Un collectif d’intellectuels dénonce la «néo-salafisation» de la langue arabe

Ahmed Djebbar, historien des sciences et ancien ministre. D. R.

Un collectif d’intellectuels de renom s’élève contre l’incompétence qui frappe l’école et la «néo-salafisation» de la langue arabe. Dans une tribune publiée aujourd’hui dans le quotidien français du soir Le Monde, ce collectif relève la «passion» excessive que suscite la langue arabe en Algérie plus que dans les autres pays arabes. Une passion développée d’un point de vue purement religieux.

Ces intellectuels, à savoir Ahmed Djebbar, mathématicien et historien des sciences ; Abderrezak Dourari, linguiste et professeur à l’Université d’Alger ; Mohammed Harbi, historien et ancien dirigeant du FLN ; Wassiny Laredj, écrivain et professeur de littérature moderne aux universités d’Alger ; Khaoula Taleb-Ibrahimi, linguiste, professeure à l’Université d’Alger ; Houari Touati, historien, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) à Paris, affirment que «ceux qui la défendent bruyamment ne la conçoivent que comme une langue rituelle et patrimoniale. Et même lorsqu’ils ne récusent pas le fait qu’elle soit une langue de culture, ils ne se soucient ni de la forme ni du contenu de cette culture. La langue leur suffit : elle leur tient de culture.»

Médiocrité 

C’est pour cette raison, expliquent ces intellectuels, que cette langue, considérée comme affaire «existentielle», est «mal parlée, mal apprise». Mal apprise parce qu’«elle est sans contenu, aussi pauvre et sèche qu’un filet d’oued saharien». Ce collectif d’intellectuels souligne : «Les peuples ne sont dignes des langues dont ils se réclament que s’ils les fructifient et en partagent le fruit récolté avec le reste du monde». Ce qui n’est pas le cas en Algérie où l’état de la culture arabe est «médiocre». «Sans doute parce que les Algériens sont coupés du patrimoine littéraire classique de cette langue, que quasiment plus personne ne lit parce qu’il est devenu incompréhensible, y compris pour la plupart des membres de l’élite intellectuelle. En soixante ans d’existence, l’école algérienne n’a rien enseigné de tout cela», expliquent ces intellectuels qui dénoncent le fait que le système d’enseignement algérien ne repose pas sur «la connaissance et l’apprentissage des classiques, sans quoi il n’y a pas de modernité littéraire».

Ces spécialistes relèvent que l’islam n’est pas qu’une religion, il est aussi une culture. «S’il n’était resté qu’une religion, il n’aurait même pas pu, ni su développer ses propres sciences religieuses telle que la théologie. Car toutes ces sciences nécessitent la maîtrise d’une pensée spéculative que l’on ne peut acquérir, ni développer en l’absence de la logique.» Et pour ce collectif d’intellectuels, c’est là où réside le problème de l’école algérienne. «La logique n’est ni arabe ni islamique, elle est grecque. Les livres mêmes dans lesquels sont exposées ces sciences religieuses ont emprunté leurs techniques de composition, leurs modèles d’écriture et leurs traditions littéraires à la plus prestigieuse de toutes les cultures antiques : la culture hellénistique.»

Le collectif affirme ainsi que «les faux défenseurs de la langue arabe de chez nous, ceux qui sont responsables de son naufrage scolaire, ne savent pas – bien sûr – qu’ils sont tributaires de la culture grecque jusque dans la façon dont ils ont appris à lire et à écrire la langue arabe, et qui est celle que les écoles coraniques ont perpétuée depuis des siècles». Ils considèrent également que ceux qui «s’imaginent que la langue arabe est une langue sacrée, voire la langue sacrée par excellence, ne sont rien moins que des adeptes de la sottise». «D’abord parce que la plupart des langues s’imaginent descendre du ciel ; ensuite parce que les prétendus arguments religieux sur lesquels cette allégation est bâtie sont apocryphes. On a bien fait dire au Prophète Mohamed que, de toutes les langues, c’est l’arabe qui était sa préférée parce qu’elle est «la langue des gens du Paradis», soulignent ces intellectuels qui tentent ainsi d’attirer l’attention de l’opinion publique sur le vrai problème de l’école algérienne.

«Le halal et le haram»

Le plus dangereux, selon eux, c’est le fait que le discours des prédicateurs sermonnaires «qui tient lieu de religion à l’école algérienne, comme en témoigne la vidéo mise en ligne par une institutrice le jour même de la rentrée scolaire de cette année 2016-2017». «Outre son caractère abrutissant, cette rhétorique de la défense de l’école au nom de la religion tend à faire de celle-ci une mécanique tranchante : d’un côté le halal («autorisé par la religion), de l’autre le haram(«interdit par la religion»). Or, dans le système normatif islamique, tous les actes humains sont soumis, non pas à une, mais à deux échelles de qualification, qui s’appliquent concurremment à ces actes : l’une est religieuse, l’autre légale», expliquent-ils.

Pour ce collectif, c’est l’ensemble de ce système que le «néo-salafisme» a détruit dans notre pays. Il n’y a plus que l’ibadisme – l’une des trois composantes de l’islam avec le sunnisme et le chiisme – qui témoigne aujourd’hui pour la religion de nos pères. Or, l’Etat, tout autant que la société, le défend mal des menaces qui pèsent sur lui et qui sont «source de divisions, dont un certain aveuglement national ne mesure pas les dangers». «Ces menaces sont, affirment-ils, les mêmes qui pèsent sur les différentes expressions langagières du berbère.» Ce collectif d’intellectuels appelle ainsi à agir pour limiter les dégâts.

«En attendant leur sauvegarde, pour les unes leur standardisation, pour les autres l’école doit d’ores et déjà s’atteler à enseigner leur littérature : poésie, geste, contes, mythes. Cette littérature berbère ne doit en aucun cas être limitée aux zones berbérophones. Elle doit aussi bien être enseignée à la partie arabophone du pays, qui doit la redécouvrir et l’assimiler comme une part oubliée de sa propre profondeur historico-culturelle», insistent-ils.

Sonia Baker

Comment (142)

    Oukhdha Amar
    4 décembre 2016 - 11 h 36 min

    Une « preuve » ou une «
    Une « preuve » ou une « démonstration » de l’innocence de l’Arabe dans le « nivellement vers le bas » de notre enseignement de la majestueuse matière qu’est la « mathématique », spécialité du principal et premier professeur co-auteur Ahmed Djebbar ,est donnée à cette adresse URL :

    http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5232806

    L’article de ces 6 co-auteurs, n’est qu’un faux procès intenter à l’Arabe. Le Professeur Djebbar ne connait nullement nos étudiants ou nos élèves, même s’il a été Ministre de l’«Education » pour un laps de temps. Certes il vient souvent en Algérie, pris en charge totalement par les universités algériennes. Il vient raconter l’histoire des mathématiques ARABES. Je vois mal son revirement à l’encontre de l’ARABE !




    0



    0
    Nacira ZELLAL
    2 décembre 2016 - 22 h 58 min

    Bonjour, je ne comprends pas
    Bonjour, je ne comprends pas pourquoi on parle de « LANGUE à l’école », comme si elle était enseignée en milieu scolaire algérien ! Arabe, française, berbère, anglaise ou autre, elle n’existe pas de 6 à 12 ans !
    Pourtant ces personnes, qui organisent un colloque sur de Saussure, sensés en maîtriser la fameuse dichotomie langue/langage, auraient pu avoir la présence d’esprit, d’autant plus que leur thème relatait les « 100 ans post-Saussuriens et les perspectives », de penser à introduire dans leur programme, la révision de cette dichotomie à travers l’actualité : les Neurosciences Cognitives.
    Les NC comprenant, justement, les concepts d’enseignement de la langue, de neuro-éducation et de neuro-pédagogie, nous permettent d’aboutir à la démonstration d’une pernicieuse persistance, au sein de l’école algérienne, à « ré-enseigner » le langage, alors qu’il est acquis à 18 mois et qu’à l’école, l’enfant accède à la langue ; il quitte le langage, car il doit apprendre et les apprentissages sont véhiculés par la langue et non par le langage !
    La langue c’est l’écrit et le langage c’est l’oral ! L’enfant acquiert par l’oral de 0 à 6 ans et il apprend par l’écrit de 6 ans jusqu’à la fin de la vie.
    La politique de l’autruche, qui mine notre pays, fait que ce « collectif » (alors qu’il s’agit de science et non de politique ni de syndicalisme), évite le débat scientifique, alors que co-lloque veut dire « débat » ! Mais, je pense que c’est parce qu’il n’a pas le choix ; je m’explique.
    L’Homme est « symptôme » ou « social humain » (le comportement) et il est aussi « cause » de ce symptôme (le cognitif, l’intelligence qui détermine le comportement, qui l’explique). Pour prendre en charge un comportement déviant ou anormal, il faut aller vers sa cause, sinon on reste prisonnier de sa description. Or, la science prend en charge et résout des problèmes, sachant que toute approche symptomatique provoque la récidive. Or aussi, l’approche causale relève d’une réflexion complexe.
    Si les neurosciences cognitives font la relance économique des pays développés, c’est tout simplement du fait que c’est le fruit de leur intelligence qu’ils exportent vers les pays du Sud; c’est pourquoi ils s’acharnent à maintenir dans le critère SOCIAL, ces pays « rendus pauvres », afin qu’ils poursuivent leur « devoir de les nourrir ». L’Algérie importe même leurs pois chiches ! La production est inhibée dans notre pays, dans la genèse même de son vecteur : le développement de l’intelligence depuis l’école, qui est le fait de thèses universelles : Piaget n’est pas raciste !
    Donc, 1) soit on baigne dans la description du symptôme social en faisant de l’historique, des articles kilométriques, qui, en fait, ne sont que du constat, de la DESCRIPTION : du socio+une discipline. 2) soit et c’est là que démarre le travail scientifique si tant est que par définition, la science résout des problèmes étant entendu qu’on ne résout un problème que si l’on en maîtrise LA CAUSE, l’on fait alors, dans ce cas de figure, l’effort de se creuser le cerveau pour essayer de l’expliquer, quitte à fouiller dans plusieurs disciplines à la fois.
    Mais là, effectivement, la tâche devient difficile car elle impose la formation pluridisciplinaire. La pédagogie de la langue à l’école, base de l’apprentissage, n’est ni une affaire d’histoire des maths, ni de sociologie : c’est une affaire de linguistique + de psychologie génétique (cognitive) + de psycholinguistique + d’acquisition + d’apprentissage + de neuropsychologie, le tout, compte tenu de théories universelles.
    La langue c’est l’écrit dans ses 02 règles : COHERENCE et COHESION, qui confèrent le raisonnement, créent et développent l’intelligence, qui demain sera exportable et fera du pays scientifique un pays prospère, non assisté et donc heureux.
    Ces 02 règles intra-linguistiques ou AUTONOMIE COGNITIVE sont abstraites, par essence.
    Ceci veut dire que maîtrisées dans une langue, elles le seront, par transfert des acquis, dans toutes les autres langues. L’âge universel de leur acquisition est de 06 à 10 ans. Pas avant ni après.
    Donnons donc l’autonomie à nos enfants à l’école par la langue, porteuse de physique, de géographie, de religion, de mathématiques, d’histoire, de médecine …., autrement dit de tous les apprentissages et il sera autonome, maître de ses opinions, que personne ne lui dictera. Par son autonomie, l’enfant fera face à toute crise sociale, il aura des projets qu’il réalisera par lui-même…
    Ces 02 règles, qui font l’autonomie de l’Homme ont une genèse (comme l’os qui est cartilage avant de devenir périoste), elles ont une tranche d’âge et un stade précis, qui sont universels, qu’il ne faut pas compromettre, qu’il faut encourager comme lorsqu’on donne à 01 an et pas à 10 ans, de la vitamine D à un bébé, pour « encourager » sa motricité à se développer.
    La vitamine D est contenue dans l’huile de foie de morue, comme l’abstraction qui fait notre intelligence, est contenue dans le texte d’auteurs consacrés.
    En Algérie le TEXTE littéraire, l’écrit est introduit à 12 ans, au secondaire ; il est alors trop tard, cela donne à 40 ans, des chercheurs qui ont du mal à rédiger un abstract.
    Alors, il faut juste demander à ces journalistes du Quotidien Le Monde, pourquoi en France la liste des œuvres littéraires des Cycles 1, 2 et 3 (6-11 ans) est de 12.000 pièces de théâtres, 6000 romans, 2000 poésies… et pourquoi à l’école algérienne il y a zéro texte littéraire ? Ni poésie kabyle ou arabe, ni pièce de Shakespeare, ni Les misérables de Victor Hugo, ni …
    Pour conclure, je rappelle qu’il ne s’agit pas là d’une vue de l’esprit : l’enfant c’est un enfant et il faut cesser de politiser, voire de « syndicaliser » son avenir. En science il faut démontrer et la démonstration est individuelle, personnelle, cela s’appelle l’intelligence. Celui qui a un 2/20 n’a pas 18/20. Une faute répétée 30 fois reste une faute ; ce n’est donc pas une question de « collectif » mais de démonstration.
    L’étude relève d’une spécialité pluridisciplinaire démarrée dans les années 70, d’une formation évaluée par des jurys composés de savants dans la matière, une formation qui aboutit aujourd’hui à une conceptualisation, voire à une modélisation des SHS, à l’intérieur des Neurosciences cognitives, fondant le LMD d’Orthophonie, neuroscience cognitive par excellence ; un LMD algérien, qui est, aujourd’hui, exporté vers 02 Facultés de Médecine étrangères, une première depuis l’indépendance, puisque tous les cursus sont importés.
    L’Algérie est donc condamnée à aligner sa pédagogie linguistique sur la pédagogie universelle, si elle veut relever le défi de devenir un pays exportateur du fruit de son cognitif. On n’aurait pas de « taqachouf » aujourd’hui, si la RES des années 70 n’avait pas programmé sur ces 04 dernières décennies, la destruction sans pitié, de la matière grise.

    Enfin, voici des liens d’articles qui ont fait cesser le MEN de parler de l’absurdité sociale : « la daridja à l’école algérienne » :
    http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5217580&archive_date=2015-08-23
    http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5216915&archive_date=2015-08-04
    http://www.elwatan.com/contributions/la-langue-maternelle-deja-acquise-n-est-pas-a-reapprendre-a-l-ecole-02-08-2015-300826_120.php
    http://www.alterinfo.net/La-darija-comme-prothese_a117402.html

    A bon entendeur !

    Signé : Pr Nacira ZELLAL,
    http://www.urnop-alger2.com




    0



    0
    MnarviDZ
    30 novembre 2016 - 12 h 57 min

    Voici une lecture critique de
    Voici une lecture critique de la contribution de ce collectif.
    Merci de publier mon commentaire et bonne lecture a tous.

    http://vivalalgerie.wordpress.com/2016/11/25/sauvons-notre-ecole-daccord-mais-de-quoi-au-juste/




    0



    0
    tim
    30 novembre 2016 - 0 h 26 min

    French is a dead language, we
    French is a dead language, we want English to be taught instead in our schools.




    0



    0
    Anonymous
    25 novembre 2016 - 12 h 10 min

    Non , monsieur Kadiri, vous
    Non , monsieur Kadiri, vous avez lu un peu trop rapidement le titre de l’article. Le journaliste qui a rapporté les préoccupations de ces intellectuels a mal formulé son incipit.
    La plupart des auteurs qui s’inquiètent de la place de la langue arabe dans le système éducatif algérien, sont ceux qui la défendent bec et ongle. Ce sont ceux qui ont énormément travaillé sur les langues, en général, la langue arabe en particulier. Vous n’ignorez pas que Waciny Laâradj est un écrivain algérien dont les ouvrages en langue arabe ont reçu des prix littéraires d’un grand nombre de pays arabes. Non , la langue du Coran, n’a rien à voir, ceux qu’ils préconisent, c’est sa simplification. Si la langue arabe n’évolue pas (terminologie, lexicologie, néologie, localisation) avec les sciences nouvelles et les technologies, elle est vouée à la mort comme l’ont été le grec et le latin et comme le sont aujourd’hui nombre de langues à travers le monde. Si je vous donnais des titres d’ouvrages ou de thèses traitant des neurosciences cognitives, les arabisants seraient incapables de leur trouver des équivalents arabes. Aujourd’hui, il ne sert à rien de polémiquer. Ceux qui s’insurgent contre le réforme et la revalorisation de la langue arabe ont leur progéniture dans les pays francophones ( France et autres) ou dans les pays arabes du Golfe où tous les enseignements sont dispensés en langue anglaise




    0



    0
    KADIRI
    24 novembre 2016 - 10 h 13 min

    Naufrage scolaire en Algérie:
    Naufrage scolaire en Algérie: des intellectuels remettent en cause la langue arabe 23/11/2016. Article publié par Alterinfo.Le 23.11.2016.
    image: http://www.alterinfo.net/photo/art/grande/10642140-17522855.jpg?v=1479902404
    image: http://www.alterinfo.net/photo/art/default/10642140-17522855.jpg?v=1479902405

    Le journal français, Le Monde, a publié mardi une déclaration faite par un collectif d’intellectuels dénonçant ce qu’ils appellent « la néosalafisation de la langue arabe ».

    La déclaration impute la responsabilité de la tendance religieuse au secteur d’éducation ayant caractérisé la langue arabe durant ces quelques dernières années.

    Elle est signée par un nombre d’intellectuels, dont Ahmed Djebbar, mathématicien et historien des sciences, professeur émérite à l’université des sciences et des technologies de Lille, ancien ministre de l’éducation nationale algérienne; Abderrezak Dourari, linguiste, professeur à l’université d’Alger ; Mohammed Harbi, historien et ancien dirigeant du FLN; Wassiny Laredj, écrivain et professeur de littérature moderne aux universités d’Alger et de Paris-III-Sorbonne-Nouvelle; Khaoula Taleb-Ibrahimi, linguiste, professeure à l’université d’Alger ; Houari Touati, historien, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) à Paris.

    Par ailleurs, ils plaident pour la libération de la langue arabe d’héritage historique et de l’aspect religieux.

    Selon eux, la langue arabe est « constamment sujette à des tensions politiques et à des disputes idéologiques extrêmes. Car ceux qui la défendent bruyamment ne la conçoivent que comme une langue rituelle et patrimoniale».

    « Quant à ceux qui s’imaginent que la langue arabe est une langue sacrée, voire la langue sacrée par excellence, ils ne sont rien moins que des adeptes de la sottise », soutiennent-ils.

    Et le collectif d’expliquer: « D’abord parce que la plupart des langues s’imaginent descendre du ciel ; ensuite parce que les prétendus arguments religieux sur lesquels cette allégation est bâtie sont apocryphes. On a bien fait dire au prophète Mohammed (QSSSL) que, de toutes les langues, c’est l’arabe qui était sa préférée parce qu’elle est « la langue des gens du paradis».

    « Les faux défenseurs de la langue arabe de chez nous, ceux qui sont responsables de son naufrage scolaire », martèlent-ils.

    Le collectif défend implicitement la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit ayant demandé l’ouverture d’une enquête contre une institutrice ayant mis en ligne une vidéo faisant l’éloge de la langue arabe.

    http://www.echoroukonline.com/ara/articles/505457.html

    Commentaires

    1.Posté par YYY le 23/11/2016 14:45 | Alerter

    Et voilà d’autres MOUNAFIQUINN intellectuels !!!

    L’ échec scolaire est également grandissant en France donc le problème n’est pas la langue, fondamentalement le problème est sociétal et dû au choix des politiques (programme des matières enseignées, l’ éducation, la formation des enseignants, la méthodologie de l’ enseignement etc….)
    En outre, on a eu droit à l’ alphabet créé par la Sorbonne pour la langue Kabyle et maintenant à ce faux prétexte pour occulter l’arabe, manifestement cela est fait pour disloquer l’ Algérie algerienne. A qui profite le crime ?
    L’ Algérie ne doit perdre son identité et l’Islam.

    Tous les moyens sont utilisés pour que l’arabe ne soit plus compris, le but de chitan et ses taghouts serait de l’ éradiquer.
    L’ arabe est la langue qu’Allah a préférée sur toutes les autres et OUI le Coran est en langue Arabe.

    2.Posté par Moi le 23/11/2016 17:15 | Alerter

    ils attaquent en premier la langue arabe parce qu il savent que c est le vecteur du coran et si ils arrivent a desarabiser les esprits ils arriveront a faire oublier aux gens leurs religion .

    ne cedez pas au chant de sirenes sataniste , apprenez a vos enfant l arabe .

    3.Posté par Saber le 23/11/2016 17:49 | Alerter

    Une propagande du propriétaire du journal le monde. Ce journal le Monde n’est plus ce qu’il était dans les années 70 où il publiait la ayat el koursi.

    4.Posté par maya le 23/11/2016 20:20 | Alerter

    l ‘Algérie est un pays arabo musulman (aux origines berbere ok) mais la langue c’est l’arabe !
    ceux qui ne sont pas d’accord qu’ils aillent s’installer ailleurs !

    5.Posté par Saber le 23/11/2016 21:22 | Alerter

    RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE

    CONSTITUTION

    PREAMBULE

    Le peuple Algérien est un peuple libre, décidé à le demeurer.

    Son histoire est une longue chaîne de luttes qui ont fait de l’Algérie de toujours une terre de liberté et de dignité.

    Placée au cœur des grands moments qu’a connus la Méditerranée au cours de son histoire, l’Algérie a su trouver dans ses fils, depuis le royaume numide et l’épopée de l’Islam jusqu’aux guerres coloniales, les hérauts de la liberté, de l’unité et du progrès en même temps que les bâtisseurs d’Etats démocratiques et prospères dans les périodes de grandeur et de paix.

    Le 1er Novembre 1954 aura été un des sommets de son destin. Aboutissement d’une longue résistance aux agressions menées contre sa culture, ses valeurs et les composantes fondamentales de son identité que sont l’Islam, l’Arabité et l’Amazighité, le 1er Novembre aura solidement ancré les luttes présentes dans le passé glorieux de la Nation.

    Réuni dans le mouvement national puis au sein du Front de Libération Nationale, le peuple a versé son sang pour assumer son destin collectif dans la liberté et l’identité culturelle nationale retrouvées et se doter d’institutions authentiquement populaires.

    Couronnant la guerre populaire par une indépendance payée du sacrifice des meilleurs de ses enfants, le Front de Libération Nationale, restaure enfin, dans toute sa plénitude, un Etat moderne et souverain.

    Sa foi dans les choix collectifs a permis au peuple de remporter des victoires décisives, marquées par la récupération des richesses nationales et la construction d’un Etat à son service exclusif, exerçant ses pouvoirs en toute indépendance et à l’abri de toute pression extérieure.

    Ayant toujours milité pour la liberté et la démocratie, le peuple entend, par cette Constitution, se doter d’institutions fondées sur la participation des citoyens à la gestion des affaires publiques et qui réalisent la justice sociale, l’égalité et la liberté de chacun et de tous.

    En approuvant cette Constitution, œuvre de son génie propre, reflet de ses aspirations, fruit de sa détermination et produit de mutations sociales profondes, le peuple entend ainsi consacrer plus solennellement que jamais la primauté du droit.

    La Constitution est au-dessus de tous, elle est la loi fondamentale qui garantit les droits et libertés individuels et collectifs, protège la règle du libre choix du peuple et confère la légitimité à l’exercice des pouvoirs. Elle permet d’assurer la protection juridique et le contrôle de l’action des pouvoirs publics dans une société où règnent la légalité et l’épanouissement de l’homme dans toutes ses dimensions.

    Fort de ses valeurs spirituelles, profondément enracinées, et de ses traditions de solidarité et de justice, le peuple est confiant dans ses capacités à œuvrer pleinement au progrès culturel, social et économique du monde d’aujourd’hui et de demain.

    L’Algérie, terre d’Islam, partie intégrante du Grand Magreb, pays arabe, méditerranéen et africain, s’honore du rayonnement de sa Révolution du 1er Novembre et du respect que le pays a su acquérir et conserver en raison de son engagement pour toutes les causes justes dans le monde.

    La fierté du peuple, ses sacrifices, son sens des responsabilités, son attachement ancestral à la liberté et à la justice sociale sont les meilleurs garants du respect des principes de

    6.Posté par nedjib le 23/11/2016 21:44 | Alerter

    L’échec scolaire n’est pas dû à la langue, mais les raisons de cet échec sont ailleurs. Les pays qui se sont développés socialement et économiquement ont aquis le savoir par leur langue maternelle et non pas par la langue du colonisateur. La finlande pays qui a été colonisé par les russes, après son indépendance s’est développer en obligeant ses citoyens à étudier en finois. En ce qui concerne la langue française que ces pseudo-intelectuels algériens ( qui ne représentent qu’eux mêmes) défendent n’est pas une langue universelle et qu’elle ‘a cours qu’en france et les quelques pays que cette france a colonisé. Il est préférable et pourquoi pas obligatoire pour nous Algériens d’étudier la langue Anglaise et nous débarasser de cette langue française que n’a aucune valeur. J’ai visité plusieurs pays, de l’afrique à l’asie en passant par l’europe, aucun des citoyens de ces pays ne parlent le français, c’est toujours l’Anglais qui domine. Alors, messieurs les pseudo-intelectuels du journal français le monde c’est la fin de la pièce théatrale, la jeunesse Algérienne n’est pas dupe et elle est consciente et sait différencier entre les choses. La mojorité écrasante de nos jeunes sont Anglophones, il n’y qu’à faire un tour dans les écoles linguistiques à travers le pays pour constater la réalité. Adieu la france. LAlgérie n’est plus ce qu’elle est dans les années 60. Ce que je propose à nos politiciens c’est d’enlevier le fançais carrément et de le remplacer par l’Anglais dès la première année élémentaire, ainsi nos enfants auront une base solide et pourront poursuivrent leurs études dans n’importe quel pays.

    7.Posté par ATR le 23/11/2016 22:51 | Alerter

    Si le peuple algerien soutient ces vendu francafricain, on ne veut plus jamais entendre un Algerien nous parler de la décolonisation, du méchant français, des moujahidine etc

    Le système éducatifs ne fonctionne pas parce que l’Etat est corrompu par la francafrique donc il faut pousser plus loin le colonialisme culturel français en Algerie. Demandez aux pieds noir de revenir reprendre en main votre pays pendant que vous y êtes bande de sous hommes.

    En savoir plus sur http://www.alterinfo.net/notes/Naufrage-scolaire-en-Algerie-des-intellectuels-remettent-en-cause-la-langue-arabe_b10642140.html#qodfEEwhxP7CPSQj.99

    Vous trouverez ma réponse aux deux articles publiés par le quotidien français le monde et la seconde fut publiée par le site Alterinfo du 23.11.2016.
    Avec mes remerciements. KADIRI.
    L’Officialisation de l’Alphabet latin kabyle en Algérie est une grave atteinte à la dignité de tous les Algériens musulmans, une tentative d’ingérence d’une nouvelle colonisation européenne de l’Algérie, déguisée pour tromper le peuple Algérien pris en otage par une mafia kabyle laïque, francophone, sioniste, colonialiste. Les commanditaires sont les incorrigibles génocidaires français qui continuent de nous porter des coups au dos. Le sabotage de la langue arabe a été l’œuvre de nostalgiques fanatiques, de la tendance ‘’ Algérie française’’ et une bande de crétins de pseudo-écrivains à la solde des sionistes juifs français. L’officialisation de la langue arabe comme langue officielle de l’état Algérien n’a pas été un acte apprécié par les ennemis de l’Algérie, essentiellement les francophones.
    C’est Michel Debré, lorsqu’il était premier ministre, du général de Gaulle, il était opposé à l’indépendance de l’Algérie et à cause de lui, la guerre s’est prolongée de quatre année consécutive. C’est lui qui avait fait activer la mise en œuvre de l’Alphabet Latin pour doter les berbères du Maghreb, Kabyles d’Algérie et Rifains du Maroc , d’une écriture latine, riche et moderne, dans le but évident et de libérer les berbères du joug arabe. Selon cette propagande planifiée et diffusée pour saboter les efforts de l’Algérie, notamment diviser les Algériens.
    IL s’agit d’une entreprise criminelle dirigée par les Juifs sionistes pour remplacer la langue arabe dans les écoles, les lycées et les facultés. Par un alphabet latin inventé par les français belliqueux et revanchards. Mais aussi, de contester par tous les moyens possibles, l’officialisation de la langue arabe ( langue et écriture), afin que cette , langue de l’Islam émanant du saint livre du Coran, soit remise en cause et ne doit plus figurer dans la constitution Algérienne comme langue officielle de l’état Algérien. Michel Debré, était le chef de file des réseaux ‘’ Algérie française’’. Deux professeurs avaient été désignés juste après l’annonce de l’indépendance de l’Algérie, il s’agit du professeur français J. Berque et du professeur kabyle, M. Mohamed Arkoun pour participer aux travaux de l’ alphabet latin, inventé par le sinistre missionnaire espion, Foucault, assassiné au Sahara. Ce maudit personnage était à l’origine de l’invention de deux alphabets, l’alphabet latin pour les kabyles et les rifains, et l’alphabet tifinagh, pour les Touarègues sur le modèle ancien de l’alphabet phénicien. Ce sinistre espion, avait transmis ses travaux au gouvernement français, et les documents étaient placés dans les archives de l’université de la Sorbonne.
    Selon l’ancien Recteur de la mosquée de Paris, lequel avait décliné l’offre de Michel Debré de participer à cette invention artificielle , de l’alphabet latin kabyle, fomentée par les ultras sionistes contre le peuple Algérien. L’ancien Recteur, était fondamentalement contre le F.L.N. et contre ce projet en cours à la Sorbonne sur le remplacement de la langue arabe par l’alphabet latin, et il avait fait une confidence, à son ami M. Bessaeih Boualem, qui était ambassadeur d’Algérie à Bruxelles. Le Recteur avait affirmé que les deux professeurs se trouvaient devant un mur, identique au mur de Planck ; Ils rencontraient des difficultés et des problèmes insolubles, extrêmement difficiles, inextricables et impossibles, en raison de l’absence de sources documentaires et de références introuvables. Les ADN et HLA prélevés dans laboratoires français sur les kabyles hommes et femmes, indiquent que ces populations sont différentes des berbères et arabes. ? IL ne fait plus aucun doute, que la recherche scientifique ne peut que valider, l’origine des kabyles de descendants de Vandales, c’est aux kabyles de prouver aux Algériens, qu’ils ont des origines berbères. IL faut des preuves tangibles irrécusables. Mais, nous savons, qu’ils ne sont pas berbères mais des imposteurs. ? les Kabyles utilisent les mêmes mensonges que les sionistes Ashkénazes, qui ne sont ni des Juifs, ni les descendants des fils d’Israël. ? Les sionistes israéliens qui occupent la Palestine, sont les descendants des Khazars et les khazars n’ont aucun lien avec les fils d’Israël, ni avec la Palestine. La colonisation de la Palestine est une entreprise criminelle, un génocide du peuple Palestinien, l’occupation de la Palestine, n’est pas celle des Juifs, ni des Banou-Israël, mais d’européens, encouragés par les pays européens, avec la bénédiction des génocidaires Américains. Les vrais Juifs, les vrais descendants des fils d’Israël, ont le droit et le devoir de chasser les imposteurs Ashkénazes qui colonisent la Palestine au moyen de mensonges inventés par les cinq livres du Pentateuque, lequel fait l’apologie des crimes contre les peuples innocents. La responsabilité historique incombe les pays européens de complices ayant facilité la colonisation de la Palestine au profit d’une communauté européenne, qui ne connaissait pas la Palestine, qui ne possède aucun droit sur ce pays et n’a aucun droit de persécuter ce peuple sur la base de mensonges bibliques de récits fabriqués par des narrateurs fraudeurs mythomanes, imposteurs.
    Ils voulaient y renoncer, il a été question d’abandonner ce projet, faute de sources historiques, biologiques, archéologiques, ethnologiques. Aucune trace des berbères au Maghreb, aucune trace d’une civilisation, aucune trace d’une écriture utilisée par les berbères, aucune trace d’écrivains, de narrateurs, de palais, de sanctuaires, de temples, de cités antiques, de synagogues, d’églises, d’un dieu, tel que Mardouk, tels que les dieux des égyptiens, pas d’écoles, pas de stèles, pas de cimetières, pas d’historiens et pas de liens avec les peuples depuis le prophète Nouh (Noé).

    Pendant plusieurs années, les professeurs de l’école des hautes études pratiques, à Paris ont remué ciel et terre à la recherche d’une seule preuve d’une civilisation berbère et ils ont lamentablement échoué dans cette recherche historique des origines des berbères. Ils n’on rien trouvé, pas la moindre trace d’une écriture, aucune trace d’une écriture des Numidiens, le roi Massinissa écrivit aux romains ses protecteurs en latin. IL existe qu’une inscription d’une tombe, qui porte le nom de Massinissa en latin. ? Les Romains ne savaient pas d’autres langues que le latin et en latin le nom de Massinissa s’écrit en latin, pas en écriture imaginaire qui n’a jamais existé.
    M. Bessaih boualem, avait à l’époque informé, son ami M. Kasdi Merbeh, qui exerçait la fonction de Directeur de la sécurité militaire. De cette entreprise entamée par la France colonialiste génocidaire.
    Donc les autorités algériennes étaient informés et savaient que le gouvernement Français avait été directement impliqué dans le sabotage de la langue arabe et que cette entreprise criminelle était l’œuvre des français et de juifs français sionistes qui dominaient les grandes écoles et les universités de France.
    Vers 1965, le document avait été achevé et approuvé par l’université de la Sorbonne. L’alphabet latin avait été révisé et finalisé avec le concours de certains spécialistes sionistes israéliens spécialisés dans la maitrise de l’écriture hébraïque.
    vers l’année 1966, le traitre Mouloud Mammeri sioniste fut invite à Paris en vue de recevoir la copie officielle de l’invention de l’Alphabet latin pour les Kabyles. Les Rifains marocains avaient peur de la réaction du roi, ils ne voulaient pas le montrer publiquement. ?
    En 1967, au siège (1) du parti du F.L.N., j’ai assisté à une réunion spéciale présidée par le défunt si Chérif Belkacem, assisté de Kasdi merbah, mustapha Bouarfa, Djemil Bendimered, Zouaoui Mohamed, Kadiri Moulai, H. Djahffari, M. Morsli et Hachemi Hadjras. IL a été décidé, de mettre en garde le renégat Mouloud Mammeri, contre le projet portant invention de l’alphabet latin kabyle inventé par Foucault et réalisé par la Sorbonne. M. Djemil Bendimered, qui était mon chef hiérarchique ( il peut en témoigner de cette affaire s’il est encore de ce monde) ,m’a chargé d’une mission auprès de Mouloud Mammeri, pour lui notifier la décision prise par le responsable du Secrétariat Exécutif du F.L.N, et de l’inviter à cesser de comploter contre l’Algérie et ce serait plus sage de renoncer à cette grave propagande orchestrée par les ennemis de l’Algérie.
    Le parti l’invite à rejoindre sans tarder les membres de l’union des écrivains algériens. Mouloud Mammeri avait été exclu de cette association. J’en témoigne et je défie quiconque de prouver le contraire. Que les Algériens sachent, que l’Algérie depuis l’indépendance, est victime de tous les complots fomentés par les occidentaux et avec la complicité des sionistes juifs français. Que la langue arabe, n’est la cause de la faiblesse du niveau dans l’enseignement dans notre pays, la langue arabe, est victime d’une conjuration permanente depuis 1965 . ? Elle est devenue la principale cible et depuis cette période elle est minée, les ennemis de l’Algérie se sont mobilisés pour accentuer les pressions sur les différents gouvernements pour nommer des ministres favorables aux complots et aux sabotages de l’enseignement, essentiellement par les kabyles laïcs francophones manipulés à la solde de fafa. La nomination de Benkébrit, la sioniste illustre parfaitement la continuation du processus dévastateur de cette abominable mascarade contre la langue Arabe. Que les français, vivaient dans les grottes et les cavernes et ne savaient ni lire ni écrire, avant et bien après la naissance de l’Islam. Avant la révélation du Coran en 610, les arabes Qoraiches savaient lire et écrire, chaque année, les habitants de la cite de la Mecque, organisaient, une foire et pendant un mois les poètes les plus célèbres étaient invités à participer aux concours du meilleur poète. Après la naissance de l’Islam, l’empire arabe sous le calife Harroun Rachid, La langue arabe était la langue du commerce internationale, la ville de Baghdad, possédait des écoles et des facultés et des centaines de bibliothèques et les arabes ont contribué efficacement à la richesse scientifique du monde entier, alors qu’à l’époque de Charlemagne 850 de notre ère les francs, ne savaient ni lire ni écrire la langue caroline. C’est après la première croisade, que les francs se sont inspirés de la langue arabe et vers la fin du XI em siècle que la France se dota de l’alphabet latin. J’ajoute, à l’attention des kabyles laïcs pollueurs et francophones, islamophobes, que les kabyles, ne sont ni Africains, ni magrébins, ni berbères. ? Qu’ils sont les descendants des Vandales, les rescapés. En 535 de notre ère, les byzantins ont battu l’armée Vandale, les rescapés fugitifs se sont échappés des massacres pour se réfugier dans les sommets des montagnes. Ils vivaient avec les singes et les sangliers et se nourrissaient de glands des chênes, ils n’avaient ni royaume, ni civilisation, ni écriture, ni langue, ni écoles, ni temples, ni synagogues, ni églises, ni dieu, ni religion, ils vivaient comme des animaux, sans codes et sans lois. Le père pouvait coucher avec ses filles et le frère pouvait coucher avec sa mère , ses sœurs, ses tantes et il n’ y avait aucune limite, l’inceste était la pratique courante. Comment ces gens pouvaient un jour nous imposer un Alphabet fabriqué par les ennemis de l’Algérie. ? Les kabyles, n’avaient pas de nom. ? EN 709, lorsque les arabes sont montés au sommet pour s’entretenir avec les membres de cette tribu. La question qui fut posée, était ‘’ Qui êtes vous. ? ‘’ Ils ne savaient pas de quelle tribu ou de quel région. Peut=être, ils savaient qu’ils étaient les descendants de Vandales et ils n’osaient pas en divulguer l’origine de peur de se faire massacrer. Ils n’avaient aucune idée sur les tribus qui vivaient dans les plaines. !
    Si réellement, ils étaient berbères, ils pouvaient, évoquer les Numidiens, les Sanhadja, et autres tribus berbères. Comme ils ont vécu dans la crainte d’être découverts, ils ne savaient pas que les arabes avaient anéanti les romains et les byzantins et qu’il y a plus que les musulmans. Ce sont donc les Arabes qui on doté les kabyles de ce nom, les français ont tout simplement transcrit ‘’ kabayiles en arabe ’’ = kabyles en français .? Qui étaient les premiers enseignants des kabyles. Est-ce les Romains. ? Est-ce les Byzantins. ? Est-ce les Arabes. Ce sont bien entendu les arabes qui ont instruit tous les kabyles qui se sont convertis en toute liberté à l’Islam. En ce siècle, nous les musulmans, nous savons, que le monde occidental, tente d’exterminer le peuple palestinien, tente de disloquer les musulmans et de détruire l’Islam, avec le concours des renégats qui renient leurs parents pour suivre les infidèles.
    Avant de conclure, il y a lieu de rappeler à tous les Algériens, que les Arabes ont été chargés par Allah de transmettre le message divin, le saint Coran parole d’Allah, à toute l’humanité, que les arabes, ne sont ni des conquérants, ni des envahisseurs, mais porteur du dernier livre divin pour soulager et réconforter l’humanité à suivre le droit chemin, qui mène vers la vie éternelle, une demeure au Paradis divin, Allah en est le garant. Les descendants des vandales manipulés suivent le plus mauvais chemin, celui de la fitna et de la violence. Les Algériens dignes de ce nom, sont fiers d’être Algériens, et sont heureux d’être musulmans. Que la malédiction divine frappe tous les kabyles sionistes manipulés à la solde des sionistes. L’Algérie vaincra ses ennemis, et ce n’est pas une bande de médiocres individus qui vont changer l’histoire de notre sublime religion, les aventuriers, encouragés par le régime qui tente d’imposer la fitna entre frères Algériens, Nous sommes fidèles à nos chouhadas. Gloire à nos Chouhadas. Malheurs aux fascistes, aux renégats qui veulent diviser les Algériens, qui n’ont ni origine maghrébine, ni Africaine, ni dignité ni honneur, ni respect pour l’humanité. Les sauvages cherchent toujours la voie du retour vers leurs ancêtres sauvages incestueux. Culturellement bâtards d’origine. ! Les français, se vantaient d’être les descendants des Gaulois. ? L’écrivain français, auteur d’un livre explosif, prouve au monde entier, que les Gaulois n’ont jamais existé. IL en est de même pour les Suisses, Guillaume Tell, le symbole et héros de ce pays, n’a jamais existé, pure invention des faussaires, imposteurs. La ville de Nazareth, n’a jamais existé à l’époque de Jésus. Les quatre Evangélistes se sont trompés, donc le nouveau testament des chrétiens n’est pas de Jésus, une pure invention des narrateurs anonymes.
    Qui peut nous prouver, que Matthieu, Marc, Luc et Jean sont les vrais et authentiques auteurs des quatre Evangiles. ? Nazareth, ville palestinienne, en est la preuve, que la doctrine chrétienne n’est pas divine. Que se sont les croisés qui ont construit la cite de Nazareth, au 12 em siècle de notre ère. Le Vatican possède les documents et les preuves et il sait, que Nazareth, n’existait pas à l’époque de Jésus. . ?
    Les kabyles sont les descendants des criminels Vandales, des imposteurs. Les Algériens musulmans n’accepteraient jamais l’utilisation de l’alphabet latin des kabyles dans nos écoles dans nos lycées et nos universités. Dans l’avenir nous allons offrir au peuple Algériens, les preuves irréfutables, irrécusables, irréfragables et indiscutables sur l’origine des kabyles descendants des sauvages Vandales. La langue arabe est une langue divine. N’en déplaise aux imposteurs, faussaires, falsificateurs, fraudeurs de l’histoire de l’humanité. Les vrais berbères, dignes de haute considération, dignes de respect et d’admiration, ce sont les Chaouias, descendants des vrais Numidiens, Massinissa ? Jugurtha, Tak farinas, et autres célèbres princes. Les Chaouias, ont adopté l’écriture arabe pour le berbère Chaouia. Les Chaouias, sont des vrais Algériens, les plus fidèles à nos Chouhadas.
    KADIRI.
    (1) Le siège de l’Appareil du parti du F.L.N. était situé à la Place de l’Emir Abdelkader à Alger. Je dirigeais à cette époque le service de la documentation et des publications du parti.




    0



    0
      ARABEBERBEROALGERIEN
      24 novembre 2016 - 10 h 56 min

      TrISTE. L’IMAGE D’AP EN PREND
      TrISTE. L’IMAGE D’AP EN PREND UN COUP. J’ARRÊTEDE LIRE CE JOURNAL……..JE SUIS PATRIOTE POUR UNE ALGERIE APAISÉE ET CE N’EST PAS LA CAS. BON VENT (TEMPÊTE)..TAHIA EL DJAZAIR.




      0



      0
      Anonymous
      24 novembre 2016 - 13 h 14 min

      Pourquoi defendez vous l
      Pourquoi defendez vous l arabe, seulement,langue d un de nos nombreux colonisateurs?
      Le constat est amer quand on voit le niveau de nos écoles et de nos universités depuis l arabisation forcée de nos structures et l obscurantisme véhiculé à travers cette langue.

      L algerien ne se retrouve pas dans cette langue importée, nous avons autant d analphabètes qu au moment de l indépendance, est ce normal si cette langue ,l arabe,etait la nôtre? ?
      Nous sommes des algeriens avec différentes influences et pas des arabes .
      S il fallait choisir la langue de l un de nos colonisateurs,choisissant celle qui est la plus ancrée dans notre pays e t celle qui nous permettra und ouverture vers l e savoir et la modernite,pas celle qui nous ramène au moyen âge. …




      0



      0
      Abou Stroff
      24 novembre 2016 - 14 h 52 min

      pour éviter de nous noyer
      pour éviter de nous noyer dans des débats byzantins, du genre, l’arabe est une langue sacrée (chacun voit midi à sa porte, n’est ce pas ?) alors que, sur terre, les arabes en particulier et les musulmans, en général, sont non seulement une minorité mais aussi et surtout une minorité quasi-stérile qui ne sait qu’ingurgiter ce que les non-musulmans (créatures de Dieu au même titre que les musulmans) produisent, ne serait il pas pertinent de confiner la religion dans la sphère privée (d’où elle n’aurait jamais dû sortir), de retrousser nos manches et de commencer à travailler pour produire et nous auto-produire dans le même mouvement pour dépasser notre statut actuel de tubes digestifs ambulants? reconnaissons qu’en produisant et en nous auto-produisant, nous serions obligés de nouer des relations sociales qui nous obligeraient à utiliser une LANGUE en rapport avec nos conditions d’existence pour parler et participer activement à l’humanisation de l’être de l’homme, autrement, nous pourrions nous contenter de tourner en rond (comme le font les arabes en particulier et les musulmans, en général depuis que les non-musulmans ont découvert l’Amérique et contourné l’Afrique) et de hocher la tête dans un sens ou dans l’autre et ces mouvements seraient largement suffisants pour notre vivre-ensemble.




      0



      0
      Samy
      24 novembre 2016 - 15 h 40 min

      Bravo,tout ce long,très long
      Bravo,tout ce long,très long commentaire pour nous apprendre que l’arabe est la langue de Dieu parce que langue du coran et que ces éminents intellectuels qui dénoncent la salafisation et la wahabisation de l’arabe sont guidés par satan et le colonialisme français.Pour vous la langue tamazight est un dialecte kabyle inventé par les pères blancs comme disent tous les fanatiques sectaires pour noyer le poisson.Mais sachez que votre acharnement n’y pourra rien pour la langue du coran qui est inéluctablement entrain de devenir une langue morte comme le sont le latin et l’hébreux pour la raison que tout le monde connait sauf vous.Comme disent nos paysans de l’est du pays « arak tetebaâ fi hmar miet.




      0



      0
      Samy
      24 novembre 2016 - 21 h 37 min

      De tout votre long
      De tout votre long commentaire truffé de mensonges,de contre-vérités et de contradictions flagrantes je retiens une chose qui est vraie celle-là:c’est votre haine et votre jalousie maladive envers les Kabyles propre aux gens de votre espèce.Les Rifains sont-ils aussi descendants des Vandales ces nordiques qui ont envahi l’Afrique du Nord avant l’arrivée des « libérateurs arabes »?En réalité votre but est de semer la discorde entre Algériens dont je doute que vous en êtes un d’eux.Qui êtes-vous Kadiri?Probablement un affabulateur en mal de sensationnel et des tares à la pelle à cacher.




      0



      0
      Mohamed
      1 février 2017 - 11 h 39 min

      Chaque alger-rien et consort
      Chaque alger-rien et consort valable à toutes les anciennes villes qui sont acquisent par la culture associée à la turquie , l’Andalousie accompagné des juifs , en font leur histoire mais l’Algérie et ses purs sang se trouvent à la compagne . Tout flatteur vit au dépend de celui qui l’ecoute. Ta Mr personne ne t’écoute et arrête de perdre ton temps car l’Algérie est sage et sereine par définition




      0



      0
    Laetizia
    24 novembre 2016 - 9 h 23 min

    Je pense comme beaucoup d
    Je pense comme beaucoup d’entre vous que le français devrait être reconnu comme langue officielle. Nous devons laissez travailler les personnes compétentes (de tous âges) dans la langue dans laquelle ils ont été formés, c’est absolument nécessaire autrement ils ne parviendront jamais à donner le meilleur d’eux-mêmes ! Et cessez de culpabiliser les gens avec ces histoires à dormir debout comme de dire « la langue du colonisateur » tous les pays émergents utilisent la langue « du colonisateur » : l’Inde a carrément opté pour la transcription latine de sa langue en plus de l’anglais, la Chine dont la langue s’écrivait de droite à gauche a opté pour une transcription à la latine, de gauche à droite en attendant peut-être de faire pareil que les vietnamiens qui écrivent leur langue en alphabet latin. l’Algérie a un immense potentiel et malheureusement cette obsession de l’arabisation (en lieu et place de la défunte algérianisation) a tout faussé, c’est la vérité ! nous devons en discuter sans nous emporter ! la vérité doit être dite et convenablement analysée de sorte à ne pas gâcher les difficiles années à venir! la substitution du français par l’arabe est contre productive, même si l’arabe est une langue respectable c’est tout de même mettre la charrue avant les bœufs. ce processus est trop précipité, sans compter qu’il ne tenait pas compte de la langue Tamazight et des recommandations des experts en éducation concernant la nécessité d’une continuité de la langue d’apprentissage ou scolaire avec la langue maternelle de l’enfant comme vecteur favorisant la réussite (étant donné l’échec scolaire dans notre pays : sur 100 inscrits en 1ere année du cycle primaire, seuls 9 auront leur bac, statistique citée dans un article de A. Belkaïd paru dans le monde diplomatique) . nous voulons aller plus vite que la musique pour contenter certains, cela n’est plus tenable et les dégradations qui s’en suivent sont visibles dans tous les domaines ! tous les indicateurs nous enjoignent de faire des réajustements, c’est nécessaire et urgent ! Prenons l’administration algérienne par exemple, elle vous donne des documents écrits en arabe que quasiment personne ne lit et quand vous demandez une version en français on vous répond qu’elle est réservée à un usage interne, comprendre tous les vieux de la vieille qui ont été formés en français et sur qui repose le frêle équilibre de ce bled conçoivent les textes en français, les font traduire par des arabisants doublés de correcteurs bilingues chevronnés (une perte d’énergie considérable). tandis que pour le citoyen qui désire lire le document pour bien fixer ses engagements, ses devoirs, etc. celui là n’a qu’à se le faire expliquer en arabe algérien s’il y pense ! par ailleurs l’arabe a ouvert les portes à une frange de la société qui s’est retrouvée comme par un coup de baguette magique fonctionnaire et même haut fonctionnaire sans aucun bagage intellectuel si ce n’est celui d’exceller en phraséologie arabe (au temps du bilinguisme, ceux qui étaient orientés dans les classes d’arabe étaient-ils les meilleurs?) !!! soyons sérieux nous avons besoin d’autre chose que de phraséologie, nous avons besoin d’efficacité et de précision ! que l’administration nous donne des documents trilingues français-arabe-tamazight comme ça chacun pourra lire et mémoriser les contenus qui l’intéressent et accessoirement apprendre quelques rudiments des langues qu’il ne maîtrise pas. L’Algérie a un difficile challenge à relever, elle doit sortir du sous développement en moins de 5 ans, les hydrocarbures c’est bientôt fini et le gaz de schiste ne rapportera que des tracas environnementaux, quant à faire de l’Algérie un hub routier voire un gigantesque péage international, j’espère bien qu’on ne laissera pas faire un projet aussi monstrueux parce qu’à ce train là notre territoire nord ne sera plus qu’une suite de délaissés entre 2 autoroutes ! Pour réussir notre défi, nous devons absolument offrir à notre jeunesse une éducation à la pointe du progrès afin qu’ils excellent dans les domaines techniques et qu’ils sachent parfaitement communiquer dans plusieurs langues tout cela accompagné d’un cadre d’administrations et d’institutions nationales performantes et irréprochables sur le pan de l’efficacité.




    0



    0
      TheBraiN
      24 novembre 2016 - 9 h 48 min

      1-Le Français sera « langue
      1-Le Français sera « langue nationale » chez nous lorsque l’Allemand sera langue nationale en France !
      Je dis bien l’Allemand parce que l’Arabe ne va pas tarder à le devenir chez vous !!
      2-L’Inde n’a pas opté pour la transcription latine , je ne sais pas d’ou vous tenez ce scoop ??
      3-Les Algériens écrivaient et lisaient lorsque les Français crevaient de faim , donc franchement …
      4-Si la langue Française faisait sortir du sous-développement , le Niger aurait été une puissance spatiale !
      5-Vous parlez de documents administratifs trilingues ?
      Pourquoi pas un extrait de naissance rédigé en arabe, Français bien sur MDR, kabyle , Chaoui , Chleuh , Chenoui et Tergui dans tous les caractères possibles et imaginables ?
      On aura ainsi l’extrait de naissance le plus long du monde !
      Au moins ça de pris !!
      Franchement en vous lisant , je pense que vous faites mal votre propagande francophile .
      Vous en avez le droit en tant que Française bien sur , mais enfin il y a et il y aura toujours des Algériens qui ne (se) laisseront pas faire !




      0



      0
        Djaber
        24 novembre 2016 - 10 h 07 min

        Mme Soleil, comme un
        Mme Soleil, comme un intervenant t’a nommé dans un autre article, avec ta mentalité figée, en conséquence rétrograde tu vas vers le mur. Sois un peu moins decomplexé et tu verras que la vie n’est pas tout le temps noire et qu’elle est invitée de temps en temps prendre des couleurs.
        Sois modéré et ta santé mentale et physique ira mieux….




        0



        0
        laraboberberealdjerien
        24 novembre 2016 - 10 h 31 min

        Tu as oublié les autres
        Tu as oublié les autres parlers arabes algériens: l’arabe oranais, annabi, constantinois, djidjelli, bedjaoui, djelfi, ouargli,…Tu vois que l’arabe aussi ses variantes tout comme le Tamazight que tu cites en donnant ses variances.




        0



        0
          TheBraiN
          28 novembre 2016 - 9 h 50 min

          On est dans les dialectes ..
          On est dans les dialectes ..
          Chaque région dans chaque pays arabe a son propre dialecte et parfois ses propres traditions folkloriques .
          Seulement il y a une langue arabe commune à tous les arabes ce qui n’est pas (et n’a jamais été) le cas d’une supposée langue Amazighe .
          Là est la différence !
          Clair, net et précis .




          0



          0
      les KHOROTO
      24 novembre 2016 - 12 h 49 min

      Laetizia (non vérifié)

      Laetizia (non vérifié)
      24 Nov 2016 – 10:23

      arrêtez votre mauvaise foi, arrêtez le mensonge , une ministre d’éducation à peine si elle parle l’arabe dialectale présenté comme une intellectuelle qui bricole une pseudo réforme à la sauce française on nous prend pour des arriérées mentaux moi je vous le dit attaquer l’arabe en algerie c’est attaquer l’islam il y a rien à comprendre , la langue française en algerie avance en portant maintenant un masque qu’on désigne sous le vocable d’une pseudo langue kabyle(dialecte), qu’on veut imposer aux algériens.




      0



      0
    narjis rozali
    24 novembre 2016 - 0 h 45 min

    titre partisan.;
    titre partisan.;’neosalafisation des hommes politiques pas de la langue arabe.; les langues ne se ffont pas la guerre cest les hommes qui se font la guerre .; et il nexiste pas de langue en avance ou de langue en retard il existe des peuples en aance et des peuples en retard aujourdhui cenest pas la langue anglaise (tlangue hegemonique) qui est en avance ceux sont les anglo saxons qui sont en avance et ce nest pas la langue arabe qui est en erosion ceux sont les peuples arabes qui sont en retard tout comme la langue amazigh qui cherche son alphabet aujourd »hui aucune responsabilite nest incombee a la langue en elle meme( sauf discours ideologique
    )




    0



    0
      Raselkhit
      24 novembre 2016 - 9 h 25 min

      Fondamentalement d’accord Il
      Fondamentalement d’accord Il est de notoriété publique que depuis la mort de Ibnou Toufeil les musulmans se sont arrêté de réfléchir et ont cédé toutes leurs avancées civilisationnelles aux occidentaux qui ont continué à faire évoluer les sciences et les technologies




      0



      0
    moultazim dz
    23 novembre 2016 - 23 h 52 min

    face a la mondialistation le
    face a la mondialistation le web et les medias les societes musulmanes paniquent tout se bousculent la machines est infernale elle est plus forte que l’humain ; les adeptes de la solution de l’ultra conservatisme avec retour vers le passer n’est pas adapter puisque ils se retrouvent depasser et donc eleminer par un monde qui bouge , l’autre partie qui veut se debarrasser de toutes les considerations non materielles se retrouve sans valeur ni repere et donc eleminer elle aussi – la solution en toute modestie est dans les societes qui ont su s’adapter a des situation a peu pres pareilles et l’algerie est bien placer pour orienter le monde musulman dans ce sens puisque malgre les nombreuses invasions et proximite avec les autres cultures nos ancetres ont pu et ont su s’adapter a toutes les situations toutes en sauvgardons notre patrimoine religieux culturelle et linguistique ; il est vitale de ne pas sous estimer le genie de nos parents et ancetres qui sont plus que jamais d’actualites .




    0



    0
    JALIL
    23 novembre 2016 - 20 h 53 min

    CES « INTELLOS » SONT A COTE DE
    CES « INTELLOS » SONT A COTE DE LA PLAQUE VU LEUR INCOMPETENCE.




    0



    0
    Anonymous
    23 novembre 2016 - 20 h 31 min

    CES INTELLOS SONT HORS SUJET.
    CES INTELLOS SONT HORS SUJET.
    VOICI LE LIEN D’UN ARTICLE SCIENTIFIQUE DE LA SPECIALISTE QUE TOUT LE MONDE CONNAIT ET QUI LES A DOMINES AU POINT QUE LE MEN EST CONVAINCU QU IL NE FAUT PLUS PARLER DE LA DARIDJA A L ECOLE. Parmi les ARTICLES DE L EMINENCE LE PR NACIRA ZELLAL : citons :

    http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5217580&archive_date=2015-08-23




    0



    0
    Anonymous
    23 novembre 2016 - 18 h 54 min

    A ceux qui pérorent sur la
    A ceux qui pérorent sur la langue arabe inadaptée à par exemple la physique quantique
    un tour sur youtube فيزياء الكم et vous trouverez des vidéos soit en arabe soit sous titré en arabe sur le sujet.
    Votre mépris au sujet de la langue arabe n’a d’égale que votre ignorance crasse.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.