L’Afrique francophone se rebelle contre le franc CFA

Nicolas Agbohou s'apprête à brûler un billet de banque en franc CFA. D. R.

Les Panafricains organisent pour la première fois, cette semaine, une journée internationale pour dénoncer le franc CFA. A cette occasion, un front des Africains contre le franc CFA sera lancé entre Paris et Dakar le 7 janvier prochain. Cette initiative des Panafricains d’Abidjan, d’Ouidah, de Londres et Bruxelles sera une occasion de «mobilisation sur le thème du franc CFA et la nécessité de se défaire de cette monnaie postcoloniale», indiquent ses initiateurs dans une note adressée à la presse africaine. A Paris, la rencontre sera animée par Nicolas Agbohou, docteur en économie politique et l’un des pères de la résistance au franc CFA, auteur du célèbre ouvrage Le franc CFA et l’euro contre l’Afrique (1998), Toussaint Alain, journaliste politique et ancien conseiller de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, et Théophile Kouamouo, journaliste politique et écrivain. 

L’appel invitant à la tenue d’une telle journée a été lancé le 26 décembre 2016 par le militant panafricaniste, écrivain et chroniqueur Kemi Seba et par l’ONG Urgences panafricanistes (Urpanaf). «(…) Sur le continent, les citoyens et associations se mobilisent. Tous dénoncent les effets pervers de cette monnaie postcoloniale et réclament la fin de la servitude monétaire. Ils exigent la vérité sur les comptes d’opérations ouverts par les banques centrales auprès du Trésor français», indique la note en question.

Les initiateurs de la résistance contre le franc CFA soutiennent, en outre, que «le temps est venu de mettre en œuvre des solutions alternatives pour un développement économique qui corresponde réellement aux besoins des populations. Au-delà, la société civile pose la question d’une autre architecture financière qui déboucherait sur la monnaie unique africaine».

Dans leur communiqué, Kemi Seba et ses amis révèlent d’ailleurs que la mobilisation a pour objectif de contribuer aux débats en Afrique, en Europe et en Amérique concernant les moyens de sortir de cette «servitude monétaire», et d’informer l’opinion africaine, française et européenne «des conséquences du lien qui attache encore l’ancienne métropole à ses ex-colonies». Selon eux, il s’agira également de discuter des transformations indispensables à opérer tant au niveau institutionnel que politique pour répondre aux intérêts des quinze pays de la Zone franc CFA dont onze sont classés parmi les pays moins avancés (PMA) par les Nations unies.

«Penser une Afrique nouvelle, c’est penser l’émergence d’un continent libéré du joug impérialiste, qui prend en main son économie et gère directement l’exploitation de ses propres ressources naturelles. La monnaie est un attribut de souveraineté. Or, le franc CFA, cheval de Troie du néocolonialisme, empêche évidemment cette impulsion», expliquent d’autres opposants au franc CFA. 

C’est pourquoi, disent-t-ils, cette action coordonnée du 7 janvier 2017 contre l’ordre économique du système franc CFA est une mobilisation inédite et historique, ajoutant qu’elle met en lumière la capacité des Africains (…) à comprendre l’urgence de prendre part à ces discussions afin de s’impliquer réellement dans l’avenir du continent. Les Panafricains de la société civile, qui ont fait de cette problématique économique un point capital de leur réflexion et de leur argumentaire, ont immédiatement répondu présents.

Créé en 1945, le franc CFA est en cours aux Comores et dans quatorze Etats en Afrique : Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Gabon, Guinée-Bissau, Guinée équatoriale, Mali, Niger, République Centrafricaine, République du Congo, Sénégal, Tchad, Togo.

Khider Cherif

Comment (18)

    htl
    23 mai 2017 - 14 h 57 min

    l’Afrique doit écarté les
    l’Afrique doit écarté les mokokos et le Sénégal pour qu’elle puisse se libérer du colonialisme français mimi six et le gouvernement actuel du Sénégal sont les serviteurs du blanc en Afrique le CFA étouffe l’économie des pays concernés et donne une bouffer d’oxygène a l’économie français et que tout africain doit faire attention aux mokokos ils aiment l’esclavage.. vive l’Afrique libre




    0



    0
    TheBraiN
    7 janvier 2017 - 9 h 03 min

    Une conférence organisée à
    Une conférence organisée à Paris (et donc autorisée par le gouvernement Français) contre les intérêts Français?
    Pour Dakar …..MDR
    Un peu de sérieux SVP !




    0



    0
    moiNATIONALISTE
    6 janvier 2017 - 7 h 58 min

    Le franc CFA signifiait à son
    Le franc CFA signifiait à son origine en 1945, franc des colonies françaises d’Afrique, abrégé en FCFA. Voila où en sont les africains en 2017 , c’est malheureux !!!!




    0



    0
    selma
    6 janvier 2017 - 6 h 28 min

    C’est l’une des raisons qui a
    C’est l’une des raisons qui a poussé les services français, sous la houlette du psychopathe Sarkozy, d’éliminer de la façon la plus abjecte, le président libyen




    0



    0
      Anonymous
      6 janvier 2017 - 14 h 52 min

      Bizarre comme opinion, j
      Bizarre comme opinion, j’ignorais que la monnaie libyenne appartenait à la zone du FCA! J’ai l’impression que les questions économiques purement africaines embrouillent pas mal les considérations politiques. Aux dernières nouvelles, la monnaie libyenne est le dinar libyen (LYB), depuis 1971 je crois. Actuellement, au cours du jour, 1 LYB vaut 77,41 Dinar algérien et 0,66 € preuve que la Libye n’a jamais été concerné par le Franc CFA.




      0



      0
    MoskosDZ
    5 janvier 2017 - 19 h 08 min

    Seule raison pour laquelle la
    Seule raison pour laquelle la France s’appuie sur son protectorat Marocain pour ne pas perdre sa domination sur le continent Africain.




    0



    0
      Jean_Boucane
      5 janvier 2017 - 22 h 14 min

      Effectivement, mais les
      Effectivement, mais les africains ne sont plus si dupes, de nombreuses voix s’élèvent contre le franc CFA en Afrique… c’est une question de temps! Le reveil africain est en marche




      0



      0
    BEL Rachid
    5 janvier 2017 - 18 h 10 min

    Dieu merci l’Afrique prend
    Dieu merci l’Afrique prend conscience d’elle même notre continent est capable de se développer selon ces propres
    règle, étique et culturel UNE Monnaie UN continent UN Avenir .

    Je propose de lancer une grande pétition MONDIALE SUR LE WEB.

    RACHID B




    0



    0
      anonyme
      6 janvier 2017 - 9 h 21 min

      Bravo pour cette initiative
      Bravo pour cette initiative mondiale pour libérer l’Afrique.




      0



      0
    AMAR Mokhnache
    5 janvier 2017 - 15 h 57 min

    Ca presage du bon ! ca peut
    Ca presage du bon ! ca peut etre un prealable a la decolonisation ET POURRAIT FAIRE PROFITER DES PAYS COMME LE NIGER DE LEURS RECETTE D URANIUM CHASSE-GARDEE DE LA FRANCE! que la prochaine initiative puisse porter sur ces « sommets » de la FRANCO-PHILIE! c est sur CA FERA BEAUCOUPS D ORPHELINS!!!




    0



    0
    amitou
    5 janvier 2017 - 15 h 57 min

    «Penser une Afrique nouvelle,
    «Penser une Afrique nouvelle, c’est penser l’émergence d’un continent libéré du joug impérialiste, qui prend en main son économie et gère directement l’exploitation de ses propres ressources naturelles. La monnaie est un attribut de souveraineté. Or, le franc CFA, cheval de Troie du néocolonialisme, empêche évidemment cette impulsion»

    Ecoutez ce grand discours de Thomas Sankara qui lui a coute la vie:la presentaion est en Anglais mais le discour est en Francais.Un hero Africain irremplacable.

    https://www.youtube.com/watch?v=Mv5TPUL1NcU




    0



    0
    anonyme
    5 janvier 2017 - 14 h 44 min

    Vive l’Afrique libre pour son
    Vive l’Afrique libre pour son destin!




    0



    0
    Thidhet
    5 janvier 2017 - 14 h 30 min

    Peut-on vraiment attendre
    Peut-on vraiment attendre quoi que ce soit d’un ensemble d’anciennes colonies françaises qui acceptent un machin aussi bizarre que le Franc CFA?




    0



    0
    Mohamed l'Algérien
    5 janvier 2017 - 13 h 48 min

    Je tiens à rendre un vibrant
    Je tiens à rendre un vibrant hommage et apporter TOUT MON SOUTIEN au patriote Africain Nicolas Agbohou et à tous les véritables patriotes en Afrique de l’ouest, qui se battent pour se libérer du joug colonial économique Français, qui bloque le développement de l’Afrique francophone.
    Le plan de Kadafi, qui consistait à créer une banque centrale Africaine et une monnaie Africaine est la solution idéale pour le développement rapide de toute l’Afrique. C’est pour cette raison, notamment, que Kadafi a été assassiné.

    Je salue Nicolas Agbohou et tous les véritables patriotes en Afrique de l’ouest.
    WE WILL WIN.




    0



    0
      Alilapointe59
      5 janvier 2017 - 14 h 48 min

      Bien dit mohamed l’algérien..
      Bien dit mohamed l’algérien.. Pour Kadhafi je confirme il a etait tuer parcequ’il voulait développer l’Afrique et non pour les 5 millions que les gens veulent nous faire croire. Inchalla que ça arrivera vite l’indépendance économique des africains, ils souffrent trop.




      0



      0
    HAKIM
    5 janvier 2017 - 13 h 39 min

    LES BONNES NOUVELLES FONT
    LES BONNES NOUVELLES FONT CHAUD AU COEUR ! ELLES SONT LES CHOSES LES PLUS DOUCES QUE L’OREILLE HUMAINE PUISSE ENTENDRE ! MAIS CELLE-CI TOUT SIMPLEMENT EXCELLENTE ! IL était grand temps que les AFRICAINS PENSENT se débarrasser de ce « mousmar djeha  » cette relique du colonialisme-esclavagisme-racisme-impérialo-sionisme , qui rappelle le portrait du pire ennemi de l’AFRIQUE bien encadré, accroché au mur et bien en évidence, de tous les salons des 14 chefs d’Etats et de gouvernements AFRICAINS, en plus de ceux des COMORES ! IKH’SSSS. OH HONTE ! OH DESESPOIR ! et celà plus d’un demi-siècle de pseudo-indépendance de ces 15 Pays ! CFA , FRANCAFRIQUE ? C’est quoi tout çà ? Mais l’IMPORTANT : c’est la prise de conscience, LE REVEIL ! L’UNION AFRICAINE doit à partir de ce Janvier 2017, inscrire dans son agenda, CETTE QUESTION ET SES DEUX VOLETS : qui constituent une partie essentielle de son INDEPENDANCE : la libération des 14 Pays AFRICAINS + LES COMORES DE cette sangsue laissée par le colonialisme-esclavagisme-racisme mais aussi LA MONNAIE UNIQUE AFRICAINE , avec l’importance et l’urgence voulues qu’elle nécessite. Comme dirait le médecin malgré lui :  » voilà pourquoi AFRICAINS ! votre continent est malade! » Le franc CFA, la françafrique, un pays dit « africain » valet de l’impérialo-sionisme (ennemi juré de l’AFRIQUE ET DE L’HUMANITE, (pour ne pas citer la narco-monarchie colonialiste de M 6 ) en train de poser des pièges pour faire imploser l’UNION AFRICAINE, C’EST TROP , TROP et TROP ! L’UNION AFRICAINE A DU PAIN SUR LA PLANCHE ET DES COUPS DE BALAI A DONNER. VIVE L’AFRIQUE, VIVE L’UNION AFRICAINE ! et salut à AP et ses amis.




    0



    0
    5colonne
    5 janvier 2017 - 11 h 25 min

    Il etait temps, faut vous
    Il etait temps, faut vous liberez de l’esclavage moderne ils sont trop piller et installe des guerres civiles et diviser les peuples leur temps est révolue le combat est long et pas facile , mais ça payeras au bout




    0



    0
    anonyme
    5 janvier 2017 - 8 h 04 min

    Mobilisez vous, Débarrassez
    Mobilisez vous, Débarrassez-vous et libérez vous de cette monnaie!
    Reveillez-vous!!
    Vive l’Afrique libre




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.