Les prix des véhicules neufs devraient augmenter de 15% à 20%

Les augmentations seront engendrées par les quotas d'importation. New Press

Les prix des véhicules neufs devraient encore augmenter de 15% à 20% en 2017, a indiqué mardi le président de l’Association des concessionnaires automobiles algériens (AC2A), Sofiane Hasnaoui, en évoquant une éventuelle dévaluation du dinar et la hausse du prix d’acquisition auprès des constructeurs. «Pour 2017, il y aura d’autres augmentations des prix des véhicules neufs. On s’attend à une dévaluation supplémentaire de 15% du dinar par rapport aux autres monnaies. Cela va donc se répercuter systématiquement sur les prix des véhicules neufs qui devraient augmenter entre 15% et 20%», a indiqué M. Hasnaoui lors du forum du site web d’informations Algérie Eco.

Abordant aussi la flambée actuelle des prix des véhicules neufs, il a expliqué que cela résulte non seulement de la dévaluation de 30% du dinar depuis les deux dernières années, mais aussi du coût de certains équipements qui étaient optionnels auparavant mais devenus obligatoires en application du nouveau cahier des charges, notamment ceux liés à la sécurité (ABS-Air Bag).Pour le président de l’AC2A, les augmentations des prix attendues pour 2017 seront engendrées par les quotas d’importation des véhicules neufs prévus pour l’année prochaine.

A ce propos, il a expliqué que l’achat des véhicules neufs sera plus cher auprès des constructeurs à l’étranger du fait que ces derniers augmentent systématiquement les prix lorsque les commandes ne sont pas importantes. S’agissant des perspectives du marché des véhicules neufs en Algérie et de la tendance de la demande locale, M. Hasnaoui a prévu une persistance des perturbations entre l’offre et la demande, qui devraient durer deux années, et ce, jusqu’à l’installation effective dans le pays d’une industrie mécanique locale avec une offre qui répondra suffisamment à la demande. Selon lui, le marché algérien a un taux de pénétration des véhicules de 120 véhicules pour 1.000 habitants, un taux qu’il estime encore bas. Néanmoins, le marché local devrait connaître un «renversement» positif une fois que l’offre locale sera plus conséquente, a prédit M. Hasnaoui qui a considéré que le marché avait de «bonnes perspectives de croissance», surtout que sur un parc avoisinant les 6 millions de véhicules, 65% ont plus de 10 ans d’âge.

Citant l’exemple de Renault Algérie, M. Hasnaoui a indiqué que l’usine de montage était «en avance» en terme de croissance par rapport aux prévisions initiales, en précisant qu’elle produit actuellement 40 000 unités annuellement au lieu des 25 000 prévus au lancement. Abordant l’aspect social, il a fait savoir que dans le sillage de la crise financière et des mesures prises pour réduire les importations des véhicules (licences d’importations…), les concessionnaires ont perdu 50% de leurs effectifs qui étaient de 50 000 emplois directs et de 100 000 emplois indirects créés à travers les réseaux de distribution et les points de vente. Les concessionnaires s’attendent également à des pertes de 85% de leur chiffre d’affaires en 2016, selon M. Hasnaoui, précisant que les importations des véhicules neufs ne devraient pas dépasser les 600 millions de dollars pour cette année.

A propos de l’obligation d’installer une activité industrielle mécanique locale à laquelle sont soumis les concessionnaires automobiles et dont la date butoir est prévue pour fin 2016, M. Hasnaoui a rappelé que plusieurs projets étaient en cours de finalisation par des opérateurs locaux avec des partenaires étrangers tels que Hyundai, Peugeot ou encore Volkswagen. Selon lui, Nissan Algérie, dont il est le P-dg, est aussi sur le point de conclure un projet de partenariat pour une activité de mécanique industrielle et dont l’annonce officielle est prévue dans quelques semaines. En prévision de la dynamique attendue dans ce secteur, M. Hasnaouia annoncé que l’association qu’il préside a décidé de modifier sa dénomination pour devenir l’Association des concessionnaires et constructeurs automobiles algériens au lieu de l’Association des concessionnaires automobiles algériens, mais tout en gardant le même acronyme (AC2A).

R. E. 

Comment (16)

    Raselkhit
    13 octobre 2016 - 8 h 00 min

    Que le président de cette
    Que le président de cette association prévoie une augmentation rien d’étonnant Partout à travers le monde avec les gains de productivité la baisse des prix de l’énergie les prix de revient ont baissé il n’y a qu’en France que ces prix ne baissent pas alors c’est normal que pour nos concessionnaires qui ne veulent surtout pas négocier avec leur fournisseurs ils préfèrent que ces fabricants gagnent que ce soit le client Algérien .L’Algérie est riche elle peut financer la chute de l’économie de certain pays européens et les sauver de la faillite




    0



    0
    Naass
    12 octobre 2016 - 20 h 18 min

    A ce rythme pas lieu de
    A ce rythme pas lieu de recourir aux quota vous pouvez importer le nombre de véhicules que vous voudrez on aura pas le sou pour les acheter on se contentera du regard ç est consolent !!!




    0



    0
    DZ
    12 octobre 2016 - 16 h 09 min

    QUAND UN MINISTRE de la
    QUAND UN MINISTRE de la république dit que les concessionnaires surfacturent, ce que tous les algériens savent, et qu’il laissent faire, c’est à se demander si on est indépendant et s’il existe un gouvernement dans ce pays. Des milliers de cadres universitaires se sont retrouvés en prisons sur des présomptions de malversations et là on dépouille le citoyen et pille les réserves de change de la république et nos gouvernants et notre justice applaudissent.




    0



    0
      TheBraiN
      15 octobre 2016 - 14 h 10 min

      Les concessionnaires ne
      Les concessionnaires ne surfacturent pas aux clients mais fournissent des factures d’achat « gonflées » pour frauder le fisc !




      0



      0
        Anonymous
        22 novembre 2016 - 15 h 57 min

        cela revient au meme cela se
        cela revient au meme cela se repercute sur le quidam citoyen




        0



        0
    Jinjong
    12 octobre 2016 - 12 h 12 min

    A c e train la, le moindre
    A c e train la, le moindre véhicule low cost de très mauvaise qualité et dentée de gamme va se vendre à plus de 3 millions de dinars algériens par les rapaces du monopole criminel en ce domaine au mépris des règles du commerce international.
    Un seul mot: voleurs!




    0



    0
    TheBraiN
    12 octobre 2016 - 9 h 53 min

    Kayna echkara !!!!
    Kayna echkara !!!!




    0



    0
    Anonymous
    12 octobre 2016 - 9 h 04 min

    A quand la taxe pour marcher
    A quand la taxe pour marcher dans la rue ,bientôt tout le monde mettra un compteur à son pied pour payer une taxe sur le nombre de km qu’on a marché. Pauvre bled on est mal barré.




    0



    0
    H'didwane
    12 octobre 2016 - 8 h 56 min

    C’est l’inflation galopante
    C’est l’inflation galopante due a la DEVALUATION ….. si…len….cieuse … du DA.
    Avec les augmentations des taxes sur tout et des prix de l’essence et de la nourriture, les salaires vont aussi relativelvemt baisser d’au moins 20% mais ……… si……len…..cieusement …..
    Tout est opéré en silence jusqu’a ce que toutes les poches de ceux qui TRAVAILLENT seront vides.Pour ceux qui ne travaillent pas, tout est gratuit car ils ne dépensent rien … Leur argent est dans les comptes off-shore d’une region qui s’appelle apparemment PANAMA.




    0



    0
    Anonymous
    11 octobre 2016 - 23 h 15 min

    Ce ne sont que de des erreurs
    Ce ne sont que de des erreurs de frappe car je ne relie pas mes textes auquel je ne met même pas ponctuation’ car je tape Sur un smartphone
    Ce n’est pas un mec qui ne fait pas ses 200000 euros dans l année qui vas m apprendre. Ni a écrire et encore moins a gagner du cash
    Donne moi un numéro et je t envoie une photo de 20000 euros tout de suite et contrairement a ce que tu. Crois ce n ‘est en aucun cas un manque de modestie et il suffit d attendre 2 ans pour savoir si jes
    Suis un mytho et 2 minutes pour la photo
    J ai ete courtier sur paris mais a present je travaille en suisse pour’milka qui me rémunéré très bien donc chacun son misérable destin




    0



    0
      Innas
      12 octobre 2016 - 15 h 25 min

      Cela me rappelle étrangement
      Cela me rappelle étrangement une personnalité qui disait  » si à 50 ans on n’a pas une montre Rolex, c’est qu’on a raté sa vie » . Gagner beaucoup d’argent n’ouvre pas les portes de la sérénité, la preuve c’est que vous continuez à faire le fanfaron.




      0



      0
    kazmer
    11 octobre 2016 - 22 h 32 min

    C’est tant mieux, moins de
    C’est tant mieux, moins de circulation, moins de polution et pourquoi pas une réduction de l’hécatombe sur nos routes?




    0



    0
    Anonymous
    11 octobre 2016 - 19 h 42 min

    L Algérie est clairement en
    L Algérie est clairement en faillite
    J ai été surpris ce matin de lire qu’il ‘ n’y aurait que 900 milliards de dinars d investissements pour 2017.
    Je suis ecoeure de tous cela car on nous avez intoxique avec des 250 milliards de dollars plus 150 milliards investissement pour 2015 2020 et 200 milliards d investissements algériens au USA’.
    On voit aujourd hui que tous cela n’ a existe que dans la tête de nos dirigeants de super mytho.
    On nous parlait de 200 milliards de cote mais je ne crois plus en cela car des economistes du fmi en 2014 parlait de’reserve que de 3 ans au plus mais s il’ y avait 200 milliards alors l Algérie pourraiit tenir jusqu’à en ,2021 mais cela n a pas l air d être le cas et qu il est trop tard pour réagir car l Algérie doit 37 milliards de dollars aux banques publics algériennes qui seront très prochainement elle aussi en faillite si aucune si!ution n’est apporte.
    L Algérie est redevable auprès d entreprises algeriennes’de je ne sais pas combien et’cew entreprises attendent ces paiements pour rembourser 20 milliards de passifs auprès des banques algériennes.
    Le pire est que la dette externe algérienne n’est pas nul mais de 10 pour 100 doit 17 milliards de dollars.
    Je crois que l Algérie n’a jamais dispose de 200 milliards mais de 80 qui seront épuisés le premier’ mars 2017.
    Je pense que ces mensonges avaient pour but stratégique de faire venir les industriels étrangers en Leurs’faisant miroiter un énorme gâteau et maintenant je comprend pourquoi ces investisseurs ne sont’ jamais venu .
    Bref je tiens a préciser que je ne me trompe jamais et qu il m ‘est souvent ‘arrive de contredire des’ conseillers bancaires et j au toujours raison ,donc attendons 2 ans après le 1 mars 2017 et la faillite sera tres largement consommés dans




    0



    0
      Innas
      11 octobre 2016 - 20 h 39 min

      « Je tiens à préciser que je
      « Je tiens à préciser que je ne me trompe jamais et qu’il m’est souvent arrivé de……..et j’ai toujours raison ». Je peux écrire sans me tromper de beaucoup que ce n’est pas la modestie qui vous étouffe !




      0



      0
    MOMO
    11 octobre 2016 - 19 h 03 min

    VOUS AVEZ TUER CE PAYS
    VOUS AVEZ TUER CE PAYS .INFLATION APRES INFLATION CE N ES PAS GERALBLE .UN PAYS DE FAINEASSE DE RETRAITER A PARTIR DE 35 ANS .INCAPABLE DE FABRIQUER UNE BOITE D ALLUMETTE.C LA FAILLITE .




    0



    0
    faiza
    11 octobre 2016 - 18 h 40 min

    si le dinar est dévalué à 15
    si le dinar est dévalué à 15 ou 20%, les prix des véhicules vont augmenter au delà de 20% au moins de 30% à 35% car il faut ajouter les taxes douanières qui ont également augmenté dans la LF 2017, on n’a plus qu’à acheter une brouette




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.