Le maître du malouf Mohamed-Tahar Fergani tire sa révérence

Feu Cheikh Hadj Mohamed-Tahar Fergani. D. R.

Le maître de la musique malouf, Cheikh Mohamed-Tahar Fergani, s’est éteint ce mercredi dans un hôpital à Paris, à l’âge de 88 ans. Né dans une famille de musiciens, Mohamed-Tahar Fergani a commencé sa carrière dans le genre oriental, du genre charqi en provenance d’Egypte dans une ensemble Toulou’ El-Fadjr (l’aurore), avant d’épouser le style musical du Malouf, propre à Constantine et sous l’instigation de son maître Cheikh Hassouna, mais également de Cheikh Baba Abid. Maître de Malouf qui est le répertoire de la musique arabo-andalouse de l’école de Constantine, Mohamed-Tahar Fergani est l’un des rares chanteurs à interpréter des compositions sur quatre octaves. Ce qui le caractérise, c’est sa voix exceptionnelle. 

En plus du malouf, il interprète le mahjouz, genre populaire constantinois qui dérive du Malouf, zjoul, genre musical constantinois, aussi ancien que le malouf, et le hawzi, genre populaire qui dérive du gharnati de Tlemcen. Toute la famille Fergani est initiée au malouf. Sa sœur Z’hor Fergani (1915–1982) était aussi chanteuse et son fils aîné, Salim Fergani, est un cheikh de malouf reconnu et aussi son petit-fils Mouhamed Adlen Fergani qui chante du malouf aussi et est considéré comme la quatrième génération dans cette musique, après son oncle Salim son grand-père Mohamed-Tahar et son arrière-grand-père Hamou. 

Le défunt Cheikh Hadj Mohamed-Tahar Fergani a des centaines d’enregistrements à son actif et a reçu plusieurs prix internationaux. Il a créé son orchestre et son école à Constantine. Le 18 mai 2008, il a fêté son 80e anniversaire à l’Unesco à Paris. Une de ses chansons parmi les plus connues en Algérie est E’dhalma (l’injuste) du poète Henni Benguennoune.

La disparition de ce grand maître intervient quelques jours à peine après le décès d’une autre sommité de la chanson classique algérienne, Amar Ezzahi, dont la disparition a ému ses centaines de milliers d’admirateurs.

R. C. 

Comment (39)

    anaALGERIEN
    10 décembre 2016 - 20 h 46 min

    Avant tout Allah yarham jami3
    Avant tout Allah yarham jami3 amouat al mouslimine , mais Un grand tapage médiatique a été fait sur la mort du chanteur malouf Md Fergani , par contre la mort d’une sommité en l’occurrence Mohamed El mili Brahimi fils de Moubarek El Mili a été passée à la trappe. ça ne ressemble pas à 2 poids 2 mesures ??

      anonyme
      10 décembre 2016 - 22 h 45 min

      va commenter tes sites
      va commenter tes sites mokokos

    Laetizia
    9 décembre 2016 - 20 h 50 min

    un pilier de la musique
    un pilier de la musique algérienne s’en est allé, un de plus depuis le décès de l’immense Ezzahi, c’est l’hécatombe! Que Dieu Tout Puissant accueille Cheikh Fergani dans sa miséricorde, il a donné tant de bonheur à tant de gens en excellant dans son art ! et que Dieu aide les algériens à protéger et à perpétuer leur patrimoine musical si riche et si convoité !

    Guelma
    9 décembre 2016 - 2 h 00 min

    Allah yarhmek Ya elhaj
    Allah yarhmek Ya elhaj Mohamed Tahar
    Vous m’avez accompagné dans les moments durs vos paroles ont soulagé mes souffrances quand j’avais besoin de réconfort. Mon mari et moi vous écoutons tous les jours et nous continuerons à le faire. Nos sincères condoléances à toute la famille Fergani. Reposez en paix que Dieu vous accueille dans son vaste paradis. Et surtout que la famille Fergani prenne la relève. Je ne me lasserai jamais de « hassdouni deness oumedrit a3ybi…. » yna lillahi oua ylaihi rajioun.

    selecto
    8 décembre 2016 - 22 h 36 min

    Après Amar Ezzahi l’Algérie
    Après Amar Ezzahi l’Algérie perd un autre authentique artiste Algérien, Allah yarhamhoum.

    TOLGA
    8 décembre 2016 - 20 h 46 min

    ALLAH YERAHMEK BI RAHMATI
    ALLAH YERAHMEK BI RAHMATI ALLAH YA L’HADJ ! MERCI POUR TOUT CE QUE VOUS AVEZ FAIT ET APRES AVOIR CONSACRE VOTRE VIE POUR L’ANOBLISSEMENT DE LA MUSIQUE ANDALOUSE ALGERIENNE… INNA LILAH OUA INNA ILAYHI RADJIOÔUNE…!!!

    Anonymous
    8 décembre 2016 - 19 h 46 min

    Constantine perd un grand
    Constantine perd un grand homme du malouf et de grande culture. Il a laissé un immense patrimoine algérien. Ses enfants ainsi que les habitants de Constantine Beldiya en sont les principaux héritiers ainsi que l’algérie tout entière
    Allah yarhmek si Tahar fergani

    hacene
    8 décembre 2016 - 18 h 54 min

    adieu maitre;adieu el malouf
    adieu maitre;adieu el malouf,adieu el bey

    constantine dima
    8 décembre 2016 - 18 h 48 min

    c »etait l’ami de mon defunt
    c »etait l’ami de mon defunt pere Mohand Arezki,j »etais petit et j’assistais aux enregistrements de feu fergani a la RTA de constantine.je garderais ce souvenir toute ma vie,c’etait le bon vieux temps…allah yarhmek el hadj.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.