Algérie : le bâtiment et les services ont perdu 90 000 emplois

Anem
L'Anem attend 400 000 postes d'emploi annoncés par Ahmed Ouyahia à travers le programme du gouvernement. New Press

Par Ramdane Yacine – Le directeur général de l’Agence nationale pour l’emploi (Anem), Mohamed Chaalal, a révélé que les secteurs du bâtiment et des services  ont perdu 90 000 emplois en entre 2016 et 2017.

Le Directeur général de l’Anem, qui était l’invité de la rédaction de la Chaîne III de la Radio nationale, a expliqué cette contre-performance de ces deux secteurs par une baisse de la consommation des ménages. Il a annoncé par ailleurs que son agence casera 410 000 demandeurs d’emploi d’ici la fin de l’année en cours sur un total de 972 152 demandes en attente de placement.  Il s’appuiera pour ce faire sur le programme du gouvernement Ouyahia qui prévoit la création de 400 000 emplois ainsi que sur les 23 000 microentreprises créées par le biais de l’Ansej et sur les 10 000 autres par la Cnac, parallèlement à la poursuite des dispositifs déjà existants.

Outre les 410 000 placements économiques projetés d’ici la fin de l’année par l’Anem, l’invité de la Radio nationale a évoqué 40 000 postes inscrits au titre de «contrats de travail aidés» (CTA) auxquels devraient s’ajouter 85 000 autres en dispositifs aidés en faveur des diplômés.

M. Chaalal signale, en outre, que 65% des créateurs d’entreprises inscrits à l’Ansej sont issus de la formation professionnelle et que les deux tiers des demandeurs d’emploi attendent moins de six mois pour être insérés dans une activité rémunérée. Il précise, en outre, que le secteur privé reste le plus grand employeur avec 78% des offres d’emploi et 77% des placements assurés.

Commentant le dispositif d’insertion professionnelle des diplômés, dont la rémunération est assurée sur fonds de l’Etat, M. Chaalal indique que cette formule est utilisée dans la plupart des pays dans le monde.  Il a ajouté que depuis son introduction, en 2008, le dispositif a permis d’intégrer dans le monde du travail, particulièrement dans l’administration, plus de deux millions de demandeurs d’emploi.

R. Y.

Comment (2)

    kahina
    21 septembre 2017 - 14 h 43 min

    La situation est juste catastrophique, les concessionnaires auto ont licenciés énormément (pas de chiffres publiés), les petits commerces et les artisans ferment aussi (exemple les boulangers) a cause des charges . La situation va de mal en pis.
    ils comptent sur l’ansej pour créer des emplois, quelle blague!!




    1



    0
    LE NUMIDE
    19 septembre 2017 - 14 h 06 min

    ca travaille pas on dirait .. dans le Royaume du Danemark .. ca parle , ca parle , ça parle ( du sexe des anges ) … pour ne rien faire !!




    1



    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.