Le RCD appelle au respect du vote des électeurs aux prochaines législatives

Mohcine Belabbas, président du RCD. New Press

Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) considère que le mécontentement populaire, qui s’exprime parfois par des actes de violences, est le résultat de l’échec des politiques de gouvernance d’un régime qui a atteint ses limites. Dans un communiqué sanctionnant la réunion mensuelle de son secrétariat national, le RCD qualifie cet échec de «patent».

«L’image ‘ »rassurante » d’un système politique qui distribue la rente à sa guise et nargue tous ses contradicteurs n’a pas survécu à la première embûche. La panique est générale. Les couacs récurrents dans les institutions et au sein du personnel politique témoignent de profondes luttes d’intérêts entre les différents segments du pouvoir. La preuve est cette fois-ci administrée par la volonté de certains d’impliquer et d’instrumentaliser la rue», décrit cette formation politique, pour laquelle «le recours à l’émeute, en particulier dans les wilayas de Béjaïa et de Bouira, n’est pas une réaction spontanée à une injustice, mais il relève d’un processus, certes initié par des appels anonymes, mais relayé par d’autres sources parfaitement identifiables et nourri par des « défaillances » institutionnelles graves».

Le RCD souligne non sans inquiétude que l’abandon de l’école à l’intégrisme, que le peuple algérien a payé cash une première fois dans les années 1990, n’a même pas servi de leçon à une gouvernance autiste. «Aujourd’hui, la sphère commerciale est aux mains des barons du bazar et de l’informel et les orientations économiques sont en passe d’être dictées par une clientèle guidée par l’étendue du gâteau à partager», dénonce ce parti de l’opposition qui se prépare pour les prochaines élections législatives. Ainsi, pour le RCD, la grande peur des Algériens n’est pas directement liée aux incertitudes de la conjoncture économique et politique et son impact sur les conditions de vie. Cette peur concerne leur avenir. Ils ont peur que leur avenir ne sera pas déterminé par des décisions rationnelles, mais par les soubresauts chaotiques d’un système politique que tout destine à la ruine.

Le RCD, qui rappelle avoir alerté sur l’exigence vitale de l’avènement d’un processus politique pacifique et démocratique qui redonne la souveraineté au peuple algérien, considère que le pire n’est pas inévitable. «Il revient en premier lieu au pouvoir de répondre aux nombreux appels et initiatives que les acteurs de l’opposition n’ont cessé de renouveler», estime le RCD, qui considère que les prochaines élections législatives peuvent constituer un signal à la condition de respecter le vote des électeurs. Cela peut ouvrir la voie au débat et à l’implication des citoyens pour décider de leur avenir. Par ailleurs, le RCD annonce qu’il tiendra son congrès ordinaire les 30 juin et 1er juillet 2017.

Sonia Baker

Comment (5)

    Anonymous
    11 février 2017 - 10 h 15 min

    le RCD lance un méssage
    le RCD lance un méssage indircte au pouvoir…réspécté les quotas…et tenez les promésses de vos garantie, khobezti et khobzete wlidati,les élécteurs hkayete djha ya Mohcine Belabbas,L




    0



    0
    VICTIME
    8 janvier 2017 - 10 h 53 min

    le rassemblement et le
    le rassemblement et le cautionnement des destructeurs de notre nation;monsieur belabès a des intérets de faire le lièvre du champion toutes catégorie (…) certainement il sera fortement récompensé avec l’argent du peuple algérien;quanb aux pauvres citoyens ils sont l’habitude de faire le ramadan;et ceux qui ne font pas le ramadan d’aller volé vous ne risqué rien; le BOS s’en charge;on a payé assez cher soi-disant notre liberté et on continue de payé les traitres




    0



    0
    TheBraiN
    8 janvier 2017 - 9 h 26 min

    Le RCD est pour le socialisme
    Le RCD est pour le socialisme tout en étant pour le libéralisme ….
    Le RCD est pour le choix du peuple qu’il prendra bien soin de refuser par la suite ….
    Le RCD soutient les réformes de Benghebrit (il ne l’a jamais attaquée en tous cas) pour dénoncer l’abandon de l’école de Benghebrit à l’intégrisme …
    Qui a compris quelque chose ?




    0



    0
      SoleilPourTous
      12 janvier 2017 - 1 h 40 min

      La ministre Benghebrit force
      La ministre Benghebrit force le respect!
      C’est une vraie Algérienne qui bosse pour son pays. Elle est la meilleure dans toute l’équipe gouvernementale.
      Bravo Mme la ministre!




      0



      0
    slam
    7 janvier 2017 - 22 h 17 min

    Qui va respecter le vote et
    Qui va respecter le vote et ses résultats? le pouvoir qui organise ces élections sans aucune surveillance indépendante ? Comment demander à une administration aux ordres de respecter un vote alors que vous savez très bien que le vote est truqué d’avance et que vous participez à ce vote ? Au lieu de « demander » bougez vous entre partis participants au vote et constituez une commission de surveillance des élections avec des sondages en sortie d’urne et une vérification de tous les votes dans tous les bureaux du pays en vous partageant la tâche ! Mutualisez vos ressources et centralisez vos résultats et annoncez les sur les réseaux sociaux au lieu de pleurnicher à l’avance !!
    on comparera vos résultats aux résultats officiels et on verra si le vote est truqué ou pas. Bref , au boulot ! Trouvez des ingénieurs et créez votre propre système d’information et arrêtez de demander au pouvoir ce qu’il ne vous donnera jamais.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.