Ould-Abbès appelle les militants du FLN à sensibiliser sur l’importance des élections locales

Ould-Abbès élections locales
La campagne électorale pour Ould-Abbès a commencé. New Press

Le secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN), Djamel Ould-Abbès, a appelé, samedi à Alger, les militants de son parti à mener des actions de sensibilisation autour de l’importance des prochaines élections locales et à mettre l’accent sur les préoccupations des citoyens à travers l’action de proximité.

Lors de sa réunion avec les secrétaires des mouhafadate et les présidents des commissions transitoires du FLN, Ould-Abbès a affirmé que les prochaines élections locales sont «un tournant important» dans l’histoire de l’Algérie, au regard, a-t-il dit, de «leur rôle à assurer la sécurité et la stabilité du pays». A ce propos, il a ajouté avoir «donné des instructions fermes qui interdisent à tout responsable au sein du FLN d’aborder la présidentielle de 2019 et de mettre l’accent uniquement sur les préoccupations des citoyens, notamment dans les secteurs de l’éducation, la santé et le logement».

Abordant les dossiers de candidature des militants du FLN en prévision des prochaines élections locales, Ould-Abbès a indiqué qu’ils sont «nombreux», rappelant, à cet égard, les règles générales qui s’appliquent pour la sélection des candidats et qui sont contenues dans l’instruction n° 12 adressée récemment aux secrétaires des mouhafadate et aux présidents des commissions transitoires.

Cette instruction renferme une série de conditions et de normes dans l’opération d’élaboration et de classement des listes de candidature, conformément aux statuts et au règlement intérieur du parti. Outre la nécessité de se «conformer au programme du président de la République», ces critères exigent «l’ancienneté du militant, tout en étant souple à ce sujet à l’égard des catégories des jeunes et des femmes», ainsi que «les réalisations du candidat sur le terrain, la crédibilité, l’intégrité, l’enracinement dans les milieux populaires et la bonne réputation du candidat».

Le secrétaire général du FLN estime que cette instruction permettra de «se tourner de nouveau vers la base et donner la parole aux militants», indiquant que le parti mobilisera «pas moins de 9 700 cadres au cours des prochaines élections locales». Lors de la conférence de presse tenue à l’issue de la réunion, Ould-Abbès a réitéré son soutien au président de la République, Abdelaziz Bouteflika, qui est, «le chef du parti», a-t-il soutenu.

En réponse à une question sur ses rapports avec le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Ahmed Ouyahia, Ould-Abbès les qualifie de «bons», avant d’affirmer que le point commun entre les deux hommes politiques est «leur soutien au président de la République», ajoutant que le FLN «est ouvert à toutes les formations politiques».

R. N.

Comment (11)

    MELLO
    14 août 2017 - 16 h 20 min

    Ce qui est étonnant et qui donne à réfléchir, c’est que tout le peuple , la grande majorité rejette ces partis au pouvoir depuis des années , mais malheureusement ils sont toujours au pouvoir. Un paradoxe n’est ce pas ?.
    L’illégitimité des gouvernants,leur incompétence, leur mépris du citoyen, l’arbitraire institutionnalisé, l’impunité et la corruption généralisée sont à l’origine de cette catastrophe sans précédent. Des gouvernants qui, en l’absence d’institutions démocratiques véritables pouvant constituer un contre-pouvoir réel, se comportent en potentats. Totalement indifférents aux souffrances de leur peuple, leur seule préoccupation est de se maintenir au Pouvoir coûte que coûte même au prix de la destruction du pays, la dislocation de la cohésion sociale et de l’aliénation de la souveraineté nationale. C’est ce que la population, épuisée par plus de CINQUANTE années de sacrifices et de privations, a fini par ne plus tolérer. Après avoir verrouillé les champs politique et médiatique et foulé aux pieds les lois qu’ils ont eux-mêmes édictées en empêchant des partis remplissant les conditions légales de participer à la vie politique, les tenants du Pouvoir persistent à vouloir se donner l’apparence d’un régime démocratique reposant sur un système électif. Le peuple fait face à un pouvoir qui l’empêche toujours de s’exprimer librement ; la vie publique est en voie d’extinction ; les espaces publics se rétrécissent en peau de chagrin ; aucune place n’est laissée à une expression libre de la société, encore moins à son organisation. il y a crise de légitimité et de représentation politique et sociale. Ne demeure plus qu’une gangue institutionnelle. La répression et la corruption sont le seul ciment de l’Etat. Ceci ne doit pas nous dédouaner en tant qu’Algériens, de toutes obédiences mais unis par un même souci de démocratie, de liberté et de justice, de faire nos bilans respectifs et d’assumer notre part de responsabilité dans la trop longue durée de chacun de ces épisodes de domination. Cette victoire si difficile, contre les atavismes de tous bords, les sectarismes, l’enfermement idéologique et la manipulation des divers clans du pouvoir ; cette victoire qui consisterait en une véritable construction démocratique, les algériens ont compris qu’ils doivent d’abord la remporter sur eux-mêmes.




    0



    0
    Prédator.dz
    14 août 2017 - 7 h 19 min

    Il va finir par réussir ce qu’aucun avant lui n’a fait, c’est de mettre le FLN au musée de l’Histoire. Les partis démocratico-laïco-progressisco-khorti devraient tous le soutenir dans sa mission!




    0



    0
    mzoughene
    13 août 2017 - 15 h 39 min

    LE LEADER DES FRAUDEURS APPELLENT SES FRAUDEURS A MOBILISER LES CITOYEN POUR ALLER VOTER ET APRÈS DÉTOURNER LEURS VOTES A LEUR INSU ! LE PEUPLE NE SAIT SI VOUS EXISTEZ OU PAS ?IL EST AILLEURS ! . PUISQUE FRAUDER POUR FRAUDER ,VOUS LE FLN ET LE RND PARTAGEZ LES APC SANS VOTE ET COMME CA ON VAS ÉCONOMISER UN PEUT D ARGENT AFIN DE PAYER LES DETTES POUR MR HADDAD ET CO; pauvre Algérie




    0



    0
    NON !
    13 août 2017 - 12 h 31 min

    merci mr ould ….le peuple a aujourdhui trés bien appris la leçon : ne plus jamais voter FLN car tout simplement c’est de la préhistoire …alors que le peuple cherche à regarder devant , l’avenir , le futur , et non plus la préhistoire…




    0



    0
    Salah Redouani
    13 août 2017 - 12 h 25 min

    Et dire que ce sont des « e’hedjaeuze » (des vieilles) comme çà « li boulou e’3linaa » (qui nous pissent dessus). Avec tout le respect que je dois aux chers lecteurs de AP.




    0



    0
    mourad
    12 août 2017 - 23 h 08 min

    Dès que je vois ces têtes ,j ai envie de vomir…Octobre1988 ne leur a pas servi de leçon, ils veulent encore des morts….Y en a marre de votre demagogie,le peuple n est plus dupe…laissez le sigle FLN au musée, vous n en n êtes plus dignes!!!!




    0



    0
      mourad
      12 août 2017 - 23 h 12 min

      Laissez la place aux jeunes,aux compétents. …vous avez coulé le pays ,ça suffit….




      0



      0
    Anonyme
    12 août 2017 - 20 h 37 min

    Faites que votre programme politique ait la plus urgente de vos priorites politiques soit la construction d usines de desalement de l eau de mer et le developpement des energies renouvelables pour subvenir aux besoin urgent des generations futures,c est la priorite des priorites.




    0



    0
    Zitoum
    12 août 2017 - 16 h 55 min

    L’article 102 doit être actionné par le Conseil Constitutionnel! C’est le droit souverain du Peuple Algérien




    0



    0
    Khalouta Cervicale
    12 août 2017 - 16 h 47 min

    …. « un tournant important dans l’histoire de l’Algérie, au regard de notre (le FLN) à assurer la sécurité et la stabilité du pays». Ugh, j’ai dit ! Ould Abbes et le FLN ont parlé !

    Voilà un slogan bien huilé qu’on entend depuis mars 1962. De toute façon, tant que peuple ne renverse pas la table d’une manière sérieuse, le FLN sera majoritaire dans toutes les élections ! On ne peut pas avancer avec le même système politique et la même gouvernance ! Il faut renverser la table mais bruyamment et tapageusement !




    0



    0
      Khalouta Cervicale
      12 août 2017 - 16 h 53 min

      je dis bien … « renverser la table mais bruyamment et tapageusement » …., sinon c’est comme un coup d’épée dans l’eau qui ne derrange pas les poisssons ou les requins !




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.