Importation de véhicules : entre 40 000 et 50 000 unités en 2017

Abdelmadjid Tebboune, ministre du Commerce par intérim. New Press

Le quota d’importation des véhicules sur l’année 2017 devrait osciller entre 40 000 et 50 000 unités, a indiqué mardi à Alger le ministre de l’Habitat, de la Ville et de l’Urbanisme et ministre du Commerce par intérim, Abdelmadjid Tebboune. «Il est probable que le nombre de voitures à importer en 2017 varierait entre 40 000 et 50 000 voitures», a déclaré le ministre à la presse en marge d’une visite d’inspection à la ville nouvelle de Sidi-Abdallah.

Pour rappel, en 2016, le contingent quantitatif d’importation de véhicules a été fixé à 98 374 unités dans le cadre des licences d’importation. Outre les voitures du constructeur Renault fabriquées localement depuis plus de deux années, l’année 2017 devrait voir l’entrée en production de plusieurs usines de montage de véhicules, à l’instar de Hyundai et de Volkswagen.

Une réunion présidée par le Premier ministre Abdelmalek Sellal aura lieu dans les prochains jours pour fixer les quotas d’importation des produits soumis aux licences d’importation au titre de l’exercice 2017 (voitures, ciment, rond à béton…).

La facture d’importation des véhicules de tourisme s’est établie à 1,292 milliard de dollars en 2016 contre 2,038 milliards de dollars en 2015, soit une baisse de 36,61%, selon un bilan des Douanes algériennes. Quant aux véhicules de transport de personnes et de marchandises (classés en biens d’équipement), leur facture d’importation s’est chiffrée à 782,36 millions de dollars contre 1,5 milliard de dollars en 2015, en recul de 48%. Concernant les parties et accessoires des véhicules automobiles (classés en biens de consommation non alimentaires à l’instar des véhicules de tourisme), leur facture d’importation a atteint 393,96 millions de dollars contre 394,86 millions de dollars en 2015, soit une légère baisse de 0,23%.

R. E.

Comment (7)

    Algerien pur et dur
    1 mars 2017 - 22 h 01 min

    Tiens j’ai cru que l’
    Tiens j’ai cru que l' »usinette » Renault satisfaisait les besoins. (…) Malheureusement vous avez encore de beau jours devant vous.




    0



    0
    issam
    1 mars 2017 - 13 h 35 min

    Ce Abdelmadjid Tebboune
    Ce Abdelmadjid Tebboune devrait changer de nom et s’appeler mr importation .Rien n’est fait dans le développement autonome en partie à cause de ce plouc !




    0



    0
    anonyme
    28 février 2017 - 22 h 36 min

    il n’existe pas de politique
    il n’existe pas de politique de transport dans ce pays et il n’y en aura jamais! A l’heure où le monde pense environnement, moyens alternatifs, voiture intelligente non polluante etc. nous on vide les stocks d’invendus! des voitures des voitures et encore des voitures, ah la fascination de la bagnole, le standing, la frime !!!! les rues sont encombrées et les trottoirs servent à se garer pendant que les piétons réduits à l’état de bêtes de somme sont obligés de frayer parmi les voitures au péril de leurs vies ! ne parlons pas des accidents de la route, il y en a 2000 tous les mois en moyenne qui font 15% de morts et des centaines de blessés graves, parait-il que le code de la route c’est une/un secrétaire analphabète qui l’enseigne dans ces épiceries pompeusement appelées auto-écoles! En même temps ça sert à quoi le code de la route dans un pays où y a pas de panneaux et quand il y en a ils sont haut de 1,50 m !?!?!?! pourtant ce pays possédait de nombreuses infrastructures viables qu’il suffisait de moderniser en introduisant massivement des transports en commun de qualité tel que tramway, train à grande vitesse et métros, favoriser les 2 roues y compris le vélo et aussi supprimer tous ces bus-épaves qui circulent en ville et en banlieue avec un chauffeur en claquettes et un receveur-rabatteur qui devrait être formé à un vrai métier dans un centre de formation professionnelle plutôt que de perdre son temps. mais non ! nous on préfère claquer 1,3 milliards de dollars ! pour des histoires de voitures alors que chaque personne pourrait simplement importer la sienne comme au temps où on pouvait ramener sa voiture d’Europe sous condition qu’elle soit pas trop vieille ! mais voilà on ne change pas une équipe qui perd, c’est la devise en Algérie !




    0



    0
    Caton l'ancien
    28 février 2017 - 21 h 47 min

    Après avoir importé jusqu’à
    Après avoir importé jusqu’à 700.000 véhicules par an il n’y a pas si longtemps jusqu’à asphyxier notre pays par ce flux de véhicules dont les conséquences sur le travail, la vie des citoyens et la mortalité sur les routes sont catastrophiques, voilà que les excellents gestionnaires algériens réduisent du jour au lendemain ces importations à 50.000, non parce qu’ils se sont rendus compte de la catastrophe vers laquelle ils ont mené le pays mais simplement parce qu’ils ont vidé les caisses et n’ont plus les moyens de continuer dans la démesure.

    Même le dernier boutiquier du coin est capable de gérer mieux que ça un produit aussi indispensable que la voiture vu la lamentable prise en charge des moyens de transport par les autorités en Algérie.

    Nous sommes la risée des autres pays même des moins développés que notre pays.

    Le pays est géré à la petite semaine sans aucune projection sur l’avenir par des gens incapables de voir plus loin que le bout de leur nez et ils ont le culot de s’accrocher aux responsabilités comme les sangsues s’accrochent à la peau.

    Ils mènent le pays à la dérive et à l’explosion sociale et ils n’en ont même pas conscience avec toutes les alarmes que les citoyens tirent chaque jour que Dieu fait.




    0



    0
    anonyme
    28 février 2017 - 20 h 45 min

    Arrêter l’hémorragie de l
    Arrêter l’hémorragie de l’économie Algérienne.
    Ce sont toujours les mêmes escrocs qui volent…………….




    0



    0
    Moh Tziri
    28 février 2017 - 19 h 24 min

    1,292 milliard de dollars en
    1,292 milliard de dollars en 2016 pour seulement des véhicules c’est plus que trop, tout cela pour caraisser les barons de la pauvre Algérie. Ou il y a crise ou il n’y a pas de crise. Vous vous rendez compte, on ne peut payer la facture des médicaments mais celle des voitures oui. Lasser les gents ramener leur véhicules avec leur propre moyens et vous allez voir. 40.000 ou 50.000 voitures c’est la bagatelle d’environ 800 millions d’euros à 1 milliards d’euros. Donc ne nous chantez par à longueur de journée qu’il y a crise….stoper les importations des voirtures par l’état.




    0



    0
    anonyme
    28 février 2017 - 17 h 34 min

    C’est encore beaucoup
    C’est encore beaucoup beaucoup trop.
    500 ou 600 voitures c’est largement suffisant.
    Puis en 2018 stop totalement à l’importation de voiture de fruits de légumes de blés de ovins de bovins de lait des friandises des conserves des habits et beaucoup beaucoup d’autres choses.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.