Une contribution de Houria Aït Kaci – Trump ou le parcours d’un milliardaire patriote

Donald Trump. Loin des lobbies, près du peuple américain. D. R.

La victoire de Ronald Trump à l’élection présidentielle américaine du 8 novembre face à son adversaire Hillary Clinton n’est-elle pas avant tout un échec de la mondialisation, au cœur même du système qui l’a créé et imposée au monde entier depuis la chute du bloc de l’Est en 1991 ? Le candidat républicain a eu le courage de dénoncer les effets ravageurs du système capitaliste financier mondialisé sur son peuple et l’économie de son pays. C’est un évènement historique de grande portée. Trump, qui est un milliardaire de l’immobilier, a dû constater que les Etats-Unis ne se sont pas relevés de la crise des subprimes de 2007-2008, qui a démarré dans l’immobilier aux Etats-Unis, avant de s’étendre à l’Europe. La crise ne s’est pas estompée et la situation économique et sociale s’est encore dégradée pour des millions d’Américains ruinés, jetés à la rue, des villes désindustrialisées (comme Detroit), des travailleurs mis au chômage, des millions de personnes pauvres et sans protection sociale, attisant les différences raciales et la violence.

Pendant ce temps, une classe minoritaire de super milliardaires voit chaque année ses bénéfices grimper en flèche et les différences de classes s’accentuer. Il n’est plus permis à tout Américain de devenir riche à la force de son travail, selon le principe du capitalisme libéral. Le rêve américain de la première puissance mondiale s’était éteint. Il se propose de le ranimer. Y arrivera-t-il ?

Le milliardaire Trump, qui aurait pu continuer de gérer tranquillement ses affaires et de faire fructifier ses millions, a décidé, lui qui n’a jamais fait de politique, de se lancer dans la bataille pour faire retrouver à l’Amérique sa force (une façon d’avouer qu’elle l’a perdue), sa grandeur, et aux Américains leur rêve. La majorité des électeurs, déçus par les politiciens de l’establishment, ont été attirés par le parler vrai de ce milliardaire patriote.

Trump a été élu par l’Amérique profonde, la vraie, et non celle de Wall Street, celle de l’establishment ou celle de l’Amérique virtuelle d’Hollywood. Il a su écouter cette Amérique profonde et lui parler le langage qu’elle comprend. Certes, la presse américaine et occidentale, qui a présenté Trump comme un excentrique, un bouffon, un extrémiste, a surtout mis l’accent sur ses propos sexistes et racistes (le passage sur l’interdiction d’entrée aux musulmans aux Etats-Unis a été supprimé du site internet de Trump après son élection). La presse mondialisée, affiliée à Wall Street, a par contre occulté – à dessein – les propos qu’il a tenus sur l’injustice et les conditions de vie intenables pour les millions d’Américains ordinaires et les mesures pour relancer l’économie de son pays.

Le programme du candidat Trump comporte des mesures protectionnistes, dénonçant les grands accords de libre-échange signés par les Etats-Unis, accusés d’avoir accéléré les délocalisations d’emplois et la désindustrialisation. Il s’est engagé à créer des millions d’emplois et à reconstruire les villes et les infrastructures, dont les hôpitaux et les écoles.

Trump, plus par pragmatisme que par idéologie, s’est déclaré contre les accords de libre-échange, les délocalisations, l’immigration de travail, soit les principes capitalistes de libre circulation des marchandises, des services, des capitaux et de la main-d’œuvre, qui fondent la mondialisation imposée au monde entier depuis la chute du bloc de l’Est en 1991.

Populiste, tout en étant de droite, Trump a su utiliser le discours de la gauche, que le candidat Berny Sanders avait su cristalliser mais qui a été écarté à la primaire du Parti démocrate au profit de la candidate des milieux financiers et belliqueux, Clinton, et ce, d’une façon peu orthodoxe, comme révélé par les mails de sa direction de campagne. Trump serait-il un milliardaire révolutionnaire ou tout simplement un capitaliste intelligent, proche des pulsions du peuple américain, pas les riches, les puissants qui vivent dans un autre monde mais les laissés-pour-compte qui constituent la majorité ?

Ceux qui ont des doutes sur l’échec de la mondialisation, reflété par l’élection de Trump, n’ont qu’à lire la déclaration du FMI qui souligne, ce 10 novembre : «Les effets négatifs du commerce international doivent être davantage pris en compte en faveur de ceux qui se sentent laissés-pour-compte.» «Nous devons avoir plus de mesures pour aider à atténuer les effets négatifs et répondre aux inquiétudes de ceux qui se sentent laissés sur le bas-côté», a dit le porte-parole du Fonds, Gerry Rice.

Cette déclaration de l’institution, synonyme de la libéralisation et de la mondialisation sauvages, qui ont mis sur le carreau des millions de personnes dans le monde et pas seulement aux Etats-Unis, prend ici tout son sens pour admettre la faillite d’un tel système et devrait donner à réfléchir à tous les politiciens qui ne jurent que par la mondialisation et qui refusent de voir d’autres alternatives à cette politique.

Le Brexit en juin dernier, l’élection de Trump maintenant, confirment bien la tendance de l’échec de la mondialisation, constaté au cœur même de ses symboles : Wall Street à Washington et La City à Londres. C’est une réalité pragmatique révélatrice de la crise du système capitaliste mondial et de ses contradictions.

Cette politique antimondialisation se reflète aussi à travers les positions en matière de politique étrangère de Trump, en se prononçant contre une guerre avec Moscou et en se déclarant prêt à coopérer avec le président russe, Vladimir Poutine. A l’opposé des démocrates, Trump vient de signifier qu’il s’oppose à la politique de la tension et du climat de guerre froide entretenu par le président sortant Obama et la candidate Clinton. Trump affirme ainsi accepter le monde multipolaire qui signifie qu’aucune superpuissance ne cherchera à imposer sa domination sur le monde.

«Nous allons travailler main dans la main avec les autres nations qui seront désireuses de travailler avec nous. Et je peux vous dire que les relations avec les pays étrangers seront excellentes. (…) Je tiens à dire à la communauté internationale que si nous allons mettre en avant l’intérêt national, nous n’oublierons personne et nous traiterons avec tous les autres pays. Nous essaierons de trouver un terrain d’entente. Nous conclurons des partenariats et pas des conflits», a dit Trump.

C’est un soulagement pour les peuples qui subissent le diktat des Etats-Unis d’entendre un président américain tendre sa main aux autres peuples de la planète, sans arrogance, et promettre non pas des conflits, des destructions mais le dialogue pacifique. Il faut espérer que Trump respectera ses engagements et qu’il saura mener les Etats-Unis d’Amérique sur le chemin de la compétition pacifique avec les autres puissances, au grand profit du progrès de l’humanité et non de sa destruction.

Dans la région du Moyen-Orient et du Maghreb, Trump est déjà attendu sur la fin des conflits qui tuent chaque jour des milliers d’êtres humains et dans lesquels sont impliqués les Etas-Unis et leurs alliés, comme en Syrie, en Irak, au Yémen, en Libye. Les peuples de ces pays n’aspirent qu’à vivre en paix et dans la dignité, tout comme le peuple américain.

Houria Aït Kaci.
Ancienne directrice de l’agence de presse AAI

Comment (24)

    Haoui
    13 novembre 2016 - 18 h 16 min

    Donald Trump qui dénonce le
    Donald Trump qui dénonce le capitalisme?.Donc c’est quelqu’un de gauche.Alors pourquoi il ne l’a pas déclaré durant sa campagne.Nous savons tous que depuis un temps l’idéologie communiste a changé de cap.Elle a décidé de « digérer le capitalisme » qui n’est plus la matrice de l’impérialisme .Cela parait insensé.mais ce qui est pire c’est de retourner vers les nationalismes étroits dénoncés jadis par tous les penseurs de gauche.Je n’ai plus envie de développer.




    0



    0
    rachid505
    13 novembre 2016 - 0 h 29 min

    ça sent pas bon , ce
    ça sent pas bon , ce personnage est extrêmement glauque
    ne croyez pas que ce sont les américains qui l’on choisit , le vote est électronique est très facilement manipulable (la démocratie n’existe pas) , Trump a une mission et un objectif précis enfin il se dit anti système mais il est évidemment du système sinon il aurait jamais pu faire fortune ni avoir ses permis de construire pour bâtir les enorme Trump tower.au 4 coin des USA.




    0



    0
    New kid
    12 novembre 2016 - 22 h 18 min

    L’histoire ne fait que se
    L’histoire ne fait que se répéter !
    La démocratie existait du temps des grecs. Avec une différence, car ils avaient des Dieux pour toutes les occasions et un rab el maqla ; Zeus qui coiffer tous les petits Dieux!
    Doit-on supposer que le créateur favorise les impérialistes ? Il semble que oui, regardez les arabes qui ont conquis l’Afrique du nord, les paysans européens avec la conquête de l’Amérique du nord, les hispaniques et portugais l’Amérique du sud, la boucle étant bouclée, ces pouvoirs se sont fait la guerre pour s’exproprier.et agrandir leurs colonies. Les religions et les idéologies seront l’alcool vinaigre qui finira par enflammer cette planète, au contraire de l’âge de glace pour une troisième et dernière partie qui sera la dernière avant l’extinction du monde !




    0



    0
    sami
    12 novembre 2016 - 18 h 00 min

    L’un des plus grands
    L’un des plus grands pourfendeur de la mondialistion ou du néolibéralisme qui n’a eu de cesse de la dénoncer à travers ses conférences dans pratiquement tous les pays est un ALGÉRIEN (Mr AKFOUF actuellement professeur aux HEC Montréal ) ,apres avoir enseigner À L’INPED de Boumerdes.
    Dans les tribunes télévisuelles du Quebec,il est devenu persona-non-gratas pour ses idées et le plus grave encore dans son propre pays l’Algérie où on ne l’invite plus à participer à des conférences se rapportant à l’économie.
    La victoire de TRUMP a prouvé qu’il avait raison sur toute la ligne.Bravo Mr Aktouf.




    0



    0
    thamerguessifth
    12 novembre 2016 - 15 h 06 min

    Dis-moi qui est heureux pour
    Dis-moi qui est heureux pour ton élection, je te dirais qui tu es.
    Ceux qui ont exprimé de l’enthousiasme face à l’élection de Trump sont: Marine Lepen en France, l’ex-leader de Ku Klux Klan et le dictateur Poutine.
    Cet homme est ouvertement raciste, sexiste et ment comme il respire. Pour chaque mensenge d’Hilary, il en a au moins 8 ( ce sont les statistiques après chaque débat).
    On peut critiquer la politique étrangère de Barack Obama et De Clinton et leur reponsabilité dans le drame des peuples lybien et syrien. Mais de grâce, il est très erroné de penser que Donald Trump constitue une alternative et d’interpéter son nationalisme chauvin comme du patriotime,




    0



    0
    OMAR
    12 novembre 2016 - 14 h 51 min

    NI LES USA NI LE NOUVEAU
    NI LES USA NI LE NOUVEAU TRUMP

    NE CONTINUERONT A TROMPER LE MONDE!!!

    POLITIQUE EXTERNE /SOIT TRUMP OU CLINTON

    C’ EST TOUJOURS LA MEME CHANSON!!!!

    LES ARABES S ENTRETUENT / AUX PROCHAINS PLANS DE DESTRUCTION!!!????

    GO




    0



    0
    الهوارية..في فرنسا
    12 novembre 2016 - 13 h 36 min

    Moi, je déduis que Donald
    Moi, je déduis que Donald Trump a été investi par la Russie dont sa femme peut être une espionne agent double originaire de l’Europe de l’Est, même s’il a été choisi par la majorité des américains, il n’en demeure pas moins que les dirigeant russes ne sont pas pour rien dans son élection.




    0



    0
    so long
    12 novembre 2016 - 13 h 32 min

    Il y a une grande équipe
    Il y a une grande équipe dirigeante derrière et il fera ce qu’on lui dictera. Hillary Clinton aurait été élue saurait été kif kif. C’est un semblant ce slogan loin des lobbies près du peuple. Dis-moi qui tu fréquentes je te dirai qui tu es.
    Il était déjà dans la liste pour son devenir, rien n’est anodin c’est une stratégie du nouvel ordre mondial.




    0



    0
    kazmer
    12 novembre 2016 - 13 h 14 min

    Les USA ne se sont pas encore
    Les USA ne se sont pas encore relevés des effets de la crise économique, ils ont encore de problèmes internes et ils sont partout engagés dans des conflits et guerres à travers la planète qui risques de les ruiner à long terme. Le retour en force sur les plans militaire et diplomatique de la Russie leur rappelle que le temps de la bipolarité et revenu. Je pense donc que l’élection d’un président comme Donald Trump
    leur sauvera la mise dans la mesure ou il travaillera
    plus à la prospérité de son pays et des citoyens
    américains qu’a disperser ses forces dans des
    conflits pour le compte des lobby sionistes.




    0



    0
    Kahina
    12 novembre 2016 - 13 h 03 min

    C’est simple: Trump est un

    C’est simple: Trump est un milliardaire qui a financé sa campagne électorale avec ses propres moyens. Il n’avait pas tendu la main à aucun Lobby ou autres pour avoir du financement . D’où il était libre de dire tout ce qui lui passait par la tête.
    Trump a parlé le langage des zones rurales qu’il a su mobilisées. Il a gagné.
    Mais je ne sais pas si je peux dire qu’il a gagné….car Hillary a gagné le vote populaire. Aux USA , même si le peuple vote pour un candidat, ce n’est pas sûre qu’il sera président. C’est la démocratie???




    0



    0
    Sprinkler
    12 novembre 2016 - 12 h 09 min

    …Permettez-nous Mme Aït
    …Permettez-nous Mme Aït Kaci de ne pas partager votre optimisme quant aux promesses de jours meilleurs que porterait le « président Trump » tant pour les américains que pour les citoyens du monde. Je vous invite à vous relire dans deux ans, à mi-mandat, aux « prémices » du mandat de Trump, quand en Europe et en Asie se dresseront de  » petits Trump » pour protéger leurs petites patries contre les « damnés de la Terre », ces milliards d’âmes broyées par cette mondialisation dont le berceau vient d’accoucher d’un « fils ingrat » ( TRUMP). Vous avez parfaitement raison de présenter Hillary Clinton comme la  » pouliche  » du gotha de la finance et du complexe militaro-industriel, dont le seul programme se résume à la préservation de leurs intérêts, mais on ne peut pas voir dans son « heureux » rival – Trump – l’homme providentiel qui délivrera les américains de la féroce « globalisation »…Trump a été élu sur un discours  » musclé  » et des solutions à la « terminator » qui vont vite attiser les tensions raciales et creuser d’avantage la fracture sociale entre Blancs et Noirs. Ces Noirs qui, sous la mandature d’Obama, se font tirer comme des pigeons par une police raciste galvanisée par les discours populistes des nostalgique de l’Amérique Blanche…Je vous garantis qu’à la fin du mandat de Trump, le monde sera « sens dessus dessous »…Le repli isolationniste des américains sur la scène internationale laissera « vacant » le poste de « gendarme du monde et comme la nature a horreur du vide, je vous laisse imaginer le « profil » des postulants…




    0



    0
      W19 - TP
      12 novembre 2016 - 13 h 22 min

      L’Amérique est volée aux
      L’Amérique est volée aux Amérindiens … les blancs pour dominer cette terre et les noirs pour en faire sortir les richesses, les amérindiens eux exterminés. Obama aura réussit l’équation où les noirs se font tirer dessus comme des lapins par une police surexcitée. Trump fera mieux qu’Obama, il ne laissera pas tuer des noirs facilement sans risquer de la riposte des afro-américains. Les armes se vendent librement aux states, donc il ne fera pas cette erreur sans en payer le prix.




      0



      0
        Sprinkler
        12 novembre 2016 - 20 h 34 min

        Bonsoir W19 – TP ! Les
        Bonsoir W19 – TP ! Les récents crimes racistes perpétrés par la police américaine contre la population Noire, qui annonçaient déjà la rupture de l’Amérique profonde avec son establishment, ont ouvert un boulevard à Trump…En lui opposant une vieille dame sans conviction, au discours  » conventionnel  » et usée par le pouvoir,.on lui a offert la Maison Blanche sur un plateau d’argent…Le gars n’a pas eu à mouiller la chemise…Les assassinats de Noirs, je le crains, se multiplieront sous le mandat de Trump parce qu’il a investi une large partie de son discours sur la haine et la discrimination raciale…On a vu très peu de Noirs brandir son portrait et appeler à son  » sacre « . Je ne crois pas que ce pyromane politique intercédera en faveur de la minorité Noire qu’il a livrée aux nostalgiques de la ségrégation qui se comptent encore par millions…Ce n’est pas un hasard si le pendant français de Trump, Marine Le Pen, a exulté après la victoire du  » Républicain « …Il y a comme une  » convergence idéologique  » entre elle et le tombeur de Clinton…D’où  » l’incompréhension  » que suscite l’article de Mme AIT KACI.




        0



        0
          W19 - TP
          13 novembre 2016 - 7 h 54 min

          Salut Sprinkler ! Surement tu
          Salut Sprinkler ! Surement tu as raison. Mais je voulais dire qu’il ferait gaffe. Car apparemment il a gagne au coude a coude. Par etat il a gagne. Par voix totalises, la Clinton a 150 000 voix de plus. Ce qui est presque rien. Il y a une vrai division du corps electoral americain. Il semble que pres de la moitie ne s’est pas deplace pour voter. Supposons que les afro-americains se fassent tirer dessus de plus en plus. Vu que la societe est divisee, on peut deja dire que les anti-trump n’arreteront pas leur desaccord. On peut dire aussi que ceux qui voudront se venger contre les policiers ne se feront pas prier. Les armes sont en vente libre et les coups de vengeance sont possible. La derniere fois, ce fut un militaire americain noir qui s’est lache sur des policiers blancs. Maintenant s’il existe encore des nostalgiques de la segregation, alors autant dire qu’ils devraient la fermer pour l’eternite avant de donner leur avis en politique, sans compter que cela explique alors bien des choses, notamment leur soutien de la monarchie saoudienne. Entre esclavagistes, un langage est commun. Le fric facilitant le reste.




          0



          0
    New kid
    12 novembre 2016 - 11 h 50 min

    La mondialisation est un vain
    La mondialisation est un vain mot. Après la décolonisation est arrivé la délocalisation ou en d’autres termes tenir des peuples entiers dans la misère et l’esclavage par des dictateurs qui ont juré allégeance au ex colons !
    Le système féodal des monarchies du moyen orient, ne doit sa survie qu’au bradage de l’or noir qui coute moins cher que de l’eau de pluie ! Et en échange pour leur sécurité et domination le prix est fixé par les Zeta Zuñis en accord avec Tel Aviv.
    Les subprimes ne sont que les effets des surprimes des banquiers véreux dans un système « pro-establishment » !
    Scratch my back and I will scratch yours! And to hell with the others!
    Les opportunistes s’engagent dans la politique uniquement pour les avantages du rapport financier de la corruption.
    Certains utilisent la démocratie pour arriver à leurs fins, alors que d’autres utilisent la force militaire et la répression policière. Toutes les idéologies n’ont de but que le même résultat!
    Le protectionnisme réduira « l’output » et fera grincer les dents de toutes les industries à travers le monde pour diminuer l’export et envoyer des masses sur le chômage et une disparition du social des états partant en faillite !
    La seule ressource des états, alors ne sera que l’augmentation des impôts locaux comme aux temps féodaux ou les masses paysannes on inventées l’impérialisme comme l’ont fait les européens, les arabes et les turcs !!
    L’histoire ne fait que se répéter !




    0



    0
    Rayes El Bahriya
    12 novembre 2016 - 11 h 45 min

    C un grand chef d’état. Il
    C un grand chef d’état. Il dois rebâtir
    La baraque blanche noircie par barakat
    Oussama ….comprendre barak Obama.
    C’est un discours rassembleur et de
    Réconciliation nationale
    Moi j’irai vivre aux USA.
    Les ébauches de la demondialisation
    Sonnent le glas des riches
    Dinosaures de Wall Street.
    God bless America. .
    Vive America Ü.S




    0



    0
    Rak kbir
    12 novembre 2016 - 10 h 53 min

    J’ai seulement une question,
    J’ai seulement une question, quelle est la différence entre le temps des croisades, le temps des colonies et le temps des nations unies??????
    Je pense que la politique suivie est la même ( vivre au détriment des autres) mais le mode d’exécution à changé.
    Alors Ronald à dénoncer ou non je ne crois pas trop. Et si je fait erreur ou pas , ya le temps seulement qui nous le dira.




    0



    0
    Alilapointe59
    12 novembre 2016 - 10 h 39 min

    la politique extérieure des
    la politique extérieure des Etat-Unis ne changera pas, je ne c’est pas comment Trump pourra mettre fin à cet guerre, la cia a créé de toute pièces tous les réseaux terroristes a mis en cendre tout le moyen orient et les pays musulmans et africains. Lui arrive et leurs dit c’est bon arrêtez on fait la paix, faut le dire ça politique n’est pas celle de l’Amérique au plus il restera 8 ans. Donc aucun pays ne doit faire confiance au américains. Pour moi c’est une bonne ruse pour avoir plus de temps à développer et recharger les batteries de l’armée une trêve de 4 ans ou 8 ans… Devant les russes les occidentaux on du mal, pour moi Trump a était choisie pour un plan, les sionistes contrôle les États Unis et j’ai du mal à croire qui n’ont pas réussi à trafiquer les résultats, ont va pas ce voiler la fasse il n’y a pas de démocratie dans ce monde il y a des intérêts et des ruses… C’est mon avis j’ai du mal à croire que lui il va enlevé c troupe et leurs dire excuser moi, en face ils n’ont plus rien et on détruit et raser tout leurs pays. Comment reconstruirons t’il lzurs pays avec quel argent »Rothschild ». Et ça recommence on détruit le peuples financièrement on étouffe leurs économie…




    0



    0
    amal
    12 novembre 2016 - 9 h 53 min

    le plan B l’attend au détour.
    le plan B l’attend au détour. Je ne lui donnes pas 6 mois qu’il sera initiés et alliégé comme ils le veulent, sauf que lui a des points faibles qui le rendront encore plus vulnérable a leur pression, surtout qu’il représente un torchon idéal pour essuyer les couteaux ensanglantés. Mon oeil s’il reste de lui le moindre souhait qui ne leur plaira pas dans 6 mois..




    0



    0
    TheBraiN
    12 novembre 2016 - 9 h 43 min

    1-Etre milliardaire et
    1-Etre milliardaire et patriote en même temps c’est tout sauf contradictoire .
    2-Les Américains aiment bien les self-made men et Trump en est un .
    3-Trump va appliquer un programme économique assez bizarre , en dehors de toutes les idées reçues « idéologiques » et je pense qu’il sera le précurseur d’un nouveau modèle économique qui sera en fait , un non-modèle pour les « scientifiques » et « technocrates » mais qui sera des plus réalistes en tenant compte des réalités et potentialités Américaines .
    3-Sur sa politique étrangère , il va surtout agir en businessman et faire financer par d’autres (les arabes du Golfe en priorité) la dette et le déficit des USA .
    4-Nous , en tant qu’Algériens, devrons surtout prendre en compte son aventure économique .




    0



    0
    Algérie Authentique
    12 novembre 2016 - 9 h 42 min

    sortir la brosse à reluire ne
    sortir la brosse à reluire ne nous fera pas mieux voir par les impérialistes c’est même tout le contraire , Trump est un pragmatique pas un rêveur!




    0



    0
    Anonymous
    12 novembre 2016 - 9 h 34 min

    TRUMP a gagné ils ont deja
    TRUMP a gagné ils ont deja tout fait pour truqué les elections les bureaux de votes donne pratiquement 50 50 EN NOMBRES DE VOTES DES ELECTEURS et je suis certains qu il ont trichés sur les bulletins de vote en faveur de CLINTON mais la vague à etait telement forte poutr Trump qu il nont pas pu falsifié autant de vote de pense meme que les Americain ont voté a plus de 60 pour cent pour trump Americain first a quand Algerien first




    0



    0
    Mediane
    12 novembre 2016 - 8 h 26 min

    Il existe une jurisprudence
    Il existe une jurisprudence qui contraint les grands électeurs à voter pour leur propre parti.
    Les grands électeurs sont donc tenus de voter pour leur propre parti.
    Si ce n’était pas le cas, les grands électeurs républicains auront voté contre Trump à cause de la pression du lobby de l’argent (Wall Street et Holywood qui sont des partisans d’israel).
    Ce qui fait plaisir est que l »AIPAC et de façon générale les lobbyistes sionistes sont bien des géants aux pieds d’argiles.
    On peut humer l’air de l’espoir car la victoire est certaine.




    0



    0
    Benhabra brahim
    12 novembre 2016 - 3 h 15 min

    Ce qui fait le plus debat
    Ce qui fait le plus debat aujourd hui au usa c est le systeme electoral,selon le principe des »grands electeurs »!!..Republicains ou democrates,le citoyens est un simple pignon de transmission,c est les grands electeurs qui tiennent le levier de vitesse….
    Quand les riches s enrichisent…les pauvres travaillent.
    Quand les riches s appauvrissent……les pauvres mendient.
    Capitalisme obligent.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.