Un projet algéro-américain de céréaliculture entre en production

La première récolte aura lieu en mai prochain. New Press

Un projet algéro-américain d’élevage de vaches laitières et de production céréalière et fourragère à El-Bayadh va entrer en production dès fin 2016, a indiqué, aujourd’hui dimanche, le président du Conseil d’affaires algéro-américain(Usabc), Smail Chikhoune. «Ce grand partenariat est le premier du genre algéro-américain entre un consortium d’Américains spécialisés dans l’élevage et la culture céréalière et le groupe privé algérien Lacheb», a précisé M. Chikhoune sur les ondes de la Radio nationale. S’étendant sur une superficie de 25 000 ha, dont 5 000 réservés à l’élevage de vaches laitières et d’autres bovins, cette exploitation agricole produira du blé dur, de l’orge, du fourrage, de la pomme de terre et activera aussi dans l’ensilage du maïs, sur une superficie globale de 20 000 ha. «Il est question de faire deux plantations par an sur les 20 000 hectares. La première récolte aura lieu en mai prochain», a-t-il avancé. Créé selon la règle 51/49% régissant l’investissement étranger en Algérie, ce projet démarrera avec la plantation de 1 440 hectares en 2017 avant d’augmenter progressivement la cadence jusqu’à l’exploitation de toute l’a superficie en 2019.

Lors de la première récolte (en mai), il est prévu une production de 7 200 tonnes de blé dur, de 7 600 tonnes de fourrage, de 7 700 tonnes d’orge, de 17 800 tonnes d’ensilage de maïs et de 24 200 tonnes de pomme de terre. A terme, la ferme devra produire annuellement 72 000 tonnes de blé dur, 76 000 tonnes de fourrage, 77 000 tonnes d’orge, 350 000 tonnes d’ensilage de maïs et une moyenne de 60 tonnes/hectare de pomme de terre (soit environ 485 000 tonnes). 

Pour la production laitière, M. Chikoune a fait savoir que cette méga-ferme sera dotée de 20 000 vaches laitières en 2019 dont l’importation est prévue pour la fin 2016. Sur le plan de l’emploi, les deux partenaires tablent sur la création de 1 000 postes de travail à la maturité du projet avec le recrutement, dès janvier prochain, de 400 employés. M. Chikhoune a également annoncé la signature, dans le même domaine, de deux autres contrats entre des investisseurs algériens et américains. Il s’agit d’un méga-projet de 50 000 ha et d’un autre de 25 000 ha dans la wilaya d’El-Bayadh également. Par ailleurs, le président du Conseil d’affaires algéro-américain a annoncé la visite d’une mission d’hommes d’affaires américains en Algérie du 10 au 12 octobre en cours.

Lors de son séjour en Algérie, cette mission multisectorielle aura notamment des rencontres avec les responsables des ministères chargés notamment de l’industrie, de l’énergie et des travaux publics afin d’examiner les possibilités de partenariat dans ces secteurs. Selon lui, deux «grandes compagnies» américaines faisant partie de cette mission sont à la recherche de partenaires algériens pour la production locale dans certains créneaux industriels. L’une de ces deux compagnies cherche à nouer un partenariat dans la production de valves utilisées dans les raffineries et dans le secteur hydraulique.

R. E.

Comment (89)

    vérité
    11 mai 2017 - 12 h 27 min

    La crédibilité d’1
    La crédibilité d’1 investissement repose sur celui qui le porte, ici en l’occurrence le groupe Lacheb
    Je me demande donc qui est Lacheb ?
    comment peut il obtenir tant de concessions et autres autorisations ?
    Est ce que quelqu’un qui n’a aucune formation, sais à peine lire et écrire et dont la seule expérience est d’avoir vendu des fruits et légumes en « gros » au marché de Boufarik peut maitrisé des projets de plusieurs centaines de millions d’euros ?




    0



    0
    Izak
    13 novembre 2016 - 7 h 53 min

    Monsieur Chikhoune,c’est un
    Monsieur Chikhoune,c’est un partenariat ambitieux et bénéfique pour le pays. Merci bcp pour les efforts consentis; Digne enfant d’un million et demi de chahids . Simple suggestion de ma part :Pourquoi ne pas associer les arbres fruitiers ?Une pierre ,deux coups…




    0



    0
    sudiste
    22 octobre 2016 - 11 h 15 min

    YA SI Smail Chikhoune c’est
    YA SI Smail Chikhoune c’est une grave et très grave erreur que vous faites là et je ne sais par qui vous êtes commandité pour oser cela
    Laissez nous manger la terre de notre patrie plutôt que d’être des khamassine avec tout ce que cette affaire va engendrer pour le futur




    0



    0
    khlet
    11 octobre 2016 - 19 h 52 min

    Les tratguia vont même céder
    Les tratguia vont même céder le barrage de cette région à des « investisseurs » de l’arabie yahoudite selon le quotidien liberté, d’un côté les Qatari qui pillent notre faune, de l’autre les us, à qui le tour
    il y a quelque chose qui se trame non?




    0



    0
    Alilapointe59
    9 octobre 2016 - 16 h 00 min

    Je pige plus rien quand l
    Je pige plus rien quand l’Algérie ce développe ça critique et quand elle ne ce développer pas vous les insulter. Que doit-on faire alors quitter l’Algérie. Bonne d’idiot de jaloux, c’est fini l’Algerie avance,




    0



    0
    Wissam el farah
    5 octobre 2016 - 19 h 00 min

    Comment on peut les contacter
    Comment on peut les contacter




    0



    0
    Mr BOUTEFLIKA AU NOM DU TOUT PUISSANT FAITES QUELQUE CHOSE
    5 octobre 2016 - 14 h 36 min

    j’ai visité cette région il y
    j’ai visité cette région il y a des celà 7 ans où va être installer ce « projet » satanique, elle renferme de jolis sites historiques et des paysages à couper le souffle
    Que deviendront ces lieux après cette hécatombe, imaginez le va et vient des camions et des personnes
    J’interpelle de toutes mes forces le président de la république et toutes les forces vives de la nation à faire échouer ce projet, c’est tout un éco système déjà fragilisé qui va être détruit




    0



    0
    iffis
    4 octobre 2016 - 23 h 59 min

    drôle de pays drôle de
    drôle de pays drôle de gouvernement pondant qu’on bloque les algériens et leurs investissement on appel les étranges a investir complexes a grandes échelles même nous autans que consommateurs avons le complexe sur le produit local nouvelles manières de colonisations les esprits algériens réveillons-nous




    0



    0
      ridel castraux
      5 octobre 2016 - 13 h 12 min

      Iffis tu es marocain c est
      Iffis tu es marocain c est pour ca que tu dit ca !
      Reveille toi d’abord ! Renversez cette narco monarchie sioniste et après tu reviendra nous donner des conseils




      0



      0
        iffis
        5 octobre 2016 - 23 h 08 min

        je suis de tizi ouzou c toi
        je suis de tizi ouzou c toi qui doit sortir ta tete de ENTV t’es un pure produit du FLN de oudjda tu es du genre a profiter des bien social algérien va travailler sall sangsue




        0



        0
        Anonymous
        7 octobre 2016 - 9 h 13 min

        S’ils se servent d’engrais
        S’ils se servent d’engrais chimique et phosphatés …au début la terre donnera beaucoup puis ensuite le déclin…ils forceront les doses et la terre redonnera puis se fatiguera…ils doubleront encore les doses …au final la terre sera morte !
        Et l’on ne pourra rien en faire car le biotope aura disparue, c’est pourquoi les agriculteurs savent mieux ce que la terre a besoin que les investisseurs de la finance qui iront ailleurs pour recommencer. Nos agriculteurs devraient s’organiser et visiter d’autres exploitants à l’étranger et chambres agricole afin de ne pas répéter les erreurs commises ailleurs.




        0



        0
    OGM ATTENTION !!
    4 octobre 2016 - 20 h 16 min

    OGM dans nos futurs légumes !
    OGM dans nos futurs légumes !!!
    Ils faut du naturel et non empoisonner les Algériens avec des OGM !!!
    REVEILLEZ VOUS !!!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.