Affaire Boudjedra : des intellectuels algériens plaident pour la criminalisation du takfir

Amine Zaoui. D. R.

L’affaire Boudjedra pourrait être le prélude d’une formidable avancée dans le cadre juridique qui régit, en Algérie, les libertés individuelles et les droits de l’homme. Selon le média arabe Elaph, qui se réfère à l’écrivain et ancien directeur de la Bibliothèque nationale Amine e Zaoui, des écrivains et des professionnels des médias sont en train d’élaborer une proposition de projet de loi criminalisant le takfir (acte d’excommunier, de rendre mécréant) de personnes. Le texte sera présenté au Parlement dès qu’il aura suffisamment mûri pour prendre la forme d’une loi qui protège la liberté religieuse et empêche la violation des libertés individuelles.

Les promoteurs de cette initiative estiment qu’une telle loi répondrait au besoin ressenti en Algérie de punir ceux qui s’arrogent le droit d’excommunier des personnes et de porter atteinte à leurs particularismes. C’est, estiment-ils, un premier pas pour éviter l’instrumentalisation politique de la religion.

Amine e Zaoui explique que le point de départ de cette initiative a été le rassemblement de solidarité avec Boudjedra organisé le 3 juin dernier devant le siège de l’Arav. Amine Zaoui est de ceux qui considèrent que ce rassemblement n’a pas été une manifestation de l’opposition, mais une force de proposition qui ne devait pas s’arrêter au soutien à Boudjedra. Ainsi est née l’idée, chez ces intellectuels, d’apporter leur contribution par des idées nouvelles pour une Algérie moderne et tolérante.

Amine Zaoui – qui souligne que l’idée n’en est qu’à ses débuts et qu’il n’est pas le porte-parole de ses initiateurs – fait savoir que les contacts avec les députés n’ont pas encore commencé et que, sur ce point, rien ne presse dans la mesure où ce qui prime ce n’est pas l’urgence mais le résultat de cette initiative. Les contacts avec les députés seront pris une fois que les choses auront suffisamment mûri et que le texte aura la forme d’un projet de loi pris en charge par des parlementaires qui le proposeront au gouvernement qui sera en droit, poursuit Amine Zaoui, de l’accepter ou de le refuser. S’il est accepté, explique-t-il, le texte sera présenté à l’APN et suivra la procédure qui mène, en cas d’adoption, à sa promulgation au Journal officiel et à son entrée en vigueur en tant que loi.

Le texte qui sera proposé n’empiétera pas sur le domaine religieux et respectera les caractéristiques de l’Algérie, c’est-à-dire : dans la Constitution, l’islam est la religion de l’Etat ; la loi protège la liberté de conscience ; la majorité des habitants de l’Algérie sont des musulmans. Dans ce sens, Amine Zaoui affirme que le fait d’excommunier une personne n’est pas lié à une problématique religieuse mais se rapporte aux droits de l’homme et aux libertés garantis par la Constitution algérienne. Il explique qu’il ne s’agit pas d’une question qui concerne la société musulmane, mais du respect du «vivre ensemble» et que la religion reste une affaire de liberté entre la personne et Dieu ; toutefois, cette liberté ne doit pas servir à exercer un contrôle sur les autres.

Le but de l’initiative, résume Amine Zaoui, est de promouvoir une culture de la citoyenneté, des droits de l’homme et du respect des autres, le respect des différences et le respect de la vie privée. En conclusion, il caractérise le takfir comme une «maladie politique» qui prend une couverture religieuse alors qu’il ne fait pas du tout partie de la religion.

Deux pays arabes sont plus avancés que les autres sur cette question. Les Emirats arabes unis ont adopté, en juillet 2015, un décret-loi présidentiel qui criminalise tout acte qui attise la haine religieuse et interdit la discrimination «sur la base de la religion, la foi, la confession, la race, la couleur ou l’origine ethnique». Cette législation prévoit des peines très sévères allant jusqu’à la peine de mort. En Tunisie, la Constitution adoptée en janvier 2014 a introduit un article à partir d’un amendement déposé par les partis laïques, qui interdit clairement le takfir et l’incitation à la violence. Dans ce pays, la loi contre le terrorisme et le blanchiment d’argent, adoptée en juillet 2015, considère l’incitation à la violence et au takfir comme un crime terroriste.

Houari Achouri

Comment (80)

    marouen
    18 juin 2017 - 13 h 01 min

    il faut respecter la liberté
    il faut respecter la liberté de la foi , il ne faut pas juger les gens sur leurs convictions, il ne faut pas déranger les autres car ils ne pensent pas comme nous

    SAIBi
    16 juin 2017 - 11 h 12 min

    Je mets en doute tout ce que
    Je mets en doute tout ce que tu as appris et étudier à Mr Boudjedra , en sciences, en politique ou en intelligence.
    De moment que Dieu t’a offert un privilège d’être musulman géographiquement ( comme né ), un avantage devin de reconnaître une délicieuse mesiricorde qui vit ds ton sang et te trouve le moyen de t,emporter par ton orgueil et prétendre un savoir vers une nuance de Laïcité. Avoir même l,audace d,annoncer publiquement la non reconnaissance à l,existance du Créateur qui Dieu tout puissant. SubhanEllah.

    HOURYA
    15 juin 2017 - 11 h 26 min

    CE NE SONT PAS seulement
    CE NE SONT PAS seulement LES INTELLECTUELS Algériens qui sont CONTRE LE TAKFIRISME , L’ISLAMISME, L’INTEGRISME, l’OBSCURANTISME, LE WAHHABISME, LE CHA3WADISME ET AUTRES CHARLATANISMES, mais bien TOUS LES ALGERIENS, FEMMES, HOMMES, JEUNES, VIEUX, SANS EXCEPTION. Cela veut dire tout simplement, que TOUS LES CITOYENS ALGERIENS , PATRIOTES ET DIGNES NATIONALISTES, non vendus à la Turquie ni au wahhabisme saoudien, ni à l’impérialo-sionisme, SONT CONTRE LE TAKFIRISME AINSI QUE CONTRE « l’ISLAMISME » commercial des trabendistes de l’import-import, ENNEMIS JURES DE LA SCIENCE, du SAVOIR, de la RECHERCHE TECHNICO-SCIENTIFIQUE et de la réforme salutaire et complète de l’ENSEIGNEMENT ET L’EDUCATION sinistrés.
    LA MEILLEURE DES PREUVES : il suffit de compter le nombre d’interventions ci-dessus pour SAVOIR QUE TOUT LE PEUPLE EST CONCERNE ET QU’IL EN FAIT UNE AFFAIRE D’IMPORTANCE CAPITALE.
    Par ailleurs, cela mérite d’être souligné : POSONS-NOUS LA QUESTION A QUI PROFITE LE CRIME (car le TAKFIRISME, STADE suprême de l’ISLAMISME, est un CRIME contre le peuple) ? EVIDEMMENT AU POUVOIR UNIQUEMENT qui s’en sert pour perpétuer son chantage : C’EST MOI ou PIRE QUE MOI , CHOISISSEZ entre choléra et typhus !
    LES PREUVES ? Toutes les dernières Constitutions interdisent les partis « politiques » basés sur la religion, le régionalisme, la race, le genre…. LA REALITE bien amère : LE FIS DE LA HAINE qui était l’unique danger pour le PAYS est devenu UNE QUINZAINE DE PARTIS ISLAMISTES DORLOTES ET CHOYES par le pouvoir .

    moh_blida1600
    14 juin 2017 - 21 h 13 min

    Salut, je soutien cette bonne
    Salut, je soutien cette bonne initiative de A Zaoui. que la racaille islamiste-takfiriste soit mis au trou. Faut que les gens se reveille sinon le pays est foutu.

    bonne journée a tous et vive la liverté de culte et de pensée.

    Stroump Rieur.
    13 juin 2017 - 22 h 01 min

    Du Wahabisme est né le
    Du Wahabisme est né le Takfiriste. .On ne peut dissocier le Takfir du Wahabisme … C’est par le Takfir que les Saouds et Ibn Abdelwahab ont conquis le pouvoir en Arabie en tuant d’autres Musulmans les conciderants d’associateurs car non Wahabite .. .La doctrine Wahabite interdit de manifester ou combattre un Gouverneur injuste , corrompu , voleur , mais de lui obéir …ect. .Mais alors les Saouds et le fou Ibn Abdelwahab ont désobéit et combatut le Gouverneur de l’époque !! Et ont pris le pouvoir par la force. . Voilà des Hypocrites qui acceptent aux autres ce qu’ils se refusent pour Eux Même .

    ANTI AFGHANS
    13 juin 2017 - 14 h 48 min

    c’est déja pas mal qu’un
    c’est déja pas mal qu’un certain pedo-islamiste nommé al qar….soit sur la liste des térroristes notoires depuis la semaine passée !!!
    nous sommes des amazighs musulmans , et surtout pas arabes comme on nous le faisait croire depuis 62…
    merci internet !

    zorbalg
    13 juin 2017 - 12 h 00 min

    Que les intellectuels se
    Que les intellectuels se réveillent c’est déjà une bonne chose, même si leur action est corporatiste! je passe sur leur silence face aux milliers de meurtrissures subies!
    Maintenant aborder ce thème, n’est ce pas faire intrusion dans le monde du religieux? ce qui dérange ce n’est pas tant qu’un quelconque nervis débusque un Kafir, c’est la suite que donne le représentant de l’état à ce fait. Et en la matière, il y a eu inquisition puisque des non-jeûneurs ont été condamnés.
    Autrement dit, garantir la liberté du kafer revendiqué ou pas! Toute la problématique de l’article 2 de la constitution : islam religion d’état!

    mourad yahiaoui
    13 juin 2017 - 8 h 40 min

    Ce combat comme d’autres
    Ce combat comme d’autres commence par des actions qu’on peut appeler « provocation » ce qui est normal.
    si la pratique religieuse était considérée comme personnelle relevant de l’intime les non jeûneurs n’auraient pas ce besoin de se montrer , braver l’interdit fait partie de la nature humaine.Durant ma scolarité j’ai fais ce que je pouvais pour ne pas apprendre la langue arabe tout simplement parce que ma langue maternelle était interdite .

    Mergou
    13 juin 2017 - 8 h 27 min

    Le problème n’est pas dans le
    Le problème n’est pas dans le saint coran, mais plutôt dans la l’interprétation qu’y en est faite par certains farfelus se disant aalem.

    algerie one
    13 juin 2017 - 8 h 06 min

    IL FAUT PLUS QUE CA : la
    IL FAUT PLUS QUE CA : la criminalisation nationale et universelle de tout parti et association qataris ou saoudiens ou Egyptiens islamistes terroristes wahhabistes mercenaires sur le territoire algériens et leur combat à l’échelle mondiale pour les démanteler et les mettre hors d’Etat de nuire .. il n y as pas au monde plus Kouffar et plus criminelle que cette idéologie terroriste totalitaire arabe saoudienne et qatarienne avec les frères musulmans Egyptiens , responsable de la mort de millions d’êtres humains dan les pays arabes et musulmans et de la destruction de nations

    moi même
    13 juin 2017 - 7 h 53 min

    ça manque cruellement dans
    ça manque cruellement dans notre espace communautaire cette loi sensée protéger la liberté de culte et les libertés individuelles en général, combien d’algériennes et d’algériens ont été victimes de discrimination fondée sur des péritextes religieux, les exemples se multiplient sous des couleurs différentes

    Benhabra brahim
    13 juin 2017 - 1 h 38 min

    Nul n a le droit de s
    Nul n a le droit de s approprier le monopole des ames.Parceque des le depart nos conneries,cad nos peches,c est la faute a adam et eve??!!….koulouna benou adam.

    lambda
    13 juin 2017 - 0 h 58 min

    Il n’y a pas d’intellectuels
    Il n’y a pas d’intellectuels en Algérie …il n’y a que des idiots avec de faux titres et cette pseudo affaire n’en est pas une.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.