Les Ecritures sont-elles le seul chemin qui mène à l’immortalité ?

Daoud Zabor
Dernier ouvrage de Kamel Daoud. D. R.

Par Arezki Hakem – Je n’ai pas encore lu le dernier opus de Kamel Daoud, Zabor ou les psaumes, mais le titre choisi par l’écrivain a attiré ma curiosité, car le mot zabor a littéralement disparu de mon vocabulaire, et ce depuis longtemps. Si mes souvenirs ne me trahissent pas, l’ultime fois où je l’avais entendu remonte à mon adolescence : ayant été scolarisé au cycle fondamental de l’école algérienne, le professeur nous a inculqué un cours sur le Zabor (l’un des livres sacrés révélés par Dieu avant le Coran). On dit de lui qu’il était un livre où la beauté sonore de son verbe faisait chanter la terre et le ciel en unisson ! Le Zabur fait communément référence au livre des Psaumes. Le terme zabur est l’équivalent arabe de l’hébreu zimra, qui signifie chant, musique. Zamir (chanson) et mizmor (psaume) sont dérivés de zamar, qui signifie chanter une louange, faire de la musique.

Chanter une louange à la vie 

Les psaumes sont pour les amoureux de la vie l’antidote aux hérauts des oraisons funèbres, car à force de semer les mélodies mystiques du Zabor, les marées engloutissantes de la vie se tarissent et laissent pousser des fonds féconds et arables d’un sol, longtemps prisonnier d’une oppressante eau vaseuse, les psaumes qui font l’éloge de la beauté, de la blancheur de l’esprit, pas celle de cette maudite toile enserrant les hommes dans leur ultime voyage. Une blancheur de l’esprit analogue à une irrépressible feuille blanche s’étendant jusqu’à l’infini, où le verbe sera porté comme une aiguisée sarisse sur le javelot de l’éternité.

Ainsi est Zabor, le psaume de Kamel Daoud, dans sa dernière création littéraire, un personnage qui prolonge la vie comme ses mots sourdant de sa féconde imagination les psaumes qui font reculer la mort dans ses derniers retranchements, telle une sentinelle dont les munitions buttent sur des boucliers d’airain. Chasser la mort du domaine du vivant, ne pas lui offrir du soleil, équivaut à la célébration de la vie, à la greffe de nouveaux plants sur l’arbre de l’humanité, le rendant ainsi chatoyant de toutes les couleurs qui se brossent de cette incroyable diversité des visages humains, chasser les cavaliers de l’apocalypse de nos circuits équivaut à rendre aux troubadours du beau leurs allées perdues, leurs flûtes rongées par les ironies des temps perdus.

Le verbe qui tue, le verbe qui fait renaître 

Le verbe n’est verve que lorsque son essence se puise de l’encrier de la postérité car les idées qui ne laissent guère de saines descendances sont vouées à des mutations morbides. Ecrire des mots dont l’essence est cueillie tout près de nos premiers pas, sur la terre de nos premières poussières, de nos chutes saignant ce sang écarlate synonyme de la puissance du lait maternel, c’est comprendre sa société, forger son avenir et construire des citadelles infranchissables confinant les mangeurs de cerveaux au bas étage de leur bestialité.

L’héritage de la terre est dans le discernement des justes

Ceux qui se croient être des légataires de la Providence sur la terre : les prêcheurs cathodiques, les prosélytes bedonnants et les chevaliers de l’apocalypse sont en réalité les mercenaires de l’obscurantisme, les affidés des puissances mondiales, les exécuteurs des agendas dont les dividendes se comptent en milliards de dollars. Chanter les psaumes avec Zabor, c’est construire un inébranlable pont sur cet impitoyable mais non invincible Léthé, qui fait oublier aux hommes la pensée logique des Anciens.

C’est ainsi que se lit le nouveau roman de Kamel Daoud, comme les hommes des lumières lisaient les parchemins fondateurs de la pensée libre.

A. H.

Comment (14)

    BEKADDOUR Mohammed
    5 septembre 2017 - 11 h 53 min

    Dans le cas exact de notre El Jazaïr, notre « Algérie », (Je m’explique El Jazaïr c’est le nous vrai, Algérie lorsque c’est prononcé par un Français, c’est nous mais un nous amoindri, dupé, mais lorsque c’est prononcé par un Jazaïri, ce toponyme devrait être écrit ainsi, Algérie+), et puisque ici on parle de chant, il y a ce proverbe bien d’à propos : « Ki techbe3 El kerch erras yghani », quand le ventre est plein la tête chante ! IL FAUT sortir de ces histoires religieuses, du piège, et avoir les pieds sur terre, alors l’ascension, le chant viendront comme jadis chez nous on chantait EN MOISSONNANT!




    0



    2
    Rayés Al Bahriya
    3 septembre 2017 - 23 h 46 min

    Qui ne connais pas la célèbre formule populaire…

    L’iman Tahki Zabourek Ya Dawoud….

    Pour qui relates tu ton Zabour …Oh David …

    QLSSL




    0



    3
    water water
    3 septembre 2017 - 17 h 17 min

    Vous dites Le verbe qui tue, le verbe qui fait renaître . Je dirai plutot le verbe roi.
    L’Islam est clair, il ne faut parler que lorce qu’on ne peut pas se taire et ne parler que des choses qu’on a surmonter.




    1



    1
    ali
    3 septembre 2017 - 15 h 04 min

    Quand je lis le texte et vos commentaires, je me dis comment des hommes de cette trempe n ont rien pu faire pour protéger notre pays des obscurantistes qui l ont massacré.
    Pourquoi les violents et les ignares ont pris le dessus???
    Pourquoi notre génération n a pas réagi d une manière conséquente lors de l arabisation de l école? ?Est ce qu on a été trop naifs ou avions nous peur des représailles?
    Pourtant quand on est sorti,nombreux,très très nombreux,pour réclamer l arrêt du processus electoral quand le fis a remporté d une manière frauduleuse les elections législatives, on nous a écouté .
    Alors est ce de notre faute,de notre lâcheté si les salafistes et les arabisants ont fait de notre peuple un peuple de moutons suiveurs,car leur stratégie était bien reflechie et a mener le pays là où ils voulaient???
    Par ailleurs,Kamel Daoud qu’on l aime ou on le déteste a le courage d exposer son point de vue sur le poids de la religion dans notre vie quotidienne. ..




    5



    3
    LE NUMIDE
    3 septembre 2017 - 14 h 43 min

    Dans les exégèses bibliques vérifiables, en l’occurrence les Psaumes du roi David, les Zabors, ont été chantées par lui (puis écrites et réécrites par le clergé juif et ses experts en Talmud et autres cabales et théologies) en une une nuit débordante de volupté, dans son Harem où il était sujet à des révélations libidinales à leur apogée…La Bible ne cache pas que les Psaumes ont été le fruit merveilleux de cette nuit nuptiale où la ferveur érotico-spirituelle de David a été le plus aboutie et la plus porteuse…
    Bref, David les aurait imaginées quand ses illuminations d’érotomane ont été les plus ravageuses ; c’est vérifiable aussi dans les études bibliques que le roi David était célèbre par ses appétits érotiques surdimensionnées car il passait par un amant et un collectionneur des plus voraces… C’est pour cela d’ailleurs que dans l’imaginaire algérien qui se trompe rarement, le mot Zabor n’est pas très loin linguistiquement de l’autre mot Zambor.




    3



    3
    LE NUMIDE
    3 septembre 2017 - 11 h 15 min

    ZABOUR (3): il y a toute une sagesse dans le proverbe berbère :  » lemen takra zabourek ya daoud » .. oui en l’occurrence le Zabour hystérique, totalitaire, tutélaire , impérial et colonial que veulent nous imposer les idéologues arabo-islamiques de tous poils et leurs prêtres Baathistes ou wahabistes ici dans le pays berbère , comme si nous étions leurs soumis , leurs Mawalis ou leurs esclaves .. Au nom de quel zabourkoum , vous voulez nous interdire depuis 1962 , notre identité , notre langue , notre histoire nationale , notre avenir national , nos coutumes , notre culture millénaire ; notre liberté d’apprendre la langue française ou basque ( ca vous regarde ? vous voulez nous parquer dans votre langue de « peuple élu », dans vos mensonges et votre Tayhoudite pour nous soumettre , plus vous nous imposer votre langue soit- disant « sacrée » pour falsifier notre histoire et notre identité , plus nous la détesterons et nous apprendrons la langue française pour vous combattre !! en plus que vos prêtres et vos rois empêchent les peuples soumis d’apprendre les langues modernes , ils envoient leurs enfants apprendre ces mêmes langues , la cocaïne dans la poche et le compte en banque bien grossis par les francs et les dollars ) … C ‘est vous et vos mensonges , vos Kardaoui , vos rois qatariens ou saoudiens , vos Saddam ou vos émirs et vos pretres des bas-fonds du Caire qui ont fait sortir la France ? Ou ce sont les montagnes berbères et les combattants et les colonels berbères qui ont fait sortir les français d’Algérie ? la révolution et l’indépendance algérienne c’est pour le bonheur et la libération de son peuple de berbères et de l’Algérie ou c’est pour devenir un Harem de vos maitres Orientaux ? … Au nom de quel Zabour , vous avez fait de notre pays un enfer de violences , de massacres , de corruptions et d’ignorances , 200 000 morts , vous avez tué nos artistes , nos soldats , notre police , nos enfants …Au nom de quel Zabour Mokriste ou salafiste vous nous appelez à vos querelles moyen-orientales sordides , vos guerres abominables et interminables , qataro-saoudiennes , sunisto-chiistes , arabo-kurdes , turco-egyptiennes , vos escroqueries vomies par la planète entière , vos jihads du Nikah et du Dollar vos massacres de yéménites et de yazidis , vos mensonges hypocrites , vos harangues racistes , votre théologie arrogante et criminelle .. En quoi sommes nous concernés , nous les berbères , par ces maux de la terre que vous infligés aux peuples et aux nations .. En quoi sommes-nous obligés par vos projets diaboliques et inhumains




    5



    4
    LE NUMIDE
    3 septembre 2017 - 10 h 11 min

    ZABOUR (2) : les évangélistes américains anglo-saxons WASP neo-conservateurs qui martyrisent la planète et bombardent au phosphore blanc pour attendre leur Messie en terre sacrée de Palestine ( on se demande pourquoi la terre de Palestine est sacrée et celle de Tebessa, des Zoulous ou de Suede ne l’est pas, encore faut-il nous prouver que ce Messie existe et viendra dans sa soucoupe volonté)…
    Les juifs « de tous les pays unissez -vous », venus les armes à la main et les clés délivrés par les huissiers de l’ONU coloniser les pauvres paysans palestiniens et les massacrer au nom de la terre promise par dieu , comme s’ils avait un bail notarial de ce dieu qui élit sans commission électorale indépendante un peuple au détriment de tous les autres et aménage le cadastre de la planète comme bon leur semble et selon le bon vouloir de leurs fumisteries bibliques… Les escrocs , les rois et les pretres arabo- wahabistes et autres frères musulmans égyptiens ou algériens et leurs satellites arabo-ommeyades hystériques , qui veulent soumettre par la force et les massacres les berbères, les perses, les africains, les kurdes, les azéris, les hindous et toutes les nations du monde à leurs califes enturbannés de Koreiche en nous vendant leurs propagandes et leurs falsifications, enveloppant des conquêtes militaires sanguinaires et génocidaires sous le label de Foutouhat éternels qui leur servent à Soumettre les peuples libres et à alimenter éternellement leurs Harems de femmes Goys et de chair fraiche et pour faire des hommes nés libres et égaux leurs soumis leurs esclaves et leurs Mawalis selon la Kafala qu’ils s’octroient de droit divin avec la haut magistère semitique de leurs Sorciers, leurs charlatans, leurs théologiens payés au dollars et leurs pretres… au nom de quoi ?




    5



    5
    Zombretto
    3 septembre 2017 - 10 h 02 min

    En posant la question « Les Ecritures sont-elles le seul chemin… » l’auteur laisse entendre que c’est l’un des chemins, peut-être le principal ou même le seul chemin vers «l’immortalité». Je défie n’importe qui ayant le niveau de compréhension de texte le plus élémentaire de lire la Bible toute entière et de revenir me dire qu’elle est l’un des chemins vers n’importe quoi d’autre qu’une incroyable barbarité. On l’appelle un livre d’amour et de lumière, et les musulmans, qui ne la lisent jamais et ne font que croire ce qu’en dit le Coran, le croient aussi, alors qu’il suffit d’ouvrir n’importe quelle page pour y trouver une haine et une violence indicibles. Point d’amour dedans. Elle ne contient pas simplement de la haine, elle ne contient QUE de la haine de l’autre.
    Prenons «sidna» Moussa par exemple: il exhortait les hébreux à massacrer les enfants et les femmes des tribus environnantes et quand certains de ses hommes ramenaie des femmes captives comme objets sexuels, il est devenu livide de colère parce qu’ils ne les ont pas tuées comme il le leur avait commandé.
    La plus grande preuve de «bonté» de la part de sidna Moussa : il a commandé à ses hommes que quand ils massacrent une tribu, s’ils y trouvent des vierges (et seulememt des vierges) qui leur plaisent, ils peuvent les épargner et les ramener comme captives, mais attention alors, à ce moment-là, il ne faut pas être cruel avec elles! il faut leur donner tout un mois pour se remettre de la tristesse que vous leur avez causée en massacrant leurs pères, leurs mères, frères et sœurs. Vous leur couperez les cheveux à ras et les ongles, et vous attendrez un mois avant de les violer ! Après les avoir violées, si vous n’en voulez plus, attention, il ne faut pas les tuer comme vous avez tué les autres femmes et enfants, celles-ci il faut les laisser en vie. Chassez-les tout simplement !
    Ceci n’est qu’un exemple parmi tant d’autres (…) Imaginez que le celui qui a mené le massacre de Bentalha dise à ses soi-disant “hommes” que c’est une preuve de bonté d’attendre un mois avant de violer de jeunes vierges prises comme butin!
    Si celui-là est l’un des chemins qui mènent à «l’immortalité» alors SVP, moi je veux mourir pour de bon et tout de suite !




    4



    1
      Karamazov
      3 septembre 2017 - 12 h 10 min

      C’est une Histoire de fous que vous évoquez là. Heueu… je voulais dire une histoire de clous. De clou qui chasse l’autre. Daoud veut nous faire rejouer le clou… non le coup d’avant , d’avant le monothéisme, tout en sachant où tout ça nous a conduit sans ignorer que les mêmes choses produisent les même effets. KD veut nous dire que c’était mieux avant, avant : lorsque on ne faisait que chanter des louanges …. aux statues.
      Remplacer les prophètes par des troubadours, c’est tout ce qu’il a trouvé de mieux pour nous ent… pour nous émerveiller.
      C’est ainsi que KD remplace les cailloux de Haroun Erachid par des comptines à dormir debout. La comparaison à Moïse est édifiante à ce sujet :il sort son peuple d’Egypte pour le conduire à la terre promise. Puis il le balade, c’est le mot :balade. Pendant quarante sans dans le désert. Désert ce n’est pas qu’une allégorie, vraiment désert de tout, y compris de Dieu. Et au bout du désert, il leur montre un autre bout de désert : c’est là-bas la terre promise, allez y sans moi.

      KD déconstruit , comme dans son premier roman , Meursault, où il aimait déconstruire les maisons des colons pour reconstruire la sienne avec les mêmes pierres. Là il nous fait le même le coup avec des mots. Il ne nous sort pas de la théogonie, il nous y enfonce, jusqu’au trognon.

      De la spiritualité en suppositoire, voilà le mot.




      1



      1
        Zombretto
        3 septembre 2017 - 12 h 40 min

        Salut Karim Azov !… Je ne peux pas me prononcer sur KD car je n’ai pas lu ses livres. Je lisais ses billets sur le Quotidien d’Oran avant, et les aimais bien, mais ses livres je n’en sais rien car là où je me trouve ils sont introuvables, non pas que j’aie fait des efforts pour les trouver non plus.
        Mais pour ce qui est de notre sidna Moussa, personnage fictif de toute évidence, s’il avait existé et qu’il avait fait ce qu’on lui prête, il n’aurait pas de quoi se vanter : ça lui a pris quarante ans pour traverser un petit désert que n’importe quel nomade algérien pourrait allégrement faire aller-retour en quelques semaines, sans compter quelques minutes par avion aujourd’hui.
        Si on se livre à de la gymnastique intellectuelle pour trouver toutes sortes de symbolisme plutôt que le sens litéral dans les Ecritures des trois religions monothéistes, alors avec la même indulgence on peut trouver la même sagesse dans les mythes de création de toutes les tribus soit-disant primitives de la jungle de l’Amazonie au désert de Namibie, en passant par celles de nos propres ancêtres selon lesquels le monde reposerai sur une corne de bœuf.




        1



        1
          Karamazov
          3 septembre 2017 - 13 h 31 min

          Les livres de KD sont bien écrits, trop bien écrit avec un académisme qui suinte la préciosité à chaque ligne. Il écrit, comme d’ailleurs tous les écrivains algériens, en français plus français que le français. De l’anti-célinisme quoi. De la littérature pure pure qui ne s’en cache pas. C’est le genre de littérature qui la ramène… C’est vrai que c’est nouveau chez nous, peu d’écrivains anouzotres ont osé s’aventurer de ce coté là. Mais pour qui a lu Traven, Steinbeck et d’autres, qu’est-ce que c’est ringard !
          Mais bien sûr, pour ceux qui croient qu’il n’y a de Dieu que Dieu, comme dirait Steve Jobs, « c’est une révolution ». (la comparaison à la série des tilifone n’est pas forfuite).
          Mais la tahsi, soubhane Allah, ahel tara que ipitite l’essentiel c’est d’en sortir. Pour aller n’importe où, mais tampi !




          3



          2
    Karamazov
    3 septembre 2017 - 10 h 00 min

    Je ne sais plus dans quel livre de Sartre ou de chépluki (les séquestrés d’Altona, waqila) il y avait un vieux nazi reclus qui ne voulait plus voir son pays après la destruction qu’il a subi à la fin de la guerre mondiale. Quelques années après il regarde son pays quasiment reconstruit et triomphant, presque ( bessah ce n’est pas du tout le sujet de la pièce), mais ces mots m’ont marqué : « Et avec ça on a perdu la guerre » ! Lire qu’est-ce que ça aurait été si nous l’avions gagnée!!! Et avec ça vous n’avez pas lu le livre……




    2



    3
      Zombretto
      3 septembre 2017 - 10 h 33 min

      Le chemin vers l’immortalité sera tracé par la science et non par les Ecritures, mais si l’immortalité veut dire vivre avec certains humains que je vois autour de moi dans le monde, je n’en veux pas. Quelques décennies sur cette terre suffisent amplement à m’effrayer de cette perspective.




      3



      0
    LE NUMIDE
    3 septembre 2017 - 8 h 39 min

    ZABOUR : les idéologies impériales et racistes sémitiques judeo-arabe , sont démasquées dans le monde Goy et sont vomies pour leurs crimes impunis et leurs arrogances …Leurs Totems et Tabous théologiques et leurs Tabernacles dollarisés jusqu’à la pourriture ont assez fait de mal à l’humanité , et n’ont plus cours dans un monde qui ne croit plus à l’Election de Tribus et à la Soumission des nations …La révolution mondiale est en marche et elle est inéluctable et pleine de promesses et d’Humanisme .. et les Berbères comme tous les peuples Goys doivent prendre leur part légitime dans cette libération des peuples et des nations ..




    4



    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.