Prisonniers de Gdeim Izik : un syndicat espagnol réagit

Le démantèlement dans le sang par les forces de l’ordre marocaines du camp de Gdeim Izik. D.R.

La Confédération intersyndicale espagnole a demandé l’annulation «immédiate» des peines prononcées par un tribunal militaire marocain contre les prisonniers politiques du groupe de Gdeim Izik, a indiqué la confédération dans un communiqué. Répondant à un appel international lancé par l’UGTSARIO (Union générale des travailleurs sahraouis), les avocats de la confédération espagnole ont exprimé leur soutien au groupe de plus de 40 avocats et juristes de différents pays qui défendent les prisonniers politiques sahraouis.

Elle a également réitéré «son soutien et sa solidarité avec tous les prisonniers politiques sahraouis qui croupissant encore dans les prisons marocaines», tout en appelant à leur libération «immédiate» et «sans conditions», indique le communiqué de la confédération intersyndicale publié sur son site web. La confédération a également exigé la fin de l’occupation marocaine du Sahara Occidental à travers la mise en œuvre d’un référendum d’autodétermination pour le peuple sahraoui conformément aux nombreuses résolutions de l’ONU et du Conseil de sécurité.

«Seule la fin de l’occupation, le respect des droits de l’Homme, la libération des prisonniers politiques sahraouis et l’exercice des Sahraouis de leur droit à l’autodétermination peut ouvrir la voie pour résoudre ce conflit», a souligné le communiqué.

R. I.

Commentaires

    Elguerroumi
    15 janvier 2017 - 12 h 34 min

    Rien ne arrête le makhzen
    Rien ne arrête le makhzen dans ces œuvres destructif ! Seul une forte mobilisation international et une punition économique d’envergure et encore rien n’est sûr tant qu’il a les soutiens de ceux qui ont occupé les Ryad de Marrakech et Fez en expropriant les ayant droit !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.