Les contrôleurs arrivent, mais…

Kamel Moulfi Il y a quelques jours, le ministère du Commerce a annoncé avoir lancé une large opération de contrôle des conditions de vente, hors des locaux commerciaux, des produits alimentaires. L’initiative des pouvoirs publics est motivée par les risques sanitaires auxquels est confrontée la clientèle des marchés informels, généralement collés, comme des annexes, aux marchés formels, mais que l’on peut trouver ailleurs aussi, un peu partout.

L’approche du ramadhan n’est certainement pas étrangère à la sortie des contrôleurs sur le terrain. Durant ce mois sacré, certaines lois sont de fait mises en veilleuse, et parmi elles, curieusement, celles qui devraient connaître, au contraire, un durcissement dans leur application, c’est-à-dire les lois qui concernent l’exercice des activités commerciales touchant les produits alimentaires.

Deux faits que l’on ne constatait que durant le ramadhan sont devenus des constantes : les hausses des prix intempestives, sans lien avec la loi de l’offre et de la demande, et la vente dans la rue des produits alimentaires de consommation quotidienne, comme le lait et le pain, au milieu de la saleté, des eaux usées, de la poussière et des fumées dégagées par les véhicules en circulation. Les contrôles ont beau se multiplier, ce spectacle, visible, y compris en pleine capitale, ne disparaît pas.

Les sanctions prévues par la loi ne font plus peur. Cette situation n’est pas propre aux infractions à la réglementation sur le commerce. L’exemple de ce qui se passe sur les routes en Algérie, marqué par des accidents toujours plus mortels, montre qu’il y a un sérieux problème dans l’application de la loi.

Qui va croire le ministère du Commerce quand il affirme vouloir mettre fin définitivement aux pratiques illicites, et dangereuses, de la vente, par exemple, du lait exposé au soleil, à même le trottoir ? Surtout lorsque le communiqué du ministère précise que, dans un premier temps, ses contrôleurs feront de la sensibilisation, et c’est ensuite qu’il y aura un vague «contrôle spécial». De quoi rassurer les commerçants délinquants : n’ayez crainte, faites ce que vous voulez !

K. M.

Comment (4)

    allah yastour bladna.....
    3 mai 2017 - 13 h 09 min

    Nos enfants sont en danger ….
    La jungle est régie par des lois comme les lois de la nature .. notre pays n`est régis par aucune lois il y a plus de morts par accidents qu`un pays en guerre comme la Syrie. qu `allons nous laisser à nos enfants? un pays totalement vidé de toute substance positive. Les bonnes ressources humaines ont quitté le Titanic Algérien. Ceux qui sont resté le vident de ses richesses. Les gens ont peur de tout même du ramadhan supposé être le mois de la rahma. Ou va t on ya nass ???




    0



    0
    Solutions
    1 mai 2017 - 4 h 20 min

    Solution
    Si l’état voulait vraiment régler ce problème, il y a longtemps qu’il l’aurait fait. Il suffit de payer correctement des gens pour s’en occuper, comme ça se fait dans tous les pays du monde. Le vrai problème qui se pose c’est de savoir qui doit payer qui pour contrôler qui. J’ai remarqué que les vendeurs de l’informel vendent tous les mêmes articles. Ils ont donc les mêmes fournisseurs, lesquels ne sont autres que ceux censés protéger l’économie. Arrêtez de prendre les algériens pour des idiots ….




    0



    0
    Anonymous
    30 avril 2017 - 21 h 38 min

    De l’activisme comme toujours
    De l’activisme comme toujours! Ces contrôleur ne contrôlent que ceux qui sont régulier, qui ont des locaux qui ont un registre, qui paient leurs impôts! Les commerçants véreux jamais! C’est parce qu’ils les connaissent qu’ils les évitent!
    Les honnêtes commerçants font l’objet d’un harcèlement, de convocation inutile et souvent de menace de sanction pour un rien…..comprendra qui voudra!




    0



    0
    anonyme
    30 avril 2017 - 14 h 02 min

    L’Etat n’est plus respecté!
    Vous faites ce que vous voulez, c’est trop tard!
    L’Etat a trop cédé le terrain aux désordres………..

    Nous avons besoin d’un Etat fort toute au long de l’année pas seulement pendant le lois de ramadhan et encore je ne suis pas sure……




    0



    0

Les commentaires sont fermés.