Le FFS décide de participer au rassemblement des syndicats autonomes

Abdelmalek Bouchafa, premier secrétaire du FFS. New Press

Le Front des forces socialistes (FFS) a décidé de prendre part au rassemblement programmé par l’Intersyndicale autonome de la Fonction publique samedi prochain à Tizi Ouzou, indique un communiqué du parti rendu public ce mercredi et signé par son premier secrétaire, Abdelmalek Bouchafa. Le parti sera représenté par des membres de la direction, des cadres et des militants, précise encore le communiqué.

Par cette initiative, le FFS entend dénoncer «les pratiques arbitraires, les dépassements illégaux et les restrictions contre la liberté de l’action syndicale et les syndicalistes». A cette occasion, le FFS exprime sa solidarité totale avec les initiateurs du rassemblement et appuie les revendications «légitimes» des syndicats et des travailleurs, tout en leur assurant de son soutien total à leur «lutte pacifique pour arracher leurs droits».

Enfin, le FFS met en garde le pouvoir contre «les conséquences désastreuses» qui peuvent découler de la poursuite de «ces pratiques arbitraires contre les syndicats et leurs représentants légitimes», ajoute le communiqué.

Après l’organisation de rassemblements le 28 janvier dernier dans quatre wilayas du pays, à savoir Blida pour le Centre, Oran pour l’Est, Batna pour l’Ouest et Ouargla pour le Sud, l’Intersyndicale autonome de la Fonction publique, composée de quatorze syndicats, avait décidé d’organiser un rassemblement national dans la wilaya de Tizi Ouzou le 25 février prochain.

Lors d’une réunion d’évaluation, début février, ces syndicats avaient déploré le fait que «plusieurs mois après la décision unilatérale prise au sein de la tripartite portant sur la suppression de la retraite proportionnelle et de la retraite sans condition d’âge, le gouvernement persiste à vouloir jouer la politique du fait accompli». 

R. Mahmoudi 

Comment (13)

    Rascasse
    25 février 2017 - 1 h 29 min

    Assa azeka el FFS yella yella
    Assa azeka el FFS yella yella




    0



    0
    MELLO
    23 février 2017 - 17 h 14 min

    En Algérie, la société
    En Algérie, la société largement traumatisée par plus d’une décennie de violence extrême tente de construire des cadres d’auto organisation et de revendication légale, mais se trouve confrontée à une vision officielle acquise au plan interne aux seuls rapports de force brutale, et au plan externe à des positions de pur prestige. Tous les combats qui ont été menés ces dernières années par des syndicalistes courageux pour protester contre la dégradation continue d’un monde du travail précarisé et soumis à une remise en cause généralisée de tous ses acquis, ont été portés par des syndicats autonomes que le pouvoir refuse de légaliser.Quand la mauvaise gouvernance est à ce point conjuguée à l’injustice, au mépris et à la brutalité, c’est le pouvoir qui met la violence au cœur des rapports sociaux. Nous, nous en réjouissons parce que le devoir du FFS, aujourd’hui et demain, est d’intégrer toutes les élites locales et régionales qui ont émergé, dans la société, des luttes sociales et culturelles.
    L’illégitimité des gouvernants,leur incompétence, leur mépris du citoyen, l’arbitraire institutionnalisé, l’impunité et la corruption généralisée sont à l’origine de cette catastrophe sans précédent. Rouh ammi rouh, le FFS iwaar matchi la tchi-tchi. A bon entendeur…




    0



    0
      Amnagh
      24 février 2017 - 14 h 09 min

      « Le FFS matchi d-la tchi-tchi
      « Le FFS matchi d-la tchi-tchi », c’était il y a plus de 25 ans, l’époque de la grande illusion.En 1990/1991,le FFS pouvait mobiliser des dizaines de milliers de kabyles pour marcher à Alger et exiger la démocratie.Qu’en est-il aujourd’hui,sans chauvinisme et sans langue de bois ? Ce parti est dans un coma profond, à l’agonie,déserté par ses militants aguerries et chevronnés.Le FFS d’aujourd’hui navigue à vue sans guide,sans repères et sans boussole.Il continue dans sa fuite en avant avec sa stratégie algérianiste sans issue et irresponsable.En tournant le dos à sa base sociale majoritairement kabyle,il a perdu la Kabylie sans gagner en Algérie.A vu snat,vru i yiwet ! Il continue à rêver debout d’une Algérie démocratique est une chimère vu l’état de salafisation avancée de la société algérienne.
      L’Algérie a été vaccinée contre la démocratie par le système en place qui inoculé aux algériens le virus arabo-islamique, »poison mortel pour la démocratie »




      0



      0
        MELLO
        24 février 2017 - 17 h 10 min

        Vous dites  » le FFS pouvait
        Vous dites  » le FFS pouvait mobiliser des dizaines de milliers de kabyles pour marcher à Alger « , vous êtes en retard de trois décennies, car le FFS peut même mobiliser ailleurs qu’en Kabylie; pas en KABYLIE seulement. Le FFS est toujours debout , car les racines du combat démocratique laissées par Hocine AIT AHMED, sont profondes. Malgré les entreprises de déstabilisation tous azimuts, force est de reconnaître que le FFS persévère dans sa politique de rassemblement. Cette force, il la tient dans son maintien de cap, et ce, depuis sa fondation. D’ailleurs, sans le maintien de la même philosophie, le parti aurait disparu depuis des lustres. Avec tous les coups qu’il a reçus, Hocine Aït Ahmed ne se demandait-il pas en 2012 comment le parti était encore debout ? Cela étant dit, en prenant chaque fois des décisions qui contrarient la dictature, il est normal, pourrait-on dire, que les forces du mal qu’il combat veuillent le neutraliser.




        0



        0
    rak
    22 février 2017 - 20 h 23 min

    Roh a mi roh l’FFS yemouth…
    Roh a mi roh l’FFS yemouth… yenghath behloul et la porte….. iyketlou el meyet ou yebkiw fi djanaztou….. allez plutôt MAGOUILLER pour confectionner vos listes a la zerda electorale qui ne manquera pas de vous attribuez votre quota de strapotins DEPITES a la CHAMBRE D’ENREGISTREMENTcomme l’a si bien qualifié Da el Hocine ellah irehmou qui vous etes empressés de trahir sitot sa disparition en faisant du FFS une coquille vide sans ame et en reniant tout les principes fondamentaux qui ont fait ce parti durant plus de 50 ans…. changez de nom au parti yerhem waldikoum…. je vous conseille de l’appeler désormais non pas le FFS hacha mais le RHB! Rassemblement Hybride Behloulien et behlawani….MA T’HECHMOUCH!!!!!




    0



    0
      MELLO
      23 février 2017 - 17 h 25 min

      Pauvre de toi, une cellule,
      Pauvre de toi, une cellule, une neurone, une seule Ton cerveau assure,peut être, de très nombreuses fonctions dans ton organisme. Il assure entre autre,des fonctions inconscientes, telles que le contrôle du rythme cardiaque mais aussi la sécrétion d’hormones, la coordination des mouvements volontaires , mais pas du tout les fonctions intellectuelles et la conscience.




      0



      0
        rak
        24 février 2017 - 11 h 32 min

        en tout cas je n’ai pas
        en tout cas je n’ai pas besoin d’utiliser plus qu’une neurone avec toi et tes semblables , une seule suffit tres largement a te devoiler et mettre a jour ta vraie nature de baltagi khemass enchainè usant d’un langage agressif, irrespectueux et ordurier incapable d’emettre une opinion sans faire dans le plaguat ou le copiè-collè des declarations de Da El Hocine ellah irehmou et dont vous etes tout simplement entrain de souiller la memoire toi et tes mentors….. vous avez fait du neo-ffs/RHB un think tank du pouvoir dont lequel il puise pour se regenerer et se perpetuer alors que normalement la vocation de tout parti politique qui se respecte et d’arriver au pouvoir afin de mettre en application ses idèes… contentezvous des miettes que voudra bien vous attribuer le pouvoir ca vous va a merveille




        0



        0
        rak
        24 février 2017 - 11 h 38 min

        tu te surestimes ya si mello
        tu te surestimes ya si mello lol en tout cas je n’ai pas besoin d’utiliser plus qu’une neurone avec toi et tes semblables , une seule suffit tres largement a te devoiler et mettre a jour ta vraie nature de baltagi khemass enchainè usant d’un langage agressif, irrespectueux et ordurier incapable d’emettre une opinion sans faire dans le plaguat ou le copiè-collè des declarations de Da El Hocine ellah irehmou et dont vous etes tout simplement entrain de souiller la memoire toi et tes mentors….. vous avez fait du neo-ffs/RHB un think tank du pouvoir dont lequel il puise pour se regenerer et se perpetuer alors que normalement la vocation de tout parti politique qui se respecte et d’arriver au pouvoir afin de mettre en application ses idèes… contentezvous des miettes que voudra bien vous attribuer le pouvoir ca vous va a merveille




        0



        0
          MELLO
          24 février 2017 - 17 h 28 min

          Se reconnaître en tant que
          Se reconnaître en tant que tel , est déjà un grand pas, pour celui qui reste coller à son RHB. Inutile de dire Da el hocine, allah irrahmou, car il n’est pas mort. Ses idées et son projet finiront tôt tard par convaincre et vaincre. Le FFS ne désertera jamais le terrain au profit de ce pouvoir et des charognards qui le composent et l’entourent. La lutte , au FFS , ne s’estompera que lorsque le peuple Algérien retrouvera sa souveraineté. Le FFS se doit, dans le fond et dans la forme, faire de ce moment une réponse sans ambiguïté sur sa capacité, non seulement à respecter et mettre en œuvre ses principes fondateurs et ses valeurs directrices, mais aussi à les faire partager avec un nombre croissant de citoyens et de partenaires . Les prémisses d’une dégradation accélérée de la situation sont là,Il importe de rompre avec les fausses solutions, et en finir avec les faux dialogues. Le F F S considère que l’urgence est d’engager le pays sur la voie de la construction démocratique de l’Etat et de la société, mais malheureusement, il existe encore des brebis galeuses qu’il va falloir remettre dans le sillage du combat.




          0



          0
          rak
          24 février 2017 - 18 h 30 min

          Si El Hocine ELLAH IREHMOU
          Si El Hocine ELLAH IREHMOU ne t’appartient ni a toi ni a tes mentors du neo-ffs/RHB transfuges du FLN/RND et des srabess et j’en veux comme pour preuve que tu utilises exactement les memes arguments comme aux heures sombres du Kremlin,KGB et autre Pravda…. tres bientôt tu m’accuseras de  » MAIN ETRANGERE » mdrrr…lekhbar iyjibouh etwala, le peuple reconnaitra les siens et je finis avec toi en disant que les lecteurs jugeront qui dit vrai entre toi et moi… When to free viva le FFS Canal historique a bas le neo-ffs/RHB




          0



          0
    Anonymous
    22 février 2017 - 18 h 20 min

    les rabatteurs du régime d
    les rabatteurs du régime d’ouajda propriétaire de la nation algérienne;commencent le ratissage aux voix des naifs citoyens prisent en otage par une poignet de corrompus ni foi;ni loi; et des intégristes barbares et les seules choix mourir de souffrance ou par décapitation;c’est el mektoub qui a décidé ainsi diront une majorité de citoyens fatigué par des années de souffrance;mais d’aller encore votez pour leurs donner une procuration;c’est un suicide collectifs;et vous serez juger par vos propre enfants et devant dieu;combien d’années ou ce pouvoir nous racontes des histoires droles;et surtout a la veille des élections;des promesses;des promesses au finale les autres peuples avancent et nous nous reculons; jusqu’au ou nous sommes devenus la nation la plus corrompus ou monde;et c’est notre faute; alors cette fois-ci il faut boycotter les élections et ne plus votez jusqu’au au changement radicale des lois du pays;comme en roumanie; et l’ukraine;




    0



    0
    Azerzur
    22 février 2017 - 17 h 03 min

    « Ni Etat policier ni Etat
    « Ni Etat policier ni Etat intégriste » clamait le FFS dans les années 1990.27 ans après nous avons les deux en même temps,un Etat policier et intégriste en bonne et due forme.Le FFS est l’ombre de lui même,c’est une coquille vide,un appareil de recyclage des cupides et des opportunistes.Le FFS comme le RCD sont à l’agonie depuis 2001,année du printemps noir de Kabylie.




    0



    0
      MELLO
      23 février 2017 - 17 h 33 min

      Autour de nous, la société se
      Autour de nous, la société se déstructure et se disloque de jour en jour. Les femmes et les hommes de ce pays ne savent plus, peut-être ne veulent plus et en tous cas ne peuvent plus, faire de la politique.
      De quelles capacités d’intervention disposons-nous dans la société et dans les institutions?
      Nos appels aux dialogues, nos mises en garde, nos initiatives, nos contrats et nos campagnes politiques ont-ils eu les résultats escomptés?
      Nous avons des ambitions pour le pays et voulons un changement radical et pacifique. Nous ne pouvons nous suffire de déconstruire le discours du régime, dévoiler ses manipulations, ses complots et ses mystifications.Se préserver, survivre pour survivre n’est pas l’ambition de notre parti ; ce n’est pas une option viable ! Nous sommes des militants, nous restons fidèles à nos engagements primordiaux. Nous ne devons ni capituler, ni abdiquer. Il n’y a pas de fatalité historique et les issues existent. Nous avons besoin d’évaluer rigoureusement les capacités d’intervention de notre parti, tant au plan national qu’international pour tracer les chemins du changement.




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.