Panique au FLN : Ould-Abbès fixe un ultimatum aux candidats

Djamel Ould-Abbès
Djamel Ould-Abbès. New Press

Dans un «dernier rappel» aux candidats aux élections locales, diffusé dimanche, le secrétaire général du FLN, Djamel Ould-Abbès, fixe un délai de deux jours, qui prend effet à partir du 7 août, pour déposer leurs dossiers et le prévenir personnellement «en toute urgence». Tout candidat ne respectant pas les délais prévus dans ce rappel, prévient Ould-Abbès, sera automatiquement disqualifié et sa candidature définitivement retirée.

Dans une précédente note adressée aux présidents des commissions de wilaya et de kasma, diffusée dans la même journée, le patron du FLN exige que tous les dossiers de candidature soient transmis aux commissions de wilaya pour validation, avant d’être déposés au niveau du secrétariat général du parti. Pourquoi ce changement en l’espace de quelques heures ? Ould-Abbès craint-il que l’opération lui échappe ? Une chose est sûre, la direction actuelle de l’ex-parti unique vit dans la hantise de voir se reproduire le scénario des dernières législatives, qui a vu le FLN perdre une centaine de sièges. Elle sait qu’un deuxième camouflet risque de lui être fatal. D’où cette panique à quelques semaines de la clôture du dépôt des dossiers.

Dans sa note, il justifiait le dépôt des dossiers au niveau des commissions de wilaya par un «souci d’éviter toute confusion dans les mécanismes d’examen des dossiers de candidature».

Ces deux notes font suite à sa fameuse directive n°12 fixant les critères de candidature aux prochaines élections locales, suivie d’un formulaire d’engagement de deux pages soumis aux candidats retenus et qui s’apparente, au vu des questions qui y sont posées, à une véritable opération de sondage. Une manière pour le patron du FLN de fidéliser les candidats, mais surtout de garantir son autorité sur les futurs élus du parti. C’est la deuxième formation politique à adopter cette méthode décriée par la base, après le FFS, qui, lui, a fait signer à ses candidats aux législatives du 4 mai dernier une déclaration sur l’honneur de ne pas trahir le parti en cas d’élection.

R. Mahmoudi

Comment (2)

    Tangoweb 54
    8 août 2017 - 11 h 33 min

    Ce Monsieur Ould Abbés se prends pour le président de la République: il ordonne, il menace, il se croît tout permis alors que tous les Algériens ne l’aiment pas car ils connaissent son passé et son présent. Il a porté de graves préjudices au parti FLN, et aussi lors de ses passages à la santé et à la solidarité nationale. La République doit se débarrasser de ce bonhomme qui ne fait que ternir l image des institutions du pays.




    0



    0
    Anonyme
    8 août 2017 - 10 h 11 min

    YA OULD ABBES VOUS AVEZ RESERVE LE POUVOIR POUR 100 ANSALORS; POURQUOI ALLER VOTER ? VOUS ALLEZ -LE FLN ET VOTRE FILS LE RND – FRAUDER COMME D HABITUDE! IL EST PREFERABLE DE PRENDRE LES APC PACIFIQUEMENT, SANS SCRUTIN, ET ECONOMISER AU PAYS LES DEPENSES INUTILES PAR CES TEMPS DE CRISE!
    Quant aux partis qui prennent part aux elelections des apc qu’ils ne viennent pas pleurnicher de la fraude apres le scrutin (…) yew echaab fak bikoum gaa!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.