Complexe sidérurgique de Bellara : entrée en production imminente

Ahmed Bellara
Ahmed Abdelhafid Saci, ministre du Commerce. New Press

Le complexe sidérurgique de Bellara (wilaya de Jijel), fruit d’un partenariat algéro-qatari, entrera en production dans les tout prochains jours, a indiqué mardi un communiqué du ministère du Commerce.

Le communiqué a été rendu public à l’issue d’une audience accordée par le ministre du Commerce, Ahmed Abdelhafid Saci, à l’ambassadeur du Qatar en Algérie, Ibrahim Abdulaziz Mohammed Al Sahlaoui. Les deux parties ont évoqué au cours de cette rencontre plusieurs questions économiques d’intérêts commun, notamment les voies et moyens à même de renforcer l’investissement et le partenariat bilatéral.

Le ministre du Commerce a également souligné la disponibilité de son département à maintenir le cadre de consultation dans le but de créer davantage d’opportunités d’investissement et relancer les contacts entre les investisseurs algériens et qataris, réaffirmant son attachement à augmenter les parts d’exportation et créer des mécanismes pour de nouveaux partenariats, ajoute la même source.

Le premier responsable du secteur du commerce a, en outre, mis en avant l’importance des investissements qataris en Algérie, à leur tête le complexe sidérurgique de Bellara qui «entrera en production dans les tout prochains jours».

Se félicitant des relations «fraternelles et historiques» unissant les deux pays et des partenariats économiques concrétisés jusque-là, l’ambassadeur du Qatar s’est dit satisfait de toutes les facilités et du climat propice à l’investissement en Algérie grâce à la volonté politique et aux bases solides établies par le programme du président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

Fruit d’un partenariat entre le groupe algérien Sider (51%) et l’entreprise Qatar-Steel (49%), le complexe sidérurgique de Bellara produira, dans une première phase, 2 millions de tonnes d’acier par an, puis 5 millions de tonnes dans une deuxième phase.

Réalisé par une entreprise italienne avec un coût de plus de 2 milliards de dollars, le complexe comprend 10 unités de production, 2 fours électriques, une station de gaz naturel, un transformateur électrique, une usine de chaux et une unité de traitement des eaux

R. E.

Comment (5)

    Anonymaoui
    31 juillet 2017 - 20 h 13 min

    Il y a un grand problème de communication voire de chevauchement dans les prérogatives au sein de ce gouvernement. Sinon le ministre du commerce n’a pas à s’immiscer dans un projet industriel. Tebboune au lieu de créer de fausses campagnes anti corruption n’a qu’à instaurer la discipline au sein de son équipe.




    0



    0
    Améziane
    28 juillet 2017 - 14 h 46 min

    Un plus pour l’industrie, et l’économie nationale
    La mafia de la surfacturation, et des importateurs des produits d’aciers, des ciments,…..
    Enracinée dans les administrations bureaucratiques des institutions de l’état
    Ne va pas tarder à réagir, pour mettre des batons dans les roues
    De la production du complexe sidérurgique de Jijel, en payant des agents, et techniciens saboteurs
    En simulant diverses pannes, et problèmes techniques, technologiques, et industrielles
    (mécaniques, électriques , électromécaniques, électroniques, hydrauliques, pneumatiques, informatiques,….)
    Pour réduire la production du complexe comme celui d’El Hadjar, où Pétrochimique de Skikda
    La bonne maintenance, la bonne gestion de l’ensemble du complexe, la bonne formation de qualité
    La prudence, la prévention, et la sécurité contre les incidents, et les incendies dans le complexe
    Sont des priorités absolues , pour rentabiliser au maximum le projet, et amortir les investissements consentis
    Dans les meilleurs délais impartis (formations, production, productivité, et rentabilité)




    0



    0
    Anonyme
    26 juillet 2017 - 23 h 02 min

    D’autres projets à suivre et à sortir de terre.
    Sans l’Europe et sans les yankees.




    0



    0
    El kenz
    26 juillet 2017 - 22 h 37 min

    Un projet qui est resté longtemps dans les tiroirs, mais qui une fois lancé à abouti sans retard. On espère que les 5 millions seront atteints sans encombre .




    0



    0
    karimdz
    25 juillet 2017 - 20 h 09 min

    Un projet, qui n a pas souffert de retard, c est encourageant pour d autres projets.

    Il faut réindustrialiser notre pays, favoriser l investissement productif du privé, l Etat doit en faire sa priorité pour garantir notre indépendance.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.