Importation : l’attribution des licences débute dimanche

Abdelmadjid Tebboune. New Press

Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville et ministre du Commerce par intérim, Abdelmadjid Tebboune, a fait état, samedi à Alger, du lancement graduel à partir de dimanche (demain) de l’opération d’octroi des licences d’importation des différents produits soumis aux quotas.

L’octroi des licences d’importation débutera demain (dimanche) pour se poursuivre graduellement et concernera les différents produits soumis au régime des quotas, a déclaré le ministre qui assistait à la dernière opération de «coulage de béton» au minaret de la grande mosquée d’Alger. A cette occasion, le ministre a réaffirmé que le gouvernement n’a pas interdit et ne compte pas interdire l’importation, ni de produits essentiels ni de luxe, il faut juste, a-t-il dit, définir les besoins pour mettre un terme au gaspillage.

Tebboune a mis l’accent, dans ce sens, sur l’importance de la transparence et sur le respect de la loi par l’ensemble des opérateurs et intervenants dans le domaine du commerce extérieur. Il a ajouté que le ministère du Commerce a transmis aux services du Premier ministre pour publication au Journal officielun premier cahier des charges précisant les nouvelles mesures en matière d’importation.

Estimant «insensé de continuer à importer de la mayonnaise, de la moutarde et le Ketchup pour une facture annuelle de près de 200 millions de dollars ainsi que des “voitures ferrailles”» qui ne répondent à aucune spécification, Tebboune a indiqué que de «tels montants devraient être consacrés aux priorités du développement, notamment la construction de logements, d’écoles ou de centres de santé».

Concernant le lancement dès dimanche des licences d’importation, le ministre a précisé que le quota d’importation de la banane a été fixé 90 000 tonnes pour le premier semestre de l’année en cours. «Nous octroierons dès le début de cette semaine des licences d’importation d’un contingent quantitatif de 90 000 tonnes de banane pour le premier semestre et s’il y a lieu d’augmenter ce volume nous le ferons par ponction sur le quota du deuxième semestre», a déclaré Tebboune.

Affirmant que l’Etat encouragera les importateurs qui disposent de moyens nécessaires de stockage et de froid car il créeront des postes de travail, Tebboune a indiqué que nombreux sont ces exportateurs et l’Etat ne les empêche pas d’importer à la seule condition de respecter le cahiers de charges et les quotas fixés. «Nous ne pouvons pas mettre ces importateurs, réguliers et qualifiés, sur le un pied d’égalité que les importateurs opportunistes qui importent des containers de banane pour les commercialiser au niveau des ports avant même le déchargement», a ajouté le ministre. La régulation de l’importation, supervisée par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a pour but essentiel de mettre fin à l’anarchie caractérisant ce secteur et qui est à l’origine d’une véritable hémorragie pour l’économie nationale, a soutenu le ministre qui a affirmé que les mesures prises visent à protéger le produit national et les producteurs locaux. Il a rappelé, à ce propos, les grandes quantités de produits électroménagers «non conformes» et qui «menacent la santé publique, causant dans de nombreux cas de décès».

Pour ce faire, le nouveau cahier des charges a fixé de nouvelles normes et exige à ce que tous les produits soumis à l’importation soient conformes aux standards européens, a encore affirmé le ministre. «Les climatiseurs importés consomment trois fois plus d’énergie», a-t-il dit, ajoutant qu’avec de tels produits la demande est si forte qu’il est difficile de la satisfaire. Les mesures réglementaires sont à même de permettre d’assainir le secteur des pseudo-importateurs qui ne sont pas du métier et dont le seul souci est le gain rapide, aux dépens de la santé publique, a encore ajouté Tebboune.

Par ailleurs, et concernant la spéculation sur les prix des produits alimentaires à large consommation, tels que la pomme de terre, le ministre a rappelé la dernière opération de lutte contre ce fléau enregistrée au niveau de la wilaya de Aïn Defla, où quelque 21 000 tonnes de ce légume a été saisie. Ce stockage faisait partie du plan d’un réseau spécialisé dans le monopole et la spéculation qui sont derrière la flambée des prix, qui ont atteint les 120 DA/kg dans certains marchés, a-t-il précisé.

A ce propos, Tebboune a estimé que le prix réel de la pomme de terre, dont la production est en abondance, est de 45 DA mais les spéculateurs sont nombreux, et c’est la cause de la hausse frénétique des prix. «L’Etat sévira contre tous ceux qui portent atteinte aux besoins essentiels de consommation du citoyen», a averti le ministre.

R. E. 

Comment (11)

    Tarik ou Chemin
    12 mars 2017 - 13 h 16 min

    çà y est, Abdelmadjid
    çà y est, Abdelmadjid Tebboune a arrêté sa liste d’importateurs à la veille des élections législatives. Tous ceux qui sont et qui soutiennent le « programme » du brizidène fantôme, sont en mesure d’émarger à la rente de l’importation.




    0



    0
    elhadj
    12 mars 2017 - 10 h 02 min

    la banane se vend normalement
    la banane se vend normalement a Biskra au prix de 300 DA ,pourquoi faire tout ce tintamarre pour un produit nullement indispensable,ce qui nous intéresse c est les produits de large consommation qui devront être abordables a n importe quel citoyen de notre republique populaire .ou est donc passe le gourou de l UGTA censé défendre les travailleurs et réclamer l amélioration de leurs conditions minima de leur vie.ne parlons des pseudo députes valides par la chkara beaucoup plus préoccupes par leurs affaires et leur notoriété pour lesquels les citoyens n accordent aucun intérêt pour le moment ni pour les élections d ailleurs.




    0



    0
    Allag Saadedine
    12 mars 2017 - 1 h 44 min

    Je suis bien contant de lire
    Je suis bien contant de lire et voir qu’il reste encore de personnes honnêtes dans notre pays et qui disent la vérité malgré Ca saveur amère Ca prend des personnes qui ne pense pas seulement à remplir leur comptes et leur ventre mais qui travail pour aider les nécessiteux qui sont dans le besoin c Ca un vrai Algérien




    0



    0
    Gavroche
    11 mars 2017 - 21 h 02 min

    Un Ministre qui est dans le
    Un Ministre qui est dans le micro management et se rabaisse en parlant d’importation de la banane. Est ce que les Algériens attendent qu’un Ministre soit dans ce niveau de détail? Qu’elle est la stratégie de création de richesse, de la valeur ajoutée? Nos Ministres sont au ras des pâquerettes et d’une médiocrité jamais inégalées nul par ailleurs.
    Qu’il augmente les taxes douanières et joue sur la fiscalité afin de réduire les importations, augmenter la production locale et protéger la production locale. Nous avons un niveau d’incompétence qui me fait honte.




    0



    0
    Anonymous
    11 mars 2017 - 20 h 54 min

    La vison Algérienne: TEFAH,
    La vison Algérienne: TEFAH, BATATA ou LBANANE. Nous sommes des tubes digestifs ambulants atteints de maladies du cholestérol, diabète, cardio vasculaires qui ne travaillons pas , ne produisons rien et gaspillons de l’argent sans retour sur investissement. . Je bois du thé et je reste éveillé, pourvu que le cauchemar s’arrête. Pauvre de nous!




    0



    0
      anonyme
      12 mars 2017 - 8 h 29 min

      bravo !
      Vous avez tout dit

      bravo !
      Vous avez tout dit




      0



      0
    pegasse
    11 mars 2017 - 20 h 24 min

    Puisqu’il gere 2
    Puisqu’il gere 2 portefeuilles,autant lui donner tous les autres,comme on est en pleine crise cela fera pleins d’economie au pays,Monsieur le super ministre pourrions nous svp savoir quelle sont les retombées economiques de l’ansej,du cnac,de l’andi,de l’apsi et quels le nombre d’entreprises et de postes d’emplois crées par cette foultitude de dispositfs?,et pendant que vous êtes nous donner aussi les retombés du forum economique Africain pour notre pays.merci par avance de nous repondre,cordialement.




    0



    0
    MOMO
    11 mars 2017 - 20 h 02 min

    AMATEURS C LE MOT QUI
    AMATEURS C LE MOT QUI CONVIENT. INCOMPETENT AUSSI .IL Y A 6 MOIS VOUS EXPORTIER DES PATATES DE L AIL .VOUS CREER VOUS MEMES DES INFLATIONS INEXCUSABLES .VOUS PARLER C TOUT CE VOUS SAVER FAIRE.ON NE VOUS CROIT PLUS .INCAPABLE DE DIRIGER UN PAYS DE 40 MILLIONS D AMES.VOUS ETES DE CLOWNS.




    0



    0
    Mhand
    11 mars 2017 - 19 h 29 min

    c est pour qui Mr le ministre
    c est pour qui Mr le ministre , l’octroi de ces licences ??? pour les beni amiis , les copains ??? une chose est sure , oukelna allikoum rabi , et j espere que tot ou tard vous allez payes , tout les responsables qui ont profites de ce pays a tord payeront inchallah vous et votre descendances




    0



    0
    Lghoul
    11 mars 2017 - 18 h 21 min

    Importez ce qui vous plaît.
    Importez ce qui vous plaît. Le peuple n’à pas d’argent pour se permettre un kilo de sardines. Alors qui s’intéressera au caviar, au champagne, aux truffles, aux Rolls Royce ou aux Ferraris avec un SMIG de 18000 DA ?




    0



    0
    lehbilla
    11 mars 2017 - 17 h 04 min

    on aurait voulu que ça se
    on aurait voulu que ça se bouscule pour les licences d’exportations. Ce n’est pas le cas cependant. L’exportation n’a pas la côte chez nous, elle se résume à un robinet et à une répartition à la tête du client d’une part et au compte goutte à la mesure d’apaiser le social d’autres part. En d’autres termes, un circuit RLC dont l’intensité de maille faiblit à chaque seconde qui passe. Lorsque la tension s’effondrera mieux vaut ne pas être là.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.