Le Conseil national du SAP se prononcera mardi sur la question de la grève (syndicat)

Le président du Syndicat algérien des paramédicaux (SAP), Lounes Ghachi a affirmé lundi à Alger que son Conseil national se prononcerait mardi sur la question de la poursuite de la grève. «Le ministre s’est engagé à aider le syndicat en vue de participer au sein de la Commission nationale chargée de l’élaboration des nouveaux projets de loi relatifs au secteur et lui permettre de défendre les revendications du personnel paramédical», a précisé Ghachi lors d’une conférence de presse animée à l’issue d’une rencontre avec le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf.    

Le SAP qui a entamé aujourd’hui une grève, convoquée par des syndicats intersectoriels, a précisé que plusieurs travailleurs du corps paramédical avaient déposé leur dossier de retraite anticipée, après l’annonce par le gouvernement d’un nouveau projet de loi, mettant en garde contre «la retraite collective» qui peut provoquer «une saignée» au sein du secteur, appelant les autorités publiques à trouver des solutions urgentes à ce problème.

Boudiaf s’est engagé à aider ce corps et à trouver des mécanismes «dans le cadre de l’action du gouvernement, pour assurer la participation de leur syndicat à la commission nationale sur le niveau code du travail et la nouvelle loi sur la retraite et lui permettre de défendre les droits du corps paramédical et d’inclure ses activités parmi les professions pénibles, dans le cadre des deux nouveaux projets de loi».       

Il a affirmé que le ministère s’attelait à l’élaboration d’une instruction permettant à ce corps de participer à toutes les décisions du secteur dont la gestion, les soins et l’organisation, le qualifiant de «pierre angulaire indispensable dans le système de la santé».     

Il a mis l’accent sur «le recul» enregistré dans la formation de ce corps durant les dernières années, en raison de laquelle le secteur a enregistré un manque important, affirmant qu’on y remédiera progressivement pour satisfaire les besoins des citoyens dans ce domaine, après l’ouverture par les autorités publiques de places pédagogiques à travers le pays et l’instauration du recrutement systématique des nouveaux diplômés.

Commentaires

    SAMIR CHERIFI
    18 octobre 2016 - 12 h 37 min

    JE NE VOIS COMMENT LE SAP A
    JE NE VOIS COMMENT LE SAP A MORDU LAPÂT SACHANT QUE LORS DE L ‘ÉLABORATION DE LA NOUVELLE LOIS SUR LA S ANTE LA MAJORITÉ DES SYNDICATS DE LA SANTE ÉTAIENT EXCLUS .




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.