement mondial parcequ’ils sont gangrené par la corruption. On donne de mauvaise notes aux étudiants pour faire croire qu’ils n’ont pas le niveaux, alors que ceux et celles qui n’assistent jamais aux cours sont élevés par certains enseignants et des cadres de l’administration vereux sous le silence des organisations estudiantines qui se sucrent au passage voilà pourquoi ça ne marche plus et l’algerie des universités est en dehors.




    0



    0
    Anonymous
    16 août 2016 - 17 h 42 min

    Demandez des comptes aux
    Demandez des comptes aux professeurs Algériens qui passent des mois dans des centres/instituts de recherche étrangers sous prétexte de réaliser des projets de recherche scientifique. En vérité, ils passent des vacances et font du tourisme aux frais du contribuable. En revenant, ils ramènent dans leur cartable du chocolat, des bonbons, des habits, des cadeaux pour leur complice qui leurs a accordés cette visite touristique.




    0



    0
    ah bon ?
    16 août 2016 - 17 h 22 min

    oui mais nous , nous avons la
    oui mais nous , nous avons la plus grande mosquée de la planète ,
    bon d’accord ….elle sera toujours vide à 99% de sa surface , je vous l’accorde , mais il reste que c’est la plus grande je vous dis ! on est trop forts , 123 viva l’Algerie !




    0



    0
    Laetizia
    16 août 2016 - 13 h 11 min

    Classement des universités
    Classement des universités dans le monde : l’Algérie inexistante! jusque là rien d’anormal mais rassurez vous l’Algérie détient le haut du classement dans la course au nombre de mosquées pour 10 habitants, la hauteur du minaret et le volume sonore des appels à la prière ! des records dont peu de monde parle et c’est bien dommage! Il faut dire aussi qu’en même temps que ce classement il y a la publication de l’indice mondial de l’innovation, là aussi on a de sacrés arguments à faire valoir : bombes artisanales dernier cri, canon artisanal inédit, et autres petits bijoux technologiques à faire breveter fissa! tout cela se passe à l’université d’été de la garrigue de Boumerdès !




    0



    0
      Abou Stroff
      16 août 2016 - 14 h 25 min

      merci de nous rappeler que la
      merci de nous rappeler que la situation n’est pas aussi désespérée que certains veulent bien le faire croire. en effet, nous ne sommes pas derniers en tout et il s’agit d’en informer les dénigreurs qui ne cessent de nous démoraliser. je rappelle que le minaret de la grande mosquée de boutef pourrait, d’une part, servir de phare pour guider des ……………missiles ou d’ascenseur spatial pour des missions intergalactiques, d’autre part. moralité de l’histoire: nous avons les dirigeants que nous méritons




      0



      0
      Rascasse
      16 août 2016 - 18 h 45 min

      Nous sommes aussi une
      Nous sommes aussi une référence en matière de rapine, spoliation, corruption, délation, mensonge et orgueil …




      0



      0
    El-Hef
    16 août 2016 - 11 h 53 min

    ………..Mais, on a des
    ………..Mais, on a des universités performantes dans la formation d’islamistes intégristes et des corrompus.




    0



    0
      Rascasse
      16 août 2016 - 18 h 49 min

      Juste le fait de ne pas
      Juste le fait de ne pas former l’élite de demain celle ci laisser à son sort devient obscurantiste fanatique en fait l’effort est dans la non formation plutôt et Cest plus dangereux car ne laissant aucune chance de se ressaisir, c’est comme être sur un mauvais chemin et croire que c’est le bon en y avançant est pire que être en retard qui peut lui être rattrapé, l’Algérie est sur un mauvais chemin et on y avance…




      0



      0
    Kahina
    16 août 2016 - 11 h 24 min

    Selon lui, «il y a un grand
    Selon lui, «il y a un grand nombre d’enseignants qui contribuent dans des revues internationales mais sans mentionner les établissements auxquels ils appartiennent. Cela nous fait perdre beaucoup de potentialités d’être mieux classés».

    Mr. Le ministre,
    Si vous connaissez ces enseignants, alors qu’attendez vous pour leurs demander de rendre des comptes.

    D’autre part, à ma connaissance on ne peut publier sans mentionner les coordonnées de l’institution où le travail a été fait, ainsi que les coordonnées de l’auteur et des coauteurs.
    Assumez votre mauvaise gestion, et arrêtons les mensonges.




    0



    0
      Rascasse
      16 août 2016 - 18 h 42 min

      Ce pseudo ministre fait de la
      Ce pseudo ministre fait de la politique politicienne, un médiocre populiste ami des agents de sécurité comme le reste aucun travail scientifique de sa part sa progéniture à l’étranger , juste au bon endroit et au bon moment




      0



      0
        اسماء
        17 août 2016 - 10 h 34 min

        Et pseudo- enseignant
        Et pseudo- enseignant chercheur aussi
        ملي شفناه ما شفنا خير في التعليم العالي




        0



        0
    Algérienne-DZ
    16 août 2016 - 10 h 56 min

    Une question au ministre:

    Une question au ministre:

    Vous avez régné 19 ans sur l’université en tant que recteur. Qu’avez vous fait à l’ université pour lui donner un prestige internationale. RIEN. Au contraire, le niveau a dégringolé juste comme le prix du pétrole.

    Des décideurs qui n’ont jamais réussi quoi-que-ce soit, veulent réussir quelque chose là où ils ont échoué. C’est ça le problème de l’Algérie. ON veut réussir avec des ratés incompétents.




    0



    0
    Aicha Benguendouze
    16 août 2016 - 10 h 33 min

    Classement des universités
    Classement des universités dans le monde : l’Algérie inexistante…Le message est il assez claire pour le gouvernement algérien…? Le professeur d economie américain d origine Algérienne Dr. Ahmed Dahamni depuis 24 ans soulève le problème de la qualité de gestion de l’ enseignement supérieur en Algérie sans que personne en Algérie ne prenne conscience du problème. C est vrai également que ce même professeur a été refusé par des recteurs d’universités algériennes lorsqu’ il a voulu enseigner et contribuer a l Algérie. La situation de l éducation nationale et surtout supérieure,est très grave en Algérie et continue a se détériorer. Naturellement les enfants de la classe gouvernante ont trouvé la solution en obtenant des bourses a l étranger pour leurs enfants qui ne retourneront probablement plus en Algérie a la fin de leurs études




    0



    0
    Abou Stroff
    16 août 2016 - 10 h 30 min

    il n’y a rien d’étonnant à ce
    il n’y a rien d’étonnant à ce que les universités algériennes ne soient pas classées parmi les universités performantes. en effet, l’université algérienne en particulier et le système éducatif, en général, en tant qu’appareils idéologiques d’un système basé sur la distribution de la rente et la prédation répondent d’abord et avant tout à la logique du système dont la reproduction exige que l’onanisme, sous différentes formes, soit la seule et unique activité palpable et quantifiable
    en effet, l’université algérienne, en particulier et le système éducatif algérien, en général ont pour mission de produire un maximum d’abrutis qui n’apprennent qu’une chose et une seule: ânonner tout ce que leur racontent leurs enseignants (dont la plupart, jusqu’à une date récente, sont des recalés du système éducatif) et pratiquer le copiage à grande échelle avec l’aide de leur parents lors des examens (du bac, en particulier). comme chacun sait que les abrutis ne posent pas les questions qui dérangent, bien au contraire, le système se renouvelle grâce, entre autres, à la production de son école.
    quant aux universités algériennes, il faut simplement rappeler que l’université algérienne n’a pas et n’a jamais eu pour vocation de produire une élite capable de saisir, dans un premier temps, les choses et les phénomènes pour les transformer, dans un deuxième temps, bien au contraire. l’université algérienne reproduit toutes les tares du système basé sur la distribution de la rente (des enseignants payés à ne rien faire, des chercheurs qui cherchent sans trouver mais qui empochent des primes de recherche, des étudiants qui font de la figuration pour obtenir, par miracle, un diplôme en fin de cycle, etc..) et sur la prédation (une recherche perpétuelle d’heures complémentaires, de bourses de stages et de « perfectionnement » à l’étranger, etc.).
    moralité de l’histoire: il n’y a que les niais qui s’offusquent en observant le mode de fonctionnement du système éducatif algérien. le système éducatif est en osmose parfaite avec le système rentier qu’il sert et qui le sert.
    PS: un système basé sur la distribution de la rente n’a nullement besoin d’un système éducatif performant. ce système a surtout besoin de produire des zombies (grâce au matraquage religieux, entre autres) et des tubes digestifs ambulants qui ne penseront jamais à remettre en cause un système qui les nourrit. en d’autres termes ce système peut tout produire sauf de la production scientifique.




    0



    0
    TheBraiN
    16 août 2016 - 10 h 11 min

    L’université doit former des
    L’université doit former des élites et donc être forcément élitiste , pas dans le sens financier du terme bien entendu !
    Tant qu’on n’a pas compris cela et qu’on continue dans la politique des chiffres …l’auberge …On n’en verra même pas la sortie !




    0



    0
    Algérie Authentique
    16 août 2016 - 9 h 35 min

    certains manient une « ironie »
    certains manient une « ironie » très personnelle qui les amène à tout mélanger: c’est la faute aux mokokos, aux sionistes et je ne sais quoi d’autre… en faisant ça vous faites peser un doute sur l’existence de conspirateurs et d’ennemis qui veulent du mal à notre pays, or ces gesn là existent! il existe bien des ennemis dont certains à nos portes à l’ouest et d’autres infiltrés parmi nous malheureusement !!!! mais quand on parle de l’université on parle d’un problème algéro algérien!!! il n’y a pas à faire d’ironie sur un problème aussi grave!!!! l’éducation est la clé de tout et c’est pour ça qu’on est pas sorti de l’auberge entre la main mise des intégristes islamistes et les tenants de l’arabisation baatiste sans compter les nuls qui n’y connaissent rien mais qui ont quand même des postes de responsabilité… l’université doit redevenir laïque et francophone avec une excellente formation en langue anglaise pour ceux que cela concerne




    0



    0
    Bekaddour Mohammed
    16 août 2016 - 7 h 54 min

    Il arrive qu’une collectivité
    Il arrive qu’une collectivité se suicide, c’est ce qui est arrivé aux Algériens, je vais être cruel, est-ce qu’on peut réanimé un suicidé, oui lorsque le suicide en laisse le temps. Mais je ne sais pas si nos candidats politiciens, avides de pouvoir et d’argent, sont pourvus de l’intelligence qui prévoit dans leurs programmes une case réservée aux Urgences, sachant que l’urgence pour eux étant juste d’avoir Le Koursi magique, qui les installe en dieux gâtés jusqu’à devenir des gâteux/… Normalement le tableau de l’université algérienne est tel que seul des téméraires pour l’heure inconnus pourraient bouleverser le cimetière, ranimer ceux qui peuvent l’être, et enterrer ceux qui doivent l’être, ceux qui doivent l’être étant ceux qui ont fait, comme le dit si bien l’article, que l’université algérienne est inexistante !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.