RND : une centaine de cadres et militants de Batna rejoignent les frondeurs

Une nouvelle vague de frondeurs à laquelle devra faire face le parti de Ouyahia. New Press

Signature et numéro de carte d’adhérent à l’appui, 136 cadres et militants du RND à Batna s’élèvent contre la direction actuelle et dénoncent sa gestion et ses multiples dérapages politiques et réglementaires.

Dans un communiqué rendu public aujourd’hui, ces nouveaux frondeurs affirment avoir fait le point sur la situation du parti au niveau de Batna en présence de Mustapha Yahi, l’un des animateurs du mouvement de redressement du RND. Ces cadres et militants du RND dénoncent la politique de l’exclusion et de la marginalisation appliquée par les responsables actuels du parti qu’ils considèrent comme «issus d’un congrès entaché d’irrégularités». Ces contestataires des Aurès expriment leur soutien et leur appui au travail mené par Mustapha Yahi et son groupe pour «redresser le RND et le hisser au rang politique qui est le sien». Ils s’élèvent, par-là même, contre l’ouverture des portes du RND aux hommes affaires et à ceux qui ont de l’argent pour se présenter aux prochaines élections législatives. Cela sur le dos des authentiques militants du parti.

Ces contestataires dénoncent, également, les pressions qu’ils subissent de la part du bureau de wilaya du parti qui «empêche des citoyens politiquement engagés de rejoindre les rangs du RND». Les frondeurs soulignent, en outre, «la démission des responsables du RND au niveau de Batna qui ne sont plus en contact avec le terrain, ni avec les militants auxquels ils tournent le dos systématiquement».

Pour eux, la nomination de responsables de bureaux communaux qui ne sont pas résidents de la même commune a conduit à «la disparition du RND du champ politique local». Ces protestataires exigent la définition de critères clairs basés sur la compétence et la probité pour le choix des candidats du parti aux législatives, arguant que les années à venir seront difficiles à gérer sur tous les plans, économique, social et même sécuritaire.

Les contestataires de Batna disent avoir mis en place une commission de suivi de leurs revendications composée de huit membres. Des rencontres d’évaluation vont être organisées avec les militants RND de cette wilaya afin de définir les prochaines étapes de leur combat pour le redressement du parti.

Hani Abdi

Comment (7)

    LOULOU
    27 mars 2017 - 10 h 59 min

    RACHID
    RACHID




    0



    0
    UMERI
    21 janvier 2017 - 22 h 12 min

    Redresseurs au F L N, P T,
    Redresseurs au F L N, P T, Frondeurs au R N D, le clan Bouteflika est trés puissant, en semant la panique et en alléchant tout ce beau monde, pour lesquels, l’intérét des citoyens, c’est leur dernier souci. On a l’impression que nous somme maudit, pour ne pas étre capable de sauver ce pays du désordre, de la corruption, de l’ égoisme.




    0



    0
    Omar AIT MOKHTAR
    21 janvier 2017 - 22 h 06 min

    Ils ont tous écouté la
    Ils ont tous écouté la chanson de Matoub ou quoi ?  » l’orphelin de la parole  »




    0



    0
    m3i3ech on
    21 janvier 2017 - 19 h 49 min

    bof un un beni oui oui il
    bof un un beni oui oui il est capable de vous vendre les uns comme les autres juste pour rester c’est un 3elga sans personalité




    0



    0
    Anonymous
    21 janvier 2017 - 19 h 15 min

    « Pour eux, la nomination de
    « Pour eux, la nomination de responsables de bureaux communaux qui ne sont pas résidents de la même commune a conduit à «la disparition du RND du champ politique local» »
    C’est grâve!
    Toute tentative de dérégionalser le pays est vue comme une menace par ces gens. Personnellement, je suis pour que des citoyens puissent représenter des régions qui ne sont pas les leurs. Ce n’est que de cette facon que les rivalités entre les différents villages et le régionalisme vont disparaitre et que les gens se voient comme étant algériens avant tout.
    Moi qui avait eu peur que les kabyles « iy7achmouna » parce que leurs représentants ne sont pas de chez eux, voilà qu’ils se taisent et c’est batna qui prend la relève de cultiver le régionalsme. Et on dit que les kabyles sont racistes? eh ben mon vieux!




    0



    0
    Anonymous
    21 janvier 2017 - 13 h 49 min

    hé oui les places de députés
    hé oui les places de députés deviennent de plus en plus chers on crache pas sur 300 000 DA par mois; plus primes logé nourrit blanchis sur le dos des malheureux algériens pris en otage,sans parler des cadeaux de certains citoyens habituaient a graisser les pattes des chefs et des dirigeants,c’est une maladie propre a certains sous-hommes;le jour ou le vote deviens transparent et au mérites du candidat;sans bourrage des urnes,sans triche;il aurait moins de frondeurs aux seins des partis qui domine depuis le départ de leurs cousins français;




    0



    0
      amel
      21 janvier 2017 - 20 h 12 min

      les sous-hommes se croient en
      les sous-hommes se croient en réalité branchés. C’est leur manière unique d’exercer un pouvoir: celui de mettre la main dans la poche pour en sortir des billets; ils auraient certainement aimé se contenter de les montrer et de les remettre dans leurs poches, mais ca ne fonctionne pas de cette manière; ils finissent par se dire que plus ils en donnent, plus celui qui recoit va penser qu’ils en ont encore plus, et plus ils vont lui en imposer. les cerveaux des sous-hommes ont besoin de cette injection grisante pour se sentir exister le temps de détecter dans les yeux de leur « victime » la convoitise de ceux qui pensent « si moi l’aveugle j’ai recu un poulet, les voyants ont dû recevoir chacun un mouton! ». J’ai été trés intriguée la première fois où j’ai compris les règles de ce eux mesquin, mais ce qui m’intrigue le plus, c’est que ceux qui le pratiquent croient qu’ils sont mieux que les autres.




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.