Une contribution de Bachir Dahak – L’affaire Bengana et notre lanceur d’alerte

Un ramassis de bachaghas et de caïds à la solde de la France coloniale. D. R.

Les sociétés ensommeillées ont toujours besoin de vigies, ces lumières qui s’allument brusquement quand les paroles attendues se sont tues, quand ceux qui ont théoriquement le magistère de la parole, parce que sages, documentés ou éclairés, se mettent sur le registre des abonnés absents ou font mine de n’avoir ni vu ni entendu que des plumes perfides tentent de prolonger notre nuit coloniale en travestissant des faits.

Je pense évidemment à l’affaire Bengana dont la descendante, fièrement exhibée sous les dorures de notre ambassade à Paris avant d’être portée aux nues par de sombres acteurs de notre cirque national, a failli réussir l’immonde forfaiture consistant à faire admettre la félonie agissante de son aïeul comme une posture héroïque et faire oublier que notre libération est également redevable aux sacrifices des Zaatcha qui ont résisté plusieurs dizaines de jours aux milliers d’hommes de l’armée d’Afrique.

Comment ne pas savoir gré à la sagacité et la lucidité de Mohamed Balhi dont le cri de révolte et d’indignation, lors du triste épisode Bengana, est vite devenu, à la manière d’un feu de brousse, celui de tous les Algériens encore amoureux de leur pays, conscients de toutes les tares et de tous les travers de leur société, mais fougueux et inflexibles quand il en va de leur dignité ou de ce qui fait sens au plus profond d’eux-mêmes ?

Il a donc mille fois raison de nous alerter du danger malfaisant qui consiste à parler et discourir, parfois par romans interposés, de la shoah des autres alors que la nôtre est superbement ignorée, alors que nous devrions accumuler les témoignages, les objets, les sites, les textes qui sont de nature à donner un jour la lumière et l’éclat que mérite ce qui est désigné comme un crime contre l’humanité, dussions-nous décevoir les néo-courtisans de l’amnésie.

La colère de Mohamed Balhi sonne comme un ultime avertissement à nos historiens et à nos intellectuels en semblant leur dire : «Qu’allez-vous laisser aux générations futures qui puisse leur procurer le sentiment que leurs aïeux ont tout fait pour refaire irruption sur la scène des nations malgré les enfumages, les déportations et le napalm ? Qu’attendez-vous pour leur restituer et glorifier la légende de Marguerite d’avril 1901 au cours de laquelle de courageux ouvriers agricoles ont écrit une des plus belles pages de notre histoire ?»

En d’autres termes, pour paraphraser Mohamed Balhi, au lieu de s’intéresser à Aristides de Sousa Mendes, ce brave consul portugais de Bordeaux qui sauva des milliers de juifs de la shoah en leur délivrant des visas durant la Seconde Guerre mondiale, Salim Bachi ne se serait-il pas grandi s’il avait plutôt trempé sa plume dans sa propre histoire nationale, si tant est qu’il la considère comme la sienne ?

Ou encore pourquoi le massacre des Hererros par Lothar Von Trothar, raconté par Anouar Benmalek dans Le Fils du Sheol, est plus symptomatique ou plus évocateur de toutes les haines coloniales que le massacre des Zaatcha par les sinistres colonels Carbuccia et Canrobert ou le général Herbillon ?

Toutes ces histoires font le bonheur d’autres peuples, d’autres groupes tout heureux de constater que des gens, fraîchement sortis de la plus longue et de la plus horrible nuit coloniale, prêtent généreusement (sic) leur plume pour édifier de nouveaux chapitres à une hagiographie victimaire à forte connotation idéologique.

Et lorsque nos plumes nationales se tournent vers leur histoire propre, certains découvrent un Allemand, plus précisément un ancien nazi, dont la seule présence, même fictive, dans la guerre de libération a pour objet de causer un préjudice moral à nos maquisards et de délégitimer leur cause.

Un autre a redonné un visage et un nom à une victime de Camus alors que celui-ci avait soigneusement occulté, ignoré et méprisé le colonisé dans toute son œuvre, faisant en sorte que sa littérature soit déjà l’incarnation de l’apartheid colonial.

Bref, pour beaucoup d’Algériens, livrés à eux-mêmes par des gouvernants que seul le prix du baril intéresse, il est urgent de dresser des murs de vigilance et des cordons sanitaires contre celles et ceux qui veulent détricoter malicieusement les quelques écheveaux de notre histoire à propos desquels nos certitudes doivent rester plus fortes que leurs insinuations télécommandées.

Exactement comme pour le dossier Bengana, Mohamed Balhi, en remettant les pendules à la bonne heure, sans remettre en quoi que ce soit le principe de la liberté d’expression, a eu la perspicacité de présenter le jeune poète de Montréal dans son jus et sa consistance, soit la connivence honteuse avec l’un des derniers Etats coloniaux du monde doublée d’une volonté morbide de nuire aux siens. C’est d’ailleurs de Montréal qu’un autre intellectuel, bien de chez nous, a déclaré récemment qu’il était légitime pour certains de vouloir nous programmer la greffe d’un Kosovo en entrée et l’Otan en plat de résistance.

Surtout ne pas oublier que le succès et la gloire sont là, blottis derrière les rideaux de certaines officines occidentales qui savent vous récompenser et faire de vous des têtes de gondole dès lors que vous ne bafouillez pas votre shoah et votre révisionnisme procolonial, ou encore, geste suprême, si vous retrouvez le chemin de Tel-Aviv et que vous pouvez écrire dans vos chroniques : «Le drame palestinien a été ‘‘arabisé’’ et islamisé à outrance au point où maintenant le reste de l’humanité peut se sentir débarrassé du poids de cette peine. C’est une affaire ‘‘arabe’’ et de musulmans.» (Le Quotidien d’Oran du 12 juillet 2014).

Bachir Dahak

Comment (35)

    Hamid
    21 mars 2017 - 19 h 19 min

    Mr Dahak l’allemand dont vous
    Mr Dahak l’allemand dont vous parler était un vrai révolutionnaire. Il a pris la nationalité algérienne et était ministre de ben bella il s’agit de Cherif ouazani(Hans muller).




    0



    0
      Pauvre Sansal
      22 mars 2017 - 5 h 14 min

      Hans Müller, c´est celui qui
      Hans Müller, c´est celui qui a réussi l´entreprise incroyable de dissuader les allemands devenus soldats dans la légion étrangère française de porter le feu contre la population algérienne pour le compte de la France. C´est une entreprise les plus incroyables. Cet allemand n´est pas ce qu´a dit Sansal, car il fut communiste, certes déçu, mais dont l´arrière-grand-père serait en plus juif allemand. Les gouvernants algériens se trompent de se focaliser que sur la langue française. Il existe des livres en anglais et en allemand sur cette période qui sont le témoignages d´anciens légionnaires qui ont été horrifies par les actions de l´armée française en Algérie. Sansal a fait un livre pour se faire accepter par la presse française. En fait, il avait besoin d´un méchant pour, au passage, salir l´action des résistants algériens. Non, Sansal devrait donner la parole aux soldats suisses, autrichiens, allemands qui ont goute à la légion étrangère. Il apprendrait comment le recrutement etait fait et surtout comment ces soldats étaient traités. Stop à la désinformation. AP fouillez de ce cote, ces soldats sont vieux et leur témoignage est utile pour nous aider à reconstituer notre histoire.




      0



      0
      Anonymous
      22 mars 2017 - 8 h 41 min

      les infiltrés du Pouvoir
      les infiltrés du Pouvoir




      0



      0
      Farida N.
      22 mars 2017 - 9 h 07 min

      S’il s’agit bien de Muller, j
      S’il s’agit bien de Muller, j’ai pu grâce à une de ses proches,suivre une partie de son parcours à Alger. Je ne le connais pas et ne sais rien de son passé mais de ce qu’il m’a été dit, c’était un patriote . Il s’est investi dans l’organisation d’ activités sportives pour jeunes (Tikdja), a sauvé un jeune garçon déscolarisé du chômage en l’inscrivant d&ns une école à Alger. Je peux en témoigner car une de ses proches a eu toutes les peines du monde à l’inscrire alors qu’il avait dépassé l’âge de la scolarité( 9 ou 1O ans ); il a servi de père à une petite fille orpheline , qui avait tous les symptômes du bébé abandonné et qui a pu grâce à lui et à sa mère de substitution faire des études.C’est peut être anecdotique mais cela montre où allait ses préoccupations. La réalité est très complexe. On ne peut effacer sa participation d’un coup de plume et s’il y a discrédit, il faudrait savoir pourquoi il a été recruté dans l’ALN , puis comme haut fonctionnaire. NB Le Muller dont j’ai entendu parler avait pour prénom Mustapha




      0



      0
      Bachir Dahak
      22 mars 2017 - 10 h 03 min

      J’ai vérifié les trois
      J’ai vérifié les trois gouvernements de Ben Bella (celui du 28/09/1962, celui du 18/09/1963 et celui du 02/12/1964) et il n’y a aucun ministre portant le nom de Cherif Ouazani.
      Que ce Hans Muller ait existé et qu’il ait été un révolutionnaire, cela ne pose pas de problème. Il y a eu d’autres européens ou non européens qui ont eu le même parcours (Roberto Muniz , Jean Paul Reimund, Mikhalis Raptis etc etc ).
      Mais vous devez confondre avec Wilfried MÜLLER (Si Mustapha) qui intégra l’ALN en 1957 et qui fit une longue carrière au Ministère de la Jeunesse et des Sports.
      Mais le projet de Sansal était bien de porter atteinte à la guerre de libération en rappelant l’existence d’un ancien nazi en son sein, cette seule mention qui n’a rien d’anodin, allait faire de son roman un évènement littéraire .
      C’est lui qui, dernièrement, a osé faire le parallèle entre les bombes de Daesh et celles du Milk Bar, action révolutionnaire qui a fait plusieurs fois le tour du monde, grâce au film La Bataille d’Alger, sans que personne n’ait trouvé à redire ou à critiquer.
      Mais quel plaisir trouve t- il donc à renier continuellement ce qu’il est, à vouloir gommer ou salir ces rares années où les algériens suscitaient l’admiration des peuples des cinq continents ?
      Quel intérêt peut donc motiver sa plume et son esprit dans cette quête inassouvie du reniement de soi, de la haine de soi au point d’aller chercher querelle à la glorieuse guerre de libération nationale par l’invention d’un ex-nazi allemand qui, par sa seule présence, était supposé annihiler la fierté des combattants aux pieds nus qui venaient de terrasser un géant de l’OTAN , autant de positions qui font cortège à son curieux parcours de vassalisation et sa procession infantile contre les siens ?




      0



      0
    Anonymous
    21 mars 2017 - 18 h 56 min

    Bengana, colonialisme,
    Bengana, colonialisme, traitrise…ambassade d’Algérie et chaine de television…au service de la « rejetonne » Bengana , un repris de justice …repris a la tête de la plus importante vache a lait du régime (SONATRACH)…contre le bon sens et les intérêts suprêmes de la Nation algérienne.. Quoi ajouter a cela? qui décide de l »existence de l’Algérie? e Peuple ou le régime de renégats? Ce régime ne craint ni Dieu, ni le Peuple, ni la loi. jusqu’à quand ?




    0



    0
    K--SEDDIKI
    21 mars 2017 - 18 h 26 min

    Il suffit de se remémorer la
    Il suffit de se remémorer la dernière requête de Didouche Mourad à ses compagnons ,avant de donner sa vie pour l’Algérie: Défendez nos mémoires!!
    Force est de constater que ce prestigieux Moudjahid n’a pas été entendu puisque ses compagnons -encore e vie- n’ont pas bougé le petit doigt pour remettre cet abruti à sa place !!!




    0



    0
    Cactus
    21 mars 2017 - 16 h 36 min

    IL FAUDRAIS FAIRE UN EXEMPLE
    IL FAUDRAIS FAIRE UN EXEMPLE POUR LEUR MONTRER A TOUT CES TRAITRES SANS PITIER




    0



    0
    Anonymous
    21 mars 2017 - 16 h 34 min

    De toute manière je viens de
    De toute manière je viens de lire les divers commentaires, en ce qui me conçerne je ne regarde jamais les TV Algériens car il le sont pas, toujours abonné sur TRT TV5 ARTE mais ma préféré reste el tarkiya et TRT HABER 8/24, j’aime ardogan, j’aime les gens qui aime leurs pays comme les allemands les Suisses les Italiens les danois etc…je déteste les harki qui pense encore a l’algerie je déteste les media francais a part quelqu uns voila ma vie est faites ainsi, j’espère un jour trouver l’algerie des années 70 .




    0



    0
    Meras
    21 mars 2017 - 15 h 43 min

    C’est réconfortant de lire
    C’est réconfortant de lire votre billet monsieur Bachir Dahak au sujet de ce triste feuilleton ou tout a commencé par l’affaire du livre(si Bouaziz Bengana dernier roi des ziban)de l’auteureFerial furon ou une promotion,vente et dédicace a été évité de justesse en ALGERIE.
    Et aujourd’hui encore un prince Emaraty vient de jeter une énorme insulte aux visages des Algerien que nulle loi soit elle sacrée ne peut accepte a savoir que le général DE GAULE a fait DON à l’ALGERIE de son indépendance.la je suis triste et je reprend le commentaire d’un ami à ce sujet:Tant que les lapins n’ont pas d’historiens,l’histoire sera faite par les chasseurs.heureusement qu’ils ya des Mohamed Belhi,Ali Farid Belkadi et autres Dieu merci.




    0



    0
    Danya Rouk
    21 mars 2017 - 14 h 54 min

    A LIRE ABSOLUMENT MERCI
    A LIRE ABSOLUMENT MERCI PATRIOTE !
    Lettre ouverte à Monsieur le DG de l’ENTV Alger.
    A propos de la visite en Algérie de la petite fille du sinistre Bouaziz Bengana , prétendu dernier roi des Zibans.
    Je suis Mohammed Hasnaoui auteur du livre, (La colonisation française de l’Algérie : Inventaire de cendres et de braises) paru en 2013, aux éditions l’Harmattan Paris.

    Ce livre révèle, en partie, les monstrueux et sinistres agissements de Bouaziz Bengana ainsi que son fils Boulakhras sur la région des Zibans -ouest, rattaché à Biskra, entre autres la destruction de la ville de Zaâtcha en 1847, soit 3 ans, après l’arrivée des troupes coloniales à Biskra, et surtout la guerre menée contre la vaillante tribu des BOU-AZID de décembre 1875 à mai 1876.

    Cette tribu et son bourg, El-AMRI, furent décimés et anéantis. La tribu comptait environ 12000 âmes, travaillait dans une palmeraie où l’on comptait plus de 70 000 palmiers dattiers.

    Alors que le sinistre BOUAZIZ coupait, par traitrise, la nuit venue, les têtes des chefs de fractions, pour les envoyer au Duc d’Aumale, commandant en chef des troupes du constantinois. Ses sinistres agissements révoltèrent les chefs de la tribu. Alors, ce prétendu (roitelet des Zibans) décida de les punir pour les déposséder. Il fit appel au général Carteret de Trécourt qui vint avec ses troupes et avec les auxiliaires des Bengana, soit 20 000 soldats avec des canons, des mitrailleuses, des fusils automatiques à longues portées, décimèrent les valeureux combattants des Bou-Azid, avec leur cavalerie légère, leurs sabres et leurs fusils archaïques.

    Lorsque encerclés hermétiquement, sans approvisionnement, ils se rendirent, le général confia la mission d’exécuter tous les hommes détenteurs d’armes. Ce crime de guerre fut systématiquement appliqué à 2 400 résistants, par le capitaine Fabre. De nombreuses photos en ma possession, en attestent l’authenticité.
    El Amri a été définitivement rasé à l’instar de la ville de Zaâtcha. Les autres hommes valides furent versés aux corvées en des travaux forcés dont les rescapés ont été très rares et handicapés à vie.

    Bien plus : tous les biens, terres, palmiers, argent, or, bijoux, animaux ( chevaux, chameaux, ânes, mulets, moutons) furent saisis. Les femmes et les enfants épargnés furent déplacés à Doucen pour construire un fort militaire dont les travaux durèrent 13 ans. Ces malheureux durent payer de lourdes amendes, exprimées en milliards de francs/or, qu’ ils ne finirent de payer qu’en 1910.

    Pire encore, Boulakhras Bengana, revint à Doucen en 1917 pour leur promettre une restitution d’une partie de la palmeraie spoliée, contre paiement de 150 000 francs/or. La malheureuse tribu ne put réunir que 100 000 sur les 150 000 francs exigé. Le bachagha s’en empara sans remettre de reçu et le malheur des Bou-AZid se poursuivit sous la domination des Bengana jusqu’en 1954. Voilà ce que Mme FURON A L’AUDACE de venir proposer aux Algériens, sur une chaine nationale, pour réhabiliter son grand père.

    Pour terminer, je dois préciser que je n’ai jamais eu l’honneur, de participer à un débat à ce sujet sur Canal-Algérie.

    Professeur Mohammed HASNAOUI.




    0



    0
      Je suis avec toi
      21 mars 2017 - 17 h 24 min

      Ne donne pas un baton à tes
      Ne donne pas un baton à tes ennemis pour qu’ils te frappent et ne detruis pas tes arguments avec des inexactitudes.
      J’ai lu ce que tu as écris jusqu’à la ligne ou tu as mentionné « des mitrailleuses, des fusils automatiques à longues portées », la maitrailleuse n’a pas encore été inventée, y avait la Gatlin, 5 à 10 canons rotatifs qui tournaient avec une manivelle afin de fournir l’énergie grâce à laquelle l’arme chambre les cartouches, les percute, extrait les étuis vides puis les éjecte. De surcroît les cartouches en papier limitent sa fiabilité. Les fusils automatiques pas encore fabriqués à cette époque, y avait l’introduction du fusil à culasse durant la guerre franco-prussienne en 1870, l’avantage de ce fusil à culasse, permet à son utilisateur de ne plus l’alimenter par la bouche du canon, la poudre et la balle, mais directement une cartouche comprenant une douille avec la poudre et une balle par l’arriere du fusil, mais ce n’etait pas un fusil automatique, le fusil automatique fut introduit durant la 1ere guerre mondiale sous l’intitulé de fusil-mitrailleur.
      Faut comprendre mon intervention qui n’est pas contre toi ou contre tes arguments mais au contraire, pour ne pas laisser une faille, car ton ennemi te traitera d’illuminé en détruisant tes arguments avec des inexactitudes.




      0



      0
    Tin-Hinane
    21 mars 2017 - 14 h 00 min

    « Un autre a redonné un visage
    « Un autre a redonné un visage et un nom à une victime de Camus alors que celui-ci avait soigneusement occulté, ignoré et méprisé le colonisé dans toute son œuvre, faisant en sorte que sa littérature soit déjà l’incarnation de l’apartheid colonial » et Kamel Daoud a bien fait, c’est une oeuvre qui contribue à l’histoire. Monsieur Bachir Dahak merci pour un tel article, je suis d’accord avec tout ce que vous dites, je vous remercie et nombre d’algériens comme moi doivent le faire en vous lisant, en ce qui me concerne je regrette que vous mettiez le livre de Daoud dans le même panier que les autres. Meursault contre enquête est une réponse cinglante à Camus et à ses adeptes, Camus à éliminé un être sans nom, sans identité, sans passé, sans racines, un non être pour occuper son espace, son pays c’est le plus grand crime littéraire de l’histoire. Kamel Daoud a rétabli cette identité, cet homme avait un nom, un frère et une mère qui l’ont vengé. Ce n’es pas seulement un livre c’est un acte de guerre triomphant. Merci à Kamel Doud et merci à vous nous avons besoin de gens comme vous.




    0



    0
      17octobre1961
      21 mars 2017 - 17 h 13 min

      Merci de laisser le sieur
      Merci de laisser le sieur kamel david avec les siens.
      Il a clairement fait le choix de collaborer avec le néocolonialisme versus « monde libre qui lutte contre l »islamisme »
      C est un OGM versus intellectuel Algérien….l apparence ne semble pas nocive,mais son adn est très dangereux.
      Au lieu d accréditer la seule thèse que ce sont nos peuples et notre religion qui enfantent le terrorisme,il aurait pu rappeler dans ses salons européens que l’Europe a couvé l islamisme d abord à dessein contre l Algerie puis ensuite contre le reste du monde musulman.
      Pour le reste…votre technique du Cheval de Troie…nous ne sommes pas dupe.d




      0



      0
        Cactus
        21 mars 2017 - 19 h 32 min

        Benkaka furoncle, kamel david
        Benkaka furoncle, kamel david, et boucrabe meme saleté, des rats d’egouts faut les interdire en ALGERIE ,




        0



        0
    Thidhet
    21 mars 2017 - 13 h 19 min

    Les personnages sur la photo
    Les personnages sur la photo auraient été les Al Saoud et le Makhzen de l’Algérie si, au lieu des algériens, ils avaient eu affaire à un peuple aussi ignare et aussi soumis que les saoudiens et les marocains.




    0



    0
      Anonymous
      21 mars 2017 - 14 h 15 min

      Bien dit, justement la France
      Bien dit, justement la France criminelle barbare coloniale voulait imposer en Algérie un royaume à l’image de celui qu’elle a fabriqué au Maroc, pour faire de l’Algérie un 2e Maroc docile soumis à la France comme c’est le cas au Maroc, une monarchie avec comme roitelets des Bengana qui lui étaient fidèles soumis, une monarchie de traitres mercenaires harkis afin d’imposer à notre peuple une soumission totale à la France et faire cesser toute idée de révolution ou indépendance vis à vis de la France, le peuple algérien a dit niet.




      0



      0
    Abou Stroff
    21 mars 2017 - 12 h 51 min

    puisque nous sommes en train
    puisque nous sommes en train de discuter à propos des « lanceurs d’alerte » (Mohamed Balhi), j’attends, avec impatience qu’un « lanceur d’alerte », lance son alerte à propos du repris de justice qui vient d’être nommé (par boutef, peu importe le prénom?) à la tête de la vache à lait dont le lait irrigue quasiment tous les circuits digestifs des tubes digestifs que nous sommes devenus




    0



    0
      SAHIB ENNAHDA DZ
      21 mars 2017 - 19 h 17 min

      Abou Strof[email protected] Je suis un
      Abou [email protected] Je suis un Ingénieur technique de notre vache Laitière (SH) Attendez vous d’ici peut annoncé de la part de ce nouveau patron IMPOSER qu’il y a lieu de prévoir une association avec des compagnies Ricaines sur toute l’étendue des unités de production (Tout Types) en avançant l’argument fallacieux «  » » » » »L’APPORT DE NOUVELLES TECHNOLOGIES A NOS DIFFÉRENTES INSTALLATIONS DE RAFFINAGE DE POMPAGE ET D’EXTRACTION ( Sois disant devenu obsolète à leurs YEUX BIEN SUR). Quel gâchis; Je me rappelle d’une époque un Grand Monsieur qui se nomme MAZOUNI (PDG puis vice Ministre 74/79) où il a été question et suggérer d’installer plusieurs RAFFINERIES sur le territoire National( A l’effet de vendre uniquement à l’export que des produits FINIS et parer à l’augmentation de la demande interne allant crachin-do) mais malheureusement ce Mr N’A PAS ÉTÉ ÉCOUTER. Alors, Revers de situation actuellement pour faire face à la demande croissante interne on importe une quantité non négligeable de produit finis à cause des politiques NON RÉFLÉCHI où bien voulu à bon escient?????????C’est ça L’AL..GERIE!!!!!Et le vieil adage de bien chez nous a dit «  » LI MA YESMA3 CHI EKBIROU EL HEM TED BIROU » » et c’est le début de la fin!!!!!




      0



      0
    BACHIR DAHAK PRESIDENT.
    21 mars 2017 - 12 h 12 min

    POURQUOI PAS …….JUSTE
    POURQUOI PAS …….JUSTE QUELQU`UN QUI RAISONNE COMME BACHIR ET L ALGÉRIE SERA CATAPULTÉ VERS UN AVENIR DE GRAND PUISSANCE. POURQUOI QUELQUES BANDITS NOUS IMPOSENT À VIE UN MONSIEUR QUI A FAIT SON TEMPS. DONNEZ LA PLACE AUX JEUNES DE 40 A 60 ANS QUI PARLENT À LEUR PEUPLE ET SE DÉPLACENT À LA RENCONTRE DU RESTE DU MONDE (LE PEUPLE, LES CONFÉRENCIERS, LES AUTRES PRÉSIDENTS, SANS SE FAIRE REPRÉSENTER DURANT TOUT UN MANDAT). NON….NON.. NOUS NE MÉRITONS PAS CELA D`APRÈS CES VOYOUS. IMAGINONS UN JOUR OU IL FERA TELLEMENT BON VIVRE ICI EN ALGÉRIE QUE TOUTE LA MATIÈRE GRISE ALGÉRIENNE DÉCIDE DE RENTRER AU PAYS. UN ESPOIR QUI NOUS LAISSERA RÊVER CAR IL N Y A PLUS DE VIE SANS RÊVE. RÊVER À UNE RÉVOLUTION TRANQUILLE QUI CHANGERA L`AVENIR ET LE DEVENIR DE NOS ENFANTS. TAHYA EL DJAZAIR …..




    0



    0
    17octobr1961
    21 mars 2017 - 11 h 35 min

    Au fait l autre idiote de
    Au fait l autre idiote de présentatrice de l émission bonjour d Algerie ,est-elle toujours en poste?bien qu’elle ne soit pas responsable d avoir invité l indigne bengana-furon( que je qualifie de furoncle),elle n était pas obligée de lui offrir l hospitalité algérienne avec autant de zèle….Il fallait la voire….devant cette neoharkiya,toute émue,heureuse,pleine de contentement,j avais l impression que c était la rencontre de sa vie….
    Elle a cru qu’on pouvait faire l économie de notre Histoire,avec en face une personne qui n a pas perdu le fil du harkisme de sa famille.
    Émission du matin qui d ailleurs invite régulièrement toutes les chèvres françaises et blaks de pays africains inutiles (tous soumis à leur maitre blanc(




    0



    0
      Cactus
      21 mars 2017 - 13 h 22 min

      D’ailleurs je signale que
      D’ailleurs je signale que cette chaine 3 represente pas LES ALGERIENS ET LES ALGERIENNES BEAUCOUP LA BOYCOTTE VUE LE PROGRAMME CATASTROPHIQUE A TOUT LES NIVEAUX ET SURTOUT SURTOUT QUI LA DIRIGE??????????EN CAS SE SONT PAS DES AGERIENS .AU PASSAGE ,ONT EST TRES EVEILLÉ ET L’ INFORMATION CIRCULE TRES VITE L’EPOQUE DE L’INGNORANCE EST REVOLUE A BÔN ENTENDEUR VIVE L’ALGERIE LIBRE ET GLOIRE AUX MARTHYRS ALLAH RAHMOUM




      0



      0
    FELLAG
    21 mars 2017 - 11 h 08 min

    l’ère du patriotisme et l
    l’ère du patriotisme et l’héroisme combattante est fini dès l’arrivée des enfants d’ex collabos;pour certains opportunistes vaut mieux etre collabos ou traitres qu’un moudjahid fidèle combattant;la population pour certaine sont manipuler et d’autres acheter a détruire cette nation répétée guerrière; nos portes sont grandes ouverte pour une nouvelle colonisation venant de notre voisin de l »ouest;il vaut mieux prévenir que guérir avant qu’il soit trop tard;




    0



    0
      E= MC2
      21 mars 2017 - 12 h 54 min

      Je partage votre opinion: c
      Je partage votre opinion: c’est parce que l’État et ses démembrements sont devenus permissifs (complices aussi peut-être) que les fils de collabos et autres harkis se permettent de publier des ouvrages où le négationnisme se mêle à l’affabulation pour nous présenter des traitres notoires comme des héros méconnus. La preuve, il ya deux ans, un médecin de profession (grâce à l’Algérie libre et indépendante) a réussi à publier un livre dont la finalité était de réhabiliter des traitres de sa ville natale, Sidi Aïch. Seule une famille a osé le remettre publiquement à sa place et démentir la thèse de l’auteur. Nos éditeurs devraient être plus prudents! Ils devraient refuser la publication de telles insanités. Goebbels nous a appris qu’un mensonge mille fois répété pouvait être pris pour une vérité. Comme les « Envahisseurs » popularisés par une série de télé américaine, nous savons qu’ « ils » sont là parmi nous et que leur objectif est de détruire ce que de valeureux combattants ont réalisé: une Algérie libre et indépendante. Ouvrons l’oeil et le bon car la France nous a laissé des « bombes à retardement »! Plus que jamais, la vigilance est de rigueur.




      0



      0
    Mazouzi
    21 mars 2017 - 10 h 43 min

    Votre article est une gifle
    Votre article est une gifle aux compromissions d’une partie de ces pseudos intellos encore complexés par fafa. Ils ne sont que le tapis devant la porte du « cénacle » de cet infâme colonisateur qui, demeure encore nourri par cette haine contre notre pays et notre peuple.
    Les Bengana et autres affidés à cette France (raciste) sont encore parmi nous, pour tout cela, et il faut redoubler de vigilance et ne pas baisser la garde.
    Vive l’Algérie – Libre – Indépendante – et Fière.




    0



    0
    Abou Stroff
    21 mars 2017 - 10 h 40 min

    pas de commentaire parce que
    pas de commentaire parce que j’ai les larmes aux yeux en lisant ce qu’écrit l’auteur et en pensant à la déchéance programmée de notre beau pays par une caste de prédateurs qui sévit depuis 1962 à nos jours.




    0



    0
    Mahroug ahmed
    21 mars 2017 - 10 h 34 min

    Enfin une analyse sereine,
    Enfin une analyse sereine, cartésienne,soutenue par des faits réels.. Enfin une belle plume bien trompée… Enfin les patriotes sortent un à un de leurs mutismes…. Bravo à l’auteur de cet aryicle…




    0



    0
    Moh delFobor
    21 mars 2017 - 10 h 19 min

    Merci pour ce texte superbe,
    Merci pour ce texte superbe, cette piqûre dont on avait besoin pour sortir de notre torpeur suicidaire. Merci pour les nuances dont vous avez usé pour parler de ce honteux « Village de l’Allemand », malheureusement suivi par pire, je veux parler de « Rue Darwin », même si leur auteur ne le méritait pas.




    0



    0
    Zaoui
    21 mars 2017 - 10 h 04 min

    je dois dire à nos chers
    je dois dire à nos chers concitoyens que l’habillement de ces « bachaghas et caids » n’est pas leur propriété spécifique,j’avais mes grands parents dans le même (accoutrement algérien)mais avaient refusé catégoriquement l’élévation au titre de caid et voir même que le frère de mon grand père avoir giflé « le HAKEM » de MEDJANA » et a failli passer le restant de ses jours en prison,il a mis le paquet et s’en est sorti la tête haute.
    *il avait aussi giflé un contrôleur des impôts parce qu’un de ses amis a été imposé et malmené par ce dernier (plusieurs mois devant les tribunaux et une amende importante pour compenser cet individu!)
    *Donc ces beaux habits appartiennent à tous le peuple ALGERIEN
    si vous avez la chance de voir de vieilles photos de Tizi-ouzou les kabyles aussi portaient cette tenue;d’EST en OUEST,du NORD au SUD les grandes familles ,les grandes tribus leurs chefs sont habillés de cette manière!deux burnous un blanc et noir(certain rouge),un chèche entouré d’un fil noir-marron en laine de chèvre ou chameau,la « djlika »brodée(gilet),le « séroual bouffant »
    les souliers « Boussaâdi »zagzagui,la « djebira brodée »gibecière de 3 ou 4 pochettes,
    et chaque revers cousu et brodé en fil d’or(M’sila )était réputée pour çà;
    *pour vous dire les colons étaient jaloux quand ils voyaient ces hommes fiers ,bien habillés et avec un air hautin s’arrangeaient les belles moustaches noires en passant devant l’occupant jaloux de cette gente !
    *pour résumer ces tenues sont notre propriété ,pas pour cette caste qu’on voit dans les photos coloniales.




    0



    0
    Nobody Paris
    21 mars 2017 - 9 h 17 min

    IL FAUT PUNIR SEVEREMENT LE
    IL FAUT PUNIR SEVEREMENT LE NEGASSIONISME , LE COLONIALISME
    EST UN CRIME CONTRE L’HUMANITE, IL FAUT LE FAIRE COMPRENDRE
    A L’ETAT FRANCAIS.




    0



    0
    Danya Rouk
    21 mars 2017 - 8 h 25 min

    Merci beaucoup pour ce beau
    Merci beaucoup pour ce beau billet, fidèle a vous même et c’est un plaisir de lire chaque jour vos chroniques . Un grand espoir pour nous que le vrai professionnalisme journalistique n’est pas mort. Grand respect a mon ami Mr. Mohamed Balhi qui a été le premier lanceur d’alerte de ce livre révisionniste et un grand bravo a Mr. Bachir Dahak pour sa belle plume . Bonne journée




    0



    0
    Himeur
    21 mars 2017 - 8 h 11 min

    Il suffit d’enseigner l
    Il suffit d’enseigner l’histoire véridique de la Révolution Algérienne pour que les jeunes générations d’Algériens sachent ce qui s’est réellement passé dans leur pays et ainsi plus d’amalgames.
    Les jeunes générations doivent savoir ce qu’est :
    Un harki
    Un goumier
    Carte blanche
    Bachaga
    Et j’en passe.




    0



    0
    Anonymous
    21 mars 2017 - 7 h 45 min

    En regardant cette photo je
    En regardant cette photo je commence peut etre a comprendre pourquoi on ne trouve plus de poux sur la tete de nos enfants apres l’indépendance et le depart des harkis.




    0



    0
    Zaoui
    21 mars 2017 - 7 h 42 min

    Depuis l’indépendance les
    Depuis l’indépendance les dirigeants politiques n’étaient pas intéressés à gérer le dossier du passif du pays pour plusieurs raisons:
    1°même quand on est net pendant la guerre de libération ,certains copains ont failli à leur devoir et on doit les protéger,donc la meilleure solution c’est de ne plus laisser paraître l’histoire du pays

    2°Les combattants de l’intérieurs se sont fait écartés par les gens du MALG conbinards nés,car cette frange de l’extérieur avait le temps d’observer et d’analyser ce qui se passait à l’intérieur ,c’était des spectateurs aguerris!
    -ils ont planifié la prise de pouvoir en affaiblissant l’intérieur’pas d’armement’
    *le projet a réussi est en 1962 une armée magique est sortie par miracle des frontières.
    *Des hommes inconnus du peuple sont venus bousculés les authentiques révolutionnaires et avaient l’argent de la collecte de France(tabaroôu)
    *IL est tout a fait normal que la composante de cette nouvelle armée ne cherche nullement à écrire l’histoire car écrire l’histoire c’est comme se déshabiller devant le peuple.
    *autre raison de bloquer les livres ,l’expansion des revues historiques de 1965 à ce jour n’est pas innocente ,les militaires venus avec Boumediene dans leur majorité sont fils de caids excepté certains comme CHADLY et NEZAR et on revient absolument à l’histoire qui fait la UNE -les BENGANA et Cie




    0



    0
      SAHIB ENNAHDA DZ
      21 mars 2017 - 21 h 35 min

      [email protected]élas c’est la stricte
      [email protected]élas c’est la stricte vérité car la plupart des Moudjahidines étaient LAS par manque munition et attendaient autres moyens logistique que les responsables de l’armée des frontières (Surtout celle de l’Ouest) n’ont pas essayés de les aidés ; en prenant des risques de leurs VIES comme leurs frères de l’intérieure qui étaient sous pression de toute part. Ils ont préféré être au chaud, dans des lits douillais avec leurs rations de soupe quotidienne, arrivent l’indépendance ces GUS ont eus le beau RÔLE qu’on connait ( Ils étaient FRAIS ET DISPOS) , depuis ils se sont accrochés au KORSSI jusqu’à ce jour mais à ce rythme et les décisions qu’ils prennent l’avenir du BLED et de notre peuple n’est pas ROSE!!!!ALLAH YESTOR EL IYEM LI JAYA car ils risque de brader LE PAYS!!!!




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.