Quand RSF dicte aux journalistes algériens comment ils «doivent» couvrir les élections

Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières. D. R.

On s’y attendait un peu. L’ONG française Reporters sans frontières n’a pas raté l’occasion offerte par la démarche du gouvernement algérien envers les médias visant à «encadrer» la profession dans le cadre des élections législatives du 4 mai. A la charte gouvernementale, RSF oppose son «Guide pratique du journaliste en période électorale» (édition 2015) et propose d’«encadrer» autrement les journalistes algériens avec une série de «recommandations» dictées au mode impératif (doit !) Il y a 141 fois cette injonction «doit» (ou «ne doit pas») dans le guide de RSF. Exemples : «Si une entrave est posée à son travail en raison d’une restriction légale, le journaliste doit (donc) vérifier que celle-ci est légitime au regard du droit international». Ou cette autre recommandation, destinée visiblement à des débiles : «Le journaliste doit fournir aux citoyens des informations sur les modalités de l’élection.»

Le «Guide pratique du journaliste en période électorale» de RSF a été élaboré pour les journalistes francophones et par des «journalistes francophones». Il faut évidemment comprendre ceux qui exercent dans l’ancien «empire» colonial français, car les professionnels des médias de l’ancienne «métropole» n’ont pas besoin d’être pris par la main, comme des petits enfants, pour être guidés dans la bonne direction, c’est-à-dire celle d’«un professionnalisme et une déontologie sans faille», selon une des présentations de ce document sur le net.

Quelle prétention ! Le journaliste francophone algérien fait partie de cette catégorie de mineurs ; il «doit» suivre scrupuleusement les recommandations de RSF parce qu’il est incapable seul d’être un professionnel. En revanche, «là-bas», pour l’élection présidentielle française, où la manipulation des médias saute aux yeux, on parle plutôt d’«éthique de la responsabilité».

Pour l’organisation fondée par Robert Ménard, les journalistes francophones des anciennes colonies ne maîtrisent pas les critères d’objectivité et d’indépendance et ils ont le «mauvais réflexe» de donner trop de poids au sens de la responsabilité dans leur couverture des événements. Et la période électorale ne fait pas exception. Il y a deux ans, dans un pays africain qu’il est inutile de citer, RSF a pu organiser un séminaire avant une élection présidentielle pour permettre aux journalistes de ce pays de «s’approprier» son guide. A la fin, les journalistes ont reçu un guide et… un gilet. Ce n’est pas en Algérie qu’une telle ingérence est possible. Les journalistes sont les premiers à la rejeter en toute indépendance et sans «faire le jeu du pouvoir».

Chez RSF, le paternalisme à l’égard des anciens colonisés est une maladie congénitale incurable. Le ton inapproprié qui l’accompagne le rend abject. RSF, comme d’autres ONG ou personnalités françaises, persiste à ignorer que les journalistes algériens travaillent dans un pays indépendant et ont donné les preuves de leur professionnalisme et surtout de leur courage, que ce ne sont pas des stagiaires à vie, comme pourrait le laisser croire le fait que certains d’entre eux acceptent de participer à des stages ou des séminaires organisés par RSF. Les «paternalistes» devraient savoir, s’ils ne l’ont pas encore compris, que, dans la majorité des cas, l’unique motivation qui pousse des journalistes algériens à accepter le statut de «stagiaire» est le voyage à l’étranger qu’il leur permet de faire. Pour le reste, comme on dit chez nous, «laisse-les claironner», c’est-à-dire «cause toujours…».

Houari Achouri

 

Comment (42)

    JuanCarlosdela Traguenta
    6 avril 2017 - 16 h 11 min

    RSF je ne vous ai pas entendu
    RSF je ne vous ai pas entendu dire un mot ; ne serai ce qu un « bon retablissement  » à notre journaliste reporter Algerienne Samira Mouaki bléssée le 13 fevrier en Irak et appartenant à la corporation des reporters et du journalisme ds le monde….. elle a bien plus de courage que vous ; elle au moins a risquer sa vie pour informer les gens ds un théâtre de guerre.. Allez y en Irak et en Syrie ou en lybie en indépendant ss etre derrière une armee d occupation et puissante pr vous protéger et attendre les informations des militaires ou des rebels ca depend ou vous vous positionnez par rapport a vos gouvernements en place et donc distiller(propagande)….on vous connais nous les algériens ; vs avez rien en dessous de la ceinture et vs etes plus des agents de propagandes que des journaliste et reporters; donc bravo Mme Samira Mouaki et Allah y chef de la part d un compatriote .




    0



    0
    l'éveillé
    5 avril 2017 - 18 h 07 min

    ils savent qu’il n’existe pas
    ils savent qu’il n’existe pas de journalistes dans les pays maqués par des putschistes. les scribes sont des informateurs, des mouchards au service des appareils répressifs à commencer par grine. alors cessez de faire semblant et regardez vous en face . la décennie noire vous a démasqué à tout le monde. des journalistes en algerie… du n’importe quoi.




    0



    0
      Vision
      5 avril 2017 - 20 h 24 min

      La decennie noir, c’est eux
      La decennie noir, c’est eux qui ont le pouvoir actuellement ils ont massacré tout les hommes D’ALGERIE la matiere grise , journaliste, militaire, ,policier magistrat integre, professeurs d’ancien moujahid vrais, toute forme d’opposition . POUR QU’ILS REGNENT EN MAITRE MAINTENANT . UNE CHOSE QU’ILS ONT OUBLIÉ QUE LA TERRE D’ALGERIE FAIT POUSSER DES HOMMES GLOIRE AUX MARTHYR ALLAH RAHMOUN VIVE L’ALGERIE LIBRE ET INDEPENDANTE




      0



      0
      un algerien lambda
      5 avril 2017 - 21 h 51 min

       » l’éveillé  » disons plutôt
       » l’éveillé  » disons plutôt  » l’aigri » ou » l’ingrat » ou ‘ l’inculte » c’est selon.. . c’est grâce entre autres au SACRIFICE de 89 journalistes assassinés par les intégristes islamistes durant cette décennie noire dont tu parles qu’aujourd’hui des gens comme toi tapis derrière l’anonymat de leur écran se permettent de l’ouvrir et de beugler . Ces journalistes ont préféré rester au Pays pour mener le combat de la dignité et aujourd’hui n’importe quel quidam se permet de juger une fonction dont il ne connait même pas ‘abécédaire. oui du n’importe quoi. lorsque cela vient d’un tout venant. TOI quel FAIT D’ARME as tu rempli pour te permettre de critiquer plus haut que toi.  » SUTOR NE SUPRA CREPIDAM »




      0



      0
    Nourdine
    5 avril 2017 - 12 h 55 min

    A la charte gouvernementale,
    A la charte gouvernementale, RSF oppose son «Guide pratique du journaliste en période électorale». Cela suppose qu’il existe d’autres guides pour tous les secteurs de notre vie nationale et qu’ils alimentent l’algériabashing depuis la période du 2ème bureau à l’acharnement du sinistre makhzen. RSF n’a pas proposé ce guide pratique aux journalistes marocains, tunisiens, sénégalais … vive la Françafrique… la charte gouvernementale, qui est d’abord une charte entre Algériens (jaloux de leur patrie et fidèles aux combats et idéaux de leurs anciens), devient un exemple : bon pour ceux qui veulent recouvrer totalement leur indépendance et mauvais pour ceux qui perpétuer le néo-colonialisme.

    Nostalgiques de l’empire coloniale, les Français deviennent atrabilaires quand il s’agit de l’Algérie. Un humoriste français d’origine africaine a dit sur scène que même dans un camp de nudiste vous criez one two three les Algériens sont capables de vous sortir leur drapeau et j’ajouterai expression viscérale et promesse de mourir debouts.

    Moralité : Tant que les Français trouveront à redire sur nous c’est qu’on est sur le bon chemin. Quand à RSF et consorts, de grâce, arrêtez de parler de droits et de vous prendre pour des intellectuels entre deux séjours à la Mamounia – sans arrières pensées – on dit tant de choses sur ces endroits là – et vous adonnez à votre sport national : la haine de l’Algérie libre et insoumise.




    0



    0
    Vision
    5 avril 2017 - 6 h 06 min

    Aller regarder du coté de vos
    Aller regarder du coté de vos soldats en centre afrique qui ont violé une trentaine d’ enfants de 8 ans qui ont eté acquité vous etes complices par votre silence et vous venez chez nous donnez des ordres de transparence ,degager degager degager BANDE DE CRIMINEL AVEC VOS VALETS DU POUVOIR L’ALGERIE VOUS L’AURAIS JAMAIS TROP SANG A COULÉ JUSQU’A MAINTENANT




    0



    0
    anti-khafafich
    5 avril 2017 - 5 h 10 min

    Racoleurs Sans Frontières, je
    Racoleurs Sans Frontières, je vous dit à partir d’ici : circulez ! ici c’est l’Algérie.




    0



    0
    Benhabra brahim
    5 avril 2017 - 2 h 16 min

    RSF devrait envoyer son pti
    RSF devrait envoyer son pti « guide » chez ………………………….el marroqui………el israeli……….et el quatari!!..C est chez gens la ,la pratique de a « desinformation » est a la fois un usage et une regle..Apres la Bengana d el djazira qui donne des conseils au jeunes algeriens ,c est Menard de rsf qui donne des conseils aux journalistes algeriens.Ils forment le couple ideal pour nous danser un slow a la « gainsbourg »!!………echtah..echtah….ya lou lou…..qui eddji babake……………engouloulou.




    0



    0
    amel
    5 avril 2017 - 0 h 58 min

    « En période électorale fait
    « En période électorale fait ce que mon guide te dit mais pas ce que je fais »
    en 2014 plus de la moitié du corps électoral francais ne s’est pas donné la peine d’aller voter. Leur avis est qu »‘ils sont tous les mêmes » « qu’aller voter ne sert à rien de toutes facons puisqu’il y a la triche » ect… y a t-il eux des journaleux d’rsf pour demander des précisions à tous ceux qui parlent de triche en france? y a t-l des journaleux qui écouteraient un citoyen leur dire qu’il y a de la triche sans le ridiculiser et le traiter de schizophrene? bah non! en france non! Aucune chance de l’ouvrir sans risque de le regretter en se sentant anormal puisque les rares qui l’ouvrent sont pris pour des extraterrestres.




    0



    0
    un algerien lambda
    4 avril 2017 - 21 h 19 min

    Ce babouin, digne héritier de
    Ce babouin, digne héritier de son prédécesseur lepeniste aurait du donner ces ukases à ses copains français lorsqu’ils couvraient les événements en SYRIE. A l’exception des journalistes de « MARIANNE » les autres ( presse écrite et télévisuelle) ont confectionné des tissus de mensonges durant 4 années et d’autres y persistent encore malgré la mise à jour de la vérité grâce à l’intervention des russes. Alors babouin retourne sur ta branche et laisses tranquille les journalistes algériens dont tu n’arrives même pas à la cheville.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.