Budget d’aides 2018 : Trump privilégie le Maroc au détriment de l’Algérie

Trump, Etats-Unis, Maroc
Les coupes budgétaires de Trump ont touché l’Algérie. D. R.

L’administration américaine a décidé de réduire l’aide financière apportée généralement aux pays alliés de Washington et ce, dans le cadre du budget pour l’année 2018. Dans ces coupes budgétaires touchant tous les pays bénéficiaires de l’aide américaine, l’Algérie est touchée tandis que le soutien au Maroc est justifié par le département d’Etat par la volonté d’en faire un leader dans la région.

En effet, l’Algérie bénéficiera d’une aide financière de 1,8 million de dollars dont 1,3 million de dollars sera consacré au programme de maintien de la paix et de réforme du système de sécurité tandis que les 500 000 dollars restants seront consacrés aux programmes de lutte contre les armes de destruction massive et au renforcement des capacités de la police des frontières. Ces montants sont souvent consommés dans la mise à niveau des agents et techniciens algériens, selon des informations rapportées aujourd’hui par le site électronique akhbarlibya.net

Le département d’Etat indique que ces programmes sont une aide directe à l’Algérie devant lui permettre d’améliorer le contrôle du commerce extérieur et la sécurité des frontières terrestres, aériennes et maritimes ainsi que les équipements. Le rapport présenté au Congrès américain fait ressortir que l’Algérie a bénéficié en 2016 d’une aide de 2,591 millions de dollars.

La même source ajoute que la case relative à la lutte antiterroriste est restée vide contrairement aux programmes des précédentes années, dont 750 000 dollars en 2016. Cependant, l’Algérie bénéficiera d’un programme collectif dans le cadre de ce qu’on appelle l’initiative de lutte contre le terrorisme dans la région du Sahel évaluée à 5,6 millions de dollars. Le département d’Etat explique dans son exposé des motifs que ce programme permettra aux Etats-Unis de «combler les lacunes dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et contre les nouvelles menaces qui nécessitent une coordination régionale et la coopération entre les partenaires en Afrique du Nord afin de renforcer l’application de la loi dans la lutte contre le terrorisme, en particulier au Maroc, en Tunisie et en Algérie».

Selon la même source, l’Algérie est également concernée par d’autres programmes de soutien, à l’instar de l’Initiative de partenariat au Moyen-Orient, l’initiative de soutien à la démocratie, «bien que non inclus dans la liste des pays prioritaires tels que l’Egypte, la Tunisie, le Maroc et le Yémen».

Il convient de souligner que l’Algérie reste un pays qui bénéficie le moins de l’aide américaine par rapport à d’autres pays de la région comme la Tunisie et le Maroc, qui devraient bénéficier de programmes d’aide d’une valeur de 10 millions de dollars. «L’aide vise à aider le Makhzen à être le chef de file régional pour l’Afrique du Nord sur les questions importantes de la politique des Etats-Unis», révèle le site libyen.

Cela se traduit aussi sur le terrain par l’octroi au Maroc d’un budget de 3 millions de dollars pour l’aider à lutter contre le trafic de drogue, en plus d’autres dispositions dont le renforcement des capacités de contrôle des frontières. Ceci dit, le programme de coopération militaire pour lequel le Maroc recevait annuellement 10 millions de dollars n’a pas été renouvelé dans le programme de budget pour 2018.

Ramdane Yacine

Comment (30)

    AMROUCHE
    29 juin 2017 - 18 h 56 min

    ALLAH YAKHREB BITE L’IMPERIALO-SIONISME = LES U.S.A. Tout le reste prouve que l’on ne pourra jamais fabriquer des gens honnêtes en malaxant cow-boys et gangsters.




    0



    0
    mhd bouira
    29 juin 2017 - 15 h 56 min

    Nous donner de l’argent à partir de nos poches aurait été plus adéquat comme titre connaissant le système impérialiste via le dollar.
    Aidé le maroq quand à sa lutte contre la drogue….ah ah ah la blague du siècle ma foi…..hhhhhhhhh…mdr…. xxptdr !!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.