Sellal aux islamistes : «Arrêtez de faire de l’école un fonds de commerce !»

Abdelmalek Sellal. New Press

L’école n’est pas le lieu de la «surenchère» et de la «manœuvre» politique, a affirmé à Saïda partir de Saïda où il a effectué une visite de travail, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, soulignant que les constantes de la Nation constitueront «les fondements de notre école», rapporte l’APS. «Nous voulons une école solidement ancrée dans l’islam, l’arabité et l’amazighité et résolument tournée vers la modernité et la qualité», a-t-il ajouté. «L’Algérie a libéré par sa Constitution, a-t-il soutenu, «les questions de langue, de religion et d’identité, du marécage politicien pour les élever à la sphère académique et scientifique où elles sont abordées objectivement par des spécialistes pour le bien du pays et l’unité du peuple».

Pour le Premier ministre, les problèmes de l’école «sont dans la modernisation de l’action pédagogique, le niveau et la déperdition scolaire, le désintérêt pour la formation professionnelle, la triche, la violence, le manque de recherche et la prise en charge des préoccupations du personnel». Abdelmalek Sellal a, par ailleurs, indiqué que «l’école ne doit pas être un lieu de lutte idéologique», rappelant que l’année dernière, il y avait eu «un grand chahut sur la langue d’enseignement et cette année sur les sciences islamiques», ajoutant que «les sciences islamiques seront inclues dans l’examen du baccalauréat» et appelant à en finir «avec le débat sur la langue arabe, car c’est la langue d’enseignement et l’islam est la religion de l’Etat». «Pourquoi alors politiser les choses pour en faire un fonds de commerce ?», s’est-il interrogé, tout en appelant «à mettre fin au vacarme politicien pour l’instauration d’un vrai débat constructif».

«Mon souhait est qu’il n’y est plus de débat byzantin sur l’école algérienne», a-t-il dit, en s’adressant indirectement à certains partis, personnalités et médias islamistes qui mènent une campagne enragée contre l’actuelle ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, qui s’évertue, contre vents et marées, à sauver l’école algérienne sinistrée du naufrage.

Lina S./Agence

Comment (88)

    sami
    16 octobre 2016 - 14 h 03 min

    Sellal a confirmé que son
    Sellal a confirmé que son gouvernement a imposé À notre pays l’arabo-islamisme.
    D’un côté il lance la poudre aux yeux aux tenants d’une École moderniste en reprochant aux islamistes de faire de l’École un fonds de commerce ,et tout de suite aprés ils les rassurent en déclarant ceci: « Nous voulons une école solidement ancrée dans l’islam, l’arabité et l’amazighité et résolument tournée vers la modernité et la qualité« .Avec cette déclaratin nos islamistes qui s’abreuvent chez erdogan ,le qatar et les saoudiens ont encore de beaux jours devant eux pour instaurer un califa.Entre temps les enfants du 1er ministres et des autres membres de la nmenclatura se pavannent dans les universités françaises et anglo-saxonnes.
    Bon sang,il insulte l’intelligence des Algériens.La modernité et la qualité sont incompatible avec l’islamité et l’arabe comme langue officielle.On le voit que l’arabe À l’école est un échec cuisant qui a produit des analphabétes.Les Marocains l’ont compris et l’ont déclaré publiquement. Sellal et son gouvernement ne veulent pas froisser erdogan et les moyens orientaux.




    0



    0
    Anonymous
    2 septembre 2016 - 20 h 02 min

    Il n y a et il n y aura aucun
    Il n y a et il n y aura aucun avenir pour l ecole al gerienne sans un billiguisme absolut j ai vecu quelque temps au qatar et croyez-moi que l anglais est introduit a la meternelle en egypte les cadres superieurs maitrisent tres bien l anglais. d ailleurs idans les milieux aises tous parlent en anglais




    0



    0
    rien-ne-va-plus
    2 septembre 2016 - 15 h 30 min

    Soyons tout simplement
    Soyons tout simplement algériens dignes de notre algérianité et tout le monde nous respectera. Et pour que nous le soyons, le gouvernement doit éteindre ce feu qui couve depuis des années, – risquant à l’avenir de faire des ravages – et ce en organisant un référendum « à la suisse », et laisser le peuple choisir librement la nature de son école plutôt que de continuer de faire du paternalisme, et décider sous pressions intra-muros ou extra-muros à sa place des politiques hasardeuses qui continueront à plaire à certains et à déplaire à d’autre. C’est une honte ! Les pays avancent, et nous algériens continuons de polémiquer sur la façon d’éduquer nos enfants. Certains veulent les francophiliser, d’autre les arabiser, d’autres les islamiser, et je ne sais quoi encore, etc…
    Il y a quelque part des algériens qui sont nés malheureusement captifs de la France coloniale. Ils sont devenus des français plus que les français eux-mêmes, et n’ont de leur algérianité que la couleur de leur peau ou leur nom. La France ne peut que s’en réjouir !
    Peut-on d’ores et déjà dire que leur nostalgie de l’Algérie française, et leur francophilie chronique sont en train de marquer des points au détriment de leur propre pays, en exploitant les circonstances des ravages que font subir les wahabistes et les salafistes djihadistes dans le monde – ironie du sort – sous contrôle en partie de cette même France toujours d’esprit et d’éducation coloniale? Pourquoi ne pas dans ces conditions ne pas rattacher l’Ecole algérienne au Ministère français de l’Education nationale et qu’on en parle plus.
    Le butin empoisonné qu’est cette francophilie anale (et non pas la francophonie) par ce que les deux termes ont des définitions différentes ; semble continuer de contaminer la société sous couvert de la « modernisation » de l’Ecole algérienne auquelle il suffit pour certains que la langue arabe et l’éducation religieuse soient écartés, et remplacés par la langue française et ses autres filières pour que les générations futures algériennes deviennent des élites. Que ces francophiles se détrompent car toute société qui s’accroche à la culture de son ancien colonisateur sous n’importe quel prétexte, ne peut en aucun se libérer des harnais avilissants de son ancien maître.
    Il suffit de citer l’exemple du Japon pourtant dominé et influencé linguistiquement par les anglo-saxon, mais continue de jalouser sa langue nippone qui a fait de lui l’un des pays les plus puissant et moderne sur le plan économique.




    0



    0
      Abou Stroff
      3 septembre 2016 - 8 h 37 min

      la langue nippone s’impose
      la langue nippone s’impose comme langue de travail parce que les japonais travaillent, créent et innovent. en produisant des biens matériels et des services, les japonais produisent les concepts japonais qui « couvrent » leurs « activités » productives. le japonais devient alors le véhicule de l’humanisation des japonais. il n’en demeure pas moins que les élites japonaises maitrisent plusieurs langues étrangères. quant à l’arabe, l’état de cette langue reflète l’état d’arriération dans lequel végètent tous les pays dits arabes. par conséquent, la langue arabe ne peut point appréhender les enjeux du moment étant donné que les peuples dits arabes sont hors-histoire. moralité de l’histoire: pour que la langue arabe devienne une langue vivante, il faut et suffit que les peuples arabes sortent de leur état végétatif.




      0



      0
      anonyme117
      28 septembre 2016 - 19 h 06 min

      rien ne va plus pour toi la
      rien ne va plus pour toi la langue Arabe n’es pas une langue coloniale?




      0



      0
      boukelmoune
      16 octobre 2016 - 13 h 28 min

      Faut-il vous rappeler pauvre
      Faut-il vous rappeler pauvre ignorant que tous les grands revolutinnaires algeriens, ceux-là même qui ont guidé le petit peuple, ont « fait » l’ecole française et se sont inspirés desrobespierre et autres philosophes français…. les musulmans, par définition sont soumis et l’instruction civique et la morale sont primordiaux pour la vie en société, notamment dans les grandes villes. On vois bien les effets de l’instruction islamique… kol allahou akbar et pour le reste, fais ce qu’il te plait….




      0



      0
      farid
      16 octobre 2016 - 18 h 10 min

      Mettez a jour vos
      Mettez a jour vos informations..les japonais..les chinois..et meme les israeliens..et les arabes..utilisent l’anglais dans les filieres de pointes (scientifiques et technologique)..la langue arabe est une langue MORTE..qui ne sert a rien..et l’introduction de la religion dans l’enseignement est catastrophique..car non seulement il ne sert absolument a rien,c’est de la pure connerie..mais aussi,il ouvre la voie vers la formation de futurs terroristes..et on la vue..dans les années 1990….le savoir se trouve dans les livres de math et autres..et non dans le Coran




      0



      0
    HAMOUDI
    2 septembre 2016 - 14 h 26 min

    Bonjour chers compatriotes
    Bonjour chers compatriotes fidèle d’Algérie Patriotique.

    Je me permets de vous proposer à la lecture deux paragraphes d’une lettre qu’un expatrié algérien (signataire Hebil Khalil) a publié sur un blog algérien au sujet ce que nous (…..les arabo-musulmans en général) avons apporté à l’humanité ! Ce n’est pas du sadisme ou du mépris de soi, mais c’est la vérité ! çà fait mal et çà permet de nous voir dans une glace …. face à face comme on dit !

    Début de citation :
    « Qu’offrons-nous au final à l’humanité dont nous faisons partie, quels horizons lui ouvrons-nous? Quelle est notre contribution actuelle au bien-être de l’homme, à son épanouissement? Que produisons-nous? Le discours victimaire qui veut que nous ayons hérité d’une maladie chronique postcoloniale, ou que nous soyons victimes de politiques conspirationnistes, ne tiennent pas la route. Les meilleurs exemples sont ceux du Japon et de l’Allemagne, devenus des puissances 50 ans après leur destruction totale par les alliés. La réalité est que nos sociétés se sont investies dans un autre projet, à contre-courant du progrès. Un projet dont l’unique innovation consistait à réinventer la «roue» du fanatisme religieux. On a voulu honorer le 20e siècle à notre manière, le jumeler au siècle de la glorieuse naissance de l’Islam.
    On a voulu ré-offrir au monde une copie révisée, des mythes omeyyades et des paradis perdu de l’Andalousie. Alors, on a créé les Frères musulmans, puis Al-Qaida, les Talibans, les Mollahs d’Iran, les GIA algériens, Al Shabab, Al Noussra, Boko-Haram, AQMI et Daech. C’était notre modeste contribution à cette humanité qui s’égarait du droit chemin. Notre balise de secours, notre phare d’Alexandrie, notre 8e merveille du monde, gardée jalousement pour la fin des temps. Un rappel à l’ordre pour ces sociétés des droits de l’homme, des libertés de la femme, de l’égalité des sexes, de la liberté de culte et de conscience et de la démocratie. »

    Fin de citation !




    0



    0
    abdel
    2 septembre 2016 - 10 h 39 min

    si le constat est que l’école
    si le constat est que l’école algerienne est en faillite depuis 40ans, et qu’elle n’a produit que des incultes ,DES CHOMEURS ET AU pire des terroristes,alors n’importe quel imbécile et meme les islamistes,sont a meme de comprendre,qu’il temps de changer et d’engager des réformes,si non, ceux qui ont les moyens iront étudier ailleurs !




    0



    0
      anonyme
      2 septembre 2016 - 13 h 51 min

      oui chacun pour soi et Dieu
      oui chacun pour soi et Dieu pour tous c’est ce que certains voudraient en installant des écoles privées un monde sans pitié ! et surtout adieu la cohésion nationale ! car même à un stade mediocre il existe une culture commune à tous les jeunes algériens




      0



      0
    Anonymous
    2 septembre 2016 - 9 h 14 min

    I think d’ici 100ans istanbul
    I think d’ici 100ans istanbul deviendra la Rome de l’époque césar et massinissa où tout le monde « ya sawag » va au souk par bateau by plane par train d’ici 100ans tout le monde va a istanbul, tout continent confondu, vont la ba pour des commerces, i think for our algérien il est temps d’apprendre a nos enfants la langue turc et de se débarasser enfin de cette langue de francais laissant la a « lamaliha » si les sionistes francais ou les batards francais continuer a parler cette langue c’est leur problème mais pour nous sa présence dans nos école pose problème, je vous propose donc de l’a remplacer par le turc.




    0



    0
      djebar
      16 octobre 2016 - 12 h 04 min

      un turk – il faut avoir la
      un turk – il faut avoir la tête de travers pour avaler cette couleuvre – l’ami d’ISRAEL – membre de l’OTAN – ennemi des kurdes – nous les gens des AURES NOUS SOMMES DES LIBERATEURS DES AUTRES PEUPLES ; nous sommes une grande école universelle de la libeté . un turk ; un arriéré de plusieurs siècles je prends sa langue au détriment de la langue de Môlière . il faut être fous ! je suis un fils d’un CHAHID et une mère combattante MOUDJAHIDA – elle m’a donné au monde et une langue plusieurs fois millinaires TAMAZIGHT avant l’éxistence de l’arabe et du français ; si j’ai a faire un bon choix en attendant de faire réssuciter ma langue maternelle ; je choisirais la langue langue de bodelaire ; de jean-jacques-rousseau , balzac , de victor Hugo , de la Grande révolution de 1789 de l’abolition de la monarchie cléricale – etc ……. ma mère me disait AGARZIZE pour désigner le LAPIN – l’autre me disait LAGNOUNA – l’autre me disait LE LAPIN et un troisième TURK….a foutu le camps avant ma naissance …alors que tout autour les britanniques sont chez-eux avec leur langue maternelle ; les allemands kif kif les japponais les chinois etc ….




      0



      0
    Samy
    2 septembre 2016 - 8 h 53 min

    Mme Benghebrit digne fille de
    Mme Benghebrit digne fille de l’Algérie debout qui avance veut relever le niveau désastreux de l’Ecole algérienne.Mais ça ne plait pas à certains qui mettent les intérêts de leur secte avant ceux de l’Algérie.Bravo M.Sellal de remettre les pendules à l’heure.




    0



    0
    Quenelle
    1 septembre 2016 - 22 h 37 min

    S’il-vous-plaît , y a t-il
    S’il-vous-plaît , y a t-il quelqu’un qui pourrait me dire pourquoi sommes-nous le seul pays au monde, me semble t-il,
    à développer cette parano à l’égard des langues étrangères, ici la langue française ?!




    0



    0
      Boustoh
      2 septembre 2016 - 4 h 59 min

      Le système nous à isoler de
      Le système nous à isoler de tout,de la longue de la culture ,de l’humanité pour mieux nous endoctriner avec leurs mensonges sur l’histoire du pays ,car pour moi l’arabe est une langue d’occupation au même titre que les autres ,alors pour des raisons pratiques il és préférable de choisir le francais ,toute les structures existe déjà.




      0



      0
      anonyme
      2 septembre 2016 - 8 h 20 min

      eh bien quenelle, nous sommes
      eh bien quenelle, nous sommes le seul pays au monde a être envahi de médiocrité , de gueux incultes qui font la loi en voulant faire de la haine de l’autre une culture à part entière de sorte à ce que ce soit l’arabe , une langue jusque là minoritaire en algérie, qui prenne le dessus mais pas l’arabe algérien mais bien l’arabe littéraire du charq, d’ailleurs regardez les vêtements des gens et leur façon de s’exprimer , rien à voir avec l’algérie profonde , un massacre voulu et concocté de longue date




      0



      0
      Rezki Djerroudi
      2 septembre 2016 - 20 h 38 min

      Parce que tout simplement on
      Parce que tout simplement on continue toujours et toujours à cultiver le culte de colonisé et de victime éternelle des sionistes qui semble-t-il nous empêchent de voir plus loin, nous qui ne savons même d’ou nous venons. Sommes-nous des banou hilal qui sont en train de nier leur identité culturelle. A ce stade de réflexion, je vous dirai que nous sommes en grande majorité ce peuple qui se prétend en avance sur le monde mais qui continue à végéter dans les profondeurs de l’ignorance. Nous le sommes bien évidemment ce peuple paranoïaque complexé à l’extrême vis-à-vis de la France d’aujourd’hui. Sincèrement parlant peut-on dialoguer entre nous et d’arrêter de de se sentir tout petit en parlant de la France, un pays comme les autres.




      0



      0
        El malika belqis
        3 septembre 2016 - 0 h 30 min

        On a la fierté mal placée .on
        On a la fierté mal placée .on est complexés , paranoïaque ,on est très loin ,notre arrièrisme nous immobilise, on ignore les vrais valeurs on frime avec la ma3rifa, on considère la violence comme un atout Cmôme une bravoure on est loin et puis notre peuple est très très arrièrés quelque soit sa culture il est complexes et méchant et borné et il n’arrive pas à s’exprimer sans cracher sur la culture de l’autre sans accuser et attaquer les siens nos integristes ainsi que les laics sont intolérant , on est un ghachi pas un peuple .la triste réalité .vive l’école benghebrit.




        0



        0
    MRmazigh
    1 septembre 2016 - 22 h 11 min

    @Jakob (non vérifié)

    @Jakob (non vérifié)
    ثقافتي هي ألأمازيغية و ألإسلام وهي هوية ألجزائر
    ليست لا العروبة و لا الفرنسية ، فهل أنت تساند هذا إذن ؟؟؟؟




    0



    0
    Jakob
    1 septembre 2016 - 21 h 29 min

    بخصوص اللغات يقولون في القديم
    بخصوص اللغات يقولون في القديم من تعلم لغة قوم اتقى شرهم او امن مكرهم- وبلنسبة للدين. عندهم حرج في تعلم او كتابة اللغة العربية وهم كثر في هذاالزمان وخاصة بان فرنسا لم تترك لنا مجال الا و تركت فيه بصمتها حتى في مجال القراءة والكتابة فترانا بعد نصف قرن من الاستقلال منهكين حتى النخاع وحتى في فرض ثقافتنا ولغتنا تجدنا نتشاور و نتحاور كاننا نريد انجاز شيء عظيم وهو في حقيقة الامر لا حدث لماذا كل هذه الجلبة يا ترى لانه فرطنا في عقيدتنا ولغتنا وثراثنا وتركنا المجال مفتوح للجميع وبمساعدة بعض اشباه الحقودين على الاسلام وما جاء به فانهم تراهم لا يهذء لهم بال الا وجردونا من قيمنا و مباذءنا وحتى من لغتنا فنقول لهم والله لن تمسو حرفا من لغتنا لانه بكل بساطة لغة القران فقد بعث الله بها القران على خير الانام و وهي لغة تكلم بها خير الرسل فوق الارض فلا تعبثوا بخير اللغات




    0



    0
      Mohammed
      1 septembre 2016 - 22 h 32 min

      كما كانت لغة أبوجهل قبل محمد
      كما كانت لغة أبوجهل قبل محمد يجاهل الجهلاء٠ إن آلغة هي تلك التي تُسَيْتِرُ تفسها عل متكلمها وليستِ تلك التى تُسَيْتَرُعلى متكلمها، وهذا حتى و لو كانت لغة القرطان ٠٠٠




      0



      0
    benwal
    1 septembre 2016 - 20 h 41 min

    je voudrai simplement
    je voudrai simplement informer les lecteurs de AP sur ce qui se passe dans les ecoles nordiques maternelle primaire et secondaire .( j en suis temoin ) les prof formation entre 3 et 5 annees avec valorisation de diplome (un enseignant du secondaire a le meme salaire de celui d ingenieur l echelle baremique est de celui d un cadre superieur. chez nous : le cursus est le suivant : examen ecrit plus examen oral 15 a 2 jours de formations et le tour est jouer ce pauvre enseignant se rertouve avec une classe de 30 ou 40 eleves il n a aucune notion de psyco et de psycopedagogie. Revenant aux pays nordiques le bilinguisme et de rigueur ( parler en francais ou en anglais avec un ado de 16 ?? l algerie est plus riche que la finlande




    0



    0
      buck john
      2 septembre 2016 - 8 h 43 min

      L’Algérie plus riche que la
      L’Algérie plus riche que la Finlande ,un scoop ! PIB par habitant ,Finlande ,douzième rang mondial ;40 055 $ Algérie ,quatre-vingt tréizième rang mondial ( 93 ) 5600 $ ,7 fois moins ,il faut vérifier ses sources .Comparez Helsinki et Alger et vous verrez la différence .




      0



      0
    tahia
    1 septembre 2016 - 20 h 32 min

    la question de l’école
    la question de l’école algérienne ers plus profond et son enjeu dépasse le p^problème des langues franacise , arabe ou amazighen .. Les islamistes veulent changer l’identité de cette nation , leur projet ets une entreprise idéologique totalitaire fondée sur un mensonge historique .. De puis que le FLN de Chadli leur a ouvert les portes ils n’nt pas cessé de comploter contre l’Ecole et contre l’Algérie .. dormez sur vos oreilles mais un jour vos enfants et vos petits enfants on va leur apprendre que la révolution algérienne c’est le pédophile égyptien El Kardaoui ou le cheikh wahabiste saoudien Ibn Baz qui l’ont déclenchée et non pas Didouche , Bitat , Krim Belkacem , Boudiaf , Benboulaid et Ben Mhidi ….continuez à dormir !!




    0



    0
      HAMOUDI
      1 septembre 2016 - 21 h 50 min

      Salut cher @tahia (non
      Salut cher @tahia (non vérifié). Les islamistes algériens ne sont que le prolongement du projet de société qui germait dans la tête de la tendance arabo-islamique du mouvement national qui ne voyait l’Algérie que comme un pays arabo-musulman seulement e exclusivement à l’instar des pays du Golfe Persique ! Ces nationalistes combattaient certes pour l’indépendance de l’Algérie mais leur but idéologique est d’ériger à l’indépendance une république théocratique (ou islamique), donc une république régie par le Coran. Vous vous souvenez peut-être du cri de ralliement et du slogan du FIS à la fin des années 80 et au début des années 1990 : « laah misthak , laah doustour, e doulaa islmya!! »

      Il faut savoir aussi que la tendance arabo-musulmane du mouvement national (Ouléma et autres) avait repris à son compte dans les années 40 le slogan des Frères Musulman d’Égypte « Dieu est notre but, le Prophète notre chef, le Coran notre Constitution, le Jihad notre voie, la mort pour Dieu notre désir le plus cher. » . Donc, çà remonte à loin tout çà, et Hassan El-Banna est passé par là bien sûr ! Cette idéologie est toujours restée ancrer chez une partie du FLN de 1962 et d’ailleurs tout le monde sait que le FIS est le fils du FLN. C’est cette tendance du FLN qui a enfanté le FIS !

      En tout cas, je remarque aussi que les chefs des partis islamiques algériens qui sont nés après 1988 font rarement référence (sinon jamais) dans leurs propos à des Didouche, Krim Belkacem, Boudiaf , Benboulaid, Amirouche, et surtout pas à Abane et Ben Mhidi (suivez mon regard …. la plate-forme de la Soummam) et même Benkheda est passé à la trappe car même si !

      Il ne sera pas possible sinon impossible de remettre à la raison ou de tempérer des personnes qui ont un projet politique sous tendu par le slogan : « « Dieu est notre but, le Prophète notre chef, le Coran notre Constitution, le Jihad notre voie, la mort pour Dieu notre désir le plus cher. » !!! Eh oui, mon frère ce n’est pas demain la vieille la fin du cauchemar !!




      0



      0
    inasliyen
    1 septembre 2016 - 20 h 11 min

    « …L’école n’est pas le lieu
    « …L’école n’est pas le lieu de la «surenchère» et de la «manœuvre» politique,… »!!?
    Les sinistres islamistes n’ont pas inventé la poudre comme ils n’ont jamais inventé quoique ce soit!! ya un proverbe kabyle qui dit en gros ceci: » win ournassin adhikhidh, yetvaa n’nafdha thakdhimt; que celui qui ne sait coudre, suit (ou n’a qu’a suivre) les traces de l’ancienne couture »!! alors, dans ce domaine (chantage de l’ecole) les islamistes ne font que suivre les traces du régime qui n,a jamais cessé depuis l’indépendance de faire de l’ecole algerienne un lieu de la surenchère et de manœuvres politicienne les plus viles!!! car il sait, le regime, et les islamistes apres lui qu’une école de qualité produit des citoyen responsable, éclairés, pas faciles a manœuvrer…!! or, une ecole médiocre ne produit que des tubes digestifs facile a remplir de paille!! le proverbe arabe dit: » djawaaa kalbek y’tabaak, affame ton chien, il te suivra! les notre ont fait mieux,au lieu d’affamer le ventre du peuple ils ont affamé son cerveau de bon savoir et l’ont bourré du khorti!! le plus pervers dans tout ça c’est que le peuple se croit le cerveau plein (avec des diplomes a la pelle) mais la realité c’est comme une vache nourrit a la paille, la panse pleine mais ne lui procure ni chaire, que des os sous la peau, et pas une goutte de lait …elle ne produit que de la bouse!

    les islamistes ont suivi les trace que vous avez laissé monsieur le ministre…une ecole-usine a médiocrité!!
    autrement comment expliquer des « universitaires former des « halakates » écouter, boire, les prêches d’un médiocre, comme belhadj, hamadaches, nahnnah, mokri and co, qui n’ont jamais rien publier dans leur vie appart répéter : kala allah, kala al rassoul, dieu a dit, le prophete a dit sans qu’ils y aient jamais compris un traitre mot!!! je m’arrete là, je commence a avoir envie de vomir, bonne nuit!
    ps: soi vous etes sincere alors faites les reformes judicieuses qui s’impose par la forces de la lois san,s preter attentions a tous ces aboyeurs de tous genres, et que les islamistes aillent au diable oubien couchez vous devant eux…mais arretez de nous bassiner! merci




    0



    0
    Prolétaire
    1 septembre 2016 - 20 h 02 min

    Réponse à Kad.

    Réponse à Kad.
    Avec la langue française , l’Algérie serait devenue un pays développé, soutiens-tu. Voilà une allégation totalement erronée. Quoique certains affirment qu’une langue véhicule toujours les valeurs et modes de pensée intrinsèquement liées au pays porteur et diffuseur de cette langue, ce qui est en partie vrai, surtout s’il se trouve en position de domination économique et culturel comme dans l’exemple des Etats-Unis aujourd’hui et du français autrefois, il n’en demeure pas moins que la langue constitue aussi un simple moyen de communication. Et linguistiquement parlant, toutes les langues se valent. Il n’y a pas de langues plus perfectionnées que d’autres. Il existe en revanche des économies plus performantes que d’autres. Et la langue dans laquelle s’exprime leur dominante économie peut s’imposer comme langue de communication à l’échelle mondiale. Dans le cas de l’Algérie, dépouillée de ses scories religieuses islamiques, la langue arabe aurait pu produire une éducation algerienne moderne digne des pays développés de l’Europe, en dépit d’un faible développement économique. Mais l’Algérie dès l’indépendance a préféré arrimer la langue arabe, sublime langue poétique et littéraire, vers les pays du Golf et de l’Orient où la langue arabe se confond (ou plutôt se fond dans) avec la religion islamique. Indissolublement unie au coran, l’arabe ne peut que freiner la réflexion, l’esprit critique, dissoudre la rationalité, obérer la floraison de la modernité, tout développement économique. Et c’est la voie empruntée par l’Algérie en érigeant l’islam en religion d’État enseignée obligatoirement à l’école, imposée quotidiennement par tous les relais médiatiques du pouvoir. Tous ceux qui incriminent et attaquent la langue arabe, accusée d’être responsable de l’échec scolaire, de la faillite du système éducatif algérien, se trompent de cible. En effet, le principal problème de l’éducation en Algérie n’est pas l’enseignement de l’arabe, mais l’imposition doctrinaire et sectaire de la religion islamique à l’école. Dans les mêmes conditions d’imposition de la religion islamique telle qu’elle existe depuis les années 70, même si l’enseignement avait continué à être dispensé majoritairement ou exclusivement en français, le résultat aurait été identique. En effet, la langue, en fonction de son contenu philosophique et politique et des conditions économiques qui la portent, peut se révéler réactionnaire ou révolutionnaire. Il y a des Algériens intégralement arabisants, mais pourtant extrêmement cultivés et politiquement révolutionnaires. Comme il existe des Algériens brillamment francophones, mais pourtant dramatiquement incultes et politiquement réactionnaires.
    Enfin, quantitativement, l’Algérie a accompli une véritable révolution en permettant à 100% de ses enfants d’être scolarisés. Mais qualitativement, le résultat est malheureusement catastrophique. L’ Algérie n’éduque pas, elle endoctrine. De là provient les raisons de l’échec scolaire de nombreux élèves qui décrochent précocement du système scolaire. Sans omettre la dramatique baisse du niveau scolaire. Par ailleurs, il ne faut pas perdre de vue que l’économie algerienne n’intègre pas. Toute une jeunesse, souvent fortement diplômée, parvenue à l’âge de rentrer dans la vie active se retrouve exclue du marché du travail inexistant, et vit en marge de la société sans perspective d’avenir. Prisonniers d’une société encore archaïque incapable de faire le saut vers la modernité, étouffés par un enseignement médiocre assaisonné de religion islamique, les jeunes ne trouvent pas de lieux pour voir leurs facultés intellectuelles s’épanouir, et finissent par démissionner et sombrer dans l’anomie.




    0



    0
      HAMOUDI
      2 septembre 2016 - 11 h 44 min

      @Prolétaire (non vérifié) ,
      @Prolétaire (non vérifié) , je suis en partie seulement d’accord avec vous que la langue arabe, si elle est mise dans les mêmes conditions que les autres langues (français, anglais , …) , aurait pu joué effectivement un rôle dans le développement économique des pays arabes et …. en Algérie. On peut dire la même chose de Tamazight ou d’autres langues aussi, n’est-ce pas ???

      Il faut relever que le grand problème de la langue arabe ne vient pas SEULEMENT, comme vous dîtes, du fait que cette langue soit plus portée sur la poésie, la littérature ou même qu’elle soit trop idéologisée par rapport au Coran. Le problème c’est qu’en plus de cela il faut admettre que cette langue est très, très en retard dans son évolution et son développement en tant que langue scientifique et technique ! Donc même si on enlève le poids idéologique à cette religion doctrinaire musulmane qui ne laisse pas de place à la raison, au questionnement, au doute, à la liberté de pensée, à la liberté de conscience, à la liberté de culte, à la philosophie etc… etc… eh bien , il n’en demeure pas moins , qu’en plus, la langue arabe est malheureusement trop en retard pour se hisser au rang d’une langue de science et de technologie ! C’est d’ailleurs les pays arabes eux-même qui ont massacré, rétrogradé et même enterrée cette langue en lui insufflant dans les veines cette idéologie religieuse rétrograde à outrance ! Si on se refaire aux siècles de lumières arabes du 9ème, 10ème et 11ème siècle, le massacre est sans appel. L’Algérie ne peut pas faire exception ! Le drame c’est que chez nous en Algérie non seulement on ne peut pas développer ou faire évoluer tout seul cette langue mais en plus on refuse toutes les autres langues étrangères et même la langue Tamazight qui est pourtant « née chez nous » . On a même peur de Tamazight qui est pourtant une langue plus en retard et moins évoluée que la langue arabe elle-même, retard qui s’explique pour des raisons, je dirais, politiques et historiques que tout le monde connait !

      Comme il faut des décennies et même au moins un siècle pour qu’une langue puissent évoluée vers une langue moderne, avec derrière une volonté politique déterminée, je pense qu’il serait plus sage, en attendant que cette sacrée langue évolue, d’introduire EN URGENCE dans l’école algérienne des langues étrangères les plus utiles (Français et Anglais notamment) à côté de l’arabe sinon notre école et notre université rumineront et engloutiront chaque année des budgets et des sommes d’argent colossales sans retour d’investissement ! Si j’avais un quelconque pouvoir politique ou de décision en Algérie, je n’hésiterai pas à « importer » (oui le mot peut choquer) des enseignants étrangers compétents pour apprendre ces langues à nos enfants ! Le recours à l’appel des enseignants étrangers se justifie car il y a une pénurie criarde de ce type d’enseignants et tout le monde le constate ! J’ai connu des enseignants de langue française à l’école primaire et fondamentale qui ne maîtrisent pas bien la langue française et n’en parlons pas pour la langue anglaise ! Déjà nous, les anciens, qui avons étudié en Français durant toute notre scolarité jusqu’à la fac, on fait des fautes de grammaire et d’orthographe alors que dire de nos enfants entre les mains d’analphabètes trilingues ! Bref !!! Mais là, je crois que je vais trop loin alors que le plus important c’est ….. : « «Dieu est notre but, le Prophète notre chef, le Coran notre Constitution, le Jihad notre voie, la mort pour Dieu notre désir le plus cher. » ! Bon courage à vous cher @Prolétaire (non vérifié) et à toute l’ALGERIE et les ALGERIENS !




      0



      0
    Farid1
    1 septembre 2016 - 18 h 48 min

    Un ami à moi , a visité
    Un ami à moi , a visité plusieurs pays dans différents continents .. en évoquant le sujet des langues Il me dit . « j’ai visité plusieurs dans le cadre de mon travail; Europe; USA, Amérique latine, Asie et Moyen Orient…Je n’ai pas rencontré une seule personne parlant Français… »
    donc quelle est l’utilité d’apprendre le Français??




    0



    0
      LAVIRITI
      1 septembre 2016 - 19 h 24 min

      DÉSOLÉ DE CONTREDIRE VOTRE
      DÉSOLÉ DE CONTREDIRE VOTRE AMI, Mrs Farid 1, LE FRANÇAIS EST PARLÉ AU CANADA, USA, BELGIQUE, ESPAGNE, ITALIE, LUXEMBOURG, SUISSE, PAS PAR TOUTE LES POPULATIONS DE CES PAYS MAIS ELLE EST ENSEIGNÉE DANS PRATIQUEMENT TOUTES LES ÉCOLES. N’ÉTANT PLUS UN ADEPTEDE LA LANGUE FRANÇAISE, JE VOUS ACCORDE LA QUESTION QUE VOUS AVEZ POSÉE À SAVOIR QU’ELLE EST L’UTILITÉ D’APPRENDRE LE FRANÇAIS. MAIS ALORS EST CE QUE L’ARABE EST PARLÉE DANS LES PAYS QUE VOUS AVEZ CITÉS??? ALORS…..QUE FAIRE?




      0



      0
        Alilapointe59
        3 septembre 2016 - 22 h 58 min

        Vous êtes des menteurs
        Vous êtes des menteurs messieurs… La langue française commence à ne plus êtres appris dans beaucoup de pays. La langue anglaise est la 1er, la langue chinoise 2 eme, 3ème la langue allemande, 4ème la langue espagnol. La langue française est appris dans les école française elle n’est pas considéré comme langue étrangère mais elle est en option. Donc ci tu veut l’apprendre c bien mais elle te serviras juste pour allez visiter Paris.




        0



        0
      un simple citoyen
      1 septembre 2016 - 20 h 23 min

      FARID Jette un oeil dessous
      FARID Jette un oeil dessous et tu feras que ton ami est passé à côté de la plaque

      Etat des lieux du français dans le monde

      Une langue parlée sur les cinq continents
      Une langue enseignée dans le monde entier
      Une langue de référence de la vie internationale

      Une langue parlée sur les cinq continents

      Le français fait partie des quelques langues parlées aux quatre coins de la planète. Il se situerait au 6e rang des langues les plus utilisées, derrière le chinois mandarin (plus d’un milliard de locuteurs), l’anglais, l’hindi, l’espagnol et l’arabe. On compterait aujourd’hui plus de 220 millions de francophones à travers le monde, dont 72 millions de francophones dit partiels. L’Europe regroupe 39,87 % de la population francophone, l’Afrique Subsaharienne et l’Océan Indien 36,03 %, l’Afrique du Nord et le Moyen Orient 15,28 %, l’Amérique et les Caraïbes 7,66%, et l’Asie-Océanie 1,16 % (OIF, La langue française dans le monde, 2010).

      En raison de la croissance démographique, l’OIF estime que le nombre de locuteurs de français devrait atteindre plus de 700 millions en 2050. 80% devraient se trouver en Afrique. Le poids des francophones dans la population mondiale passerait ainsi de 3 à 8%.

      Le français possède la particularité d’être souvent présent aux côtés d’autres langues dans des situations plurilingues. En Europe, la France mise à part, les francophones se trouvent essentiellement en Belgique (45% de la population), en Suisse (20% de la population) et au Luxembourg. Le français y est la deuxième langue maternelle la plus parlée avec plus de 77 millions de locuteurs, derrière l’allemand (environ 100 millions), mais devant l’anglais (environ 61 millions). Les démographes estiment en outre qu’à l’horizon 2025 le français devrait redevenir, en raison de la natalité en France, la première langue maternelle en Europe devant l’allemand.

      Le français est langue officielle pour 29 pays, ce qui le classe au 2ème rang dans cette catégorie, après l’anglais.




      0



      0
      demain il fera jour ( ou nuit)
      1 septembre 2016 - 20 h 57 min

      S’il est inutile d’apprendre
      S’il est inutile d’apprendre le français , Alors que dire de la langue arabe qui est cloitrée dans 22 pays ,dont certains par la force du plus fort ,comme en ALGÉRIE où les baathistes su FLN l’ont imposé au peuple ,d’ailleurs au jour d’aujourd’hui il y’a des régions ou elle n’est pas parlée sauf durant le horaires scolaires.comparer ce que le français à apporter à la civilisation humaine ( en médecine , art , technologie etc..) par rapport à l’arabe ( le vide) qui ne doit sa survie qu’au SAINT CORAN .OUI cette langue lui doit son salut . En ALGERIE on nous a fait une vente concomitante comme dans les années 70 où les SOUK EL FELLAH vous obligez d’acheter un arrache-clous pour l’achat d’une boite de conserve de tomate. Cette vente n’a pu prendre pied sur terre dans d’autres pays ( PAKISTAN , INDONÉSIE; AFGHANISTAN, IRAN etc soit plus d’un milliard de personne qui on épousé le message coranique ,mais ont gardé leurs langues ancestrales. En Algérie au moins 12 millions de personnes parlent les différentes dialecte de la langue amarighe , il apprenne l’arabe à l’école parce qu’elles n’ont pas le choix.Mais une fois le diplôme en poche ils partent soit en FRANCE soit au QUÉBEC ( CANADA) , là où on parle et étudie en FRAN9AIS.




      0



      0
        Alilapointe59
        3 septembre 2016 - 1 h 21 min

        Pour toi la langue française
        Pour toi la langue française et plus noble que la langue arabe… , la langue anglaise est plus importante que la langue française. Il n’y a pas que le Canada comme pays et encore au Canada il y a des coin ou on parle anglais. Certain scientifique stagne à cause d’une chose la langue. Et oui gamin la langue arabe est la science alors ta haine de l’arabe ou du musulman c eux l’avenir, et inchalla que tu seras vivant pour le voir.




        0



        0
      anonyme
      2 septembre 2016 - 8 h 30 min

      au moins ayez la pudeur de
      au moins ayez la pudeur de vous taire au lieu de dire des âneries! le grand problème de l’algérie ce sont des gens tels que vous qui veulent absolument imposer leurs vues étroites et médiocres alors qu’ils n’ont aucun bagage intellectuel et qui y arrivent pour le plus grand malheur de cette pauvre jeunesse détruite! il fut un temps où les ignorants étaient empêchés de parler mais ça c’était au bon vieux temps quand il y avait encore des Hommes dans ce beau pays




      0



      0
      rachid
      2 septembre 2016 - 8 h 42 min

      j’ai visité plusieurs pays
      j’ai visité plusieurs pays dans les cinq continents , aucune personne ne connait l’arabe en dehors de quelques pays d’afrique du nord et du moyen orient . meme aux pays du golfe leurs etudes se font presque entierement en anglais et ils ont tendance a abandonner l’arabe meme dans les conversations . je travaille au sein d’une entreprise francaise de plantation de gazon naturel , j’ai ete chargé d’une mission au quatar en sachant que je maitrise la langue arabe mais arrivé sur les lieux j’ai été surpris quand je discute en arabe les responsables quataris ainsi que leurs citoyens me répondent en anglais a tel point que j’ai abandonné l’arabe et je parlais directement comme eux en anglais que se soit au travail ou dans la vie courante . pourquoi chez nous en algerie on insiste à enseigner en arabe sachant qu’elle ne servira à rien ?




      0



      0
      Anonymous
      2 septembre 2016 - 9 h 09 min

      cette langue n’est pas la
      cette langue n’est pas la notre elle nous est imposé par un petit groupe délinqaunt pour continuer a plier les richesse du pays on va les chasser…




      0



      0
    KAd
    1 septembre 2016 - 17 h 44 min

    Franchement avec le français
    Franchement avec le français comme langue nationale nous aurions été un pays développé depuis longtemps et puis le français c’est un butin de guerre ,et puis le français c’est une langue latine et nous l’avions connu avant les français , pourquoi ne pas faire comme le ghana . et si nous mettons l’hypocrisie de côté.




    0



    0
    Anonymous
    1 septembre 2016 - 16 h 09 min

    Le débat sur la langue arabe
    Le débat sur la langue arabe et son éventuelle remise en cause dans les « reformes » de Benghebrit a débuté il y a de cela presque une année à travers différents média , associations , partis politiques et autres.Et ce n’est qu’à l’approche de la rentrée scolaire que la ministre de l’éducation annonce que la langue d’enseignement restera la langue nationale.Pourquoi avoir attendu tout ce temps pour s’exprimer .S(agit il , et c’est tant mieux, d’un recul face à une réaction populaire qui n’inclut pas que les islamistes.Ces méthodes fatiguent et ne font pas avancer les choses.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.