Un citoyen entendu par la gendarmerie pour avoir dénoncé l’occupation illégale d’une mosquée par des salafistes

Les salafistes tentent une nouvelle incursion en Kabylie. New Press

Chassés à plusieurs reprises des villages de Kabylie, les salafistes ont tenté cette semaine une nouvelle incursion dans la région d’Aghribs, dans la wilaya de Tizi Ouzou, en essayant, cette fois-ci, d’occuper une mosquée en construction. Un journaliste originaire de ce village, Idir Tazerout, alerte sur sa page Facebook qu’une plainte a été déposée contre lui par un extrémiste qui l’accuse d’avoir dénoncé sur les réseaux sociaux «l’occupation illégale» de la mosquée de son village par un groupe de salafistes. Il révèle que ladite mosquée, en phase de construction, a été occupée par une douzaine d’adeptes de la doctrine wahhabite étrangers au village. Le journaliste, apprend-on encore, a été entendu par la gendarmerie et devrait comparaître devant le procureur de la République dans un mois. 

C’est la première fois que les salafistes décident de judiciariser une affaire dans laquelle ils sont pourtant les premiers mis en cause. De leur côté, les villageois de cette région de Haute-Kabylie, fief traditionnel du RCD, maintiennent la mobilisation contre les tentatives d’invasion à répétition des extrémistes islamistes. Déjà en 2010, des éléments vêtus à la manière salafiste avaient essayé de s’incruster dans ce même village en pilotant discrètement le projet de construction d’une nouvelle mosquée. Ils se sont manifestés en voulant s’opposer à la restauration de l’ancienne mosquée du village, symbole de l’islam ancestral. 

En 2013, ils reviennent à la charge et passent à l’offensive, en semant la terreur au sein de la population. Le comité de village d’Aghribs accusera un groupe de salafistes «connu de la justice et des services de sécurité», de continuer de se livrer à des provocations et des menaces contre les habitants. Les villageois estimaient que ce groupe était encouragé dans ses agissements par «la démission des pouvoirs publics». Les agressions, verbales et physiques, n’avaient épargné aucune catégorie, puisque même des élus locaux ont été pris à parti par ces nervis.

Toutes les alertes lancées depuis cinq ans par les citoyens de ce village pour prévenir contre ce fléau qui menace toute la société sont restées lettre morte. L’association des imams algériens serait mieux inspirée de s’intéresser à cette campagne de salafisation de nos mosquées et de notre rite religieux, que de jouer aux moralisateurs dans des affaires qui, comme celle du lynchage du voleur d’Akbou, concernent essentiellement la justice. 

R. Mahmoudi  

Comment (51)

    Laetizia
    8 novembre 2016 - 21 h 01 min

     » Ils se sont manifestés en
     » Ils se sont manifestés en voulant s’opposer à la restauration de l’ancienne mosquée du village, symbole de l’islam ancestral.  » voilà donc pourquoi des mosquées neuves poussent partout en délaissant les lieux traditionnels depuis un quart de siècle. ils vous refont tout du sol au plafond, de la cave au grenier en passant par vos convictions religieuses bien entendu, c’est la conquête de l’ouest version wahabito salafo daeshieste. quoi de mieux pour infliger la rupture totale d’un peuple avec sa tradition religieuse que de lui proposer désormais de nouvelles succursales entièrement repensées et occupées en permanence par une faune pas vraiment spirituelle mais toujours prête à en découdre… c’est bien pensé n’empêche : changer de vie (ou de religion), changer de look ! on peut imaginer que les stratèges de cette opération sectaro immobilière sont les machiavels en djellabas de la saoudia! mais est-ce que monsieur Aissa est au courant de cette poussée de lieux wahabito salafo daeshieste étrangers à nos traditions et susceptibles d’engendrer de graves troubles dans notre société déjà passablement amochée ? Moi qui croyais monsieur le ministre Aissa lorsqu’il dénonçait ces infiltrés, ces intégristes, ces terroristes, et voilà qu’un citoyen fhel qui les dénonce se fait lui-même convoquer par la gendarmerie ? les autorités de ce pays sont-elles au courant des agissements de ces nuisibles et si oui quand comptent-ils les arrêter?




    0



    0
    mohamed_16000
    8 novembre 2016 - 18 h 11 min

    Hi All,

    Hi All,

    l’islam des salafistes et mortifère et empoisonés jusqu’à l’os!

    Oui a l Algerie Algerienne, multiculturelle, en couleur, medeteraneenne, Nord Africaine et non a L Algerie des monstres wahabiste, archaique et moyenneageuse de Belhaj et ses amis.

    Oui, le gouvernement doit se reveiller de sa complicité avec les salafistes a qui il a laissé l’école, les mosquées, les rues et leur envoyé un signal fort et les stopper avant qu’il ne soit trop tard.

    Si les mosntres islamistes, salafistes, wahabiste mettent agenoux la belle Kabylie, je peux vous dire avec certutude, comme la mentionné un des commentaire plus haut, notre avenir a tous sera tot ou tard celui de la Syrie ou la lybie donc macabre

    Regarder ce que ces monstres islamistes on fait a la belle Syrie millenaire, Irak, la lybie, ils ont essayer avec l’Egypte mais Sissi les a écraser comme des rats.

    Dommage que les 85% de nos jeunes moins de 30 ans sont presque analphabetes, ne lise rien, ne se cultivent pas et ce que nous écrivons sur des forum et comme précher dans le désert.

    tant que notre école forme des moutons trilingue, je doute fort que quelque chose de positif puisse arriver un jour.

    Mais comme on dit, espoir d’une vie meilleure et prospère fait vivre.

    thks all




    0



    0
      Lecteurs
      8 novembre 2016 - 19 h 27 min

      Toujours un Plaisir a Vous
      Toujours un Plaisir a Vous lire sur Algérie Patriotique.

      Salutations




      0



      0
    UMERI
    8 novembre 2016 - 18 h 02 min

    Dans les années 90, une bande
    Dans les années 90, une bande de terroristes, ont kidnappé un jeune de 17 ans, fils d’un ancien officier de l’ A L N, au aujourd’hui décédé, il leurs a adressé un Ultimatum de 48 heures pour qu’ il le relâche, parce qu’il est innocent , a défaut, ils ne traverseront- plus la forêt d’ Akfadou, en leurs signifiant que pou lui, il les défie de venir le chercher. Quelques jours après , il a été relâché. Avec les terroristes, autant pour les salafistes ou les imams qui cherchent le désordre l(Fitna), il faut agir avec fermeté, sans plus.




    0



    0
    Anonymous
    8 novembre 2016 - 17 h 49 min

    Tout porte à croire que notre

    Tout porte à croire que notre justice se fait pousser la barbe




    0



    0
    Wallace
    8 novembre 2016 - 17 h 17 min

    Tant qu,on y es pourquoi pas
    Tant qu,on y es pourquoi pas non plus accepté une plainte d,un wahabiste qui aurait perdu son audition suite au cris aigu d,un égorgé?! Voir même lui octroyé une pension d,invalidité?!
    Non mais Allô koi?




    0



    0
    nani
    8 novembre 2016 - 17 h 12 min

    Dans cette region existe une
    Dans cette region existe une des plus grande et ancienne ecole coranique du pays. C est pas un hasard si ses gusguss vont la bas. Une manière de dire que si cette région adhère les autres suivront. Il faut rester vigilant . Qt à notre justice c du n importe quoi. Ces salafo n hésite pas a déposé plainte. Car ils sont pilotés de plus loin. Courage et bravoo a ce journaliste. Vigilance citoyenne est de mise.




    0



    0
    Dihya
    8 novembre 2016 - 13 h 53 min

    NON à la wahhabisation de la

    NON à la wahhabisation de la KABYLIE

    NON à la dénaturation de l’ALGÉRIE




    0



    0
    UMERI
    8 novembre 2016 - 11 h 03 min

    Ce n’est pas la grande
    Ce n’est pas la grande Mosquée d’Alger, financé par le trésor public, la Mosquée d’Aghribs est financé par les citoyens de ce village, alors les barbus salafistes sans « moustaches » sont déclaré Personna non Gratta. Le citoyen qui a alerté les autorités aurait du être félicité.Cette racaille, avec leur accoutrement, leurs provocations, leurs prêches en contradiction avec le Coran, doivent disparaitre de notre Pays, qui reste attaché a ses traditions.




    0



    0
    souk-ahras
    8 novembre 2016 - 10 h 27 min

    Sur les iles Habibas au large
    Sur les iles Habibas au large d’Oran, une campagne d’éradication  »chimique » du rat noir (Rattus rattus), qui cause d’énormes dégats dans cette réserve naturelle classée, est sur le point d’être entamée. Étendre cette campagne aux bestioles  »qamisées » ne pourrait que faire du bien à l’environnement cultuell de notre pays.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.