Un forum sur l’industrie algérienne fin mars à Alger

Proposer des solutions durables au passage à l'industrie hors hydrocarbures. New Press

Un forum sur l’avenir de l’industrie algérienne (FIA) se tiendra du 27 au 29 mars prochain. Initiative privée, ce forum va accueillir d’importants acteurs économiques qui débattront des perspectives de l’industrie. Parmi eux, Issad Rebrab, patron du groupe Cevital, Abderrahmane Benhamadi, PDG de Condor, Abdelmadjid Kerrar, patron de Med Investissement Holding, Ali Haddad, PDG de l’ETRHB et président du FCE et Laïd Benamor de la CACI. Une deuxième conférence débat va porter sur l’Algérie en 2025. Parmi les animateurs de cette conférence, on trouvera Amine Mazouz, PDG de Sonatrach, Ahmed Yazid Touati d’Imetal, Mokhtar Chahboub, ex-PDG de SNPI, et Amine Boudghène Stambouli de Sahara Solar Breeder Project. Une troisième conférence portera sur la thématique de l’intelligence économique. Elle sera animée entre autres, par l’ancien ministre de l’Industrie Amara Benyounès, Abderrahmane Mebtoul, économiste, Yacine Belarbi du Cread, Rafik Bouklia Hassan, économiste, et Mohamed Seghir Babès, président du CNES. Il y aura aussi, lors de ce forum, une conférence-débat sur l’essor de l’industrie numérique. Elle sera animée principalement par Riadh Hartani, de Xona Parters, Karim Cherfaoui, DG de Divona-Algérie, Farid Benesbaâ et Zine Seghier d’Issal.

Ce forum se veut une «tribune neutre et indépendante». Les rencontres-débats se feront à huis-clos. Ce forum aura comme objectif d’identifier et d’analyser les failles persistantes dans le système économique et de proposer des solutions durables au passage à l’industrie hors hydrocarbures et, ainsi, créer un plan de travail pour accompagner la politique économique vers ses objectifs de croissance et de développement. Des thématiques telles que le défi d’une Algérie exportatrice et la stratégie économique seront débattues tout au long de ce rendez-vous qui s’étalera sur trois jours.

Les intervenants vont tenter de répondre à certaines questions, telles que : comment l’Algérie passera de pays importateur à pays exportateur ? Ils essaieront également de répondre à d’autres interrogations, notamment sur le dilemme entre l’économie planifiée ou le libéralisme. Les intervenants parleront aussi du rôle que les grandes entreprises privées et les PME doivent avoir dans l’économie nationale et dans sa planification. 

La question de la formation et de son déphasage par rapport à l’évolution et à la demande du marché industriel sera abordée durant ce forum, tout comme l’intérêt d’encourager des partenariats entre entreprises privées et étatiques. Il est à noter qu’aucun officiel n’est convié à ce forum.

Sonia Baker

Comment (12)

    Felfel Har
    22 février 2017 - 18 h 04 min

    Les différents plans de
    Les différents plans de développement avaient commencé à jeter les bases de notre industrialisation. Même mal gérées, nos entreprises produisaient en partie ce dont on avait besoin et l’objectif était la couverture de notre marché intérieur par la production nationale. Il a même était permis par une loi de 1982 de permettre au secteur privé national de contribuer à cet effort en appoint de la production nationale. Certains ont joué le jeu, d’autres pas. Apès les « réformes » on a bradé le secteur public productif en permettant à de pseudo-industriels de racheter des usines, de les démanteler, de vendre les équipements et, cerise sur le gâteau, d’obtenir des licences pour importer les mêmes biens qui étaient produits par les entreprises liquidées. Le lobby de l’importation (source de tous nos maux avec la complicité du gouvernement) raflait la mise. Notre commerce extérieur est complètement entre leurs serres de charognards. C’en est fini de notre développement industriel, nous sommes condamnés à n’être que des importateurs/consommateurs au lieu de producteurs/créateurs de richesses ad vitan aeternam. Que de temps perdu, que de ressources dilapidées, que d’énergie gaspillée pour plaire aux tenants de l’économie de bazar! La chance qu’a l’Algérie, c’est d’avoir des ressources à profusion qui ne demandent qu’à être valorisées, transformées et exploitées ici et de graduellement remplacer les importations. C’est maintenant ou jamais qu’il faut faire ce pas vers le développement, vers le progrès et la prospérité, le pétrole et le gaz ne sont pas inépuisables.




    0



    0
    Anonymous
    19 février 2017 - 15 h 20 min

    L’Algérie doit en priorité
    L’Algérie doit en priorité urgente relancer et encourager sensiblement son agriculture, et son agro-alimentaire pour subvenir aux besoins
    De sa population en croissance, malheureusement, exponentielle, et absorption du chomage des jeunes

    L’Algérie El dorado pour le lobby ….. »très puissant, et très dynamique » des importateurs
    Et voilà pourquoi le gouvernement, ou les gouvernements français sensibles
    Aux doléances de leurs patrons (pour des raisons, bien sur, intérieures françaises électorales)
    Sont accrochés d’une façon envahissante à l’Algérie, et surtout à ses revenus en euro, et en dollar
    – Moi je vous aime (français: par interets), moi non plus (algériens) –

    Un responsable français juge « indispensable » l’instauration par l’Algérie d’un quota d’importation pour la pomme des Alpes
    (surplus non exporté destiné initialement à la Russie du fait de l’embargo européen sur la Russie ?…..)
    Une nouveau feuilleton français comme cela s’est passé avec le porte hélicoptère français « Mistral »
    Avec une destination détournée de la Russie vers l’Egypte

    L’Algérie est elle devenue le rebut des exportations des produits français, sans peine, avec à la clé
    Un coup ,de téléphone des hautes personnalités françaises
    Pour faire pression, voire meme le chantage ?!, sur les autorités algériennes, pour faire accélérer ainsi
    La procédure d’exportation sans résistances, et sans refus de algériens

    Vraiment ils sont très nationalistes, accrocheurs, envahissants, et intelligents, ces français
    Quand à nous algériens il vaut mieux ne pas parler, et s’abstenir ainsi de toutes polémiques

    La décision de l’Algérie de bloquer les importations de certains fruits affecte durement la pomme des Alpes françaises dont la filière est menacée de disparition. Dans un communiqué publié ce samedi 18 février,

    Christian Estrosi, (un nostalgique de l’Algérie française),
    Ex adjoint maire de Nice ( fief dela droite, et de l’extreme droite)
    président de la Région Provence-Alpes-Côte-d’Azur (PACA), avec une arrogance, demande au premier ministre français Bernard Cazeneuve d’intervenir auprès des autorités algériennes pour sauver la filière de la pomme des Alpes de la faillite.

    « Il est absolument indispensable qu’un quota de 20.000 tonnes de pommes des Alpes minimum, soit 15 millions de chiffre d’affaires, soit instauré dès dimanche par les autorités algériennes pour permettre la survie des exploitations alpines qui connaissent des problèmes de trésorerie très importants », écrit l’ancien maire de Nice, la veille de la réunion interministérielle pour fixer les quotas d’importation, prévue dimanche 19 février.

    Le président de la région PACA, connu pour ses positions anti-islam, affirme que « le marché algérien est totalement bloqué ». « Plus aucun producteur de pommes des Alpes n’exporte sa production. C’est pourtant un marché stratégique qui représente plus de 40% des ventes de pommes des Alpes », écrit Estrosi, qui presse Bernard Cazeneuve d’intervenir auprès de son homologue algérien en « urgence ». « Sinon nos producteurs mettront tous la clé sous la porte », prévient-il.

    L’Algérie a décidé d’instaurer les licences d’importation pour réguler ses achats à l’étranger afin de faire face à la crise économique. Dimanche, le gouvernement devrait se réunir pour fixer les quotas d’importation de plusieurs produits.




    0



    0
    Anonymous
    19 février 2017 - 12 h 46 min

    Réformer, et restructurer
    Réformer, et restructurer les institutions de l’état malades de la corruption, du népotisme, et de la gangrène
    Des Mafias (des importations, de l’informel, des fonciers agricole, industriel, et public en générale)
    Sur des bases solides de la justice, de la transparence, et de la démocratie: bref un état de droits
    Puis on pourra parler de réformer, et de restructurer l’économie (les entreprises malades),
    les finances (banques infestées de corruptions), et le commerce (douanes infestées de corruptions) Algériennes
    Sur la base de production, de productivité, de compétences, de compétitivité, d’innovations
    Et surtout de transparence




    0



    0
    lhadi
    19 février 2017 - 9 h 48 min

    Les gesticulations des
    Les gesticulations des grognards de la république, avec son cortège de mensonges, sont un point de détail. Cessons de tourner autour du pot et ouvrons le couvercle. Les racines du mal prennent source dans cette mauvaise gouvernance qui, à travers ses actions, atteste que le premier des magistrats pisse sur le peuple tout en lui faisant croire que c’est de la pluie. En clair, le vrai problème, il est d’ordre politique, facteur de cicatrices, de fractures, des inégalités, d’exclusions.

    Dans cette république de copains et de coquins, dans cette société de connivence, du déni absolu de la réalité, du totalitarisme et du manque de courage, l’imprévoyance est à la limite de la responsabilité des courtisans qui se construisent dans le sillage de l’isolement du pouvoir.

    Que le mensonge se dissipe, qu’ils renoncent à la prétention d’être tout.
    La vérité, c’est qu’il y a un pouvoir mais pas d’État d’autant plus que ce pouvoir est omnipotent qu’il est lointain et n’affecte pas réellement les conduites. Il se mue tel un varan derrière cette façade d’institutionnalisation où demeure la réalité d’un pouvoir personnel orienté vers la satisfaction d’un clientélisme familial élargi, échappant largement aux contraintes du droit écrit, et entretenant dans ses pratiques administratives une frontière ambiguë entre la sphère privée et celle du publique.

    L’autorité patriarcale, qui régente la vie de la nation, fonctionne sur l’illusion, le trompe l’œil, le mensonge, la peur pour pérenniser son pouvoir. Par voie de conséquence, on ne doit pas faire silence sur l’essentiel. L’ordre constitutionnel n’est pas assez institutionnalisé.

    Je m’insurge donc contre toute complaisance avec ce président fourvoyé en monarque dont son habilité politique machiavélique, est d’entretenir une vision angélique. Cette autorité politique jamais pleinement intégrée à l’intérieur du cadre de la loi et, dont le populisme demeure la principale source de la légitimité qui est accordée aux représentants de l’autorité, n’est pas digne de sa fonction, de son rôle. Elle ne mérite que le mépris pour la façon dont elle s’acquitte.

    Le fait que je porte un regard lucide sur les réalités de ce système patriarcal ne me conduit nullement à tenir pour négligeable le principal atout de cette mauvaise gouvernance : présenter comme des solutions modernes les pires vieilleries.

    Je le dis comme je le pense. J’ai bien conscience de la fragilité de ce régime défini uniquement par la pratique du Président monarque. Cette façon de gouverner n’est qu’une parenthèse vouée à se refermer : que le système actuel soit maintenant placé sur une pente rapidement déclinante, que sa fin puisse être escomptée à échéances plus ou moins brèves, il ne me parait pas douteux.

    Notre société ne manque point d’individus qui sachent prendre partie pour l’instauration de relations aux antipodes du cynisme dominant. En son sein, il y a des liens méconnus, des influences perdues, des supériorités sans emploi, des hommes qui avaient du crédit et rien à en faire, qui pouvaient beaucoup et qui n’étaient rien. Ils manquent à ce pouvoir parce que ce pouvoir ment à la société, parce qu’il la suppose autre qu’elle n’est, parce qu’il refuse de se communiquer à elle, de se repartir selon la vérité, parce qu’il ne veut pas appeler à lui et laisser agir en son nom.

    L’Algérie dans toute sa composante doute profondément à l’égard de ce pouvoir. Face à cette inquiétude profonde, à cette fermentation dangereuse à long terme, le gouvernement nie la réalité c’est-à-dire le cocuage de l’Algérie adamantine dont il ne saisit même pas le sens. L’orientation n’est pas dans la bonne direction ni en termes de valeurs ni de priorité.

    Si le gouvernement ne change pas sa façon d’administrer le pays, les intellectuels « ces professionnels de la vérité » dans les domaines particuliers où ils sont en position d’experts ne seront d’aucun secours dans les conditions de notre présent sinistré, et rien de particulier ne se sera déduit de leur expertise spécifique en termes de capacité à statuer sur les choses compliquées, à anticiper les difficultés, prendre en charges attentes et exigences avec les mots qui conviennent, à imaginer des solutions compatibles avec les moyens.

    En résumé, il ne peut y avoir de développement économique, social, culturel et moral sans développement politique.

    Fraternellement lhadi
    (lahd[email protected])
     




    0



    0
    Anonymous
    19 février 2017 - 9 h 33 min

    RECONCILIATION, DIALOGUE
    RECONCILIATION, DIALOGUE CONSTRUCTIF ET RESPONSABLE DANS LA TRANSPARENCE ECONOMIQUE
    STRATEGIE DE COORDINATIONS D’INTEGRATION ET D’UNIFICATION DES EFFORTS ECONOMIQUES
    DES DIVERS SECTEURS ECONOMIQUES FINANCIERS COMMERCIALES ET DOUANIERS

    MOBILISATIONS DES PATRONS ALGERIENS POUR LES INVESTISSEMENTS, ET LES EXPORTATIONS
    POUR SAUVER L’ECONOMIE ALGERIENNE NOYEE DANS LES IMPORTATIONS DE CONSOMMATIONS
    QUI NE VEULENT PAS S’ARRETER: DE DEFICIT COMMERCIAL A UN AUTRE

    Les patrons des P.M.E innovantes, et dynamiques Cevital ,Condor, ENIE, ENIEM, SNVI (plus ou moins), Cosider
    Et d’autres nombreuses P.M.E algériennes dynamiques dans la mécanique, l’électronique, l’électrotechnique, L’hydraulique le pneumatique, automatique-régulation-robotique, , la chimie diverse , l’agro-alimentaire, L’agriculture devraient etre estimés, entendus, aidés, et encouragés , sans aucune forme d’exclusion,
    Et sans marginalisation inutiles, et improductives des compétences scientifiques, techniques, technologiques, Et industrielles nationales (Centres, Ecoles, Instituts, Universités)
    Pour des raisons qui ne résistent pas ni à la logique économique, (crise économique profonde, austérité)
    Ni aux épreuves économiques, ni au temps( qui presse, et qui joue contre nous: besoins croissants, Concurrences

    La concurrence économique et financière fait rage dans le vaste marché africain (où tout les coups sont bons)
    Pour les exportations, et les écoulements des produits d’exportations des pays africains
    AFRIQUE DU SUD, NIGERIA, EGYPTE, …..et le MAROC très mobilisé, très ambitieux, et très agressif,
    La TUNISIE, des petits pas réfléchis, de la diplomatie (savoir faire), et de la solidarité connus des tunisiens…..

    Que fait la pauvre ALGERIE elle innove dans ……toujours les IMPORTATIONS, et rien que les IMPORTATIONS,…..
    Par des groupes d’influents, et de puissants du pouvoir et de l’argent dans les institutions du pays
    Aidés par un système bancaire algérien, et des douanes qui encouragent les importations trop pénalisantes
    A l’économie algérienne déjà très fragile, et très malade

    Renationalisation, réformes, et restructurations des secteurs financiers des banques , des douanes,
    Et du commerce extérieur aux mains d’hommes puissants, et influents, pour commencer à faire sortir le pays
    De sa grave et profonde crise économique
    (manques de diversifications, de productions, et d’exportations des richesses produites en Algérie)




    0



    0
    CHAFIQA
    18 février 2017 - 18 h 42 min

    C’est un vieux dicton du
    C’est un vieux dicton du terroire :  » ES ‘ BÂA3 M ‘ QAB LOU OUHOUA IHAOUESS 3ÂLA DJOUR’ TOU !  » Il s’agit des tergiversations (tourner en rond !) d’un pseudo-chasseur de fauves. Traduction :  » ALORS QUE LE LION EST EN FACE DE LUI, IL FAIT SEMBLANT DE CHERCHER SES TRACES ( le pister ) (donc noyer le poisson ). Revenons à nos moutons . 1 / EXCELLENT ! Un forum avec des conférences de HAUT NIVEAU et qui rassemblent des connaisseurs, bien au fait des sujets traités, ne peut qu’être LE BIENVENU.; L’ALGERIE EN A BIEN BESOIN , pour sortir de la médiocrité et de l’a-peu-prisme , aggravé par un libéralisme débridé : à ce propos , avant de s’aventurer dans l’économie libérale il faut d’abord se doter des moyens de produire, très bien et très varié, être capable et bien armé pour entrer en concurrence avec les plus performants mais aussi d’être auto-suffisant sur le plan alimentaire , SI NON C’EST L’HISTOIRE DU POT DE TERRE QUI A VOULU FAIRE UN BOUT DE CHEMIN AVEC LE POT DE FER ; AU TOUT PREMIER ET TOUT PETIT HEUR , IL LE POT DE TERRE BIEN SÛR ) S’EST RETROUVE EN MIETTES. 2 / NON SEULEMENT l’IDEE DE CE FORUM EST EXCELLENTE, MAIS LES sujets abordés le sont tout autant : 3ÂADHIM WALLAH ! INTELLIGENCE ECONOMIQUE, L’ALGERIE 2025 ,…Y a salaaam ! 3 / objectif : IDENTIFIER ET ANALYSER LES FAILLES  » PERSISTANTES  » dans le système économique : RAOU 3ÂA ! 4 / Passer d’importateur à exportateur :  » 3ÄLAAAMA ! 5 / Résoudre le dilemme  » économie planifiée et libéralisme : IL SUFFIT là de ne pas oublier l’histoire des pots de fer et de terre. D’abord pour éliminer d’emblée les failles « PERSISTANTES » IL FAUT (AVANT TOUTES CHOSES) EXCLURE DES DEBATS ET DES CONFERENCES, ET INTERDIRE AUX ISLAMISTES DE PARTICIPER DE PRES OU DE LOIN A CES DEBATS ET CONFERENCES . Pourquoi ? tout bonnement ce sont eux et surtout eux, qui ont introduit en ALGERIE, et qui pratiquent à outrance tout ce qui est FRAUDE, économie de bazar, import-import ( VOUS QUI ESPEREZ TRANFORMER L’import en export !) informel, contre-bande, évasions fiscales, tricheries diverses, incapacité de pratiquer tout ce qui est transparent exemple : LA COMPTABILITE ANALYTIQUE D’EXPLOITATION ( ils doivent sûrement la considérer HARAM ET STRICTEMENT  » LA YA DJOUZ  » Y A NAAAASSS ! Leur slogan chéri n’est-il pas « EL HARB KHIDÂÂ ? Ils ont opté justement pour ce SLOGAN parce qu’il les autorise à HALLALISER tout ce qui est HARAM ! Et FAITES BIEN ATTENTION, CE NE SONT PAS DES BLAGUES . COMME TOUT LE MONDE LE SAIT , le SAVOIR FAIRE DES ISLAMISTES ( trabendou, informel etc…import-import , bazar, haine du fisc, etc… fraude et autres turpitudes, ILS LES ONT INSTALLES TELLES qu’ils les ont RAmenées de chez les wahhabites, leurs maîtres et leurs commanditaires . MORALITES : SI VOUS SAVEZ VOUS MEFIER DES ISLAMISTES ET RESTER VIGILANTS jusqu’à ce que LE BON DIEU NOUS EN DEBARRASSE , VOUS REUSSIREZ IN CHA ALLAH .




    0



    0
    La Cigale
    18 février 2017 - 13 h 48 min

    Enfin une très très bonne
    Enfin une très très bonne nouvelle Monsieur Issad Rebrab, patron du groupe Cevital, va intégrer le groupe des PDG de grandes holding algérienne.
    Sont expérience n’est plus à prouver il sera un maillon très important pour la conquête de l’Afrique .
    Tous ensemble foncer comme les cinq doigts d’une main.
    Écouter Le grand Monsieur Issad Rebrab unissez vos force vos expériences et l’Algérie sortira de l’obscurité et entrera dans la lumière BI INE ILLAH.
    Un conseil nommé le monsieur REBRAB président de tous les patrons d’Algérie.
    Enfin il est de retour à la maison il nous a manqué .
    Les banques algériennes misé sur cet homme et ce sera le jack pot assurer ainsi que le pleine emploi prêtez lui de l’argent pour qu’il investit à la conquête de l’Afrique et de l’Algérie pour notre émergence sur le continent africain et ailleurs.




    0



    0
      Aghiles
      21 février 2017 - 16 h 13 min

      Algerie a besoin de tous ses
      Algerie a besoin de tous ses enfants. Rebrab et les autres font partie des enfants de ce pays. Certes il constitue un successeur storie mais il n’y a pas à le glorifier. Les connaisseurs su domaine économique de notre pays peuvent donné des précisions quant aux superprofits degagés par ces messieurs en raison de situations monopolistiques. Il exporté bien le sucre à 45 da et il le vend avec subvention de lÉtat à. . Da.
      Alors ne soyons pas dupes.
      Mais il reste à son actif qu’il est un bulldozer industriel.
      Le salut de notre économie repose sur l’émergence d’une centaine de véritables capitaines de l’industrie comme M. Rebrab pour booster le Pib l’emploi mais également avoir un équilibre.




      0



      0
    ANTI anonymous
    18 février 2017 - 13 h 46 min

    Freme ta grande gueule ya
    Freme ta grande gueule ya boukel de morocon retourne à Marrakech .




    0



    0
      Anonymous
      18 février 2017 - 14 h 28 min

      Arrête tes vulgarités d’une
      Arrête tes vulgarités d’une autre époque c’est une tribune pour débattre et non pour insulter les gens d’une façon grossière et des plus vulgaires
      Tu n’as qu’à débattre au lieu d’insulter les autres
      Chacun est libre d’émettre son opinion
      C’est le maillon faible de ceux qui n’ont rien dans les neurones
      Le bonhomme a présenté des preuves tangibles




      0



      0
      Anonymous
      18 février 2017 - 15 h 36 min

      ta gueulle , vive REBRAB ;
      …., vive REBRAB ;




      0



      0
    Anonymous
    18 février 2017 - 10 h 35 min

    Un forum sur l’industrie
    Un forum sur l’industrie algérienne fin mars à Alger

    L’industrie algérienne naissante et jeune doit etre protégée en priorité urgente (crise économique, austérité)
    De la Mafia des barons des importations des produits dangereux, moins chères
    Et de très mauvaises qualités pour la santé, et pour l’environnement (Turquie, Chine, Asie, pays du Tiers Monde)
    Qui ont corrompu, et dominé les institutions de l’état à travers des lobbies puissants,et influents (lois sur mesures)
    (Aux Douanes, Ministères, Directions, Parlement, Sénat,…..)

    La santé et la sécurité des consommateurs algériens sont en jeu par
    Le manque de controle rigoureux, et sévère des produits d’importations (qualités, normes, états,…..)




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.