Des changements attendus à la tête du FFS : Aouchiche devrait remplacer Bouchafa

Youcef Aouchiche. New Press

Algeriepatriotique a appris de sources informées que le présidium du FFS procédera bientôt à des changements au niveau du secrétariat national du parti avec, très probablement, la mise à l’écart de l’actuel premier secrétaire, Abdelmalek Bouchafa, désigné il y a six mois. La décision pourrait être annoncée ce week-end, à l’occasion de la tenue de la session ordinaire du conseil national du parti, la quatrième et dernière de l’année, qui ouvrira le débat sur la participation, bien que largement acquise, du FFS aux prochaines élections législatives. Selon nos sources, Abdelmalek Bouchafa serait remplacé par l’actuel secrétaire national à la communication, Youcef Aouchiche, lequel a déjà occupé, en avril dernier, ce poste par intérim pour suppléer à l’absence de l’ex-premier secrétaire Mohamed Nebbou, pour des raisons de santé.

Cela dit, ce qui justifierait ce changement à la tête du plus vieux parti de l’opposition, c’est surtout le besoin d’insuffler au FFS une nouvelle dynamique pour qu’il soit prêt aux prochaines élections qui s’annoncent capitales pour la survie du parti.

Concurrencé sur son propre fief par l’entrée en lice de plusieurs acteurs politiques – dont le mouvement séparatiste du MAK n’est pas des moindres –, le FFS veut se donner les moyens pour reconquérir le terrain perdu, tout en espérant réaliser des percées hors de la Kabylie. Le parti a, d’ailleurs, programmé une série de meetings dans les régions du centre et de l’est, le dernier en date étant le grand rassemblement organisé samedi dernier à Chlef. Originaire de Constantine, Abdelmalek Bouchafa a réussi tous les meetings organisés jusque-là sous sa houlette mais il ne semble pas être le mieux indiqué pour mener campagne en Kabylie, susurre-t-on dans les cercles proches de cette formation. D’où ce besoin de recentrer désormais l’intérêt du parti sur cette région. 

Autre facteur qui a dû peser sur cette option de changement : l’urgence de surmonter les répercussions de deux «graves dérives» organiques imputées à deux élus importants du parti. Il y a eu, d’abord, l’affaire du déplacement d’un sénateur du parti, Moussa Tamadartaza, en septembre dernier, en compagnie d’une délégation conduite par le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, pour remettre une lettre du président Bouteflika à son homologue français. Il est reproché au sénateur de ne pas en avoir informé la direction de son parti. Le même reproche a été fait au député de Béjaïa Rachid Chabati, qui, lui, a fait partie de la délégation parlementaire qui a effectué une visite au siège de l’Otan, sans en aviser, lui aussi, la direction du FFS. Cette dernière a demandé des explications aux deux parlementaires. Il est fort probable que cette question soit soulevée lors du conseil national qui se tiendra ce week-end. 

R. Mahmoudi

Comment (10)

    TAFER
    18 novembre 2016 - 19 h 58 min

    Hélas ! Le F F S , est en
    Hélas ! Le F F S , est en train de se vider de sa riche essence ..
    Et ,quelque part , il y a manque d imagination , de contrôle , coordination , et , même infiltration , déperdition …
    Par contre certains carriéristes persistent dans les fuites en avant ,et , discours arrogants …
    Vu ,tout ce qu précède , -Comment peut on mener a bien , le processus du Consensus ?




    0



    0
    Anonymous
    16 novembre 2016 - 21 h 12 min

    Parti des marabouts ? on en a
    Parti des marabouts ? on en a rien à foutre !




    0



    0
    Un passant
    16 novembre 2016 - 18 h 35 min

    Qui peut croire encore à des
    Qui peut croire encore à des éléctions dans un pays dirigé par des ombres? Vous vous fatiguez à tirer des plans sur la comète alors que les sièges sont déjà distribués et tous les opportunistes sont là pour se disputer la mangeoire.
    Laissez le peuple en dehors de cette affaire svp.




    0



    0
    Abou Strophe
    16 novembre 2016 - 12 h 44 min

    N’est-ce pas juste un élagage
    N’est-ce pas juste un élagage, ou une mise en tenu pour se présenter avec un visage nouveau, ou un semblant, aux élections ? Personne n’a intérêt à minimiser le FFS. Vous avez raison quant au MAK, et ceux qui le considéraient comme le « tub de l’été » en 2001 se sont depuis ravisés. Il faut croire que ce mouvement n’est pas là que pour jouer aux trublions. Donner une assise et une légitimité nationales au FFS fait partie des parades qu’on a pu trouver. Il suffit de lui en créer. Et quoi de plus facile. Sauf que pendant ce temps là, ni les kabyles ni les algériens des lieux de parachutage des futurs élus, ne se laissent prendre à la mascarade. C’est au contraire par ce tripatouillage qu’on fais le lit du MAK . Nous verrons ça, nous verrons ça.




    0



    0
    lhadi
    16 novembre 2016 - 11 h 54 min

    L’idéal chevaleresque qui
    L’idéal chevaleresque qui confronte le vaste héritage de notre histoire ancienne et proche aux grands défis de notre temps : l’exigence démocratique, la situation de l’économie, les défis d’un engagement dans la société etc, est plus que jamais souhaitable et applicable au F.F.S. Fraternellement lhadi ([email protected])




    0



    0
    Aziz le Chéllalien
    16 novembre 2016 - 9 h 18 min

    Je pense que le peuple
    Je pense que le peuple algérien ne dispose pas de ce minimum d’esprit critique qui lui permet de voir le ‎bon coté de ce parti engagé depuis des décennies pour la démocratisation du pays contre la dictature.




    0



    0
    Rayes El Bahriya
    16 novembre 2016 - 8 h 47 min

    Limen tehki zabourek ya daoud

    Limen tehki zabourek ya daoud




    0



    0
    brobro
    16 novembre 2016 - 8 h 04 min

    il n’ya ni mise à l’ecart ni
    il n’ya ni mise à l’ecart ni sidi zekri. il s’agit de l’alternance à la tete des stuctures du parti, une tradition au sein du FFS.




    0



    0
    Thidhet
    16 novembre 2016 - 7 h 51 min

    « Entrée en lice de nouveaux
    « Entrée en lice de nouveaux acteurs politiques dont le MAK…. » Pourquoi pas la bande de malfrats récemment démantelée au nord de la ville de Tizi?




    0



    0
      Mohamed Amir
      17 novembre 2016 - 16 h 45 min

      D’abord ce changement n’est
      D’abord ce changement n’est pas certain et que Bouchafa est respecté au sein du FFS. Ensuite Aouchiche est un cadre dévoué à son parti et engagé pour ses idéaux. Probablement que si Bouchafa qui le premier secrétariat c’est pour d’autres raisons que celle ridicule annoncee dans l’article. Attendez pour voir que le FFS reprendra la place qui est la sienne aux prochaines élections. Signé : un militant FFSM




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.