Washington : «L’Algérie lutte rigoureusement contre le blanchiment d’argent»

Siège du département d'Etat américain. D. R.

L’Algérie lutte rigoureusement contre le blanchiment d’argent, qui demeure «minime» grâce à un contrôle bancaire renforcé, a indiqué, jeudi, le département d’Etat américain.

Dans son rapport 2017 sur le trafic de drogue et les crimes financiers dans le monde, le département d’Etat constate que le blanchiment des capitaux en Algérie est «minime» en raison d’une réglementation rigoureuse en matière de contrôle des changes. S’y ajoute le contrôle renforcé exercé par le secteur bancaire, constitué essentiellement de banques publiques, note le département d’Etat dans sa 32e édition de ce rapport annuel, transmis mercredi au Congrès.

La convertibilité restreinte du dinar a permis également à la Banque d’Algérie de mieux contrôler les opérations financières internationales effectuées par les institutions bancaires, explique le rapport. Le document précise que les cas minimes de blanchiment d’argent sont constatés hors secteur financier officiel à travers notamment l’évasion fiscale, les transactions immobilières et la fraude commerciale, échappant de ce fait au contrôle bancaire. Il note à ce propos que l’usage du cash en Algérie pourrait augmenter les risques liés à la criminalité financière. 

Le rapport souligne que «l’Algérie a fait des progrès significatifs pour aligner son dispositif de lutte contre le blanchiment d’argent aux standards internationaux», relève le rapport. Evoquant les différentes lois et réglementations régissant la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme en Algérie, le département d’Etat explique que ce dispositif impose la collecte des données, la vérification préalable de tous les transferts effectués par les banques et aussi des exigences strictes en matière de coopération avec les autorités chargées d’appliquer la loi.

La Cellule de traitement du renseignement financier (CTRF) rassemble et diffuse aux banques des informations pertinentes sur le blanchiment d’argent, ajoute le département d’Etat, citant en cela le rapport 2016 de la CTRF qui a fait état de 125 affaires transmises à la justice se rapportant aux soupçons d’infractions à la législation des change et aux mouvements des capitaux. «Cette activité accrue de la CTRF révèle que l’Algérie s’efforce d’améliorer son dispositif de lutte contre le blanchiment d’argent», relève-t-il.

Par ailleurs, l’Algérie est principalement un pays de transit pour le trafic de drogue provenant du Maroc en direction de l’Europe et du Moyen-Orient, indique le département d’Etat qui affirme que le Maroc est le principal pourvoyeur de drogues en Algérie. Le renforcement du contrôle au niveau des frontières terrestres a poussé les trafiquants de drogue à emprunter les routes maritimes entre l’Algérie et le Maroc, ce qui s’est traduit par des saisies importantes opérées par la garde côtière algérienne et la Gendarmerie nationale, précise la même source.

L’Algérie a renforcé les capacités des services des douanes à détecter les nouvelles substances psychoactives au niveau des ports et aéroports et actualisé sa réglementation en matière de saisie de stupéfiants et de contrôle de la production des opioïdes et les psychotropes, précise-t-elle.

Des efforts ont été déployés par le gouvernement pour lutter contre la consommation de drogues à travers l’investissement dans les programmes de sensibilisation et de prévention et la création de centres de désintoxication, constate le rapport. 

L’Algérie travaille également en coopération avec l’office des Nations unies contre la drogue et le crime et le réseau MedNet de coopération sur les drogues en région méditerranéenne, rappelle le département d’Etat.

R. N.

Comment (19)

    kamel-El djidjelli
    8 avril 2017 - 11 h 40 min

    C’est ironique, venant d’un
    C’est ironique, venant d’un pays où le blanchiment d’argent est une pratique courante dans leurs banques américaines.
    lisez sur cette article dans Le  » The Gardian »
    https://www.theguardian.com/world/2011/apr/03/us-bank-mexico-drug-gangs




    0



    0
    Mohamed
    5 mars 2017 - 14 h 46 min

    Les marocains? No comment?
    Les marocains? No comment?




    0



    0
    lhadi
    4 mars 2017 - 12 h 27 min

    Les algériens, éclairés et
    Les algériens, éclairés et cultivés, ont souvent entendu le battoir des laveuses résonner dans le silence de la nuit. Elles battent et tordent, avec une grande vigueur quelque chose qui ressemble à du linge mouillé, mais qui, vu de près, n’est que le corps de l’Algérie. Fraternellement lhadi ([email protected])




    0



    0
    anonyme
    4 mars 2017 - 8 h 57 min

    C’est prendre les algériens
    C’est prendre les algériens pour des imbéciles avec ce rapport de m….
    Le blanchiment d’argent est partout et je vous invite à venir visiter les régions frontalière……………




    0



    0
    Riadh
    4 mars 2017 - 8 h 44 min

    Les autorités algériennes
    Les autorités algériennes doivent se réjouir car les patrons amerloks leur ont délivré une attestation d’encouragement , un certificat de bonne conduite.
    Alors, une question, une seule a ces distributeurs de bons points de Washington: d’où provient l’argent (liquide des sacs en plastic noir) qui a fait flamber l’immobilier sur tout le territoire national au point ou le mètre carre a Alger revient plus cher qu’a Madrid et Los Angeles? Evidemment, il est inutile de rappeler que l’honnête père de famille a la recherche d’un toit pour sa famille qu’il souhaite acquérir grâce a ses économies a le choix entre rêver gratuitement ou se convertir dans l’informel qui est devenu aujourd’hui la caractéristique principale de ce qui ressemble a une économie nationale. Alors satisfaits, messieurs de Washington? N’est ce pas que votre satisfecit est en soi un signe encourageant aux barons du blanchiment d’argent de persévérer dans cette vois criminelle?




    0



    0
    mhd dz
    4 mars 2017 - 8 h 35 min

    Bonjour Sprinkler,pour être
    Bonjour Sprinkler,pour être plus précis 25 milliards de dollars soit un quart du PIB du maroq selon le même rapport.




    0



    0
      Sprinkler
      5 mars 2017 - 8 h 58 min

      Bonjour  » Mhd dz  » ! C’est
      Bonjour  » Mhd dz  » ! C’est bien ce qu’a rapporté hier ce quotidien algérien qui s’appuie sur les conclusions des autorités US…Des chiffres effarants, en constante augmentation ! Il y a peu encore, le commerce de  » l’herbe folle  » représentait entre 11 et 12 milliards d’euros par an…La  » manne  » a pratiquement doublé en l’espace de 2 ou 3 ans ! À ce train-là, tout le Maroc ne sera plus qu’un vaste champ de cannabis sur lequel trône Michou Escobar le Bien Aimé ou comme j’aime à le désigner : l’Âne de Troie de la France en Afrique…




      0



      0
    Amar
    4 mars 2017 - 7 h 25 min

    Ils sont bizarres ces
    Ils sont bizarres ces américains, un jour Comme ci, un jour comme ça: «L’Algérie lutte rigoureusement contre le blanchiment d’argent». Pourquoi s’inquiètent-ils de l’ampleur de l’économie « informelle »?




    0



    0
    mendil
    4 mars 2017 - 0 h 37 min

    Felfel har à décrit une
    Felfel har à décrit une analyse réaliste et juste sur la situation de l’Algérie; mais il a oublié de dire que c’est le Maroc qui est à l’origine de la faillite de l’algérie




    0



    0
      Anonymous
      4 mars 2017 - 5 h 32 min

      et bien sale race de mokoko,
      et bien sale race de mokoko, tu es démasqué et tu dégage ! maroc de mes …qui est responsable, sale race de mokoko




      0



      0
    CHIBL
    4 mars 2017 - 0 h 21 min

    Ces américains ne connaissent
    Ces américains ne connaissent rien a l’Algerie, comment un pays qui a 40 milliards de dollars en Economie informelle peut il lutter rigoureusement contre le blanchiment d’argent? ce rapport c’est du n’importe quoi.nous sommes pas bêtes a ce point!!




    0



    0
    5colonne
    3 mars 2017 - 23 h 44 min

    Quel blague ce rapport, ils
    Quel blague ce rapport, ils nous prennent vraiment pour des endormis




    0



    0
    Anonymous
    3 mars 2017 - 23 h 10 min

    «L’Algérie lutte
    «L’Algérie lutte rigoureusement contre le blanchiment d’argent», mais pas assez contre la corruption!




    0



    0
    LIHOUDI DZIRI
    3 mars 2017 - 22 h 11 min

    Washington : «L’Algérie lutte
    Washington : «L’Algérie lutte rigoureusement contre le blanchiment d’argent». Kelli bessah ! Hi, hi, hi, hi, hi, hi, hi, hi, hi, hi…… Yekhi t’meskhir yekhi !!! Qaâdou, qaâdou binna…. Gembrou binna. Ah oui, l’ALGÉRIE a blanchi 1200 milliards de dollars depuis 1999 !!! Allez, vous faire voir par les Grecques !!!!




    0



    0
    Felfel Har
    3 mars 2017 - 18 h 10 min

    Le fait le plus important à
    Le fait le plus important à noter dans ce rapport est l’inquiétude du Département d’État quant à l’ampleur que prend l’économie informelle chez nous. C’est là que se retrouve l’argent sale et personne en Algérie ne semble en mesure d’y mettre un terme. Les USA ont vécu cette période anarchique (la Prohibition) quand les lois du pays n’étaient pas respectées et tous les trafics étaient permis jusqu’au jour où un certain Elliott Ness et sa bande d’incorruptibles sont intervenus pour rétablir l’État de Droit, la transparence et la légalité des transactions. Que fait-on chez nous? Ce n’est pas une priorité et ce n’est pas en permettant à des pseudo-milliardaires d’acheter leur siège de député que l’on va nettoyer les écuries d’Augias. Aucune sanction n’est envisagée pour punir les transactions en espèces (la chkara) alors que les moyens modernes de paiements (chèque, virement, traite commerciale) sont disponibles. Aucun effort sérieux n’est fait pour traquer les contrevenants et assécher les ressources financières qui s’échangent dans cette sphère opaque, un état dans l’État, une jungle où règnent el bandiya. L’État officiel a permis à cette faune de péricliter et de s’épanouir au point où il est impuissant à combattre cette mafia. Celle-ci ne s’embarrassera pas pour réclamer le pouvoir, tout le pouvoir.  » Quand les abus sont accueillis par la soumission, la puissance usurpatrice les érige en lois », tel était le verdict de Malesherbes dans ses Pensées et Maximes. Notre silence et notre inaction nous mèneront à notre perte.




    0



    0
    DJAMEL
    3 mars 2017 - 17 h 34 min

    LES ALGERIENS NE SONT PAS
    LES ALGERIENS NE SONT PAS DUPES … ILS NE ONT PAS ENVOYE CHAKIB KHALIL POUR RIEN … POUE ETRE PRESIDENT … FAKOU BARKANA MIN EL KHORTI … ILS SONT ORLES CES AMERICAINS !!!!!




    0



    0
    Anonymous
    3 mars 2017 - 17 h 34 min

    ce constat américain ça fait
    ce constat américain ça fait rire les melons et les crocodiles;certainement la main de notre cerveau américain monsieur,chakib khelil et pour quelques choses;alors je me demande comment monsieur,drebki alias le pompiste saidani et d’autres dirigeants et chefs d’entreprises ont fait pour avoir autant de biens immobiliers et financiers en europe;fort possible ils touchaient une rentre de la part de la communauté européenne en particulier de la france; sinon je ne vois pas comment;sauf si; nos responsables nous expliquent la manière;ou la façon;ou le blanchissement de l’argent du peuple algérien




    0



    0
    Sprinkler
    3 mars 2017 - 15 h 39 min

     » L’Algérie travaille
     » L’Algérie travaille également en coopération avec l’office des Nations unies contre la drogue et le crime et le réseau MedNet de coopération sur les drogues en région méditerranéenne, rappelle le département d’Etat.  » On ne peut pas en dire autant du narco-royaume de l’Âne de Troie de la France en Afrique (  » l’ATFA « ) dont le commerce du cannabis rapporte plus de 11 milliards d’euros par an !




    0



    0
      Sprinkler
      4 mars 2017 - 9 h 11 min

      RECTIFICATION : selon les
      RECTIFICATION : selon les chiffres fournis par un quotidien algérien, ce ne sont pas 11 mais 23 milliards en dollars que le narco-glaoui engrange chaque année, soient un quart du PIB de son mirifique royaume…À ce triste palmarès, s’ajoute une autre performance, celle de plaque tournante de la cocaïne sud-américaine avec deux saisies récentes de 1200 kg ( !!!) et de 250 kg ! 25 % de détenus marocains sont liés au trafic de stupéfiants !




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.