Air Algérie, Sonatrach, Sonelgaz : le grand malaise

Les travailleurs de Sonelgaz menacent de recourir à une grève illimitée. New Press

La situation dans le secteur économique public ne cesse de se dégrader. Les principales entreprises étatiques connaissent un grand malaise, accentué par les grandes incertitudes liées à la crise financière qui secoue le pays. Les travailleurs de différentes branches d’activités relevant de ces sociétés stratégiques expriment par divers moyens leur mécontentement. Menace de grève par-ci, sit-in par-là, des catégories entières de travailleurs des groupes Sonelgaz et Sonatrach, qui se considèrent comme marginalisées, s’organisent pour réclamer leurs droits.

C’est ainsi que les employés des différentes unités d’exploitation des raffineries de Sonatrach protestent contre leur statut et se considèrent «lésés» par rapport à d’autres salariés aux mêmes qualifications, compétences et diplômes. Aujourd’hui, ceux de la raffinerie de Skikda ont donné un signal fort aux responsables du secteur en observant dans la matinée un rassemblement de dénonciation de leur situation jugée «inacceptable». Cette catégorie de travailleurs demande en effet de passer de la catégorie 17 à la catégorie 21, conformément aux dispositions d’un décret présidentiel en date de 2014 définissant l’évolution catégorielle des salariés du groupe.

Les travailleurs de Hassi R’mel aussi sont en colère. A Sonelgaz, la situation n’est pas moins inquiétante. En mars dernier, le syndicat national autonome des travailleurs de ce groupe qui emploie plus de 90 000 salariés a menacé de recourir à une grève illimitée si les responsables de cette société et du secteur en général n’accèdent pas à leurs nombreuses et diverses revendications. Parmi les revendications de ce syndicat, il y a l’augmentation des salaires à hauteur de 50%, la régularisation des contractuels et le respect des libertés syndicales.

A Air Algérie, après les pilotes de ligne, le personnel naviguant et commercial, c’est au tour des techniciens de la maintenance de monter au créneau pour menacer d’aller vers une grève illimitée qui paralyserait cette compagnie qui connaît de graves difficultés financières et organisationnelles. Ainsi, le Syndicat national des techniciens de la maintenance avion (SNTMA) a fait part des conclusions de l’assemblée générale des techniciens de maintenance tenue il y a trois jours de cela. Le personnel du service maintenance avait voté à l’unanimité, d’après ce syndicat, l’option d’une grève illimitée. Ils font part de leurs revendications à la direction de la compagnie aérienne et décident d’attendre sa réponse. Ces travailleurs revendiquent l’amélioration de leurs conditions de travail, mais aussi de leurs salaires. Le service maintenance d’Air Algérie connaît beaucoup de problèmes et de difficultés qui remontent à plusieurs années.

Ces manifestations de colère sont symptomatiques du profond malaise qui règne dans les grands groupes publics. Une situation qui n’augure rien de bon pour l’avenir, surtout pour les deux groupes Sonatrach et Sonelgaz qui emploient à eux seuls plus de 200 000 salariés. Il est à rappeler que les trois entreprises en question ont connu des changements de responsables au cours de ces deux dernières années.

Hani Abdi

Comment (18)

    AMAR MOKHNACHE
    4 mai 2017 - 17 h 51 min

    demain peut etre nous aurons
    demain peut etre nous aurons des entreprises !
    pour que les capitaux marchands de l etat soient entre de bonne main il y a lieu d abord de les soustraire des mains des politiques! il y a lieu de songer a separer l exercice du droit de propriete de celui de leur management!
    On est meme arrive a laisser notre mere nouriciere sonatrach SANS DG durant quelques annees et des decisions se prenaient a l ombre de la responsabilite!!!
    le conseil d administration de sonatrach devrait etre elargi a une importante partie de l elite nationale la vraie elite celle qui produit des idees et qui dresse des busines-plan qui integre la ressource humaine comme solution
    au developpement…AIR ALGERIE SONELGAZ SONATRACH ONT CERTES CONTRIBUE A AMELIORER LA FORMATION DES CADRES MAIS L OUVERTURE ECONOMIQUE S EST FAITE SANS EUX ET SANS SONGER A REGENER LES POTENTIELS…




    0



    0
    Anonymous
    28 avril 2017 - 15 h 14 min

    Air Algérie, Sonatrach,
    Air Algérie, Sonatrach, Sonelgaz

    Rente, rentiers, Nomenklatura, dignitaires, fils, et filles de hauts fonctionnaire d’état, favoris, clans,…..
    Malheureusement, avec la situation économique, et financière dégradée actuelle de ces « fleurons rentiers »
    La privatisation, et l’ouverture du capital(aux étrangers) de ces « white élephants » (Sociétés très mal gérées)
    Est une solution, parmi d’autres solutions,….
    Mais avant d’arriver à cette étape, où à ce stade, il faut créer un climat serein pour les affaires,
    Et les investisseurs: des réformes législatives crédibles pour assurer
    Et protéger les investisseurs privés étrangers, et aussi se protéger des investisseurs étrangers (Raiders,O.P.A)
    Et renationalisations de l’état,…..




    0



    0
    Anonymous
    26 avril 2017 - 11 h 16 min

    Air Algérie, Sonatrach,
    Air Algérie, Sonatrach, Sonelgaz : le grand malaise

    Il faut préparer pour la réussite de la privatisation graduelle, et progressive d’Air Algérie, Sonatrach, Sonelgaz
    Dans la justice, la transparence, sans concessions aux Maffias courtisanes qui gravitent
    Dans les cercles du pouvoir
    Et Sans bradages , au Dinar symbolique
    (Comme ce fut le cas du bradage criminel des biens de l’état au début des années 80,aux courtisans,chayata …..
    Et conséquences, à la fin des années 80,(Révolte populaire du 05 Octrobre 88, puis la décennie noire des 90)




    0



    0
    Boukh
    26 avril 2017 - 7 h 44 min

    Air Algérie,Sonatrach
    Air Algérie,Sonatrach,Sonelgaz,c’est des crèches pour adultes avec comme slogan confort sans effort.
    Salaire garantie fin du mois quand au travail c’est celui qui peut….
    Aucune plus value .il y a d’autres pires.




    0



    0
    sublisoft99
    25 avril 2017 - 23 h 50 min

    trop de frais de mission en
    trop de frais de mission en dollars et en euro…la faillite !!!




    0



    0
    Anonymous
    25 avril 2017 - 21 h 17 min

    Quel malaise à SONELGAZ,que
    Quel malaise à SONELGAZ,que ces agents tout groupe socio professionnel,s’estiment heureux,car on sait comment la plupart d’entre eux ont étaient recrutés et je parle en connaissance de cause.Quand on sert pendant plus de 40 années avec responsabilité,dévouement,sérieux,des fois au détriment de sa vie dans les moments difficiles qu’a traversé notre cher pays ,on se voit refuser un poste pour son fils universitaire,malgré les requêtes adressées à l’ex PDG Monsieur BOUTERFA .Combien de recrutement ont ils eux lieux depuis l’année 2008 à ce jour ?Parceque un ex DRH et celle qui l’a remplacé ont décidé ainsi.Cela s’est à la Direction de Distribution de Jijel.Y a til un responsable en haut lieu qui peut réparer ce déni?Merci.




    0



    0
    Cheikh kebab
    25 avril 2017 - 20 h 00 min

    S’il y a mauvaise gestion de
    S’il y a mauvaise gestion de c entreprises c la faute à qui??? Aux ministres de tutelle!! Ya oas de fatalité,il faut situer les responsabilités!! Je me souviens du temps de boumediene ,abdeslam veillait au grain,et envoyait des bureaux d’audit indépendants pour contrôler évaluer les sociétés nationales. Pour ce sui concerne les salaires tous les algériens sont touchés de plein fouet,surtout nous les retraités maltraités!! Mais ça,c le résultat de la  » réussite de l’echec » comme il a dit lui.




    0



    0
    Anonymous
    25 avril 2017 - 14 h 31 min

    L’arrivée massive de tlemcano
    L’arrivée massive de tlemcano marocains tels des criquets qui ravagent tout sur leur passage pour laisser que désolation et destruction…Voilà ce qui se passe en Algérie depuis 1999…Après bouteflika ils seront retournés au Maroc…




    0



    0
    NOUREDDINE
    25 avril 2017 - 13 h 26 min

    La caractéristique première d
    La caractéristique première d’un monopole comme Sonelgaz et Sonatrach est le ronronnement. En d’autre terme , un marché sur d’ou de véritable planque et c’est cela que les dignitaires et client du régime se recrute dans ces entreprise. Qui aujourd’hui ne répondent à l’exigence de la rentabilité et le profit et une gestion saine. Déjà quand vous passez à côté du grand immeuble en verre de Sonatrach à Hydra , vous voyez la file de bus chargés de déposer à leur domicile les petits chérubins de ces messieurs , pendant qu’ailleurs des employés se payent le train et autres transport en commun. Le monopole garanti le gaspillage pour ne pas dire le pillage et introduit au sein de l’entreprise la léthargie et surtout la routine et ce n’est pas en changeant les PDG avec des sacs de diplômes qui va changer les choses. Le personnel de Sonatrach qui bosse est sur les plates formes de forage. Le reste c’est des parasites.




    0



    0
    Dal
    25 avril 2017 - 11 h 48 min

    Il faut des hommes honnêtes
    Il faut des hommes honnêtes pour l’Algérie des martirs des patriotes pas des collaborateurs de nations étrangères si non on coulent et c pour sa qu’il faut bouger avant qu’il soit trop tard il faut choisir un homme qui mérite le poste de président vive l’Algérie.




    0



    0
      Anonymous
      25 avril 2017 - 13 h 43 min

      Il faudrait surtout de vrais
      Il faudrait surtout de vrais algériens…J’en ai marre entendre l’accent marocain chez nombre de responsables et dirigeants….Ce sont les fossoyeurs de l’Algérie




      0



      0
    grave
    25 avril 2017 - 8 h 53 min

    faite un coup d’oeil sur qui
    faite un coup d’oeil sur qui commande des ses entreprise vous saurez qui es le malaise .




    0



    0
    Anonymous
    24 avril 2017 - 19 h 48 min

    Bureaucratie asphyxiante, et
    Bureaucratie asphyxiante, et paralysante, corruptions, très mauvaise gestion, gaspillages, et dilapidations
    Recrutements de fils de dignitaires, hauts placés, et de la nomenklatura, incompétences
    Népotisme, affinités personnelles, et interventions nombreuses, et illégales dans les recrutements,…..
    (amis, proches, clans, « chita », et régionalisme étroit pour recruter, s’entourer, se protéger,
    Et cacher les incompétents nombreux (à ne rien faire) recrutés dans les administrations des entreprises,
    Et des sociétés nationales)

    Gestions catastrophiques, transparence,bilans maquillés, dissimulations des passifs, et « audits préparés »
    Réalités tristes de la situation comptable, économique

    Sonatrach, et Sonelgaz, et autres entreprises, et sociétés nationales ont besoin plus que jamais
    D’assainissements, de réformes, de restructurations, et de changements de leurs modes de gestions
    Et de leurs statuts (autonomie, et indépendance de leur gestion de la tutelle bureaucratique très lourde)
    Pour sauver l’économie, et les finances algériennes du naufrage, et de la faillite prévisibles, et certaines
    Dans les prochaines années




    0



    0
      Algertenah
      24 avril 2017 - 22 h 23 min

      Nous allons commencé à fumer
      Nous allons commencé à fumer du cigare cubain.




      0



      0
    anonyme
    24 avril 2017 - 19 h 26 min

    Pour la Sonatrach il faut
    Pour la Sonatrach il faut faire appel à l’escroc Chakib Khelil et son équipe et pour Air Algérie faire appel à Bouderbala qui ne ratait pas une occasion pour appeler à l’ouverture des frontières du pays où il est né.




    0



    0
    anonyme
    24 avril 2017 - 18 h 22 min

    Oui, ils sont payés par votre
    Oui, ils sont payés par votre pétrole.
    Nous n’avons pas une ELITE patriote qui veuille sur les ressources du peuple Algériens.
    Vous avez que des lâches et des traîtres qui gèrent ce pays.
    Vous avez des imbéciles et des incapables sans stratégie et ni vision pour ce pays.
    Leurs familles se la coulent en France sur le dos du trésor algériens et l’argent de la corruption.




    0



    0
    anonyme
    24 avril 2017 - 17 h 57 min

    En France de mauvaises
    En France de mauvaises langues racontent que des proches des responsables touchent des salaires des consulats et d’autres instituons pour des emplois fictifs.




    0



    0
    Vision
    24 avril 2017 - 16 h 16 min

    QUAND C’EST GERER PAR DES
    QUAND C’EST GERER PAR DES TRUANS ET DES MALHONNETES ET PAS DE PRESENCE DE L’ETAT VOILA LES CONSEQUENCES , CES GENS LA SONT JUSTE LA POUR PILLER ET DEGUERPIR RIEN A FOUTRE DU PAYS ET DE SONT AVENIR




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.