Attentat déjoué de Béjaïa : les terroristes bénéficieraient d’un soutien local

Plusieurs personnes ont déjà été arrêtées pour soutien au terrorisme. New Press

Retour sur l’événement qui a secoué, ce samedi, la petite ville de Sidi Aïch, 45 kilomètres au sud du chef-lieu de la wilaya de Béjaïa. Deux bombes artisanales ont été désamorcées au lieu-dit Remila (à 4 kilomètres au nord du chef-lieu de commune), l’une dissimulée près d’une mosquée jouxtant la RN26, l’autre près d’une école primaire. C’est dire que les deux engins auraient provoqué un véritable carnage s’ils n’avaient pas été désamorcés à temps. C’est aussi la preuve que les terroristes qui les avaient posés à ces deux endroits très fréquentés, ou leurs commanditaires, visaient un coup d’éclat médiatique.

Deux facteurs expliquent le choix des terroristes de fomenter un attentat dans cette wilaya précisément, et aussi le choix du timing : par une attaque retentissante en plein cœur de la Kabylie, les auteurs cherchaient clairement à semer le chaos dans une région très mouvementée, où le moindre soubresaut, la moindre émeute est aussitôt répercutée par les médias et assimilée à une tentative de désobéissance.

Il faut dire que depuis janvier dernier, la situation ne s’est pas totalement normalisée. Des émeutes sporadiques, mais qui sont de plus en plus violentes, comme c’est le cas au village Rafour, dans la wilaya de Bouira, limitrophe de la wilaya de Béjaïa (lire notre article en Une), sont signalées. A cela s’ajoutent des incursions de plus en plus osées des activistes du MAK, qui cherchent, eux aussi, à provoquer des désordres durables dans la région. Cela dit, l’objectif des terroristes est, de ce point de vue, plutôt nihiliste, puisqu’ils savent d’emblée qu’ils ne peuvent pas rallier la population à leur cause.

S’agissant du choix du petit hameau de Remila pour perpétrer leur forfait, les criminels ont dû bénéficier d’un soutien local. Selon nos sources, plusieurs personnes résidant dans un vieux bidonville jouxtant l’oued Soummam ont déjà été arrêtées, à des périodes intermittentes, pour soutien au terrorisme. Il apparaît clair qu’un réseau de soutien au groupe armé qui infeste toujours la zone montagneuse allant de Tifra à Yakourène, en passant par la forêt de l’Akfadou, vers l’ouest, active toujours autour de ce village, où a été érigée une immense caserne de gendarmerie qui devrait être inaugurée cette année.

Rabah A.

Comment (9)

    ANTI BANDITS
    21 mai 2017 - 18 h 51 min

    aucune place aux terroristes
    aucune place aux terroristes dans le pays qui a tant souffert .
    quand on ne peut rien faire face à eux , me mieux c’est d’en informer les autorités de leurs identité afin de neutraliser ces rats d’égouts qui usent de la religion de la paix pour répandre la violence .




    0



    0
    ben cherad
    21 mai 2017 - 12 h 03 min

    Il ne suffit pas d’etre
    Il ne faut pas etre stratège pour comprendre les tenants et aboutissants de ceux qui veulent enflammer cette région chère de notre Algérie : Bejaia ! il suffit de poser deux ou trois questions et vous aurez les réponses à vos préoccupations : 1 – qui exploite le moindre mouvement en cette région?
    2 – qui a intérêt à allumer les petits feux à des fins de propagande médiatique pour justifier son projet satanique ? 3 – qui en réalité en veut à Bejaia, fief du vrai Islam?? 4 – Qui a intérêt à ce que la kabylie soit en permanence en effervescence tout en se la coulant douce dans les luxueux Hôtels Parisiens , Marochiens et de Tel Aviv en instrumentalisant le quotidien des algériens??? n’oubliez pas que le mois sacré de Ramadhan est proche ! (…)




    0



    0
    Rayés Al Bahriya
    21 mai 2017 - 11 h 54 min

    Qui se rappel de Flicha le
    Qui se rappel de Flicha le terroriste des GIA à Alger ? C’est un natif d’Alger originaire de sidi aich.
    Les éléments du makak sont nombreux à sidi aich aussi.




    0



    0
    izem
    21 mai 2017 - 10 h 06 min

    Makan ni soutien local ni
    Makan ni soutien local ni sidi zekri

    les habitants de béjaia sont de vrais patriotes et l’ont prouvés sur le terrain à maintes reprises et puis comment expliquer que pendant la décennie noire aucune bombe n’a explosé à béjaia?




    0



    0
    Cactus
    21 mai 2017 - 9 h 59 min

    Les barbouzes sont de retour
    Les barbouzes sont de retour , on connait la musique




    0



    0
    Anonymous
    21 mai 2017 - 9 h 04 min

    Il faut être vigilant, ouvrir
    Il faut être vigilant, ouvrir les yeux et ne laisser aucune piste dans l’ombre même pas celle du Corbeau cessationiste. Il parle maintenant de « l’instauration d’une autorité » en Kabylie. Autorité ne veut pas dire « s’il vous plait peuple kabyle ne faites pas ça », « s’il vous plait faite ça ». Autorité veut dire le bâton (légitime ou pas), donc le discour mielleux de la non-violence il faudrait le prendre avec un kg de sel.




    0



    0
    Vangelis
    21 mai 2017 - 8 h 36 min

    Les forces de sécurité et la
    Les forces de sécurité et la justice doivent chercher du côté du MAK qui veut mettre le boxon dans cette région d’Algérie quoi qu’il en dise. Il est anormal que dans les environs de Bajaïa des terroristes activent souvent aidés par des habitants de la même région.




    0



    0
    muhand
    21 mai 2017 - 7 h 37 min

    Les fiefs des islamistes dans
    Les fiefs des islamistes dans cette région de Kabylie sont connus de tous. D’ailleurs ces islamistes ne se cachent plus depuis la promulgation de la loi de la honte que Bouteflika a fait voter par des députés sans scrupules. A Vgayeth, ils activent en toute liberté dans la vieille ville où une mosquée leur sert de lieu de rencontre. Les terroristes ont aussi le soutien des nomades (les hadjarsi comme on les appelle) qui sont installés sur le littoral de la commune de Boukhelifa, contrairement à leurs pères et grands pères qui eux étaient de parfaits musulmans et d’authentiques maquisards. C’est pourquoi il faut se poser la question de la radicalisation de ces jeunes, qui ne sont pas dans le besoin, je le souligne. Ce n’est pas la pauvreté qui pousse ces jeunes à verser dans le terrorisme, comme certains tentent de nous l’expliquer. Non. C’est l’école arabo baathiste de Benbouzid, je l’affirme avec force. Dans ma vie de jeune étudiant, nous étions tous communistes, que s’est il passé? Posez la question à ceux qui ont accordé l’asile à l’islamiste El ghozali et lui ont offert les plateaux télé pour prêcher un islam qui n’était pas le notre.




    0



    0
    Akli Boughzer
    21 mai 2017 - 6 h 52 min

    Les terroristes ont trouvé en
    Les terroristes ont trouvé en ces marginaux qui ne sont pas de la région et qui se sont installés entre le village agricole d’Il Maten et Takrietz,des recrues faciles pour exécuter leurs basses oeuvres.Ils sont aussi responsables de nombreux vols notamment de véhicules commis dans cette région depuis des années.A noter que même pendant la décennie noire cette région n’a pas connu le terrorisme qui sévissait pourtant un peu partout et c’est pour cela que c’est inquiétant..




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.