Attaques terroristes en Birmanie : l’inquiétude des Nations unies

Antonio Guterres Birmanie
Antonio Guterres, secrétaire général des Nations unies. D. R.

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a condamné vendredi dans les termes les plus fermes la série d’attaques perpétrées contre les forces de sécurité de Birmanie dans l’Etat de Rakhine (nord).

Selon les autorités de Birmanie, au moins 89 personnes ont été tuées lors d’attaques menées par des groupes armés rohingya qui ont ciblé 20 postes-frontières limitrophes du Bangladesh.

M. Guterres «suit de près l’évolution de la situation dans l’Etat de Rakhine et s’inquiète de l’aggravation des tensions dans la région», a indiqué son porte-parole, Stéphane Dujarric, dans une déclaration à la presse. M. Guterres a réaffirmé l’importance de traiter les causes profondes de la violence, en particulier les questions liées à l’identité et à la citoyenneté, et appelé à apaiser les tensions intercommunautaires. Il a vivement exhorté toutes les communautés de l’Etat de Rakhine à choisir le chemin de la paix.

«Le secrétaire général de l’ONU souligne que, tout en prenant les mesures nécessaires pour freiner les attaques dans la région, les forces de sécurité doivent protéger les civils en tout temps, conformément au droit international humanitaire et aux droits de l’homme», a déclaré M. Dujarric.

R. I.

Commentaires

    USMS
    27 août 2017 - 6 h 52 min

    Et pourtant, Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres et ses prédécesseurs , n’ont jamais condamné le massacre de milliers de musulmans en birmanie. Maintenant que ces derniers se défendent avec l’arme du pauvre, on parle de terrorisme. De gaulle n’avait pas tord de parler de « machin »…




    1



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.