Le SNJ salue l’engagement patriotique de Ouahab Hebbat

Le défunt Ouhab Hebbat. New Press

«Cruelle nouvelle pour l’ensemble de la presse nationale qui vient de perdre, en ce triste vendredi 28 octobre 2016, l’un de ses piliers, et un de ses plus valeureux fils, Ouahab Hebbat, décédé, ce matin, au niveau de l’hôtel El-Manar de Sidi-Fredj, à Alger, son lieu de résidence depuis 23 ans», souligne le Syndicat national des journalistes dans un communiqué transmis à notre rédaction. «Ouahab nous quitte prématurément, à l’âge de 55 ans, laissant derrière lui un parcours professionnel éloquent ou se conjuguent le talent d’un reporter photographe hors du commun et un engagement patriotique des plus remarquables», note le SNJ, qui ajoute que «la carrière de Ouahab est forgée dans la douleur et le feu de l’action infernale que le terrorisme avait imposé au pays durant la décennie quatre-vingt-dix du siècle dernier». 

«Chef du service iconographie au quotidien Le Matin, Ouahab Hebbat avait marqué les esprits, en Algérie et ailleurs, par ses images immortelles, ces clichés témoins de la terreur qui s’abattait sur le pays durant les années d’enfer», rappelle le SNJ. Le syndicat, présidé par notre confrère Kamel Amarni, relève que «l’engagement patriotique de Ouahab l’avait également mené à plaider la cause de l’Algérie à l’étranger, où il a eu à s’exiler pendant une période et à mener un travail de militantisme bénévole, au service de son pays tant en Europe qu’en Amérique du Nord».

«A son retour au pays au milieu des années quatre-vingt-dix, rappelle encore le SNJ, Ouahab fondera, avec notre défunt confrère Nabil Belghoul, l’agence New Press, seule agence nationale privée de photographie de presse qui, depuis, et jusqu’à nos jours, a eu le mérite d’offrir des illustrations de qualité pour toute la presse nationale – voire étrangère – en même temps que d’avoir formé de nombreux jeunes photographes de presse dont certains font, aujourd’hui, le bonheur de nombreux grands quotidiens nationaux» . 

Ouahab a, par ailleurs, toujours été le correspondant attitré d’une grande agence de presse mondiale, l’Associated Press. «En plus du professionnel, l’homme laissera un immense vide parmi les siens, sa famille propre mais aussi celle de la presse ou il ne laissait personne indifférent», conclut le communiqué du SNJ qui s’associe à la douleur de sa famille, d’Alger et de Sétif.

Le défunt sera inhumé ce samedi après la prière d’El-Asr, au village Ighil Khemis Cherea, à Guenzet, dans la wilaya de Sétif, et ce, après un hommage qui lui sera rendu, dans la matinée, au niveau de la Maison de la presse Tahar-Djaout, à Alger. 

Lina S.

Comment (3)

    Laetizia
    28 octobre 2016 - 21 h 09 min

    quelle triste nouvelle, je
    quelle triste nouvelle, je tiens à exprimer mes sincères condoléances à la famille et aux amis du défunt dont les journalistes d’AP. et que la lumière soit faite sur sa mort. Rebbi yerahmou.




    0



    0
    Zak
    28 octobre 2016 - 19 h 31 min

    C’est le 3 journalistes qui
    C’est le 3 journalistes qui est décédé à l’hôtel el Manar a Sidi Fredj après Chawki Madani et mohamed essami. Ouahab était très content de savoir qu’il allait enfin partir de cette chambre qu’il appeler VIP, mais c’est trop tard , il aimait dire » chaque jour que je me lève et j’ouvre mes yeux , je dit; j’ai gagné une journée en plus dans ma vie car moi j’ai vécu et j’ai vu…. » Il se consacré à lancer son média Club , vrais lieu de rencontre des intellectuels a Alger après avoir connu un lâchage de la part des autorités pour son projet d’expo de portrait de chouhadas grandeur nature lors du 50 e anniversaire d’indépendance. Son souhait aussi était d’avoir un logement décent pour pouvoir se marier et avoir des enfants ……choses qu’il s’est sacrifier pour l’agerie qu’il portait dans son cœur et à travers son regard. Il aimait écouter énigma, du jazz , Cheb adjel…., et depuis la mort de A.Bouatoura ..,,, il aimait dire , je veux être enterrer avec des mélodies de jazz et à côté de mon père le marabout ……rebbi yerahmek mon ami Ouahab , le bâtiment 2 d’el manar n’a plus de charme , ni de sens ni de raison d’être . Adieu mon ami .




    0



    0
      lamine
      30 octobre 2016 - 13 h 40 min

      il restera toujours dans nos
      il restera toujours dans nos cœurs




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.