Projet de loi de finances 2017 : répartition du budget de fonctionnement

Le projet de loi de finances 2017, adopté, mardi, par l’Assemblée populaire nationale (APN), prévoit des dépenses de fonctionnement de 4 591,8 milliards de dinars (contre 4 807,3 mds de dinars dans la loi de finances 2016). Voici la répartition de ce budget par département ministériel (les chiffres entre parenthèses sont ceux de la LF 2016). Unité : milliards de dinars :  

– Présidence de la République : 7,82 (7,9)

– Services du Premier ministre : 4,5 (3,4)  

– Défense nationale : 1 118,29 (1.118,2)

– Intérieur et collectivités locales : 394,26 (426,1)

– Affaires étrangères et coop. internationale : 35,21 (30,5)

– Affaires maghrébines, UA et Ligue arabe : (Budget du PM)  

– Justice : 72,67 (73,4)

– Finances : 87,51 (95,3)

 – Energie : 44,15 (44,8)

– Industrie et Mines : 4,61 (5,3)

 – Agriculture, développement rural et pêche : 212,79 (254,2)

– Moudjahidine : 245,94 (248,6 )

– Affaires religieuses et Wakfs : 25,37 (26,03)  

– Commerce : 19,51 (20,5)

– Ressources en eau et environnement : 16,18 (17,6)

– Travaux publics et transports :  27,42 (30,28)

– Habitat, urbanisme et ville :  17,65 (21,3)  

– Education nationale : 746,26 (764,05)  

– Enseignement sup. et recherche sc. : 310,79 (312,1)  

– Formation et ens. professionnel : 48,3 (50,3)

– Travail, emploi et sécurité sociale : 151,44 (226,4)  

– Aménagement du territoire… : 3,62 (4,1)  

– Culture : 16,005 (19,05)

– Solidarité nationale… : 70,9 (118,8)

 – Relations avec le Parlement : 0,23 (0,24)  

– Santé, population et réforme hospitalière : 389,07 (379,4)

– Jeunesse et sports : 3 4,55 (37,2)

– Communication : 18,69 (19,3)   

– Poste et TIC : 2,4 (3,8)   

– Sous/Total : 4 126,2  

– Charges communes : 465,5 (448,1)

– Total : 4 591,8 (4 807,3).

Comment (2)

    Belrachid
    6 mai 2017 - 22 h 25 min

    En besoin des logement
    En besoin des logement rural ,monsieur premier responsable du paye sellal en à marre de toi , vous savez jouer des carte Monsieur sellal avec des autre voleur comme vous , en à pas besoin de programme d’achèvement de conduite de gaz de ville dans les compagne , est en à marre de ta politique , pour attirer les grand nombre des votant de l’âge mur , est vous savez que la jeunesse ne vote pas , parce que il est crevé , sans logement ,sans travail …etc lancement des projet de merde , comme gaz de ville , la grand mosquée d’Alger son montant estime plus de 869 million d’euro , distribue aussi 5 milliard de dollars pour les paye d’Afrique , c’est très honte a vous est très grave




    0



    0
    Anonymous
    22 novembre 2016 - 18 h 32 min

    Il faut espérer que, malgré
    Il faut espérer que, malgré la réduction du budget alloué au secteur de l’Habitat et le peu d’empressement manifesté par TEBBOUNE pour développer l’EFFICACITE ENERGETIQUE dans son secteur, des pressions s’exerceront de la part des patriotes sincères pour couper court à son immobilisme, et ainsi daigner prendre sérieusement en considération le problème des gaspillages insensés d’énergie dans les bâtiments inscrits aux programmes de son secteur. Et ce d’autant plus que celui-ci est, DE LOIN, celui qui consomme – et gaspille – le plus d’énergie. On ne peut, à cet égard, que déplorer que le programme National d’Efficacité Energétique (P.N.E.E) de 100.000 logements/an durant 4 ans qui était censé démarrer dès cette année soit reporté à une date ultérieure, et ce, en dépit de son urgence, eut égard à l’importance de l’argent public qu’il aurait permis d’économiser, ainsi que de l’intérêt général qu’il aurait suscité au sein de la population, à l’heure où il est fortement question d’accroître les tarifs de gaz et d’électricité. Néanmoins, pour garantir son succès, il importe de lancer sans plus tarder un programme de fabrication de produits de construction qui soient autrement plus performants en énergie que les parpaings et les briques, qui continuent à dominer le marché, en dépit de leurs qualités insuffisantes pour assurer une bonne isolation thermique des murs de façade. Au demeurant, ce serait une grave erreur que de compter uniquement sur les panneaux isolants tels que PSE ou autre liège, pour compenser ce défaut rédhibitoire en vue d’atteindre les objectifs fixés par le ministère de l’Energie en matière de performances énergétiques, pour la simple qu’ils ne sont plus rentables au delà des épaisseurs déjà employées couramment, si tant est que la rentabilité économique n’est plus un vain mot dans notre pays.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.