Zoukh : le relogement des familles résidant sur les deux rives de l’oued El-Harrach a permis d’éviter la «catastrophe»

Le wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, a affirmé mercredi que le relogement, il y a quelques années, des 7 000 familles qui résidaient dans les bidonvilles construits sur les rives de l’oued El-Harrach a permis d’éviter «la catastrophe» compte tenu des récentes intempéries. Invité du forum du quotidien Echaab, M. Zoukh, qui présentait le plan stratégique d’Alger 2015-2035, a indiqué que l’oued El Harrach avait connu cette année sa plus importante crue depuis 1954, précisant que «si les services de la wilaya d’Alger n’avaient pas accéléré le relogement des 7 000 familles qui résidaient dans les bidonvilles construits sur les rives de l’oued, Alger aurait connu une véritable catastrophe».

Le wali d’Alger a ajouté que la même «catastrophe» aurait pu affecter près de 2 000 familles à Oued-Ouchayeh qui ont également été relogées. Quant aux mesures préventives contre les éventuelles catastrophes naturelles, le wali a rappelé que le bureau d’études algéro-espagnol spécialisé dans l’aménagement urbain a procédé à l’élaboration d’une étude de deux ans pour l’acquisition de matériels sophistiqués scannant les sols.

Concernant les familles sinistrées du fait de la remontée des eaux de certains oueds, à l’instar d’El-Hamiz, et celles résidant dans de vieilles bâtisses à la Casbah et les bidonvilles de Bordj El Kiffan, le wali a indiqué qu’«elles peuvent regagner leurs maisons après les travaux de déblaiement en attendant de les prendre en charge au titre de la 22e opération de relogement ou des opérations suivantes».

En réponse à une question sur l’oued Ouled-Larbi, à Dekakna, Douéra, où sont déversés les déchets solides des usines avoisinantes, le wali d’Alger a affirmé qu’un «dossier concernant cet oued et la forêt d’Oued-Chebel, objet de pillage et d’actes de destruction, sera bientôt ouvert».

Récupération de 500 assiettes foncières après élimination des points noirs

Les services de la wilaya d’Alger ont pu récupérer près de 500 assiettes foncières après avoir éliminé un ensemble de points noirs qui faisaient office de décharges pour déchets solides. Grâce aux efforts de l’entreprise Asrout, ces espaces ont été libérés de cette accumulation de déchets empêchant ainsi toute sorte d’activité dans ces lieux, a affirmé M. Zoukh. «Ces assiettes sont destinées à la construction d’espaces verts et de loisirs pour jeunes et enfants. Dans le cadre du plan vert, les services de la wilaya œuvrent à l’aménagement de 25 forêts urbaines dont 13 ont été touchées par cette opération, en attendant d’affecter des enveloppes financières pour les douze restantes», a-t-il ajouté. Ces forêts seront dotées de l’éclairage public à l’instar de celles de Ben Aknoun, Bordj El-Kiffan et autres dans le but de permettre au citoyen de bénéficier de ces espaces de jour comme de nuit durant la saison estivale.

Installation de 500 nouveaux éclairages à travers la capitale

Dans le cadre du plan d’aménagement, la wilaya d’Alger bénéficiera d’un système nouveau et efficace pour la circulation routière afin de désengorger le trafic routier à l’intérieur comme à l’extérieur de la ville. M. Zoukh a révélé l’accord conclu récemment dans le cadre du partenariat algéro-espagnol pour la gestion des routes en mettant 500 feux de signalisation pour organiser le trafic routier. Il a affirmé dans ce sens que le fait de garantir le transport, d’améliorer les conditions et d’obliger les transporteurs à respecter le cahier des charges ainsi que l’application des mesures coercitives encouragerait les citoyens à utiliser les moyens de transport en commun (privés ou publics), limitant ainsi l’utilisation des véhicules. Dans ce cadre, le délai accordé aux transporteurs privés prendra fin prochainement, ce qui obligera ces derniers à respecter les conditions prévues ou se voir retirer définitivement l’autorisation de transport, a-t-il soutenu.

Répondant à une question sur le statut juridique de certains élus des communes de la capitale poursuivis en justice, M. Zoukh a indiqué que les autorités de wilaya appliqueraient la loi dans ce cadre.

Agence

Comment (2)

    Namara
    27 janvier 2017 - 16 h 21 min

    il y a encore des habitants
    il y a encore des habitants sur les bords de oued El-Harrach; comme il y a également un grand bidonville à Ain Naâdj appelé Hay El Wiam. Le problème des bidonvilles existe toujours.




    0



    0
    abdelghani
    26 janvier 2017 - 21 h 05 min

    les algerois doivent s
    les algerois doivent s’estimer heureux, car leur concitoyens dans l’algérie inutile ont droit a un traitement d’appatheid.
    Aujourd’hui, les bénéficiaires des 56 logements LPL RHP de la commune de Zitouna dans la willaya de skikda ont été contraints de signer des déclarations sur l’honneur dans lesquelles, ils s’engagent de prendre en charge sur leur compte personnel les frais des travaux de réparation et de réfection.
    Sachant que les dits logements se trouvent dans un état délabré après l’effondrement des toits et quelques escaliers et dans l’absence d’aménagement.
    L’opération de distribution des spécimens des déclarations sur l’honneur a été effectuée dans la daïra de zitouna sous la supervision du chef de daïra et du directeur de willaya de l’OPGI.
    Cet évènement témoigne du régime d’apartheid auquel sont soumis les citoyens de zitouna et la médiocrité avec laquelle sont traités les affaires publiques par le nouveau wali de Skikda.
    https://www.facebook.com/photo.php?fbid=1561632210531424&set=a.1561634710531174.1073741825.100000539802975&type=3&theater&notif_t=like&notif_id=1485281556052173




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.