Le wali de Boumerdès à Chabet El-Ameur : «Je suis déçu !»

Le nouveau wali de Boumerdès à Chabet El-Ameur, ce jeudi. AP

En rupture avec les visites protocolaires, la visite du nouveau wali de Boumerdès, Madani Fouatih Abderrahmane, ce jeudi 3 novembre à Chabet El-Ameur, a permis à ce dernier de découvrir l’incroyable faillite locale et celle de quelques membres de l’Exécutif de wilaya qui ont abandonné les projets de développement à leurs blocages bureaucratiques. «Je suis déçu !» ne sera pas, hélas, la seule remontrance à l’adresse du personnel censé incarner l’action de l’Etat dans cette commune sinistrée.

Il est dix heures quand le cortège du wali arrive au premier point de la visite. La petite fille innocente en robe kabyle et le plateau portant un litre de lait dans son vulgaire emballage, porté par une élue, ne suffiront pas à amadouer le premier responsable de la wilaya manifestement décidé à secouer le cocotier. La présentation de la directrice des travaux publics sur la modernisation de la RN 68 et différents chemins de wilaya suscitent des remarques précises, des questions pointues qui renseignent sur le niveau d’information du nouveau wali quant aux projets en question. La directrice s’en sort tout de même bien. Ouf ! Malheureusement, la suite sera moins glorieuse.

Visitant la nouvelle cité à l’entrée sud-est de la commune, composée de logements sociaux graduellement réalisés et en cours de distribution, le wali donne des instructions. «Attribuez le plus vite possible les logements habitables aux demandeurs qui ouvrent droit et terminez l’éradication des chalets sans laisser aucune brèche pour de nouveaux contentieux.»

Direction le «centre-ville». La halte au niveau de l’usine d’un investisseur privé produisant des chaussettes en fil d’Ecosse sera la dernière étape sereine de la visite. Dès que le wali, descendu du bus transportant sa délégation, foule le sol du chef-lieu de commune, le spectacle affligeant d’un grand chantier en détresse lui saute aux yeux. C’est qu’il vient de rendre visite à la famille du défunt Seddiki Rabah, citoyen décédé devant son domicile, début octobre, empalé sur les tiges de ferraille d’un regard dans la rue principale sans éclairage public.

APC et DUC défaillants

Les explications fournies par l’entrepreneur chargé de l’aménagement urbain, au milieu de la foule de citoyens suivant pas à pas la visite du wali, révoltent le premier responsable de la wilaya. Il interpelle aussitôt le directeur de l’urbanisme et de la construction, maître d’ouvrage défaillant à l’instar de l’Exécutif communal qui n’ont pas daigné accorder un suivi technique et la vigilance nécessaire pour ces travaux en cours de réalisation.

«Je suis déçu !», lâche le wali, ébranlé par les preuves criardes de la négligence et de la faillite de l’Etat qu’il représente. «Ces citoyens ont donc raison de se soulever contre votre gestion!» Réflexion spontanée qui ne l’empêche pas de prendre des décisions d’urgence. «Je convoquerai dans l’immédiat l’entreprise et tous les responsables concernés pour éliminer les entraves et accélérer les travaux jusqu’au revêtement des routes (…) pas question de 24 mois de délai, on ne va pas élever des gratte-ciel que je sache !»

Tous les projets bloqués

La suite de l’inspection confirme la faillite. Un marché couvert livré en août 2014 mais toujours pas ouvert, une antenne de la Protection civile dont les travaux de fondations sont à l’arrêt depuis quatre années, le projet d’une piscine semi-olympique qui peine à être lancé malgré un semblant de terrassement, la bibliothèque communale à l’arrêt au niveau du sous-sol alors que le budget a été épuisé en raison de contraintes imprévues… «C’est votre mauvaise gestion qui a conduit à ce crime économique» tranche le wali à qui le P/PC explique que l’enveloppe a été consommée et qu’il faudrait encore le même montant pour terminer la réalisation. Malaise général. Le wali ne cache pas sa stupéfaction. Plus que de la colère.

Le wali choqué

Invité à faire une pause au niveau du siège de la commune, il boycotte la collation offerte par un exécutif local qui n’assume pas ses missions essentielles au service du développement. La visite se termine devant l’immeuble LSP déstabilisé par un terrassement irresponsable. Bâtiment à réformer mais encore occupé par des résidents pourtant relogés officiellement dans la nouvelle cité. Imbroglio que le wali n’arrive pas à comprendre. C’en est trop pour ce dernier qui quitte la commune après avoir mesuré l’humiliante offense aux institutions de la République infligée par des commis de l’Etat et des élus incompétents. Le comité citoyen de Chabet El-Ameur, qui a animé la protestation pacifique citoyenne réclamant la venue du wali, regrette de ne pas avoir pu présenter sa plate-forme de revendications, ni écouter le bilan de l’Exécutif. Il faudra peut-être que le wali, pourtant expérimenté, se remette du choc chabétois après sa visite dans la commune sinistrée de plus de 35 000 âmes.

Akli Tira

Comment (22)

    lounes
    13 novembre 2016 - 19 h 39 min

    C’est malheureux ! Une
    C’est malheureux ! Une commune comme chabet el ameur,toujours embourbée dans des problémes sociales omniprésents.Jespère de tous mon coeur qu’un jour on aura des résponsables compétant et consencieux qui pouront redrésser cette chère region et la mettre en bonne voie de développements en utilisant ses ressources humaines (les enfants de chabet notaments les cadres des différents secteurs).Ainsi ses richesses notamments agricoles




    0



    0
    kamel Amazigh
    5 novembre 2016 - 11 h 04 min

    une vérité amère pour notre
    une vérité amère pour notre wilaya de Boumerdes , que les autorités et le pouvoir cessent cette mascarade, et qu’ils braquent un peu les yeux à ces communes les plus touchées et les plus dégradées , une wilaya qui est devisée en deux, le coté ouest et le coté est ,donc les communes qui se trouvent dans l’est de la wilaya sont totalement délaissées et livrées à elles même, aucun projet de développement ou d’investissement malgré les capacités et les richesses naturelles dont elles disposent ces localités de la wilaya dans différent domaines , des terrains d’agriculture à l’abandon , des kilomètres du cote, des montagnes magnifiques pour le tourisme et la pèche , mais hélas rien n’a été fait pour sauver la région et l’économie du pays en ce moment de crise aiguë, je lance un appel de détresse à l’attention de ces responsables afin qu’ils puissent faire changer cette situation et pour soulager les citoyens et la population de cette région et aussi à la wilaya d’arrêter ce RÉGIONALISME envers cette région kabylophone




    0



    0
    lhadi
    5 novembre 2016 - 9 h 25 min

    Les communes doivent prendre
    Les communes doivent prendre toute leur place dans la société ; participer collectivement aux opérations d’urbanisme; contribuer à l’équilibre entre l’emploi et le logement social, concourir plus efficacement à la satisfaction des besoins. La commune a pour vocation de servir ses habitants, de défendre les intérêts de l’ensemble de la population notamment en matière de logement, enseignement, sport, santé, cadre de vie et culture. Pour plus d’efficacité, les pouvoirs doivent être décentralisés et les activités économiques, sociales et politique au niveau de la région, du département et de la commune coordonnées. Décentralisation et coordination permettront, avec le concours d’un personnel qualifié et grâce aux techniques actuelles, d’adapter les services communaux aux tâches et au rythme de la vie d’une nation moderne.Fraternellement lhadi ([email protected])




    0



    0
      Madjid
      5 novembre 2016 - 12 h 06 min

      @lhadi (non vérifié), bonnes
      @lhadi (non vérifié), bonnes propositions mais pour que cela soit possible, il faut changer la gouvernance et le système politique mais tonton le fauteuil roulant ne veut rien entendre et il a même horreur des personnes sensées, logiques et constructives comme toi ! Pardon, mais il me l’a dit hier ….. par …. fax APS !!




      0



      0
    nectar
    5 novembre 2016 - 8 h 17 min

    Malheureusement!! ce n’est
    Malheureusement!! ce n’est pas propre seulement à ce lieu dit, c’est toute l’Algérie qui souffre de ces comportements mafieux, sous couvert de l’administration locale..Tant qu’on reste dans les constats, sans sanction exemplaire, la mascarade continue…




    0



    0
    timour
    4 novembre 2016 - 21 h 36 min

    Finalement, après la lecture
    Finalement, après la lecture de l’article de M. Akli Tira et les réactions que celui-ci a suscité à mes concitoyens tweeteurs, j’en conclus que ce n’est pas la peine d’évoquer les complots franco-sionistes à longueur de tweets. Nous sommes tout à fait capables de saborder par nous même notre économie et le Pays. Nos ennemis potentiels étrangers dont certains font état à longueur de twits ne sont pas de l’autre coté de la mer, ils sont à notre porte et on les croise tous les jours. Ce qui se passe à Chabet El Ameur se retrouve un peu partout sur le territoire de ce pays, il faut l’admettre. Dans les années qui ont suivies 1962, ce pays ne disposait que de très peu de fonctionnaires véritablement formés. Quant aux responsables des Délégations spéciales beaucoup avaient un niveau d’étude très succinct. Mais c’était les circonstances exceptionnelles du moment. Il fallait faire avec. Et des erreurs ont été commises et c’était inévitable. Mais ces gens ont fait tout leur possible pour construire le pays. L’Indépendance est acquise depuis 54 années. Depuis 54 ans, nous sommes les maîtres de notre destin. Des générations ont été formées dans nos écoles, dans nos lycées, dans nos universités, il devrait quand même se trouver des gens aptes à assumer des responsabilités du type de la gestion d’une cité. Eh ! bien non ! On dirait qu’on ne sait pas faire, et je pense même qu’on ne veut pas faire. Il est vrai qu’on n’enseigne pas la Citoyenneté dans nos écoles, ni la Responsabilité, en un mot le Civisme. Alors, quand on devient adulte on découvre que vivre en société implique des devoirs et non pas seulement des droits. Il ne suffit pas de se dire « Moi, je suis un vrai Patriote ! ». Il faut aussi s’assumer en tant que Citoyen avec tout ce qu’induit ce statut. Ainsi, si au niveau de la cellule politique de base qu’est le village ou la ville rien ne fonctionne comme cela devrait fonctionner, il n’est pas étonnant qu’à un plus haut niveau nous nous retrouvons avec de graves défaillances. Cela peut conduire à la faillite de l’Etat, puis de la Nation sans que l’Etranger y soit pour quelque chose. Je ne comprends pas l’attitude de ce wali qui aurait dû en dernier ressort rencontrer le Comité de Citoyens qui était à l’origine de la plate forme de revendications et qui désirait présenter le bilan de l’Exécutif. Cela aurait été un véritable acte de démocratie et de courage politique. Il aurait été dans son rôle de représentant de l’autorité de l’Etat. Ses états d’âme, sa colère et tout le reste c’est du folklore, du vent : il a été bon comédien et c’est tout. Ces gens de bonne volonté et certainement pleins d’idées pour résoudre les problèmes de Chabet lui aurait sûrement apporté des éléments pour redresser la situation. Il n’en a rien été. Alors que faire ? Barrer une route ? Se désespérer. J’en connais qui ont une boule de rage dans le cœur.




    0



    0
      smail
      23 décembre 2016 - 12 h 30 min

      Vous avez tout résumé… le
      Vous avez tout résumé… le civisme est primordiale pour le développement humain ,social, démocratie,etc…




      0



      0
    Anonymous
    4 novembre 2016 - 20 h 21 min

    C’est un sketch c’est tout .
    C’est un sketch c’est tout . C’est leur manière de montrer q’ils travaillent.




    0



    0
      Wali (Actif)
      5 novembre 2016 - 8 h 55 min

      Tout à fait, et ce sont des
      Tout à fait, et ce sont des mascarades comme celle-ci que j’ai toujours évité. Crier comme un psychopathe, devant les cameras TV sur un entrepreneur mesquin qui a eu le marché en achetant tout le monde, y compris la wilaya, c’est en général pour se faire voir et hériter d’un maroquin pour allez plus loin dans la hiérarchie de la prédation..




      0



      0
    momo
    4 novembre 2016 - 20 h 10 min

    UNE COLATION DU LAIT .TOUT ES
    UNE COLATION DU LAIT .TOUT ES PREPARER .LES COMUNES DEPENSE 30000 DINARS A CHAQUE VISITE DE WALI. LES VISITES DOIVENT SE FAIRE INOPINEMENT MAS ILS SONT TOUS CONPLICE MAIRE CHEF DAIRA WALI .ILS SONT TOUS LA POUR LEURS INTERETS.




    0



    0
    reflex
    4 novembre 2016 - 19 h 22 min

    N’y aurait-il pas un wali
    N’y aurait-il pas un wali avant ce wali ? si oui c’est à l’ancien wali qu’il faudrait demander des comptes.
    Mais entre wali il y a walou et on se fait des bisous …




    0



    0
    Anonymous
    4 novembre 2016 - 18 h 44 min

    Denoncant alors les
    Denoncant alors les responsable qui sont a l origine de ce massacre a boumerdes .monsieur le wali la directrice de la DUCHE a fait beaucoup de tors a la wilaya et affecté a la wilaya de Bouira allez y chiche ouvert les dossiers




    0



    0
    kahina
    4 novembre 2016 - 16 h 58 min

    Comme si le WALI est beaucoup
    Comme si le WALI est beaucoup mieux.

    Les Wali sont aussi démissionnaires. Enfermés H 24 dans leur bureaux et ignorent les préoccupations des citoyens. Ils passent leur temps à brosser pour une éventuelle promotion
    Ce que ce Wali a découvert reflète le comportement des Wali… Normal.




    0



    0
    mahfoud mahfoud
    4 novembre 2016 - 15 h 45 min

    C’est devenu une mode des
    C’est devenu une mode des walis qui se donnent en spectacle devant les journalistes. L’effet recherché c’est une présence médiatique qui les présente comme les sauveurs. Et les walis et les responsables locaux sont tous coupables de bafouer les lois de la républiques les procédures et la réglementation. J’en connais un petit bout. cela fait plus de deux ans que le walis délégué de BOUZAREAH a signé un arrêté de démolition d’une baraque illicite ( ceci après deux autres années de démarches aurés d’un PAPC d’EL BIAR complice lui et ses services), son successeurs le sieur le nouveau wali délégué observe une indifférence totale à cette inexécution et cette violation de la loi. Le pire il me reprocha lors d’un audience accordée après une intervention, il me reprocha de ne pas avoir utilisé une hache pour empêcher le bâtisseur de la baraque et il conclua que le respect de la lois c’est en suisse et au Danemark pas en Algérie. Alors qu’on arrête le massacre et qu’on mette de gens compétents, dévoué pour la chose publique et surtout travailleurs, pas des guignols cravatés et minables comme tout. Cela me donne envie de vomir.




    0



    0
      benchikh
      7 novembre 2016 - 6 h 04 min

      Mr mahfoud mahfoud,vous avez
      Mr mahfoud mahfoud,vous avez tout à fait raison ,effectivement ce qui se passe chez nous.L’APC est complice de cet massacre ,ou se trouvait L’APC quand la villa était en cour de réalisation ou bien ils étaient payés pour fermer les yeux,croyez un état ne fonction pas contre ses lois.




      0



      0
    benchikh
    4 novembre 2016 - 15 h 29 min

    es-que c’est logique de
    es-que c’est logique de donner de l’autorité à(APC) des gens non instruits ,leur raison parce qu’ ils sont élus ,par qui???
    par leurs amis?? les braves gens n’ont pas le temps pour le perdre dans » qui va me donner ».Ce système de vote dans les APC ne fonctionne pas correctement ,parce que ces élus ne sont pas pour le citoyen mais ramasser la plus grande quantités d’argent à travers les lacunes dans les lois.Je pose un appel à notre gouvernement de voir si près les ennemis du pays qui cassent les pieds de l’état Algérienne.




    0



    0
    Matakoulch El Yaourt
    4 novembre 2016 - 15 h 28 min

    Et il n’a encore rien vu !..
    Et il n’a encore rien vu !…و ما خفي اعظم




    0



    0
    Abbar
    4 novembre 2016 - 15 h 15 min

    Comment dans ce cas espérer
    Comment dans ce cas espérer changer les choses ? Les walis gèrent avant tout leur carrière pas plus, sauf une très rare exception, pour ne pas dire aucune. Des maires, des directeurs incompétents, et de surcroît piètres gestionnaires, ne sont nullement sanctionnés. C’est normal de penser que ce mouvement cyclique de changement de walis, chefs de dairas, et tutti quanti, n’apporte ra rien de favorable. Il faut changer cette forme de gouvernance qui arrive à sa fin, et continue malheureusement d’empoisonner la vie des citoyens




    0



    0
    Hamadache
    4 novembre 2016 - 14 h 56 min

    Cher journaliste @Akli Tira ,
    Cher journaliste @Akli Tira , auteur de l’article, ce n’est pas pour vous vexer mais tous les nouveaux wali disent la même chose. La stratégie du pouvoir est de changer les wali à un moment donné de la vie politique pour faire croire qu’il veut résoudre les problèmes des citoyens , alors que c’est toujours la même chose ! Même notre « fauteuil roulant » quand il allait (avant) sur le terrain il déversait sa colère sur tout le monde et mettait tout sur le dos des autres pour cacher sa propre incompétence et celle des sbires et laudateur, pour cacher leur gabegie, incompétence, leur « à peu-prèisme » et leur fuite en avant dans la gestion du pays. Pardon, mais ce que vous racontez dans cet article, c’est ce qu’on observe lors de toutes les sorties sur le terrain de tous les ministres et les wali sans exception ! Et jusqu’à quand ???? En tout cas, ce n’est pas un scoop , pardon de vous le dire !




    0



    0
      benchikh
      4 novembre 2016 - 15 h 40 min

      Mais Mr Hamadache, Mr le Wali
      Mais Mr Hamadache, Mr le Wali n’a pas le bâton magique dans sa main,il est là pour gouverner pas pour donner ,ce n’est pas notre papa et notre maman,il fallait vivre cette époque parental avant de demander des comptes à qui que ce soi.Et ça ne sera une solution à long terme.Changeons de comportement ,nous sommes des » hommes » pas des mendiants.




      0



      0
    Laetizia
    4 novembre 2016 - 14 h 55 min

    j’attends la suite de ce
    j’attends la suite de ce premier épisode avec impatience ! un wali qui se la joue zorro , je veux voir ça ! les travaux qui n’en finissent jamais , qui se déclenchent à tous les coins de rues en même temps sans respect du voisinage ni même des lois et qui finissent pas vous rendre fou, c’est la routine par ici ! les travaux inutiles conçus pour pomper du fric aux collectivités dans l’impunité la plus totale tels les destruction – réfection de trottoirs viables qui deviennent impraticables, on ne connait que trop bien… alors s’il y en a un qui met un coup de pied dans la fourmilière, je veux savoir comment il va s’y prendre! à très vite monsieur Akli Tira pour le second épisode !!!




    0



    0
    Anonymous
    4 novembre 2016 - 14 h 54 min

    Ah si tous ces responsables
    Ah si tous ces responsables faisait comme lui on serait pas à la dérive. Une visite ne suffit pas il faut y être toute l’année et virer les incompétents.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.