Le procès du président Bouteflika contre le journal français Le Monde fixé au 20 juin

Siège du journal Le Monde à Paris. D. R.

Le procès en diffamation intenté par le président Bouteflika contre le quotidien français Le Monde s’ouvre le 20 juin. Le président Bouteflika avait déposé plainte en avril 2016 contre le directeur du Monde, Louis Dreyfus, et sa société éditrice, pour diffamation. La plainte était motivée par la Une du journal publié le 5 avril 2016 sous le titre «Panama Papers, l’argent caché des chefs d’Etat». Le tribunal correctionnel de Paris avait tenu une première séance le 3 juin 2016. Le président Bouteflika, représenté par ses avocats, s’estimait diffamé par l’association de sa photo à celles de chefs d’Etat cités dans ce scandale international. Il réclama, au titre de l’action publique, une condamnation du directeur du Monde à un euro symbolique pour diffamation ainsi qu’une publication judiciaire en première page du journal. Il a demandé également le versement de 10 000 euros au titre de l’action civile.

Selon la plainte, «il est directement imputé au requérant d’être détenteur de comptes personnels au Panama, au travers de sociétés écrans, qualifiés par le journal lui-même d’argent caché, c’est-à-dire nécessairement constitutifs de fraude fiscale». Le journal Le Monde, faut-il le rappeler, avait apporté des précisions sur sa Une, vivement contestée par Alger. «Contrairement à ce que la photo en « Une » du Monde du 5 avril a pu laisser croire, le nom du président algérien, Abdelaziz Bouteflika, n’apparaît pas dans les Panama Papers», avait précisé la rédaction de ce journal dont le directeur du journal avait appelé l’ambassadeur d’Algérie en France pour s’excuser.

Mais cela n’a pas suffi pour dissuader le président Bouteflika de recourir à la justice pour exiger réparation. Il faut souligner également qu’à cause de cette Une, jugée attentatoire à l’image de la République et de ses symboles, les autorités algériennes avaient refusé le visa au journaliste du Monde qui devait couvrir la visite de Manuel Valls, alors Premier ministre, en Algérie, en avril dernier.

Sonia Baker

Comment (22)

    Dziri dz
    14 juin 2017 - 23 h 58 min

    Le président américain a des
    Le président américain a des avocats pour le défendre dans le procès en relation avec l’ex patron du FBI et les interférences russes dans le processus électoral l’ayant conduit a la Maison Blanche. Trump agit comme tout citoyen devant se défendre dans un procès qui le concerne. Quoi de plus normal? Notre estimé président attaque le quotidien Français devant…la justice française et réclame des réparations. Quoi de plus normal, encore? Mais c’est une première dans les annales politico-judiciaires du pays! Pouvons nous imaginer que notre président soit aussi confiant en notre justice pour agir de la même sorte avec un quotidien algérien? Les malheureux cas de feu Tamalt et de Benchikou prouvent qu’on est loin de ce scénario encore inconcevable dans ce pays qui est le notre.
    Pour revenir au quotidien Français, la liberté d’expression et de la presse étant sacrée en France, pays démocratique, et l’indépendance de la justice feront que peut être ce journal sera condamné a verser au plaignant un Euro symbolique de réparation et l’affaire passera a la trappe des faits divers, comme un non évènement. Mais, faisons contre mauvaise fortune bon cœur. un Euro viendra enrichir le Trésor public, donc l’Algérie.ce sera toujours cela,




    0



    0
      Mlaoua
      15 juin 2017 - 8 h 54 min

      Bouteflika demande réparation
      Bouteflika demande réparation à la justice étrangère suite à une supposée diffamation qu’il aurait subi de la part d’un journal d’un pays étranger. En plus il a confiance en la justice Française de rendre un verdict équitable qui sera sûrement en sa faveur (si cette diffamation est prouvée). Mais la question qu’on se pose: qu’en est-il de l’indépendance de la justice chez nous? Des milliers d’exemples peuvent être cités qui prouvent de manière irréfutable que l’indépendance de la justice n’existe pas chez nous. Prenons l’exemple de Tamalt (que vous avez cité) qui a subi des sévices dans des commissariats ou en prison de la part des gardiens. Tamalt est mort en prison sans qu’une enquête sérieuse et neutre ne soit engagée pour nous éclairer et éclairer sa famille, pour comprendre les causes de son décès. Et avant sa mort, on avait même empêché sa famille de lui rendre visite (pourtant le droit de visite est un droit élémentaire garanti par la loi, refusé à sa famille dans une justice aux ordres).
      Prenons l’autre cas que vous avez aussi cité: celui de Benchicou qui avait subi les pires épreuves, disproportionnées par rapport aux accusations dont il faisait l’objet. Ce monsieur a été systématiquement pillé de ses biens pour être ensuite jeté en prison. Dire qu’on a une justice indépendante telle que celle souhaitée par notre président pour se prononcer sur cette affaire qui l’oppose au journal le MONDE, je dirais que c’est de l’utopie.
      Notre justice a un énorme retard à rattraper comparativement aux justices des pays européens… et encore si l’exécutif la laisse tranquille pour travailler et… combler aussi toutes ces insuffisances au plus vite pour pouvoir rendre des jugements conformes uniquement à la force de la loi.
      Depuis l’indépendance, notre justice est prise en otage par le pouvoir exécutif. Il faut la laisser maintenant libre pour qu’elle s’acquitte de sa noble mission




      0



      0
    No bouter
    14 juin 2017 - 13 h 18 min

    Ça sera un procès transparent
    Ça sera un procès transparent, ce n’est pas la justice des coups de fil en France (…)
    Youuouuu Tahia Bouteflika




    0



    0
    Anonymous
    14 juin 2017 - 7 h 48 min

    Il suffit juste de vérifier à
    Il suffit juste de vérifier à qui appartiennent ces journaux ,ils ne manquent aucune occasion du fait divers aux autres événements pour vomir l’Algérie et les Algériens. Mêmes les terroristes qui ont endeuillés la France sont appelés maghrébins quand ils sont d’origines marocaines ou tunisiennes pour tromper l’opinion.A charge pour nos journaux de répondre et de démasquer leur jeu .




    0



    0
    Toufik
    14 juin 2017 - 3 h 56 min

    Et les frais d’avocats, qui
    Et les frais d’avocats, qui va s’en charger? Le contribuable Algérien?
    Galek 1 Euro symbolique, et ben m… alors…
    A supposer qu’il gagne le procès.




    0



    0
      anonyme
      14 juin 2017 - 12 h 23 min

      Les frais d’avocats ? pas de
      Les frais d’avocats ? pas de problèmes c’est nous qui les payerons comme nous avons payé plus de 400.000 € pour le repris de justice Cheb Mami qui vit depuis au Maroc.




      0



      0
        Mlaoua
        15 juin 2017 - 12 h 08 min

        Mais il faut comprendre qu’il
        Mais il faut comprendre qu’il y a une différence entre un président qui représente l’état Algérien qui est agressé par des mensonges supposés quand il exerce sa fonction en tant que président.Dans ce cas c’est l’état qui doit prendre en charge les honoraires des avocats qui le défendront devant les tribunaux, et le cas de Cheb Mami qui ne répond à aucune condition prévue par la loi, pour que l’état prenne en charge les honoraires de ses avocats dans une affaire liée aux moeurs, qui n’engage que la responsabilité personnelle de ce dernier, dont l’état Algérien n’a rien à voir.




        0



        0
          Moi
          15 juin 2017 - 15 h 19 min

          Pourtant c’est l’état
          Pourtant c’est l’état algérien qui a financé les procès du voyou Cheb Mami du trésor public.




          0



          0
          Mlaoua
          15 juin 2017 - 19 h 07 min

          Je suis entièrement d’accord
          Je suis entièrement d’accord avec vous que, payer les honoraires des avocats pour défendre les personnes qui ont commis des fautes graves telle celle commise par que Chab Mami est illégale. Le trésor public doit être épargné d’un tel gaspillage d’argent public.Mais puisque certains de nos dirigeants se considèrent au dessus des lois de leur pays au lieu de veiller à leur respect,c’est pourquoi on trouve des « financements des procès » tel celui de Chab Mami. Ce qui est vivement regrettable…




          0



          0
    Anonymous
    14 juin 2017 - 0 h 40 min

    Encore, une nouvelle leçon
    Encore, une nouvelle leçon pour nos dirigeants, et nos responsables algériens
    Tirer les leçons de nos échecs du passé, avec esprit démocratique, d’un état de droit

    Il ne faut jamais mettre nos atouts, nos institutions, notre économie, nos finances,
    Notre commerce des importations de produits français , bref notre destin , aux mains des français
    Dirigés, eux aussi, et à leur tour par le C.R.I.F (un état occulte, et secret, dans l’état français),
    La France, et le Maroc état vassaux sont dirigés secrètement par les mouvements sionistes mondiales
    ( Le très puissant, et très redoutable C.R.I.F, maitre des jeux, en France), et de loin, …..par Israel

    * le fameux C.R.I.F (Conseil de Représentations des Institutions Juives de France)




    0



    0
    Mazouzi
    13 juin 2017 - 23 h 48 min

    Il ne faut surtout pas
    Il ne faut surtout pas oublier que certains de nos journaleux installés chez les frangaouis leurs sert de descentes de lits et, leurs fourguent les ragots de basses classes pour continuer à mettre nos pays en coupes réglées. De toute façon la majorité des frangaouis sont anti-Algériens…il ne faut pas se leurrer…on s’en fou. Les chiens aboient et la caravane passe.
    Le seul dommage c’est que ce même état insulté par cette sale presse frangaouis continue à leur donner du boulot alors que d’autres pays plus méritants et même pro-Algérie sont oubliés.




    0



    0
    Expression
    13 juin 2017 - 23 h 23 min

    Et bien il a des millions de
    Et bien il a des millions de dollars dans les paradis de la money sale et alors il faut l’avouer Mister boutef le peuple comme toujours il grogneras des dents et ce tairas les journaux font que leurs travail le monde seras même pas condamné vous verrez !!




    0



    0
    RAYES EL BAHRIYA
    13 juin 2017 - 23 h 07 min

    VOILA UNE CHOSE DONT ON N’A
    VOILA UNE CHOSE DONT ON N’A RIEN ….ÉPERDUMENT.
    LES JOURNALISTES ON BEAU NE PAS CROIRE LES MENSONGES DES HOMMES POLITIQUES , MAIS ILS
    LES RÉPÈTENT . ÇA CONFIRME !
    LES JOURNALISTES ET LES HOMMES POLITIQUES NE SONT PAS À VENDRE !!!! , D’AILLEURS ON N’A PAS
    DIT COMBIEN !




    0



    0
    hachouch
    13 juin 2017 - 21 h 24 min

    le president de la reoublique
    le president de la reoublique algerienne democratique et populaire n’est pas n’importe qui pour etre traite de paillasse comme votre amie le roi (…)




    0



    0
    BOUBAGHLA
    13 juin 2017 - 21 h 23 min

    En vous lisant, je découvre
    En vous lisant, je découvre que la presse française n’a pas encore arraché sa liberté et qu’elle a intérêt à prendre de l’Afrique. L’invitation est lancée, humblement il faut descendre à leur niveau. Aussi les commentateurs sont nantis d’analyse pointue avec des prospectives etayées sur le plan diplomatique. Félicitations




    0



    0
    amir
    13 juin 2017 - 21 h 20 min

    Il n’y a rien à attendre de
    Il n’y a rien à attendre de la France quelque soit le régime politique en place.Alors, quand il faut y aller pour découvrir leur véritable intention et surtout les démasquer, il n’y a pas lieu d’hésiter un instant.




    0



    0
    Anonymous
    13 juin 2017 - 20 h 30 min

    je rappel que le journal le
    je rappel que le journal le monde est subventionné par le gouvernement français en 2015 5 438 216 euros hors aide postale qui, elle , n’est plus publier par le ministère de la culture . ;qu’il est la propriété de richissimes hommes d’affaires dont le célèbre BHL membre du conseil d’administration




    0



    0
    TARZAN
    13 juin 2017 - 19 h 08 min

    attention ce journal qui
    attention ce journal qui roule pour le maroc, l’algérie doit donner une leçon mémorable à ce torchon et le faire savoir au monde entier, la communication est l’arme archi redoutable aujourd’hui. attention la justice français qui est complice va donner un jugement neutre et là, l »algérie doit saisir la cours européenne des droits de l’homme pour les humilier davantage.




    0



    0
    anonyme
    13 juin 2017 - 18 h 30 min

    La presse Française est une
    La presse Française est une presse dirigée.
    La presse Française est sur la même ligne gouvernemental……….




    0



    0
    Jean_Boucane
    13 juin 2017 - 17 h 59 min

    Je pense qu’il faut être plus
    Je pense qu’il faut être plus actif… à chaque contre vérité, il faut porter plainte mais intelligemment! Il ne comprenne que les tribunaux si on ne fait pas cela ils vont continuer à nous insulter dans leur médias et à donner des fausses informations sur l’Algerie!!!




    0



    0
    offf
    13 juin 2017 - 17 h 45 min

    Ce n’est pas uniquement le
    Ce n’est pas uniquement le procès du Président de la République contre le journal le Monde. En réalité ce journal comme tous ses clones sont tous profondément anti algériens et leurs articles quotidiens sur l’Algérie ont tous un seul et même but : donner une mauvaise image de ce pays. Jamais un article positif comme par exemple le pays du Maghreb où le facteur humain y est le plus élevé ou le rôle stabilisateur de la région, etc… Ils préfèrent encenser le Maroc ou le ménager. A croire que leurs journaleux y passent tous leurs vacances aux frais de la princesse. Pourquoi malgré Hollande, malgré Macron qui voulaient améliorer les relations avec notre pays, jamais les quotidiens comme Le Monde n’ont changé ou modéré leur ligne sur notre pays ? Parce que ce ne sont que des mots, que du blabla pour se servir du poids militaire de l’Algérie ou pour signer de juteux contrats comme à chaque élection. Basta.




    0



    0
      Anonymous
      17 juin 2017 - 6 h 17 min

      Ce sont les individus comme
      Ce sont les individus comme toi hélas extrêmement nombreux car formés l’école en faillite du régime qui salissent l’image de l’Algérie à travers le monde. C’est qui l’Algérien aujourd’hui ? un nervi qui pique sa crise et accuse tout le monde quant à sa détresse, un individu qu’on évite, y compris dans les cafés, les marchés les transport en commun et même les places publique ou les hôpitaux les endroits ou s’affichent avec excès et zèle son arrogance à deux sous qui se transforme en violence verbale ou plus à la moindre remarque. C’est hélas l’image qu’on de l’Algérien aujourd’hui à l’étranger à commencer par la France. Il y a quand même un espoir, d’abord les algériens qui vivent à l’étranger ont désormais pris conscience que cette attitude Boudienniste poste indépendance, usée et totalement improductive, il commence à s’imposer doucement mais surement un autre comportement. Ce changement passe obligatoirement par la désertion des milieux algériens, on évite de fréquenter les cafés algériens, on évite d’aller trop au marché on vient de moins en moins au pays, …….. Hélas des sacrifices sont absolument indispensables pour remonter la pente, certains vont jusqu’à ne plus se présenter comme algérien ! C’est douloureux de le savoir mais c’est la vérité, au départ je n’ai vu cette attitude que chez les Kabyles mais qui se présentent comme « Kabyles » et taisent « algérien » aujourd’hui, ils précisent qu’ils ne sont pas algériens, j’ai découvert que beaucoup d’algérien « arabes » se font passer qui pour un marocain, qui pour un turc, …… une catastrophe quoi !
      Si on veut un vrai débat, il ne faut censurer ces vérité dures à entendre mais nécessaires à dire !




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.