Violations commises par l’armée française : les Tunisiens demandent réparation

Sihem Bensedrine, présidente de l'IVD. D. R.

La présidente de l’Instance Vérité et Dignité (IVD), la journaliste et militante des droits de l’Homme Sihem Bensedrine, a appelé avec véhémence l’Etat tunisien à demander réparation à la France pour les violations commises par l’armée française lors de la bataille de Bizerte. La bataille de Bizerte avait, rappelle-t-on, opposé du 19 au 23 juillet 1961 la Tunisie alors indépendante et la France. Les raisons du conflit sont connues aujourd’hui de tous : la France avait refusé de rétrocéder à la Tunisie la base militaire de Bizerte qu’elle continuait à contrôler. Les autorités tunisiennes de l’époque avaient donc décidé de la reprendre de force. Lors de son audition à l’Assemblée des représentants du peuple, en marge de l’adoption du budget de l’Instance Vérité et Dignité, Mme Bensedrine a affirmé détenir des documents impliquant la France dans les exactions commises lors de la bataille de Bizerte. «Nous sommes tombés sur des documents français qui nous donnent plus de preuves quant aux violations des Accords de Genève», a-t-elle indiqué aux membres du Parlement tunisien.

Sihem Bensedrine, dont l’institution est chargée de déterminer les responsabilités en matière de violations des droits de l’Homme entre 1955 et 2013, a fait savoir, en outre, qu’un dossier était en cours d’élaboration. «Ils ont bombardé des civils et commis des crimes de guerre, et cela est décrit. Nous sommes en train de préparer (un dossier) et quand il sera terminé, l’Etat français devra s’expliquer», a-t-elle soutenu. «La Tunisie demandera son droit, et je dis la Tunisie et pas l’Instance, car l’Instance prépare les dossiers et les transmet aux parties concernées, et celles-ci feront, on l’espère, leur travail, à savoir demander à la France pas seulement des excuses mais aussi réparation pour ces violations en Tunisie, un pays indépendant et souverain», a martelé encore l’ancienne journaliste.

Très relayé par la presse française et internationale de l’époque dans le contexte de la guerre d’Algérie qui se poursuit et de la guerre froide, le conflit franco-tunisien est presque tombé dans l’oubli au XXIe siècle. Selon un rapport du Croissant-Rouge tunisien, les trois jours d’hostilité ont causé plus de 5 000 morts. Pour l’historien tunisien Mohamed Lazhar Gharbi, le chiffre le plus vraisemblable est de 4 000 morts. Cependant, le communiqué officiel tunisien fait état d’un total de 630 morts et 1 555 blessés.

Khider Cherif

Comment (15)

    Benhabra brahim
    9 décembre 2016 - 22 h 37 min

    Sakiet sidi youcef 1958 c
    Sakiet sidi youcef 1958 c etait plus grave!!!…que bizerte ou port said.




    0



    0
    selecto
    9 décembre 2016 - 21 h 51 min

    Le Bey de Tunis fut le
    Le Bey de Tunis fut le premier à féliciter la France pour sa conquête de l’Algérie.




    0



    0
    anonyme
    9 décembre 2016 - 21 h 41 min

    pourquoi avoir attendu plus
    pourquoi avoir attendu plus de 50 ans pour vous souvenir de vos morts ? quel crédit aurez-vous face à la justice française?




    0



    0
    et nous ?
    9 décembre 2016 - 19 h 21 min

    et nous alors algériens …
    et nous alors algériens ….on demandera quoi ???




    0



    0
    HANNIBAL
    9 décembre 2016 - 16 h 59 min

    HA . la povre france qui
    HA . la povre france qui bafouait les droits des tunisiens !!!! je rigole mais la france qui ne reconnait pas l’assassinat des 1.5 millions d’Algériens ; peut etre par le biais de Me benchie ….drine allons nous percevoir un dédommagement ; pourquoi pas pour nos morts de sakiet sidi youssef bombardé par l’armé francaise ;acte terroriste et que maintenant la france indémnise les victimes du terrorisme ; je dois en conclure que cette surenchere ; n’est pas anodine et que sa tombe dans l’oreille d’un sourd ..Me ben doit etre de djerba ville de judas manque que le mur des lamentations mais reconnaissons que l’espoir fait vivre quand meme !!!!!!!!!




    0



    0
    Rayes El Bahriya
    9 décembre 2016 - 15 h 55 min

    Donc ça confirme que lala
    Donc ça confirme que lala Tunisie etait un protectoprotectorat
    Avancé de la France ni plus ni moins.
    Ramener l’attaque de la base de bizerte à une affaire si
    Et aussi comparable à la revendication algérienne
    Eh bien c’est ce gourer de fond en comble.
    Brnsedrine viens s’immiscer dans un dossier lourd et
    Qui la dépasserait de loin.
    Nous algériens on demande réparation des 132 années
    De crimes coloniaux des plus abjects.
    Pourquoi faites vous aussi l’impasse sur l’affaire sekiet
    Sidi youcef attaquée par l’armée colonial?
    Mais non! Ça c’est pas criminel contre la france ? Drôle quand
    Même d’en faire l’impasse historique!
    Bonne chance quand même dans notre firmament.

    Heureux les martyrs. …..!




    0



    0
    Erracham
    9 décembre 2016 - 14 h 59 min

    Elle est libre d’essayer, n
    Elle est libre d’essayer, n’est-ce pas? Moi aussi j’ai des doutes quant au sérieux (et des chances d’aboutir) de cette demande, mais qui ne tente rien n’a rien. Le timing est aussi suspect. Pourquoi maintenant? Ne serait-ce pas pour dire à la France « si vous cédez aux Algériens, nous aussi on réclamera notre part. » Vous verrez que c’est une tempête dans un verre d’eau. Ils ont appris des juifs qu’en pleurant abondamment, on risquait de faire pitié et donc d’obtenir réparations pour des « crimes » incomparables avec ceux commis en Algérie au nom de la « mission civilisatrice de la France, berceau des droits de l’homme.




    0



    0
    zarzor
    9 décembre 2016 - 12 h 24 min

    Qu’en est-il de son tourisme
    Qu’en est-il de son tourisme en plein essor ?
    Essayez de vivre avec al3akida .




    0



    0
    Krimou
    9 décembre 2016 - 11 h 28 min

    « La bataille de Bizerte » est
    « La bataille de Bizerte » est largement compensée par la présence de sionistes, maisons cossues, propriétés qui dépassent l’entendement,ne serait-ce qu’à Sidi Boussaïd. Les tunisiens font avec tout ce qui leur tombe sous la main. Je peux développer pendant des pages ce que j’avance. J’ai fait des colloques en Tunisie, il faut voir de quelle manière ils lèchent les pattes des étrangers européens. Israel est chez eux sous couvert de Sidi Boussaïd. Leur révolution de jasmin a viré au nauséabond. Ils préfèrent les juifs aux algériens, ou alors ils aiment les algériens en tant que touristes. Les Tunisiens ont eu environ 700 morts à Bizerte, les Algériens 1.500.000 morts, sans oublier les génocides de 1830 à 1962. C’est un drôle de pays, avec ses drones américains et ses bases étrangères en catimini, par esprit de fraternité. Ils ont besoin de sous…drones…Bizerte…Sidi Boussaïd et ses juifs..touristes Algériens…quoi d’autre ?




    0



    0
    la vérité si je mens
    9 décembre 2016 - 10 h 58 min

    cause toujours tu m’intérèsse
    cause toujours tu m’intérèsse ,une tunisienne demande réparation a la france;elle a bien raison, mais réparation des privilèges faites a la communauté française;considérer comme des rois;




    0



    0
    Lyes Oukane
    9 décembre 2016 - 8 h 09 min

    Bonjour . Quelle blague
    Bonjour . Quelle blague ,cette avocate s’essaye au chantage contre ses maîtres . Ce serait donc ,après avoir découvert de nouveaux documents que madame se lance dans la réparation lucrative . Soit ,mais pourquoi avoir attendu si longtemps pour essayer de se faire dédommager puisque , officiellement , les 635 morts et 1555 blessés sont connus depuis l’indépendance ( 20 mars 1956 ) au moins ? Chers voisins Tunisiens ,ne venaient surtout pas frapper à la porte de la frangine Dz .On vous a déjà donné et beaucoup trop à mon goût . Il faudrait demander aux drones Us de survoler la Banque de France pour infléchir Marianne à plus de générosités .




    0



    0
    Wallace
    9 décembre 2016 - 7 h 56 min

    Ça va être dur voir quasiment
    Ça va être dur voir quasiment impossible à moins qu,Élie wiesel s,empare de votre dossier.
    J’ai aperçu la « shoah à l,entraînement ce matin(Enrico macias,haziza,etc…) et je peux vous dire que ça chiale de loin,la shoah est et restera la souffrance de référence dans l,histoire de la pleurniche tant sur son fond que sur sa forme que sur sa capitalisation.
    Vous n,avez pas encore cette puissance de souffrance madame bensedrine à la fois culpabilisante(je te la fous dans ton….) tout en restant romanesque.
    Dieudonne(championnat de la victimisation)




    0



    0
    Anonymous
    9 décembre 2016 - 7 h 54 min

    Excuses et Réparation avec un
    Excuses et Réparation avec un grand R une lettre qui se trouve au milieu du mot euRo , oui tout le monde sait que la Tunisie connaît une forte baisse de revenus alors il faut aller les chercher partout même dans l’histoire …
    Heureusement que Madame Bensdrine est là… elle a fait l’effort de consulter les archives et bingo !




    0



    0
    Anonymous
    9 décembre 2016 - 7 h 14 min

    toz, et alors ? ne me dites
    …, et alors ? ne me dites pas que cette tunisienne vous a ébahi !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.