Boule lyonnaise : l’Algérie postule à plusieurs postes à la Confédération africaine

boule lyonnaise
L'objectif est de rendre la boule lyonnaise en Afrique plus compétitive. D. R.

Le président de la Fédération algérienne des sports de boules (FASB), Réda Harroug, et le secrétaire général de la Fédération internationale de boules (FIB), l’Algérien Mohamed Yacine Kafi, se sont portés candidats à des postes au sein de la Confédération africaine de boule lyonnaise (CABL) qui tiendra son assemblée générale (AG) constitutive avant le championnat du monde (messieurs) qui aura lieu du 17 au 25 septembre à Casablanca (Maroc).

«Après accord de la FIB, de l’UCSA (Union des confédérations sportives d’Afrique) et de la Confédération mondiale des sports de boules (CMSB), la Confédération africaine de boule lyonnaise tiendra son assemblée constitutive le 15 septembre en présence de 15 pays du continent, dont l’Algérie», a indiqué à l’APS le SG de la FIB, Yacine Kafi, un des initiateurs pour le lancement de cette instance africaine.

Et comme l’Algérie est l’un des initiateurs de ce projet, afin de structurer la discipline, dont le nombre de pratiquants ne cesse d’augmenter dans le continent, «il est tout à fait normal de postuler à des places dans cette instance», a expliqué M. Kafi.

L’Algérie briguera le poste de vice-président pour lequel Réda Harroug est en lice et aussi le poste de secrétaire général de l’instance pour lequel Yacine Kafi s’est porté candidat. Par contre, le poste de président de la CABL est convoité par Lahcène Bououd, actuel président de la Fédération royale marocaine des sports de boules.

Sera également procédé à l’élection de deux autres vice-présidents, tandis que les différentes commissions qui devront siéger au niveau du bureau exécutif de l’instance continentale seront constituées plus tard, «selon le profil demandé et l’expérience des acteurs de la discipline». «La nouvelle équipe dirigeante de la CABL devra avoir une vision expansionniste pour rendre la boule lyonnaise en Afrique plus compétitive. Cette équipe sera tenue d’élaborer un programme de développement de la discipline et mettre en place une feuille de route pour les cadres techniques et administratifs africains et autres, afin de leur permettre de suivre l’évolution de ce sport et être au diapason de ce qui se fait un peu partout ailleurs», a ajouté le SG de la FIB.

Il est à signaler qu’à compter de l’année 2018, des qualifications continentales seront organisées pour pouvoir participer au championnat du monde de boule lyonnaise. Quinze pays sont attendus à Casablanca pour prendre part aux travaux de l’AG constitutive de la Confédération africaine de boule lyonnaise et aussi à ceux de l’AG élective de la Confédération africaine de raffa (CAR). Il s’agit de l’Algérie, du Burkina-Faso, du Congo, de la Côte d’Ivoire, de Djibouti, de l’Egypte, de la Guinée, de Maurice, de la Libye, du Maroc, de la Mauritanie, du Nigeria, du Sénégal, du Soudan et de la Tunisie.

R. S.

Comment (2)

    Jean_Boucane
    16 août 2017 - 9 h 26 min

    Les marocains prennent la presidence et les algeriens deviennent les larbins… Ce Bouteflika doit deguerpir le plus rapidement possible… j’ai mis du temps a le comprendre mais on a des traitres au pouvoir maintenant j’en suis convaincu!!!




    0



    0
      Jean_Boucane
      16 août 2017 - 9 h 56 min

      Je viens de me renseigner sur la federation international de boule et cette federation est base en France… je viens de comprendre pourquoi ils avantagent le Maroc… tout s’explique! Cependant, je considere toujours que la bande a Bouteflika n’a pas ete assez agressif dans son soft power!!!




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.