Le Monde diplomatique du mois d’août interdit de vente en Algérie

journal Monde diplomatique
Le mensuel français est absent ce mois des kiosques algériens. D. R.

Par R. Mahmoudi – Tous les lecteurs algériens auront remarqué l’absence du mensuel français Le Monde diplomatique des kiosques et librairies depuis le début du mois. Nous apprenons de source française que le numéro d’août du mensuel français a été interdit de vente en Algérie, où le distributeur n’a pas reçu l’autorisation de diffusion, ce qui ne lui est jamais arrivé depuis des décennies. Une information que confirme la rédaction de ce journal français indépendant qui déplore cette décision qui prive les lecteurs algériens de leur journal, l’un des rares titres étrangers à être distribués en Algérie de façon discontinue depuis plus de vingt ans.

Selon nos informations, cette censure qui ne dit pas son nom serait vraisemblablement liée à un article du chercheur et essayiste français Pierre Daum traitant des événements tragiques qu’a vécus l’Algérie durant les années 1990, et intitulé «Mémoire interdite en Algérie». Dans cette enquête, l’auteur est revenu sur les lieux où ont eu lieu les grands massacres qui ont endeuillé le peuple algérien : Bentalha, Raïs, Sidi Hamed, Had Chekala… pour savoir comment vivent aujourd’hui leurs  habitants et comment ces localités ont évolué du point de vue démographique et social.

Qu’y a-t-il dans cet article de si «subversif» ou de si «attentatoire» pour qu’il soit répertorié et censuré ? En se référant à un extrait de l’enquête, publiée sur le site du Monde diplomatique (l’intégralité étant réservée aux abonnés), l’auteur fait une rétrospective de ces événements, en rappelant le nombre de victimes de chaque tuerie, et en insistant sur la responsabilité du GIA dans toutes ces tragédies. Ce qui fait que, a priori, l’auteur de l’article est loin des stéréotypes colportés durant des années par les promoteurs du «qui-tue-qui ?» qui accusent l’armée et d’autres corps de sécurité d’être à l’origine des massacres. Même s’il a tendance à utiliser l’expression équivoque de «guerre civile», comme lorsqu’il écrit : «Après quelques années de violence ciblée contre les militaires, les fonctionnaires, les intellectuels ou les étrangers, la guerre civile algérienne prenait un nouveau visage, absolument terrifiant, avec des massacres de civils, créant une onde de choc en Algérie comme à l’étranger.»

Le reste du texte est une somme de monographies des villages martyrisés. Le seul passage qui peut être sujet à polémique ou, disons, qui peut être mal reçu par les autorités est celui où, dans l’exergue, Pierre Daum écrit : «Les lois d’amnistie et la volonté des autorités d’étouffer le souvenir de ces épisodes sanglants empêchent aujourd’hui tout un peuple de panser ses plaies.»

Pour rappel, Pierre Daum est déjà venu en 2016 en Algérie pour présenter au Salon international du livre son ouvrage intitulé Le Dernier Tabou, les «harkis» restés en Algérie après 1962 (édité en Algérie par Koukou éditions).

R. M. 

Comment (35)

    MELLO
    21 août 2017 - 20 h 41 min

    Cet interdit, m’a laissé sur ma faim. Cet interdit a poussé ma curiosité à aller chercher ce qui est écrit. Pourtant le Monde Diplomatique avait travaillé , dans un passé assez récent, avec l’équipe d’ El Mouradia.




    0



    0
    El Kenz
    21 août 2017 - 14 h 18 min

    Ce Monde, diabolique que diplomatique , s’ agissant de l’ Algérie , ne revient que sur les choses qui peuvent créer remous et discorde dans notre pays . Il s’est reconverti en instrument anti Algérie depuis qu’ elle a arraché son indépendances du joug coloniale de ses patrons français. Ce Monde, diabolique que diplomatique, a tjrs été un fidèle accompagnateur des innombrables coups montés contre notre Etat et plus encore son armée .Son interdiction doit etre totale que conjoncturelle.Pour ceux qui aiment le lire, il y mille et un moyen de le faire , à moins qu’ils aiment surfer sur cet interdit pour faire valoir des objectifs inavoués.




    0



    0
    الهوارية في كندا
    21 août 2017 - 4 h 17 min

    L’Algérie à deux vies, la nôtre et celle que les gens ou les racistes inventent




    0



    0
    الهوارية في كندا
    21 août 2017 - 2 h 40 min

    It smells bad this cloth
    On peut le télécharger gratos sur fourtouici ou Libertyland, mais, ce torchon, ne m’intéresse pas car, je ne lis pas les haineux qui puent la haine!
    Tahia El Djazaïr




    0



    0
    anonyme
    20 août 2017 - 22 h 17 min

    Les censures qu’ont elles apporté de plus ?,…
    Le « Monde » s’achète sous le manteau, chez les petits cercles d’amis ?!,…
    Cacher le soleil par un tamis,… Empecher un article avec les moyens d’informations Hi Tech ?!,…

    Politique de l’autruche »
    Refus d’accepter le danger.
    Cette expression rappelle la légende selon laquelle les autruches s’enfouissent la tête dans le sable lorsqu’elles ont peur, ce qui leur évite de voir ce qui les menace. « Appliquer la politique de l’autruche » signifie donc que l’on refuse de voir le danger (les contradictions, les problèmes, les dangers, les défis,…) là où il est.

    Les algériens auraient ils accepté de voir (des quotidiens nationaux) censurés, en France, pour un article
    Critiquant Emmanuel Macron, le général Pierre Devilliers chef d’état major démissionnaire
    Où Jean Yves Le Drian trop impliqués dans le Sahel avec des vues, et des tactiques différentes
    La stratégie est la meme, vaincre les groupes « djihadistes » du Sahel, par tout les moyens




    1



    0
      Mouwatan
      24 août 2017 - 10 h 15 min

      Rassurez-vous aucun journal algérien n’oserait critiquer la politique de la France dans le Sahel, en Libye, ou en Syrie.
      Bien au contraire!
      Quel journaliste, directeur de journal, oserait commettre cet impair et subir les conséquences de Fafa: pas de visa, pas subventions, pas de pub en France, pas d’invitations à la garden party du 14 juillet, etc…? C’est trop cher payé pour eux ….




      0



      0
    Marre du Khorti
    20 août 2017 - 21 h 26 min

    En 2014 la direction du Monde avait acceptée d’éditer en 2014 un supplément (à un de ces numéros) qui faisait la publicité de la gouvernance de Bouteflika. Ce supplément payé avec l’argent du trésor algérien, avait créé une polémique au sein des journalistes du Monde qui n’avaient pas été consultés, car son caractère publicitaire n’était pas clairement affiché, et il pouvait être confondu avec un vrai dossier journalistique du Monde. Que devait-on en conclure ?? Que le Monde travaillait pour Bouteflika ??




    0



    0
    Moh
    20 août 2017 - 20 h 35 min

     » Le Monde diplomerdique » Un journal indépendant? Ce média est à censurer définitivement. Vive l’Algérie.




    0



    0
      bird
      21 août 2017 - 12 h 41 min

      Tout le monde sait qu’en Algérie tous les journaux sont totalement indépendants , que la publicité de l’état est répartie équitablement .La liberté de la presse et des médias est un des fondements intangibles de la république algérienne .Un exemple de par le monde .




      0



      0
        Kassaman
        21 août 2017 - 14 h 56 min

        Mais en Algérie au moins on ne donne de leçon de démocratie à personne. L’écrasante majorité des medias occidentaux est inféodée au pouvoir de l’argent. Ils vous font quand même passer les sanguinaires d’al-nosra, entre-autre, pour de gentils rebelles!!!, Ils font passer le royaume des mille et une farces pour un modèle dans notre sous-région…helloooo wake up!!!




        0



        0
    Nasser
    20 août 2017 - 19 h 40 min

    « …ce journal français indépendant » dites vous ? Cela n’existe plus en France! Rien n’est neutre! S’il y a article sur l’Algérie qui rappelle la décennie dite « noire », c’est qu’il y a des objectifs malsains! Au diable la « liberté d’expression » qui n’existe en France que si elle avantage le sionisme qui dirige la France!!! Ne jamais les croire y compris leurs alliés wahhabistes les Al saoud et le Qatar qui s’emploient cette fois à s’introduire par le takfirisme qui gagne du terrain sans que les autorités n’osent y mettre fin malgré les violences récurrentes dont font l’objet les imams…




    0



    0
    BECAUSE
    20 août 2017 - 19 h 39 min

    Le centre cérébral et régalien du pouvoir en Algérie , de fait les services de renseignement et l ‘ état major de l ‘ A.N.P , reprennent les choses en main , dans les domaines politiques , économiques , sécuritaires et stratégiques ( relations extérieures ) et cela est de très bonne augure pour notre pays .




    0



    1
    abdel
    20 août 2017 - 19 h 14 min

    si je compreds bien l’article litigieux fait référence a cette pseudo réconcilition qui marginalise les victimes et ouvre les palais de la république aux anciens criminels; mais chaque algerien pense que c’est un leurre et que bouteflika sera jugé par l’histoire; car ous les pays civiliés qui ont connu les memes tragédies,ont organisé ds procès pour juger les responsables tel que le cambodge, l’afrique du sud etc etc




    0



    0
    Alfa
    20 août 2017 - 19 h 12 min

    C’est ce qu’on appelle remué le couteau dans une plaie qui tarde à guérir. On n’a pas besoin de ce genre d’infos ou puis-je dire d’INTOX qui ne sert qu’à raviver nos mémoires des événements douloureux du passé.
    Un torchon à la solde des Sionistes. Il faudrait qu’on l’interdise pour de bon. Il est plus nocif que bénéfique pour les Algériens qui attendent qu’on leur jette un os pour les occuper à longueur de journée et les détourner des vrais problèmes.




    0



    0
    Kassaman
    20 août 2017 - 17 h 51 min

    En lisant les premiers commentaires on se sent rassuré, l’essentiel ont bien compris les procédés de la guerre de 4eme génération (G4G). Diviser les peuples au travers d’un flot d’informations orienté, articles d’opinions bien étudiés, faux reportages etc. Et d’ailleurs dans ce sens je ne comprend pas pourquoi, les dirigeants Algériens n’ont pas déjà mis en place une chaîne d’information internationale digne de ce nom, avec l’immense créativité et liberté de ton de notre jeunesse nous pourrions aisément être un phare au minimum dans notre sous région, Afrique du nord voire toute l’Afrique francophone.




    0



    0
    Sprinkler
    20 août 2017 - 17 h 07 min

    Le  » Monde pneumatique  » comme son congénère éponyme doit rouler pour Michelin VI…




    0



    0
    Mouwatan
    20 août 2017 - 16 h 16 min

    CQFD!
    Les premières réactions de quelques « moralisateurs en fonction » montrent à l’évidence que les relais de cette stratégie d’influence sont une réalité en Algérie.
    S’abstenir de commenter l’essentiel (une stratégue d’influence pour destabiliser le pays) et se contenter de l’accessoire (un discours moralisant sur la liberté d’expression) est la preuve par neuf (9) de la bonne décision prise par qui de droit pour ne pas laisser ce pseudo-journaliste d’investigation venir polluer notre atmosphère.




    0



    0
    HANNIBAL
    20 août 2017 - 15 h 57 min

    Le Monde Diplomatique il fut naguère un journal maintenant c’est devenu un Torchon autant que les autres ya pas quoi pavoiser qu’on aime ou qu’on aime pas moi je lui prefère El Watan pour la critique y nous tire dessus a boulets rouges
    et quand on regarde son comité de direction ces canards en faillite qui ne survivent qu’avec subventions dont la ligne éditoriale est dictée par l’état dans l’état ( crif ) ne poussez pas des cries d’orfraies svp !! chacun est maitre dans son royaume !!! la preuve il font de la pub pour le narkoland de baudruche VI qui s’en accommode !!




    0



    0
    Tigzirt
    20 août 2017 - 12 h 54 min

    Il faut interdire tous les sites web et les journaux de propagande, ce sont des dangers publics!!!!!!! je suis d’accord avec les autorités Algériennes.




    0



    0
      chibl
      20 août 2017 - 13 h 13 min

      Malheureusement pour toi et ceux de ton espèce ce temps est révolue, le monde est un village, ce se voit que tu n as aucune ouverture d’esprit, un simple article t effraie!!




      1



      0
      bird
      20 août 2017 - 13 h 14 min

      Une formation en Corée du Nord serait utile pour perfectionner le système de censure et préserver ainsi les yeux chastes en Algérie ,toute vérité n’est pas bonne à dire .Les américains n’ont pas mis le pied sur la Lune ; Seul Tintin ,Milou et le capitaine Haddock y sont allés .La terre est plate bien sûr , le téléphone sans fil a été inventé par les arabes il y a plusieurs siècles  » le téléphone arabe » ,gratuit ,efficace .




      0



      0
    Omar la logique
    20 août 2017 - 12 h 39 min

    Les décideurs imbéciles vivant à l’ere du diplodocus et tyrannosaures ne savent pas qu’on peut consulter les articles sur un simple clic sur ce lien:
    https://www.monde-diplomatique.fr/index/pays/algerie




    0



    0
    Mouwatan
    20 août 2017 - 10 h 57 min

    Le « soft power » à la française est en ébullition en Algérie.
    Cette période d’incertitude politique est une occasion rêvée pour destabiliser le pays de l’intérieur. L’ANP étant vigilante il reste à provoquer la haine dans le peuple et provoquer une guerre civile.
    Pour y parvenir, rien de mieux que d’utiliser des pseudos-journalistes d’investigation comme ce Pierre Draum.
    Le procédé est tout aussi subtil que pernicieux: il écrit d’abord un livre pour dire que les harkis sont presque tous en Algérie ce qui sous-entend que les problèmes du pays sont dus à cette fameuse 5è colonne et que par conséquent chaque algérien est potentiellement l’ennemi des autres algériens.
    Rien de mieux pour semer le doute et ruiner l’esprit du patriotisme.

    Tout est suggéré, subliminal, jamais explicite!

    Il écrit donc ce livre, destiné à priori à ceux qui lisent, appelons-les l’élite algérienne et ses relais dans les médias mainstream qui eux, se sont chargés, à leur corps défendant, de faire le buzz et en faire le sujet ‘hot’.
    Effet boule de neige réussi, avec invitation de l’auteur, etc.
    Conséquence? Même l’épicier de mon quartier en parle: « les harkis dirigent le pays et sont parmi nous!!! ». De vrais aliens! La haine et la méfiance de l’algérien pour ses compatriotes. La bleuite version 207.

    Comme on ne change pas une équipe et un procédé gagants, les stratèges de ce ‘soft power’ récidivent: même auteur, même enquête intellectuellement inoffensive mais dans la réalité terriblement subversive.

    Cette fois-ci on remet du sel dans une plaie pas encore fermée : les victimes du terrorisme des années 1990. Ils appellent ça « un travail de mémoire » !
    Cette pseudo-enquête n’a qu’une finalité : amplifier les aigreurs de la rue algérienne, frustrée et secrètement révoltée par une gouvernance politique désastreuse.
    Pourquoi ce journal, ce pseudo-journaliste ne vont pas enquêter sur les crime contre l’humanité de l’armée française au Rwanda et dont le cerveau et l’exécutant n’est rien d’autre que le nouveau Chef des Armées françaises, nommé récemment par Macron?
    N’est-ce pas là un sublime devoir de mémoire que devrait avoir à l’esprit chaque citoyen(ne) français(e)???

    Pourquoi nos journalistes n’iraient pas enquêter eux-aussi sur ce nouveau Chef des Armées françaises et ses crimes au Rwanda? Voila un bon sujet qui intéresseraient leurs lecteurs. Sauf que je doute que l’on fasse le buzz sur ce sujet de l’autre côté de la Méditeranée…

    Bravo donc à ceux qui ont pris la décision d’interdire ce journal, en espérant qu’il n’y ait pas de volte-face dans les prochains jours.

    Il ya encore beaucoup à faire pour contrer la déstabilisation de l’Algérie. La récente information parlant de près de 500.000 algériens devenus français va dans ce sens. Tout pour faire douter les algériens de leur histoire, de leur épopée, et de leur destin !




    0



    0
      Karamazov
      20 août 2017 - 11 h 31 min

      Oh oui! Bravissimo même ! Pour le récidive de cette manie qui consiste a dégainé la censur au moindre contre-chant qui troublerait la partition de couacs continus.
      Cet article dont seuls quelques initiés étaient au courant avant que l’imprimatur ne sévisse pour contrer « Le Monde diplomatique » un journal ésotérique qui est exclusivement réservé au « soft power » de l’autre rive ,est d’une subversivité sournoise qui ne se dit pas : « Tout est suggéré, subliminal, jamais explicite! ».
      Bravo encore pour cette mise sous tutelle de nos pôvres cerveaux incapables de s’autonomiser et se faire leurs propres opinions.
      Heureusement que des vigiles encore plus avisés sont là pour nous garder de nos propres pérégrinations du côté du doute !
      Et tant pis pour le sujet principal qui aurait pu nous fâcher si on y avait fourré le nez !

      Ps: Ce commentaire n’était pas destiné à abou stroph




      0



      0
      Mimi
      20 août 2017 - 16 h 51 min

      Les algériens savent très bien que tous les journaux peuvent être lu en ligne sauf que ce que vous ignorez c’est que cette censure va attirer l’attention des algériens et de ceux qui ignorent que la propagande menée contre l’Algérie n’a pas cessée et ainsi réveiller les consciences de ceux qui ont toujours cru aux publications de nos ennemis. La censure nous sommes pour! Vive l’Algérie.




      0



      0
      RAIS
      20 août 2017 - 23 h 48 min

      Enfin un intervenant avec un commentaire et une analyse intelligente et pertinente qui me change du reste des autres intervenants imbéciles et betes à en avoir honte de les avoir comme compatriotes.Merci 1000 FOIS M. MOUWATEN pour votre analyse subtil et pertinente.Comme quoi Dieu merci il y a encore des Algériens pas C…..




      0



      0
      MELLO
      21 août 2017 - 20 h 37 min

      @Mouwatan, vous laissez filtrer des insinuations dangereuses quant au principe du patriotisme du peuple Algérien dans son ensemble. Oui dans son ensemble, car le véritable problème est ailleurs. Quelle question se pose aujourd’hui ? Est-ce que l’Etat voulu par des générations d’Algériens, par ce peuple qui a tant payé pour atteindre cet objectif est aujourd’hui bien incarné par le régime en place ? Pour pouvoir répondre à cette question, il faut peut-être en poser une autre : Est-ce que les nouvelles générations qui sont nés dans cet Etat, l’Algérie dont ont rêvé les générations précédentes ; cet Etat qui a été gagné de haute lutte grâce à la révolution, est-ce que les jeunes d’aujourd’hui considèrent cet Etat comme le leur ? Ou bien le régime en place l’a-t-il à ce point éloigné de ses missions originelles, c’est-à-dire incarner, représenter et défendre les intérêts du peuple dans la diversité de ses composantes qu’il en a résulté un recul désastreux auprès de notre population et notamment des jeunes dont la colère contre le régime, se transforme en rejet de l’Etat ? . Les années noires sont passées, la loi sur la Rahma et la réconciliation nationale est passée et assimilée, le terrorisme Algérien vaincu, mais on laisse ce type de journaliste fomenter des écrits destinés aux étrangers , des écrits fallacieux sans que nos responsables ne puissent prendre la peine de l’attaquer en justice, au lieu de censurer ce journal au niveau national, pendant que les lecteurs d’autres pays , ont pris connaissance de cet article, aussi tendancieux soit il. Voilà le vrai problème.




      0



      0
    Abou Stroff
    20 août 2017 - 10 h 30 min

    je pense, avec la modestie qui m’étouffe, que Pierre Daum n’a fait que répéter ce que je raconte, avec la modestie qui m’étouffe, depuis des lustres.
    en effet, la « réconciliation nationale » à la boutef qui a permis à des assassins de femmes et d’enfants d’être absous de leurs crimes abjects et de se recycler dans la commerce formel ou informel ne fait que retarder l’explosion ou l’implosion qui surviendra tôt ou tard.
    la censure du « Monde » fera t elle oublier aux algériens meurtris dans leur chair par la vermine islamiste le calvaire qu’ils ont enduré? une réponse positive à question en étonnerait plus d’un, n’est ce pas?




    0



    0
      mourad
      20 août 2017 - 11 h 47 min

      Entièrement d accord avec vous,la réconciliation nationale a donné des ailes aux tueurs et aux assassins d algériens innocents, qui ont continué à salafiser la population et les institutions en toute liberté, transformer le pays en un grand souk,pousser beaucoup de nos compatriotes à s exiler alors qu ils ne l ont pas fait durant les années noires car ils luttaient ,chacun à sa manière ,contre ces extrémistes




      0



      0
      Bison
      20 août 2017 - 14 h 21 min

      Le roi du Maroc, le commandeur des croyants ( de son vrai nom), vient de pardonner ( pardonner à la place des victimes s’entend, comme toujours, pardonner a la place des autres surtout quand c’est ces autres qui ont subi, ça mange pas de pain et tout bénéf… ) oui, il vient de pardonner et de relâcher les accusés ( jugés coupables par la justice) dans les attentats de Casablanca ! En revanche, les prisonniers du rif et d’autres regions qui n’ont commis aucun crime et dont le seul tort est de réclamer un peu de justice et de dignité pour tous pacifiquement croupissent toujours en prison ! Analysez ya Abou stroff si vous voulez analyser.




      0



      0
    hamel
    20 août 2017 - 9 h 54 min

    yak ma ce journal est tout près du makhzene allah yan3al li ma yahchame




    0



    0
    Karamazov
    20 août 2017 - 9 h 38 min

    On pourrait penser que cette susceptibilité à fleur de peau est le signe de quelque chose de significatif ou aurait à avoir avec le crime de lèse-majesté que notre fakhama dans son immense magnanimité a pardonné. Que nenni ! Il n’est le signe de rien. De rien de sérieux du moins.
    Les reflex conditionnés ont la vie dure. Ceux qui lisent le monde diplomatique n’ont pas attendu ce dernier numéro pour se faire une idée à propos, surtout les algériens qu’on veut empêcher de lire.
    Ce que ce journaliste écrit ne saurait heurter que ces esprits formatés et rivés dans les années de la monomanie politique. Une censure pour se rappeler les bons souvenirs du temps de l’imprimatur et pour nos zélotes encore en activité reprendre du service.




    0



    0
    chibl
    20 août 2017 - 8 h 32 min

    Nous sommes en URSS ou en Corée du nord!!




    0



    0
    nectar
    20 août 2017 - 7 h 48 min

    Ce n’est pas étonnant de la part d’un système politique, qui aime qu’on lui caresse les poils dans le bon sens, et qu’on le glorifie de ce qu’il n’a jamais fait…




    0



    0
    Thidhet
    20 août 2017 - 6 h 34 min

    Le Monde Diplomatique est un journal qui mérite tout notre respect en tant qu’algériens. L’interdire de vente est comme poignarder un ami dans le dos.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.