Ould-Abbès : «Celui qui a des preuves de corruption qu’il les présente à la justice»

Djamel Ould-Abbès lors de sa conférence de presse aujourd’hui. New Press

Le secrétaire général du FLN, Djamel Ould-Abbès, a défendu bec et ongles les têtes de liste de candidatures de son parti aux prochaines législatives. Lors d’une conférence de presse animée aujourd’hui au Centre international des conférences à Club des Pins, sur la côte ouest d’Alger, Djamel Ould-Abbès a rejeté les accusations selon lesquelles les places de députation auraient été monnayées.

«Je combats la corruption, même si c’est mon frère ou un ministre. Je ne suis ni commissaire de police, ni un élément du DRS, ni un gendarme. Je suis un responsable politique. Quand quelque chose se passe dans mon parti et l’Etat la confirme, je pendrai les mesures qui s’imposent», a-t-il affirmé. Assurant qu’il ne possède ni villas, ni appartement, ni des milliards, le secrétaire général du FLN poursuit en invitant ceux qui ont des preuves de corruption à saisir la justice. «Celui qui a des preuves de corruption au FLN, qu’il les présente à la justice», a-t-il demandé.

Djamel Ould-Abbès explique le choix du lieu de la conférence de presse, à savoir le Centre international des conférences, par un simple souci organisationnel, assurant qu’il ne fuit personne, ni n’a peur de personne. «Nous n’avons peur de personne, ce sont eux qui ont peur de nous», a-t-il répondu, soulignant que s’il n’a pas encore publié les listes des candidats, c’est par respect à la loi. «Il faut respecter la loi. Il y a des recours qui ont été introduits. Ils seront traités d’ici mercredi prochain. Une fois cette opération achevée, nous allons publier toutes les listes», a-t-il affirmé, précisant que les têtes de liste ne sont pas concernées par ces recours.

Interrogé sur l’affaire de l’interpellation de l’un de ses enfants pour soupçons de corruption, Djamel Ould-Abbès a éludé la question, en mettant en avant sa personne. «Je n’ai jamais profité du système», a-t-il précisé, tout en affirmant qu’il avait l’entière confiance en les institutions de l’Etat et de la justice.

Djamel Ould-Abbès n’a donc pas nié l’existence de l’affaire qui est liée à la confection des listes électorales. Selon les informations qui circulent, son fils a été interpellé pour avoir demandé de l’argent à des cadres du parti en contrepartie de son intervention auprès de son père afin de les placer parmi les premiers sur les listes de candidatures. Le secrétaire général du FLN dit assumer entièrement la confection des listes, leurs composantes mais aussi les résultats des prochaines élections. «Si le FLN recule par rapport au score enregistré lors de la précédente élection, je prendrai mes responsabilités», a-t-il assuré devant les journalistes et les cadres du parti.

Djamel Ould-Abbès considère que la contestation des listes est trop amplifiée et que les listes sont portées par la base militante.

Sonia Baker

Comment (103)

    inconnu
    29 mars 2017 - 18 h 01 min

    djamel ould abbes etait dans
    djamel ould abbes etait dans les annees 80=90 un simple syndicaliste a l’hopital mustapha bacha il n’a jamais exerces la fonction de medecin il s’occupait toujour de la corruption et ce avant de devenir ministre de la solidarite




    0



    0
    Lak
    22 mars 2017 - 9 h 01 min

    Ne me dit pas que Mazel vous
    Ne me dit pas que Mazel vous parlez de la justice, la justice aime de l’argent kif-kif. Elle est gérée par l’équipe de la mafia. La justice est faite pour les pauvres, ou sont-ils les conclusions d’autres affaires de corruptions comme sonatrach 1,2,3…….
    C’est terrible ce pays, c’est un pays des merveilles, toujours on trouve les cons qui commandent pour laisser ce peuple toujours drogué. On a l’habitude d’entendre ces types de corruptions mais toujours la prison pour celui qui a donné les détails de la corruption, mais pas pour celui qui a fait de la corruption. Enfin, c’est la mafia qui gère, qui commande, qui gouverne.




    0



    0
    Jugurtha
    18 mars 2017 - 14 h 41 min

    On a marre d’entendre vos
    On a marre d’entendre vos histoires. Vous avez rendu ce beau pays invivable. Vous n’êtes qu’une bande de vieillards et de mafia qui empoisonnait notre existence et qui préfère construire des villas à vos rejetons que de leurs construire un pays. On a confiance ni dans vos paroles ni dans votre justice.




    0



    0
    MESBAHI
    15 mars 2017 - 18 h 12 min

    il faut vraiment une
    il faut vraiment une révolution dans ce payé




    0



    0
    Anonymous
    14 mars 2017 - 11 h 28 min

    Apparemment le pouvoir en
    Apparemment le pouvoir en gardant le parti FLN où il regroupe tous les opportunistes prêts a le defendre jusqu à la mort,veut réitérer les événements de 1988 et ses conséquences la decennie noire.
    Pourquoi ne pas dissoudre ce parti qui n à plus rien de légitime et ses satellites comme les organisations d enfants de chouhada dont le dernier a plus de 60ans,,l unfa qui ne represente qu elle même et aller de l avant????
    Ou veut on encore des morts ????,les algeriens ne sont pas dupes…….




    0



    0
    citoyen25
    13 mars 2017 - 20 h 41 min

    un peu de retenue mr
    un peu de retenue mr ouldabbes…votre fils a eté pris la main dans le sac….par les gendarmes et apres perquisition de son domicile à moretti..on a trouvé des dossiers de candidats à la deputation…..demissionnez si djamel et partez
    vous n’etes plus credibles! vous aviez perdu la face avec tout le monde..les militants et le president….laissez la place à si tayeb louh…




    0



    0
      Anonymous
      18 mars 2017 - 14 h 16 min

      La démission n’est pas une
      La démission n’est pas une solution. elle est peut être pour le clan adverse qui trouvera voie libre à la spoliation.mais, soiyez sûr qu’il viendra le jour où vous serez rattrapés et l’Algérie vous jugera de l’avoir classée au bas de l’échelle et d’avoir livré son peuple à la mendicité tandis que les incompétent qui vous ressemblent vivent dans l’aisance.




      0



      0
    un algerien lambda
    13 mars 2017 - 20 h 37 min

    c’est en ligne droite du
    c’est en ligne droite du discours de langue de bois du parti et du pouvoir .Mr OULD ABBES ne déroge pas .




    0



    0
    Hamidou
    13 mars 2017 - 19 h 45 min

    Monsieur Djamel Ould abbes
    Monsieur Djamel Ould abbes avec le respect que je vous dois car vous avez l Age à mon père ; dites nous pourquoi dans les grands pays de droit et de democratie en Occident ( usa France Allemegne ect ect ) depuis la nuit des temps les mises en examens et les incarcérations de ht fonctionnaires ministres pleuvent; et dans les états totalitaristes et dictatoriaux (arabe ; africain; chine ; Russie ; et certains pays d amerique latine ) …la par compte rien rien rien jamais d incarcérations ou de mises en examens sau_f quand il ya des règlements de comptes internes c est propre au dictatures et vous le savez aussi bien que nous donc de grace svp arretez de parlez ainsi… .Meme ISRAEL condamne ses responsables ; ses ministres quand il ya enrichissement d argent blanchiment d argent et corruption et de detournement de » biens publics.
    vous nous avez surement pris pr nos parents bergers et incultes qui n ont pas eu votre chance d etudier?
    le peuple algerien est mure monsieur et sait à qui il à faire ; ne vous détrompez pas et évitez vous comme les autres de vous adressez a la population par injonctions ou par ordres ; vs n intimidez personnes aujourd hui ; ce temps est revolu a l air du net .
    Vive l Algérie et son Peuple!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.