Benghebrit : «La décision de réduire les vacances répond à des critères universels»

La ministre de l'Education nationale, Nouria Benghebrit. New Press

La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, a affirmé jeudi à Alger, que la décision portant réduction des vacances d’hiver de 15 à 10 jours «répond à des critères internationaux». «Les vacances d’hiver n’ont pas été écourtées de manière anarchique mais sur la base d’une étude comparative entre l’Algérie et d’autres pays afin d’adapter les vacances scolaires aux critères internationaux», a déclaré à la presse Mme Benghabrit en marge d’une séance plénière au Conseil de la nation.

Elle a annoncé le lancement début janvier à Biskra, d’une stratégie nationale de traitement pédagogique qui a pour objectif «la maîtrise de la langue d’enseignement soit l’arabe et les matières de mathématiques et de français».

A une question d’un membre du Conseil de la nation sur les principaux partenaires sociaux consultés pour l’adaptation de l’application de la réforme de 2003, elle a indiqué que «les portes du ministère de l’Education restent ouvertes à tous les avis fondés sur des données objectives». Elle a précisé à cet effet, que ce qu’entreprend actuellement le ministère tendait à «renforcer les acquis de cette réforme dans le cadre de la mise en exécution du programme du président de la République en prenant en charge deux questions à savoir les pratiques pédagogiques et la gouvernance».

 A cette occasion, Mme Benghebrit a réitéré son engagement à «asseoir une consultation franche et permanente avec tous les intervenants en associant les professionnels et les partenaires à la réflexion lors des différentes rencontres». Elle a rappelé à ce propos, les deux conférences nationales d’évaluation de l’application de la réforme en 2014 et 2015 et auxquelles avaient pris part plus de 1 000 personnalités de la société civile et des membres de la famille éducative et les différents partenaires présents aux ateliers thématiques. Elle a expliqué en outre, que l’association de tous les acteurs visait essentiellement la mobilisation de tous et leur droit à être informés sur toutes les décisions et mesures à prendre.

D’autre part et à une question sur le contenu de la convention signée avec le ministère français de l’Education, elle a souligné que la coopération avec les pays étrangers encadrait les échanges entre les pays en matière d’expérience, de formation et de recherche. Elle a estimé que la coopération algéro-française dans le domaine de l’éducation était sous-tendue par un cadre référentiel à savoir un document cadre de partenariat entre les gouvernements algérien et français signé le4 décembre 2007, la Déclaration d’Alger sur l’amitié et la coopération en date du 19 décembre 2012 et le programme d’action entre les ministères algérien et français de l’éducation conclu le 19 juin 2013.

Par ailleurs, Mme Benghebrit a relevé que toutes les opérations programmées au titre de la coopération bilatérale s’inscrivait dans le cadre de la poursuite de l’application du programme d’action signé le 19 juin 2013 et qui comporte le développement de projets intégrés afférents aux questions pédagogiques importantes comme l’approche par compétences et l’évaluation de la formation. Elle a cité enfin, les améliorations apportées en 2014 et 2015 et qui ne touchent pas les axes comme la méthodologie, le développement des compétences professionnelles dans des domaines précis et la formation en direction des inspecteurs.

R. N. 

Comment (13)

    sinistrée
    10 décembre 2016 - 20 h 46 min

    Et votre école ya Mme répond
    Et votre école ya Mme répond elle aux critères internationaux en matiere de sciences et tout ce qui s’en suit
    pitoyable




    0



    0
    Quenelle
    10 décembre 2016 - 11 h 07 min

    On peut enfumer le peuple une
    On peut enfumer le peuple une fois, on peut l’enfumer deux fois, mais pas tout le temps !
    Non, madame, vous n’avez pas la stature pour redresser la barre !
    Et personne n’est dupe !
    Quand on voit le résultat de ceux qui vous conseillent, nous restons songeurs et désabusés !
    Au fait, vous n’avez guère commenté le dernier rapport PISA !
    Nous sommes avant-dernier, tout juste avant la République dominicaine , 69 ième sur 70 !
    Même le Burkina Faso, 4 ième pays le plus pauvre du monde (!) , nous devance !
    Continuez ainsi à nous infantiliser, quand le tragique est à nos portes !




    0



    0
    kabylovitch
    10 décembre 2016 - 6 h 26 min

    Voici toute les techniques
    Voici toute les techniques pour que l’Algérie soit une fois de plus Francaise, on commence par les mêmes période de vacance et demain les mêmes week end et jour de fête et pour finir le même gouvernement. Tout dans la subtilité et la discrétion absolu en passant par ces VALETS !!
    Moi je dis ALGÉRIE un jour, ALGÉRIE pour toujour en èspérent un jour avoir des ministres placé par le peuple et aimant l’Algérie et son peuple !!




    0



    0
    l'Autre
    9 décembre 2016 - 19 h 24 min

     »L’école algérienne a pour
     »L’école algérienne a pour vocation de former un citoyen doté de repères nationaux incontestables, profondément attaché aux valeurs du peuple algérien, capable de comprendre le monde qui l’entoure, de s’y adapter et d’agir sur lui et en mesure de s’ouvrir sur la civilisation universelle. »




    0



    0
    festi2016
    9 décembre 2016 - 16 h 35 min

    j’arreterais de faire de la
    j’arreterais de faire de la politique quand les politiciens arréteronts de nous faire rire !!!
    Benghebrit et les vacances nouvelles episode de 12 partie !
    les dépréssions , les crises cardiaque ,la tension artériel .la diabéte ,
    vaux bien rire avec ses politiciens sinon la maladie, wayhablouk…heuresement kayéne la biére !!




    0



    0
    TheBraiN
    9 décembre 2016 - 14 h 29 min

    Les classes à 50 élèves , les
    Les classes à 50 élèves , les cartables de 25 kilos ce sont aussi des critères universels ?




    0



    0
    el djayeh
    9 décembre 2016 - 13 h 57 min

    Quant aux rôle des vacances
    Quant aux rôle des vacances et leur incidence sur les acquisitions des élèves la ministre de l’éducation serait bien avisée de parcourir un peu les différents travaux sur les rythmes scolaires qui sont appliquées dans les systèmes scolaires performants avant d’avancer des contre vérités. Quant à leur incidence sur la durée effective de l’année scolaire elle aurait bien fait de se remémorer ses décisions de programmer le bac 2016 et l’examen de fin du primaire 2016 avant la fin mai et leur incidence direct sur l’année scolaire avant d’essayer de nous leurrer avec ses contre vérités.




    0



    0
      anonyme
      9 décembre 2016 - 19 h 38 min

      salut eldjayeh, quant au bac
      salut eldjayeh, quant au bac la problématique est insoluble autrement : le bac est un examen national , càd le même examen d’Alger à Tamanrasset et de Bechar à Illizi, il est impossible de faire travailler les bacheliers du grand sud au delà du mois de mai pour cause de grande chaleur.




      0



      0
    el djayeh
    9 décembre 2016 - 13 h 52 min

    Depuis son installation à la
    Depuis son installation à la tête de ce département ministériel, mme Benghabrit/Remaoun excelle dans le tapage médiatique et la politique du pas en avant, deux pas en arrière. Dès son installation elle nous annonce à grande pompe : Tamazight pour tous et sa généralisation avant de revenir sur son annonce pour dire que ce sera en fonction de la demande. S’ensuit un grand programme fantôme pour la rénovation de l’école : où est-il? qui l’a vu? Personne! Vient ensuite les grèves à répétition et le problème des contractuels : d’un côté elle annonce qu’ils ne seront pas intégrés sans concours et d’un autre elle leur dit vous serez favorisés au concours! Belle leçon d’égalité et d’équité! Une fois leur échec consommé, elle refait appel à titre de contractuels! S’agit de savoir s’ils sont aptes ou pas aptes! Vient l’histoire des fuites du baccalauréat et son incapacité à gérer la situation en rejetant la responsabilité sur les autres comme toujours, sans avoir le courage de se démettre. Toujours sur le bac : en 2016 elle nous affirmait que les candidats ne pouvaient pas composer fi Ramdane; en 2017 elle programme le bac en plein milieu du Ramadhan et fait mieux encore en annaonçant à grandes pompes : début des épreuves à 8h au lieu de 9 et trois épreuves par jours au lieu de deux! Qui dit mieux! Une semaine après c’est le retour à l’ancienne organisation! J’aimerai bien comprendre quels sont les objectifs visés pour tout ce raffut de dortoirs! En matière d’organisation chapeau pour le renouveau et à la prochaine reculade! c’est ce qu’on appelle la réforme planifiée version Benghabrit! et si le projet échoue on trouvera toujours des chèvres à accuser!!!




    0



    0
    Anonymous
    9 décembre 2016 - 3 h 46 min

    Madame la ministre l’école on
    Madame la ministre l’école on a été c’est pas pour cela qu’on est des ânes mais nos enfants vous en faites des bourriques (bourricos) quel avenir vous leurs offrez en dehors du chômage.




    0



    0
    Arris-sonda
    8 décembre 2016 - 23 h 19 min

    Nos enfants, les miens et les
    Nos enfants, les miens et les vôtres madame la ministre, nos frères et sœurs ne vont à l’école que par habitude pavlovienne : ils ne s’empressent plus et n’attendent ,au pas du lycée, que le surveillant pour les arracher à leur somnolence acquise pour les mettre au pas et en rang serré de section militaire pour saluer les couleurs en lambeaux du pays : bientôt, ils s’entasseront dans leurs salles obscures, sales et empoussiérées depuis des lustres , sur les murs se devinent toutes tous les espoirs manqués de plusieurs générations : « bac 1992 ! », « les vacances », « la grève » « contre strike » quelques cœurs jaunis, des fleurs sans pétales et flen de sidi moussa , hakim de gara djebilet, alilou….le marqueur, l’effaceur sont à portée de main . En face, l’enseignant n’est pas intéressant, il répète et répète sans croire à ce qu’il dit. Tous regardent la trotteuse !
    Ces jeunes sont désabusés de tout sans avoir usé de rien : ils n’attendent que la délivrance ! Cinq jours de vacances de moins ne les avancent à rien.
    Nos jeunes ont besoin de table ronde, de thèmes qui les intéressent, d’un sourire vrai et complice, de vérités vraies et non bricolées, d’un saut vers le futur, d’un regard innocent vers l’autre ,ils aspirent à des horizons vastes et profonds, pas à l’encerclement d’idées sombres qui les hantent à chaque jour que Dieu fait .AVANT DE VOULOIR APPRENDRE ‘ L’ENFANT VEUT VIVRE, apprécier la communauté et la solidarité, mimer son prof avant de se singulariser ,sa manière ,comme citoyen responsable de sa formation et de son devenir
    Non madame ces cinq jours de moins ne serviront à rien !!!!!!




    0



    0
    Salim
    8 décembre 2016 - 23 h 05 min

    Des classes surchargées , pas
    Des classes surchargées , pas de moyens à la hauteur des sacrifices consenti par de nombreuses élèves fatiguées , et souvent dans la misère, allez voir ce qu’on sert dans les cantines… la liste est longue et voilà que l’ont demande encore plus à nos pauvre enfants, pour moi c’est un faut rythme scolaire et de fausse piste il faut complètement revoir ta copie madame Benghebrit.




    0



    0
    Désabusé
    8 décembre 2016 - 22 h 05 min

    Ya madame Benghebrit ce
    Ya madame Benghebrit ce secteur est malade et agonise
    Des professeurs mal formés et non motivés, d’ailleurs faites une enquête tous veulent partir en retraite en plus de l’insécurité dans les écoles, c’est un secteur à formater de feu en comble et ça ne sera pas pour demain mais demandera des années et des années idem pour tous les autres secteurs
    Rien ne va au bled il ne faut pas se le cacher




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.