Tunisie : des manifestants ferment une installation pétrolière

La situation reste tendue dans le Sud tunisien. D. R.

Des manifestants ont fermé samedi une installation pétrolière et gazière dans le sud de la Tunisie, sur fond de tensions sociales grandissantes, a indiqué une radio officielle.

Selon Radio Tataouine, la fermeture de cette station de pompage de pétrole et de gaz située dans le secteur d’El-Kamour, à une centaine de kilomètres de Tataouine (sud), est intervenue «après un accord entre les manifestants et les forces de l’armée nationale».

Plus tôt samedi, l’armée avait procédé à des tirs de sommation pour disperser les manifestants, pour la première fois depuis que le président Béji Caïd Essebsi a confié début mai aux militaires la mission de protéger les sites de production des mouvements sociaux. Contacté par l’AFP, le ministère de la Défense n’était pas joignable dans l’immédiat. Cet accès de tension intervient à la fin d’un ultimatum de 48 heures donné par les manifestants au gouvernement pour répondre à leurs demandes.

Depuis près d’un mois, des habitants campent dans la zone d’El-Kamour et entravent la circulation des camions vers les champs pétroliers de Tataouine pour réclamer une meilleure répartition des richesses et des recrutements prioritaires dans les sociétés du secteur. Les manifestants demandent notamment que 70% des emplois reviennent à des habitants de la région de Tataouine.

Le gouvernement d’union de Youssef Chahed est confronté à une grogne sociale croissante, en particulier dans les régions de l’intérieur. Les mouvements prennent régulièrement l’allure de sit-in bloquant routes et accès à certains sites.

R. I. 

Comment (3)

    Anonymous
    21 mai 2017 - 6 h 29 min

    Le maroc va certainement
    Le maroc va certainement soutenir sa soeur la tunisie pour depasser ce cap.Restons spectateurs et surtout nous ne ferons aucune observation qui puisse deplaire à monsieur le ministre retardé.




    0



    0
      Thidhet
      21 mai 2017 - 8 h 35 min

      Le Maroc devrait d’abord se
      Le Maroc devrait d’abord se soutenir lui-même. D’ailleurs, des deux pays d’ailleurs, c’est la Tunisie qui s’en sort le mieux. En tout cas, n’ont pas renoncé jusqu’à la dernière once de dignité et n’en sont pas réduit à ériger la prostitution et le trafic de drogue en facteurs de croissance économique.




      0



      0
      H-B
      21 mai 2017 - 18 h 35 min

      C’est le monde à l’envers! le
      C’est le monde à l’envers! le pays le plus misérable, le plus retardé du Maghreb va apporter son soutien à un pays qui s’est toujours porté 10000 fois mieux que ce royaume. Le maroc est le seul pays du Maghrébin où les gens sont traités en esclave et souffrent de la famine, alors qu’en Tunisie, malgré que ce pays baigne dans une extrême misère, ils n’ont jamais connus ces fléaux qui prévalent à grande échelle au maroc.




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.