Plus de 48 kg de kif traité saisis à Tlemcen et Aïn Témouchent

drogue Tlemcen
A l’est comme à l’ouest du pays, quantité de drogue a été saisie. New Press

Plus de 48 kg de kif traité ont été saisis à Tlemcen et Aïn Témouchent dans deux opérations distinctes menées par des unités des garde-côtes, a indiqué, ce dimanche, le ministère de la Défense nationale dans un communiqué.

«Dans le cadre de la lutte contre la contrebande et la criminalité organisée, des unités des garde-côtes ont saisi, le 25 juillet 2017, dans deux opérations distinctes menées à Tlemcen et Aïn Témouchent (IIe Région militaire), 48,5 kg de kif traité, tandis que des éléments de la Gendarmerie nationale ont saisi 15 kg de corail brut à El-Taref (Ve Région militaire)», précise la même source.

Dans le même contexte, des détachements de l’Armée nationale populaire (ANP) ont arrêté à In Amenas (IVe Région militaire), Tamanrasset et In Guezzam (VIe Région militaire) «11 contrebandiers et saisi 2 camions, 7 véhicules et 10 quintaux de denrées alimentaires».

Par ailleurs, des détachements de l’ANP et des éléments de la Gendarmerie nationale ont intercepté à Adrar, In Amenas et Tamanrasset «51 immigrants clandestins de différentes nationalités», tandis que des garde-côtes «ont déjoué une tentative d’émigration clandestine de 16 personnes à bord d’une embarcation de construction artisanale à Skikda (Ve Région militaire)», ajoute le communiqué.

Et démantèlement d’un réseau de trafic et de falsification de documents officiels à Constantine

Une bande de malfaiteurs spécialisée dans la falsification de documents officiels et le trafic de drogue vient d’être démantelée à Constantine par les services de la Sûreté de wilaya, a annoncé à la presse, ce dimanche, la cellule de communication et d’information de ce corps de sécurité. L’opération a permis l’arrestation de quatre individus âgés entre 41 et 66 ans, dont une femme, et la saisie de cartes grises et permis de conduire falsifiés, un carnet d’ordonnances médicales vierge portant les cachets d’établissements hospitaliers publics, des ordonnances médicales portant le cachet de neurologues, une autorisation de vente à blanc attestée par un cachet, une quantité de psychotropes ainsi que des équipements d’informatique et un scanner, a-t-on souligné de même source.

Agissant sur la base d’informations dénonçant un individu qui vendait des psychotropes au centre-ville, les éléments de la brigade de lutte contre les stupéfiants relevant du service de la Police judiciaire de la Sûreté de wilaya, et après investigations, sont parvenus à l’identification du suspect qui a été arrêté à la cité Abdallah-Kaidi en possession de 67 comprimés et 3 flacons de psychotropes.

L’enquête menée par les services compétents a permis l’identification et l’arrestation d’autres membres du réseau dont un mis en cause, appréhendé au centre-ville, et deux autres au niveau du quartier Sidi Mabrouk, a-t-on souligné. Une information judiciaire a été établie et les mis en cause ont été présentés devant le parquet, a-t-on indiqué de même source sécuritaire.

 

R. N.

Comment (4)

    Thifran
    1 août 2017 - 9 h 57 min

    Une condamnation par la justice à la hauteur des faits qui sont reprochés à ces criminels qui ne reculent devant rien, ferait réfléchir tous ceux qui courent après le gain illicite. Je suis curieux de savoir ce que deviennent ces individus après leur jugement, il serait intéressant de connaitre les peines que la justice leur inflige. Je crains que le pouvoir de l’argent les rende aussi purs qu’à leur naissance, ce qui rendrait la lutte contre ce fléau vaine.




    0



    0
    Celest
    1 août 2017 - 9 h 07 min

    Un satellite de surveillance suffirait normalement.




    0



    0
    karimdz
    31 juillet 2017 - 9 h 27 min

    Il est plus que temps que l état algérien mette en oeuvre le projet de barrière electronique couvrant l ensemble de nos frontières. Il est vrai que le prix du baril de petrole a chuté, mais nous avons suffisament les moyens pour commencer déjà par la frontière ouest, puis la frontière est.




    0



    0
    Moskosdz
    30 juillet 2017 - 22 h 32 min

    La peine de mort contre tout narcotrafiquant serait meilleure lutte contre ce fléau qui prend de plus en plus d’ampleur.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.