Aïssa appelle les imams délégués en France à rétablir la véritable image de l’Islam

Le ministre des Affaires religieuses et des wakfs, Mohamed Aïssa. New PRess

Le ministre des Affaires religieuses et des wakfs, Mohamed Aïssa, a appelé jeudi les imams et les mourchidate devant représenter l’Algérie en France à rétablir la véritable image de l’Islam. Présidant l’ouverture d’une journée de formation au profit de 61 imams et mourchidate délégués en France, Aïssa a précisé que ces représentants de l’Algérie étaient investis de «la mission de rétablir la véritable image de l’Islam par le discours mais aussi par les actes et le comportement exemplaire». Plus que la simple représentation, l’Algérie attend de ces imams et mourchidate d’accomplir leur mission dans les mosquées de France «à une époque où l’Islam est accusé à tort d’être à l’origine du terrorisme», a affirmé le ministre, ajoutant que l’Algérie a toujours tenu à rappeler qu’elle était fière de son Islam qui est celui du juste milieu.

Aïssa a également appelé ces imams, qui bénéficieront d’une formation au niveau de 15 universités françaises, à adhérer au «projet civilisationnel que nous avons amorcé en Algérie». Il s’est félicité de la confiance de la partie française dans «la voie suivie par l’Algérie à travers le ministère des Affaires religieuses en matière de déradicalisation».

Par ailleurs, lors de cette rencontre à laquelle ont assisté le représentant du Bureau central des cultes du ministère français de l’Intérieur, Arnaud Schaumasse, et le recteur de la Mosquée de Paris, Dalil Boubekeur, le ministre a souligné que «les imams algériens qui ont su dans les années 90 faire obstacle à l’extrémisme jouissent aujourd’hui de toute la compétence pour se prémunir contre ce fléau».

R. N.

 

 

Comment (19)

    Amazighkan
    3 septembre 2016 - 12 h 25 min

    Monsieur le ministre de tous
    Monsieur le ministre de tous les cultes (ce sont vos propres paroles) commencez vous même à donner une bonne image de l’Islam en appelant à libérer Bouhafs Slimane citoyen algérien de religion chrétienne condamné à 5 ans de prison pour « offense  » à l’islam. Le wahhabisme a encore de beaux jours en Algérie !

      Mauvais reproche
      3 septembre 2016 - 16 h 58 min

      Ce Bouhafs Slimane n’a rien à
      Ce Bouhafs Slimane n’a rien à faire en Algérie, ils ont voulu y effacer l’Islam, et maintenant après leur honte, leur fiasco ils ont mission de perturber. Jésus fut musulman, et le Coran énonce : « La Religion auprès d’Allah est l’islam, et quiconque adopte autre que l’Islam ne sera pas agréé, et sera dans l’au-delà du nombre des perdants ». Si Aissa avait été un Algérien complet, respectueux des Chouhadas, les vrais, alors les Slimane Bouhafs disparaîtront, nous avons d’autres chats à fouetter !

    Question
    3 septembre 2016 - 8 h 57 min

    Monsieur le ministre Aissa,
    Monsieur le ministre Aissa, êtes-vous musulman ? Ne me répondez pas « Oui », je mourrai de rire, pitié, je veux encore vivre ! Ministre en arabe, Wazir, signifie celui qui porte un fardeau, je vous plains, devant Dieu, vous porterez un fardeau exceptionnel, je vous plains, je suis très heureux de n’avoir aucun ministère, surtout religieux… Comment ! Vous devriez avoir un sabre au ceinturon, et couper les têtes des imams adorateurs de Satan, non ?

    Mohamed El Maadi
    2 septembre 2016 - 17 h 40 min

    Oui les imans mais egalement
    Oui les imans mais egalement nous musulmans Algerien a l’etranger.

    elkhayam
    2 septembre 2016 - 14 h 47 min

    « Dans l’islam, la notion de
    « Dans l’islam, la notion de citoyenneté n’existe pas, mais celle de la communauté est très importante ». Par delà les frontières, l’islam ne connaît que l’Oumma, la communauté des croyants : l’ensemble de ceux qui sont soumis inconditionnellement à la volonté d’Allah. L’islam ne conçoit pas que des citoyens responsables puissent prendre en main leur destin en agissant sur la politique, sinon pour propager la parole d’Allah et instaurer sur le monde l’ordre islamique. L’Islam n’est qu’abandon à la volonté d’Allah.
    L’appartenance à l’Oumma non seulement prime l’appartenance à toute autre communauté, mais le plus souvent s’y oppose. Il est par ailleurs significatif que pour obtenir la nationalité dans la plupart des pays musulmans, la première condition est d’être musulman !
    S’agissant des textes fondateurs musulmans – le Coran et la Sunna –, la question se pose de savoir si on peut s’autoriser une interprétation nouvelle, laquelle ne s’est pas jusqu’ici exprimée en terre d’Islam. En d’autres termes, est-il possible de lire la lettre de ces textes selon les conditions qu’offre le paysage mental de notre temps?
    Pour les savants traditionnels de l’Islam, la réponse est un non catégorique. Ce serait une innovation blâmable (bid’a), une hérésie!
    Soheib Bencheikh, dans son livre Marianne et le Prophète1, est honnête, lui, quand il écrit: « Les intellectuels se réclamant de la confession musulmane répètent sans cesse que l’Islam est fraternité, paix et tolérance. Ils ont certainement raison, mais ils n’ont aucun soutien théorique qui permette d’appuyer la plupart de leurs affirmations. Les modérés veulent embellir l’image de leur religion mais ce qu’ils disent de l’Islam ne traduit qu’un souhait. Seule la version archaïque du droit musulman demeure sur le terrain… offrant une vision globale des choses. Cependant son application dans le domaine relationnel relève de la folie. »
    On répète sans cesse que ce n’est pas cela l’Islam, que le Coran est un message de paix et d’amour, qu’il s’agit là d’une dérive politique, d’une maladie! Une mauvaise fièvre en quelque sorte! Mais si le Coran était uniquement une parole de compassion, de douceur et de pardon, valable pour tous et pour tous les temps, pourquoi ces versets autorisant le talion, prescrivant le combat? Pourquoi ces prescriptions sur l’amputation pour vol, la flagellation pour adultère? Pourquoi cette autorisation de la polygamie, même accompagnée de mise en garde, pourquoi ces versets sur la répudiation, même si
    c’est le licite le plus haïssable? Pourquoi cette différence de traitement entre l’homme et la femme dans l’héritage et le témoignage? Pourquoi cette autorisation donnée à l’homme de frapper la femme, même si c’est en dernier recours? Pourquoi cette sourate 8 sur le butin, les dépouilles de guerre? Pourquoi ce rappel du massacre de la troisième tribu juive de Médine?[…] Au risque de choquer, il faut avoir le courage de dire que l’intégrisme n’est pas la maladie de l’Islam. Il est l’intégralité de l’Islam. Il en est la lecture littérale, globale et totale de ses textes fondateurs. L’Islam des intégristes, des islamistes, c’est tout simplement l’Islam juridique qui colle à la norme. « extrait du livre de , Anne-Marie Delcambre. »

    Dans l’islam, la notion de citoyenneté n’existe pas, mais celle de communauté est très importante . Par delà les frontières, l’islam ne connaît que l’Oumma, la communauté des croyants : l’ensemble de ceux qui sont soumis inconditionnellement à la volonté d’Allah. L’islam ne conçoit pas que des citoyens responsables puissent prendre en main leur destin en agissant sur la politique, sinon pour propager la parole d’Allah et instaurer sur le monde l’ordre islamique. L’Islam n’est qu’abandon à la volonté d’Allah.
    L’appartenance à l’Oumma non seulement prime l’appartenance à toute autre communauté, mais le plus souvent s’y oppose. Il est par ailleurs significatif que pour obtenir la nationalité dans la plupart des pays musulmans, la première condition est d’être musulman !
    L’islam définit non seulement un ensemble de normes, mais un droit qui se veut complet et immuable, car il prend sa source dans la parole d’Allah. C’est dans la complétude divine de son droit, le fiqh, que réside la différence ontologique entre islam , la modernité et la démocratie. On ne réforme pas la parole de Dieu, on ne discute pas la volonté de Dieu dans une assemblée médiocrement humaine telle qu’un parlement. Abroger une sourate du Coran, ce serait abroger Dieu.

      Festi
      2 septembre 2016 - 21 h 13 min

      Parle nous un peu de Sourate
      Parle nous un peu de Sourate Enajm ou Sourate de l’étoile, juste pour voir si Satan ne t’as pas aussi murmuré des insanités dans les oreilles

      Bekaddour Mohammed
      3 septembre 2016 - 9 h 32 min

      Nous sommes tous concernés,
      Nous sommes tous concernés, interdépendants, nous savons que la nationalité, et la citoyenneté sont un fruit européen, nous savons qu’au début du 20ème siècle lorsqu’on demandait à un Turc sa nationalité, il répondait « Musulman », nous savons AUSSI que l’émir Abdelkader réveillé par l’invasion française a parlé du Watan, de la Patrie, il a écrit « El Watan el Jazaïri », (Voir Addi Lhouari, son livre « L’Algérie, collectivité politique ET état en construction », paru en 1991 ou 1992, à Alger), mais l’état de la Terre est tel qu’il y a un ,ordre nécessaire, alors il faut PLANCHER !

    Anonymous
    2 septembre 2016 - 13 h 25 min

    Aissa n’est pas Ministre des
    Aissa n’est pas Ministre des Wakfs de France.Avant de lancer un appels aux musulmans de France,il devrait faire le ménage dans son propre pays en nettoyant nos mosquées de tous les wahabo-salafistes qui règnent en maître et qui ont réussi à changer notre mode de vie basée sur la tolérance,sur un islam ancestral,qui unit,qui prône la pureté de l,âme et de l’esprit,qui prône la bonne éducation,qui prône la propreté et la préservation de notre environnement.
    Les imams actuels font plus de la vée de fonds pour démultiplier la construction les mosquées qui leur servent de lieu de propagande de l’obscurantisme et de la diffusion du message wahab0-salafiste qui prone l’immobilisme,la soumission,la clochardisation de la société.

      Anonymous
      2 septembre 2016 - 23 h 51 min

      Ils parlent aux imams
      Ils parlent aux imams algeriens delegues en France. Ils leur demandent d’agir. Si tu n’arrives pas a comprendre qu’il agit a son niveau de competences, va demander a la clique de Hollande pourquoi ils ont instrumentalise la religion et comment pour eviter les vengeances de l’arabie saoudite sans perdre l’acces a leur argent, ils sont obliges de se rendre a la raison : l’Algerie a vaincu le terrorisme. Ensuite j’espere que ces imams seront bien inspires de rassembler la diaspora algerienne afin de ne plus la laisser subir les saletes du wahabisme. Il faut aider la diaspora algerienne a sortir des mosquees tenues par les FM, les wahabites, et celle du commandeur du peuple marocain. Il faut sortir notre diaspora de ces influences, c’est une cause majeure. L’islam de nos grands-parents a fait des resistants. Celui de ces sectes ont cree des sociopathes. Sauvons la diaspora de l’enfermement pour l’unique raison qu’ils sont algeriens. Les autres je m’en fous. Mais que les notres ne paient plus cette sinistre histoire.

    Anonymous
    2 septembre 2016 - 11 h 25 min

    Il serait plus utile de creer
    Il serait plus utile de creer une institution franco-algerienne (tenus par des franco-algeriens et des algeriens) independante et hors toute chapelle avec des specialistes connus et reconnus d’anthropologues, d’histoire comparee, de theologie musulmane et de theologie comparee pour sortir notre diaspora des griffes des wahabites. Il ne faut plus se taire, Il ne faut plus qu’aucun franco-algerien soit un objet de laboratoire. Sortez notre communaute du piege des freres musulmans et des wahabites. Sauvez nos jeunes de cet hydre.

    Marseille
    2 septembre 2016 - 10 h 53 min

    l’islam est suffisamment très
    l’islam est suffisamment très bien décrit et détaillé dans le CORAN , c’est cela le vrai islam.
    l’autre « islam » c’est à dire celui des salafo-wahabites n’est qu’un islam sectaire , tribal et purement à dessein et calcul politicien ayant pour objectif « le pouvoir » , et donc rien à avoir avec l’islam révélé par l’Archange Gabriel sur Ordre de DIEU , vers ses prophétes .
    Gloire à Allah , Maitre de l’Univers .
    et Salut et bénédiction sur tous ses Prophètes.

      Festi
      2 septembre 2016 - 21 h 15 min

      t’as raison y’ a qu’a lire
      t’as raison y’ a qu’a lire Sourate Enajm ou celle de l’Étoile

    DZ
    2 septembre 2016 - 10 h 20 min

    J’espère qu’ils sont au moins
    J’espère qu’ils sont au moins bilingues et que la sélection n’est pas parasitée.
    Quant à rétablir la véritable image de l’Islam, on en a besoin ici en Algérie beaucoup plus qu’en france, car eux ils ont les moyens de leurs faire changer de langage, chez nous c’est l’impunité et les dégats dans la société sont déjà énormes.

    Slam
    2 septembre 2016 - 9 h 21 min

    Il fut un temps où les imams
    Il fut un temps où les imams étaient des hommes humbles qui consacraient leur vie au service de leurs freres er soeurs et surtout des plus démunis. Maintenant ils sont devenus des fonctionnaires qui obeissent a la hierarchie administrative. Avec un salaire, des avantages materiels et même des affectation dans les beaux pays mécréants.
    Où est la spiritualité et la vocation de se sacrifier pour Dieu et ses miserables creatures ?
    Apres l’islam séculaire on nous a importé un islam-fastfood où tout est indiqué sur l’emballage. Le résultat est encore là : 10 ans de retard et de regression et 2000000 victimes de cette importation de religion dans des containers.
    L’islam est il condamné à être monopolisé et colonisé par l’islamisme idéologique et donc couler definitivement les musulmans et les reduire au rang de nouveaux parias que les gens « normaux » vont fuir et mépriser ?
    Chaque gouvernement defend son propre islam pour ménager et gérer son propre islamisme. Et aucun gouvernemdnt ne vaincra cette ideologie si la société et donc les citoyens continuent à se radicaliser dans des comportements de soumission aux islamistes.

    el milia kvayl
    2 septembre 2016 - 9 h 19 min

    En même temps ça va être d
    En même temps ça va être d’autant plus difficile que le problème du terrorisme en france ne relève pas de l’islam puisque la quasi totalité des actes ont pour auteurs des voyous, trafiquants de drogue, libertins (celui de nice aurait plusieurs amants…)des fêtards alcoliques etc….
    Ce sont les médias qui veulent absolument y voir de l’islam…..

    En revanche effectivement la question de l’Islam, cette religion particulièrement méconnue des Musulmans eux-même reste posée et je ne pense qu’aux concernés eux mêmes , pas aux français dont je me fiche royalement car quoi que nous fassions ils nous détestent.
    Avant qu’un seul foulard ne soit porté par des femmes, avant qu’un seul barbu ne soit visible , avant qu’une seule mosquée ne soit construite en france, nous étions déjà victimes d’un racisme d’état très très largement partagé par les français eux-mêmes

    Anonymous
    2 septembre 2016 - 9 h 08 min

    Vous en faites de trop pour
    Vous en faites de trop pour simplement une religion. L’Islam n’est pas une vitrine commercial.

    L'aubaine
    1 septembre 2016 - 19 h 51 min

    Soyons impitoyables contre le
    Soyons impitoyables contre le mensonge, alors tout ira bien ! Des imams ont été envoyés Là-bas, véritables affairistes, juste des affairistes, machines à calculer la conversion en dinar de l’euro, ceux là ont alimenté non « le terrorisme » mais ce qui a rendu le mot Islam répulsif. Dans le lot, il y en aura, imams candidats à la richesse, car le culte de l’argent est répandu en Algérie, dénoncé par ceux qui ont pu lui échapper, réellement. El Kaba, c’est La Déesse que même les Grecs de l’antiquité, polythéiste, n’ont pas imaginée ! Je propose une aune, à titre d’aumône, peser chaque imam à son départ, puis à son retour… Celui qui aura maigri aura réellement oeuvré à donner une bonne image, non de l’Islam, c’est trop vague, mais du musulman, bref l’exemplarité…

      Amazighkan
      4 septembre 2016 - 17 h 26 min

      Il y a quelques années des
      Il y a quelques années des imams envoyés par l’Algerie en France pour donner la bonne parole ont refusé de revenir au pays sous prétexte de ne pas interrompre la scolarité de leurs enfants. C’était bien une aubaine et je pense que c’est le chemin que suivront ces « missionnaires ».

    Anonymous
    1 septembre 2016 - 19 h 48 min

    monsieur Aissa quel
    monsieur Aissa quel extrémisme et quel terrorisme ? il faut nommer les choses par leurs noms .. c’est le wahabisme qui salit la religion et qui vous terrorise .. le wahabisme c’est la religion de l’arabise saoudite et de ses mercenaires et des frères musulmans égyptiens et leurs larbins comme Mokri , Djabala et consorts .. aucune civilisation ne sera construite sur la Terreur , la corruptions des pétrodollars et les mensonges …. l’Arabie saoudite entretient ouvertement des relation avec Israel et ses mercenaires viennent ici en Algérie donner des leçons de morale et de religion aux berbères ??? assez !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.