Transport urbain : Talai chez le constructeur belge Van Hool

Selon Talai, l'expérience Van Hool est réussie un peu partout dans le monde. New Press

L’Algérie est en discussion avec le constructeur belge Van Hool, spécialisé dans la production de véhicules de transport en commun, pour répondre aux besoins spécifiques de la capitale en matière de transport urbain collectif, a annoncé lundi à Anvers (nord de Bruxelles) le ministre des Travaux publics et des Transports, Boudjema Talai. «Nous sommes en discussion avec eux (les dirigeants de Van Hool)», a-t-il déclaré en marge de la visite de l’usine Van Hool, principal fournisseur pour les transports en commun belges. «Nous étudions actuellement le système de transport urbain collectif en site propre, et l’expérience Van Hool est réussie un peu partout dans le monde. C’est ce que nous voulons faire à Alger notamment pour certaines lignes qui ne sont desservies ni par le métro ni par le tramway», a-t-il expliqué.

Pour répondre aux besoins croissants des villes en ce qui concerne la protection de l’environnement, Van Hool a développé une large gamme de bus modernes et non polluants, allant du moteur diesel Euro IV jusqu’au GNV (gaz naturel vert), en passant par le bus trolley ou encore le bus hybride avec pille à combustible.

Lors de la visite du site de production du constructeur situé à Lierre, dans la province d’Anvers, le ministre s’est entretenu longuement avec les dirigeants de cette société qui lui ont présenté une gamme complète de bus urbains et interurbains susceptibles d’intéresser l’Algérie et répondre aux futurs défis du transport public collectif dans la capitale.

Le ministre des Travaux publics et des Transports s’est dit en outre «content» et «satisfait» de sa visite en Belgique qui a permis, a-t-il dit, «la consolidation» des relations traditionnelles entre les deux pays. «Je suis très satisfait parce que nous sommes en relation avec des professionnels et très content parce que la relation amicale qu’entretiennent les deux pays s’est traduite par une série d’accords signés aujourd’hui», a-t-il souligné.

L’Algérie et la Belgique ont signé lundi un mémorandum d’entente pour la mise en place d’un cadre de coopération dans le domaine des transports visant à «renforcer» les relations traditionnelles qu’elles entretiennent et à établir «une nouvelle plateforme» de coopération bilatérale. Les deux pays ont signé également une convention-cadre de coopération entre la Société nationale des transports ferroviaires (SNTF) et la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) visant à renforcer les relations qu’elles entretiennent.

Ils ont, en outre, signé un accord de coopération dans le domaine du transport aérien qui annule et remplace l’accord signé en 1969 en vue d’établir des services aériens entre les territoires des deux pays. Un protocole d’accord en matière de formation maritime et portuaire en vue de contribuer au développement des compétences dans ces deux secteurs a été signé entre le groupe des services portuaires (Serport) et le centre belge de formation des cadres dans les domaines portuaire et maritime (Apec).

M. Talaï s’est rendu, par ailleurs, au siège de la société algéro-belge de fret maritime vers et à partir de l’Algérie, ISA/Cnan situé à Lierre ainsi qu’au Centre national de régulation du trafic ferroviaire en Belgique situé à Bruxelles. Le ministre a suivi avec intérêt la présentation sur l’évolution du contrôle ferroviaire en Belgique, exprimant son souhait de voir l’Algérie bénéficier de l’expérience belge en la matière.

Le ministre des Travaux publics et des Transports, accompagné d’une importante délégation, est arrivé dimanche soir à Bruxelles pour une visite d’un jour à l’invitation du ministre belge de la Mobilité, François Bellot.

R. E.

Comment (9)

    lekem
    19 mars 2017 - 22 h 39 min

    La firme van-hol est certes
    La firme van-hol est certes reputee pour la robustesse de ses bus,mais cela ne peut etre avancer comme argument majeur pour les importer sans contre patie a notre economie. exiger un partenariat avec la snvi pour le transfert du savoir faire serait une bonne option par exemple fomer les techniciens ou tout simlement monter ses bus localement.. vanholl a vendu durant des decenies des milliers d’untes sans que nos decideurs ne parviennent a en tirer un avantage.. monsieur talai semble faire du tourisme et du choping au lieu de nous donner l’impession qu’il va negocier .car acheter des vanhool n,a jamais ete affaire de ministre.




    0



    0
    chaoui ou zien
    1 mars 2017 - 21 h 59 min

    Faisonscomme les chinois. Ils
    Faisonscomme les chinois. Ils n’achetent pas. Ils exigent que le produit soit fabrique sur place avec la main d’oeuvre chinoise. Quelques temps plus tard, apparait comme par miracle une societe chinoise qui fabrique le meme produit avec quelques petites modifications pour prevenir des actions judiciaires. Comme example, je cite le cas du TGV allemand produit en chine et ensuite copie par les chinois. Aujourdhui il est vendu beaucoup moins cher par la Chine a des pays emergents comme le Bresil. Mais bien sur, la mafia salope de l’import n’a pas les bras aussi longs chez eux.




    0



    0
    boukharouba
    1 mars 2017 - 7 h 38 min

    La SNVI est une crèche pour
    La SNVI est une crèche pour adultes




    0



    0
      Anonymaoui
      1 mars 2017 - 11 h 20 min

      Oui en quelque sorte la snvi
      Oui en quelque sorte la snvi n’est pas un monstre industriel comme hyundai ou Toyota. Elle a été livrée aux saboteurs et aux gestionnaires amateurs et corrompus pendant que les importations de camions et de bus étaient encouragés par l’État. Des véhicules chinois de très mauvaise qualité ont envahi nos villes et villages pendant que la snvi agonisait en silence. En fin de compte c’est normal que vous la qualifiez de crèche pour adultes.




      0



      0
    anonyme
    28 février 2017 - 20 h 49 min

    Il n’y a pas d’ELITE dans
    Il n’y a pas d’ELITE dans notre pays.




    0



    0
    Anonymaoui
    28 février 2017 - 17 h 15 min

    Je ne comprends pas la
    Je ne comprends pas la stratégie de ce ministre. La cnan abandonne ses navires dans différents ports du monde puis achète du neuf. Air Algérie désorganisée et mal gérée. Alstom Annaba sans plan de charges. Et le voilà qui veut indirectement nuire à la snvi qui produit des bus Mercedes et sonacom de bonne qualité.




    0



    0
    Moussa
    28 février 2017 - 12 h 24 min

    Il est de fermer la snvi
    Il est de fermer la snvi puisqu’elle n’est pas capable de satisfaire le marché intérieur le même logo le même disygne depuis bientôt 50ans




    0



    0
      SPHAX
      28 février 2017 - 18 h 12 min

      Moussa,c’est avec des gens
      Moussa,c’est avec des gens comment toi que la SNVI recule car rien dans la tète tout dans le ventre,.
      Au moins ,elle fait vivre des milles de familles d’Algériens.
      Bastas import/import




      0



      0
        Cheikh kebab
        28 février 2017 - 20 h 13 min

        Bien parlé syfax,ce moussa n
        Bien parlé syfax,ce moussa n’a rien compris. Non seulement la snvi produit des cars,mais elle en produisait déjà et beaucoup plus avec Renault,des camions…etv..etc.. Puis des apprentis ont changé ça pour aller recommencer a zéro avec Mercedes… Snvi fabriquait des camions,bus,cars,intégrés à plus de 80%!!! Au cvi (complexe véhicules industriels) y’a la fonderie pour les grosses pièces fonte,la forge,l’embout usage et atelier d’usinage moderne!! Puis à la fin la carrosserie!!! Tout le cycle de fabrication!! En plus des moteurs qui venaient de Constantine….et tout y tout.. Et des spore tus ont détruit tout ça,pour venir chanter aujourd’hui à ceux,jeunes, qui ne savent pas,donner l’illusion qu’ils créent ou inventent l’eau chaude!! Mais les anciens sont encore vivants pour les dévoiler.




        0



        0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.