Interview – Jean-Loup Izambert : «Les islamistes aident les Occidentaux à recoloniser le monde arabe» (II)

islamistes Occidentaux
Les Frères musulmans s'organisent dans les pays présentant des intérêts pour les transnationales occidentales. D. R.

Algeriepatriotique : Vous évoquez des protections accordées à des individus liés au crime organisé commettant des attentats en Algérie, en Tunisie, en Libye et en Syrie. Quelles sont les preuves dont vous disposez sur les relations des dirigeants français avec ces organisations criminelles ? Et comment expliquez-vous que de telles complicités puissent exister au sommet de l’Etat français ?

Jean-Loup Izambert : Il est évident que la dénonciation de délits et de crimes commis par des dirigeants placés au plus haut niveau de l’Etat exige des preuves incontestables. Mes enquêtes menées depuis les années 1990 jusqu’à ce jour sur cet aspect de la criminalisation du pouvoir politique français m’ont permis de collecter de très nombreux documents de différentes sources. J’ai enquêté sur la France, mais également sur l’Espagne et le Maroc où je me suis rendu à plusieurs reprises pour de longs séjours entre 2007 et 2014. Mes sources sont pour beaucoup policières, judiciaires, proviennent de contacts dans divers services de renseignement et sont tant françaises que d’autres pays ou d’organisations internationales. Je n’ai publié, en fin des tomes 1 et 2 de 56, que quelques-uns des éléments essentiels dont j’ai pu vérifier l’authenticité. Les preuves sont constituées de rapports ou de notes de services de renseignement, de mandats d’arrêts internationaux émis par Interpol, de jugements, mais aussi de faits collectés auprès d’associations, d’organisations de l’ONU et autres. Je me suis rendu aussi bien dans des cités de grandes villes que dans les couloirs de grandes administrations et organisations. De même, j’ai rencontré plusieurs professionnels du renseignement tant de France que d’autres pays. J’ai été frappé au fil de ces années d’enquête par la qualité des contacts que j’ai pu tisser dans les milieux du renseignement. Cela vient sans doute du fait, pour partie, que les fonctionnaires de ces services qui risquent souvent leur vie dans leur lutte contre le terrorisme ont conscience que ceux qui sont derrière les tueurs ne sont pas toujours ceux que désignent les versions officielles de leurs hiérarchies. Pour répondre à la dernière partie de votre question, ces amitiés franco-terroristes se nouent en fonction des intérêts des sociétés transnationales des Etats occidentaux. Les Frères musulmans sont les principaux collaborateurs de ces Etats. Partout où vous avez un islamiste sunnite dans les allées du pouvoir, les peuples sont spoliés et la pauvreté se développe, tandis que les intérêts économiques, financiers et militaires des Etats impérialistes se portent bien. Pourquoi les Frères musulmans ? Parce qu’ils sont organisés dans les pays qui présentent des intérêts pour les transnationales occidentales. Leurs organisations ont des relations de longue date dans plusieurs pays arabes avec les cercles du pouvoir. Cela explique notamment les voyages répétés des anciens présidents Sarkozy et Hollande dans les dictatures du Golfe, principalement l’Arabie Saoudite et le Qatar. Ces pays sont les mères nourricières de très nombreux groupes irréguliers et terroristes qu’ils financent et arment sur tout le Moyen-Orient et le Maghreb. En échange du soutien qu’ils reçoivent pour renverser les républiques laïques et imposer leur dictature religieuse, les Frères ouvrent leurs «carnets d’adresses» aux Occidentaux pour qu’ils recolonisent économiquement et militairement des régions entières. Depuis la Loi fondamentale de leur mouvement adoptée en 1945, exception faite de la période 1946-1948, où ils militeront avec les groupes communistes en Egypte, plusieurs des principaux dirigeants des Frères musulmans seront, derrière une «pureté religieuse» de façade, les collaborateurs des Etats colonialistes. Certains collaboreront avec l’occupant anglais en Egypte, tandis que des groupes de leur base militante s’y opposeront armes à la main, d’autres formeront une division SS avec les nazis dont le centre sera en France, pendant la Seconde Guerre mondiale. Dès le lendemain de la Seconde Guerre mondiale et jusqu’à aujourd’hui, plusieurs des principaux dirigeants des Frères pactisent avec la CIA et d’autres services occidentaux, principalement anglais, français, et des dictatures du golfe Persique. C’est en fait une organisation à l’histoire très mouvementée. Les services occidentaux les instrumentalisent d’autant plus facilement que ces organisations ne sont pas démocratiques, les militants n’ayant que très peu de pouvoir sur la vie de leur mouvement et le contrôle de l’activité des dirigeants.

Dans ce même tome, des pays sont accusés de crimes d’agression, de crimes contre l’humanité en Syrie et en Libye. Pouvez-vous nous les citer et nous dire le rôle de chacun dans la guerre menée contre ces deux pays en particulier et dans d’autres ?

Comme je l’ai dit, le principal crime commis est le crime d’agression qui s’est accompagné de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. Les principaux Etats impliqués dans ces crimes sont les Etats-Unis, l’Angleterre, la France, les dictatures du golfe Persique, mais également Israël, la Turquie et la Jordanie. Les Etats-Unis sont, plus que tous les autres pays, responsables de la propagation du terrorisme à travers le monde et de l’horreur qui en résulte. Il existe de nombreux rapports tant de l’ONU que d’associations qui ont été réalisés sur place, en Irak, en Afghanistan, en Libye ou en Syrie qui décrivent les horreurs de ces crimes. Je cite notamment dans mon enquête le rapport accablant intitulé «Crimes de guerre commis contre le peuple syrien» réalisé en 2013 par quarante-cinq avocats, journalistes, députés, syndicalistes, artistes turcs qui permettra à «l’Association turque pour la paix» et à celle des «Avocats pour la justice» d’engager des poursuites contre les criminels de guerre en Syrie et leurs commanditaires. Mais les crimes de guerre ne se limitent pas à la protection, au soutien politique, diplomatique, financier, médiatique et militaire de groupes terroristes. Il y a surtout des crimes de masse commis par les Etats membres de l’Otan dont vous n’entendez jamais parler dans les médias français. Pourtant, bafouant la Charte des Nations unies, les résolutions de son Assemblée générale, du Parlement «européen» et plusieurs conventions internationales, les Etats-Unis, l’Angleterre et la France, engagés dans l’Otan, ont été jusqu’à utiliser de nouvelles armes contre les peuples, sans doute au nom de ce qu’ils appellent dans leur propagande «la protection des populations civiles». Plus d’un million de projectiles à l’uranium appauvri (UA) ont été tirés en 1991, soit entre 350 (chiffre du Pentagone) et 800 tonnes d’UA (selon la fondation Laka d’Amsterdam), 14 tonnes dans les Balkans entre 1994 et 1999, tandis que, selon une estimation de 2002 du journaliste d’investigation Robert J. Parsons, 3 000 tonnes d’uranium auraient déjà été utilisées en Afghanistan, à cette époque. Après la campagne du Kosovo en 1999, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe avait réclamé l’interdiction de la fabrication, des essais, de l’utilisation et de la vente d’armes à l’uranium appauvri. Plus tard, en décembre 2007, l’Assemblée générale de l’ONU a demandé «instamment aux Etats membres de ne pas faire usage d’armes contenant de l’uranium appauvri dans le cadre des opérations futures de la politique européenne de sécurité et de défense». De même, elle a, je cite la résolution de l’ONU, renouvelé «avec force son appel à tous les Etats membres et aux pays membres de l’Otan d’imposer un moratoire sur l’emploi d’armes contenant de l’uranium appauvri, de redoubler d’efforts en vue de leur interdiction mondiale et d’arrêter systématiquement la fabrication et les achats de ce type d’armes et de munitions». Puis, le 22 mai 2008, le Parlement «européen» a également adopté à son tour une résolution dans laquelle il «renouvelait avec force son appel à tous les Etats membres et aux pays membres de l’Otan d’imposer un moratoire sur l’emploi d’armes contenant de l’uranium appauvri, de redoubler d’efforts en vue de leur interdiction mondiale». Mais les bombardements ont continué, tout particulièrement lors de l’agression occidentale contre la Libye. La quantité de radioactivité lâchée sur l’ex-Yougoslavie, l’Afghanistan et l’Irak correspondrait ainsi à quatre cent mille fois celle d’Hiroshima – dont plus de deux cent cinquante mille fois sur le seul Irak.

Dans son reportage D’Iroshima à Bagdad, l’anthropologue et journaliste indépendante Joëlle Pénochet souligne que «la totalité de cette pollution radioactive est dix fois plus importante que celle qui a été provoquée par les essais nucléaires aériens depuis les années 1940». Comme en Irak, comme en ex-Yougoslavie, comme en Palestine, la première question des mères libyennes se trouvant dans les zones de guerre de 2011 et venant d’accoucher n’est pas «fille ou garçon ?», mais «monstre ou être humain ?». C’est donc bien de guerres atomiques camouflées auxquelles se livrent les dirigeants des Etats membres de l’Otan en bombardant peuples et pays avec des milliers de tonnes d’armes interdites. Et ils ont fait de même avec la Syrie, allant même, pour certains d’entre eux, comme les Etats-Unis et le Qatar, jusqu’à élaborer des plans pour permettre à leurs groupes de mercenaires de mener des attaques avec des armes chimiques. Le major Josh Jacques, un porte-parole de l’US Centcom, le commandement militaire étasunien pour le Moyen-Orient et l’Asie centrale, a été obligé de reconnaître récemment que 5 265 obus à uranium appauvri avaient été tirés en novembre 2015 sur le territoire syrien. Cet ensemble de faits a pour conséquence qu’avec l’agression contre la République arabe syrienne, «on entre clairement dans le domaine de l’ingérence et de l’illégalité internationale», ainsi que le dit Alain Chouet, ancien chef de service du renseignement de sécurité de la DGSE, dans l’interview qu’il m’a accordée. Cela donne une idée des crimes auxquels ont participé les dirigeants français. Et cela donne également un aperçu de la servitude des actuels meneurs libyens, Fayez al-Sarraj et Khalifa Haftar qui bénéficie du soutien d’Israël. Ces derniers ont cru devoir se rendre à Paris en juillet dernier chez les assassins de leur propre peuple pour négocier leur installation au pouvoir et briser les acquis de la révolution libyenne de 1969. Il n’y a donc rien à attendre de ces individus puisque, comme vous le savez, le principal acteur de la déstabilisation de la Libye a été la France, avec les Etats-Unis, l’Otan et les dictatures du Golfe. Il est donc évident, sauf à être complètement naïf, que le peuple libyen ne retrouvera pas la voie de l’indépendance et du progrès avec ceux qui organisent la destruction de son unité pour mieux le piller.

Le quatrième chapitre est consacré, en partie, à un certain Cheikh Omar. Que pouvez-vous nous dire sur ce personnage et qu’elles ont été ses relations avec la CIA et la DGSE ?

A ma connaissance, la DGSE a des contacts avec des membres d’organisations criminelles, mais pas avec Cheikh Omar. Celui-ci a été le jouet de la CIA qui l’a recruté et utilisé dès la première guerre d’Afghanistan. Une nouvelle fois, nous trouvons les Frères musulmans prêtant mainforte aux agresseurs occidentaux pour renverser la jeune république laïque afghane. Son parcours est intéressant à plus d’un titre, car il montre bien comment cet homme d’influence des Frères musulmans a servi les intérêts des puissances occidentales en Afghanistan, le coran dans une main, le manuel de guerre subversive de la CIA dans l’autre. Il est également intéressant de voir comment il a dupé ses maîtres lorsqu’il s’est rendu aux Etats-Unis, alors que la CIA pensait contrôler ce fidèle collaborateur. Par contre, la DGSE travaille main dans la main avec d’autres individus tout aussi criminels, tels Abdelhakim Belhadj dont elle a armé la «brigade des martyrs du 17 février» ou l’ancien Premier ministre syrien, Riad Hijab, avec lequel elle tenta, avec les services d’autres pays, un coup d’Etat à Damas le 18 juillet 2012. Il y en a de nombreux autres, bien évidemment, tant la DGSE est impliquée, sur décision de l’Elysée, dans le renversement des gouvernements libyen et syrien, pour ne pas parler de l’Afrique et des Balkans. L’Etat-croupion du Kosovo, province yougoslave annexée par l’Union «européenne», où la DGSE a instrumentalisé des groupes de tueurs contre la Fédération de Yougoslavie, est aujourd’hui l’un des principaux lieux de passage de groupes terroristes, mais aussi d’entraînement vers plusieurs pays d’Europe occidentale et centrale. Les Français ne font que commencer à récolter ce qu’ils y ont semé du début des années 1990 à 2000. L’Occident va devoir vivre avec l’idée que la guerre qu’il répand contre les peuples commence à se retourner contre lui.

Vous revenez sur les dirigeants de l’ex-FIS dissous qui activaient en France sous couvert d’associations caritatives, et ce, au vu et au su des dirigeants français de l’époque. Pourquoi cette compromission à votre avis ?

Pour les mêmes raisons : mettre en difficulté le pouvoir politique algérien, créer une «opposition» factice qui puisse prendre le pouvoir et permettre aux sociétés transnationales à base capitalistique française de faire main basse sur les richesses de l’Algérie. Si vous vous intéressez au parcours des meneurs islamistes sunnites, vous vous apercevrez que nombre d’entre eux ont, d’une manière ou d’une autre, partie liée avec des services occidentaux ou des représentants de sociétés transnationales. Ils ordonnent les attentats depuis des capitales occidentales ou des dictatures du Golfe et aident les impérialistes à recoloniser leurs pays. Le chaos une fois installé, les pillards occidentaux se précipitent en bande pour s’emparer des richesses. «Qui était parmi les tout premiers Français à venir début mars à Benghazi encourager les insurgés libyens ? Un représentant de Total ! (…) Avec l’entrée des insurgés à Tripoli, l’action du groupe Total a bondi de plus de 4% dès le lundi», informera le quotidien L’Humanité dès le mois d’août 2011, au lendemain de neuf mois de guerre contre la Libye. Le patronat français ne cache même plus son goût immodéré pour la guerre et l’exploitation des peuples. Ainsi, début septembre 2011, l’AFP et Europe 1 s’interrogeaient de savoir si la Libye détruite allait devenir, je cite, «un eldorado pour des entreprises françaises». «Après s’être engagée militairement en Libye, la France attend un retour économique. Près de 400 chefs d’entreprises français ont participé mardi, au Medef, à une réunion d’information sur la Libye. But annoncé : mieux appréhender les perspectives d’investissement et participer à la reconstruction libyenne. Etaient présents à cette réunion, plusieurs directeurs des groupes du CAC 40, comme Alcatel, Alstom, Peugeot, Total, Bouygues ou Vinci, ainsi que des patrons des PME», précisa la radio Europe 1.

Sur la Syrie, «le Qatar s’acharne à s’offrir un couloir de passage terrestre pour exporter son gaz vers l’Europe. (…) Tel est le projet béni et voulu par les dirigeants américains (…), dont le Qatar a pris la décision de creuser le trajet de son gazoduc par la force des pires violences terroristes, dévastatrices et destructrices», dénoncera le mensuel Afrique Asie par un article de Fahd Andraos Saad paru fin juillet 2013. Ces prétendus islamistes font le «sale boulot» des missionnaires des anciennes puissances coloniales. Concernant l’Algérie, alors que le Front islamique du salut répand la terreur en Algérie au début des années quatre-vingt-dix, deux de ses meneurs, Anouar Haddam et Saïd Hilali, voyageaient en France sans aucune difficulté, rencontrant parlementaires et médias. Anouar Haddam présidera même le premier meeting organisé en Europe par l’association Fraternité algérienne en France (FAF) alors dirigée par Djaffar El-Houari et Moussa Kraouche, porte-parole du FIS en France. Cette manifestation se déroulera le 29 mars 1992 dans les locaux de la cité universitaire d’Antony, dans les Hauts-de-Seine, en région parisienne. Prenant la parole à cette réunion publique, Anouar Haddam appela à «renverser tous les régimes du Maghreb (…), le FIS s’est donné pour cible le pouvoir en place». Le ministre de l’Intérieur est alors le «socialiste» Philippe Marchand qui est autant «socialiste» que le pape est marxiste. Trois ans plus tard, le 30 janvier 1995, depuis les Etats-Unis qui l’hébergent, Anouar Haddam apporta médiatiquement son soutien à la lutte armée. Ce jour-là, à Alger, boulevard Amirouche, un attentat à la voiture piégée visant le commissariat central fera trente-huit morts et près de trois cents blessés. Comme vous le savez, cet attentat sera le premier d’une longue série avec des voitures piégées ciblant plusieurs quartiers d’Alger et qui feront des centaines de morts et de blessés.

Vous confirmez qu’il y a donc des relations fortes entre les dirigeants islamistes algériens et des services secrets occidentaux ?

Pour certains, on peut parler de relations épisodiques, mais pour d’autres, il s’agit de relations suivies, d’une véritable collusion. Un rapport de cent vingt pages édité en 1995 par la Rand Corporation – un centre de recherches officieux de la CIA – et rédigé par Graham E. Fuller donne une idée de ces relations des dirigeants islamistes avec des services occidentaux, principalement la CIA. Ce document insiste sur l’intérêt de promouvoir les mouvements islamistes dans les pays arabes. Mon confrère Richard Labévière, journaliste d’investigation indépendant et écrivain, a analysé ce rapport peu connu que je rapporte dans le tome 1 de 56 – L’Etat français complice de groupes criminels : «A travers l’exemple algérien, Fuller se prononce sur la ‘‘nature’’ de l’islamisme, ‘‘conflit de basse intensité’’ par excellence, dont la configuration correspond aux priorités du Pentagone. (…) Se félicitant de voir les islamistes algériens privilégier l’apprentissage de la langue anglaise par opposition au français, Fuller insiste principalement sur les enjeux économiques, indiquant notamment que ‘‘le FIS accueillerait avec plaisir tout investissement privé américain en Algérie et entreprendrait des relations commerciales avec les Etats-Unis. (…) Selon plusieurs notes d’orientation, la CIA considère que le FIS et le Refah turc ne sont pas hostiles à un engagement accru de l’Otan en Méditerranée (…).» L’essentiel des perspectives ouvertes par ce rapport sont le fruit de rencontres et discussions que Fuller et d’autres membres de la CIA ont régulièrement mené avec Anouar Haddam, président de la délégation parlementaire du FIS à l’étranger, exilé aux Etats-Unis depuis 1992. Par l’intermédiaire de ce représentant d’une des grandes familles de l’Ouest algérien, plusieurs contrats importants ont été signés entre des financiers algériens et des firmes américaines, notamment dans le secteur de l’agroalimentaire. C’est dire qu’il y a du nettoyage à faire dans les allées du pouvoir et du patronat algériens !

Dans son ouvrage titré Les dollars de la terreur, les Etats-Unis et les islamistes, Richard Labévière rapporte qu’à la même époque où le réfugié Haddam rencontre régulièrement ses interlocuteurs de la CIA, celui-ci assurerait également des liaisons avec des groupes terroristes. Ainsi, dit-il, «Anouar Haddam connaît aussi l’aile ‘‘internationaliste’’ du FIS qui, avec l’aide des vétérans algériens de la ‘‘guerre sainte’’ d’Afghanistan, lanceront les premières attaques revendiquées par les Groupes islamiques armés (GIA) à l’automne 1994. Selon plusieurs sources autorisées, Anouar Haddam assure la liaison entre le FIS et le GIA, et c’est par son intermédiaire que ces derniers auraient reçu les consignes d’épargner l’infrastructure énergétique et la main-d’œuvre américaine opérant en Algérie». Les collaborations sont telles entre les dirigeants islamistes algériens et les services occidentaux que l’on peut se demander si Anouar Haddam est le représentant de groupes terroristes auprès de la CIA ou l’envoyé de la CIA auprès des mêmes groupes. Issu d’une famille de notables – son oncle, Tidjini Haddam, fut recteur de la mosquée de Paris –, formé dans les universités étasuniennes, Haddam est très proche d’Ali Belhadj, le cofondateur du FIS – avec Abassi Madani – et l’un des propagandistes de la lutte armée. Il fut aussi le porte-parole du GIA qui a plongé l’Algérie dans un bain de sang. Washington lui attribua un quasi-statut diplomatique qui, selon un haut fonctionnaire, lui permit de «camper littéralement au Département d’Etat et dans les bureaux des membres du Congrès». Ce n’est bien sûr qu’un exemple parmi de nombreux autres qui illustre les liens de sang entre les islamistes sunnites et les milieux impérialistes.​

Interview réalisée par Mohamed El-Ghazi ​(A suivre)

 

 

 

 

 

Comment (30)

    Quo vadis?
    12 octobre 2017 - 19 h 34 min

    Les islamistes sont PAR DÉFINITION les outils primordiaux et vitaux des Occidentaux. C’est la raison même de leur existence.




    4



    0
    Kahina
    12 octobre 2017 - 17 h 34 min

    En Bref : Les islamistes sont la nouvelle armée des occidentaux.




    5



    0
      Anonyme
      12 octobre 2017 - 18 h 52 min

      Les islamistes sont la nouvelle armée des occidentaux ?
      Depuis 1500 ans




      3



      0
    Salim31
    12 octobre 2017 - 13 h 20 min

    Actuellement il ya deux especes
    d islamisme : le wahabisme salafiste et la doctrine des frere musulman -si le premier affile a l arabie saoudite est de nature brute et ne s exptime qu a traver la violence il ne recrute que dans l environnement religieux ; le second(quatar/turquie) est plus subtile s adresse a une » elite » a travers son infiltration dans la politique les medias
    l enseignement il recrute large ce qui fait de lui le courant plus dangereux et plus difficile a cerne ; cependant les adeptes de ses 2 courants notaments les ignorants sont convaincus de la justesses divine de ces courant , il est difficile de les faire changer d avis meme s il ya des actions et antecedants meurtier du a ces 2 doctrines _mais un fait nouveau est apparu depuis la crise saoudite -quatar qui a pour consequence un conflit entre les wahabites saoudites on freres musulmans en algerie les mouftis et oulemas s entrdechires meme si le camps des frere est plus puissant a travers des partis comme le hms les oulemas ou les innombrables association finalement le wahabisme est notre meilleur ennemis contre ces f musulmans en attendant leur autodestruction des que l occident les jugera unitile.




    7



    0
    Anonyme
    12 octobre 2017 - 10 h 43 min

    NI ROME ! NI CARTHAGE ! : plaidoyer pour un réveil historique Berbère de l’Atlantique à l’Egypte et de la Méditerranée au Fleuve Sénégal , avec l’indépendance Berbère totale de 6 nations républicaines et souveraines mais unies et puissantes dans un Bloc Berbère Economique et Stratégique sous les auspices de l’ONU et qui œuvrera à la Paix Universelle et à la Justice l’Egalité des Nations : l’Algérie , le Maroc , la Tunisie , la Lybie , la Mauritanie et le Sahara Occidental contre les empires d’Orient et d’Occident qui ont voulu toujours , tour à tour , les Coloniser et le Recoloniser .. Ni Rome , Ni Carthage !! œuvrons au projet d’Indépendance Berbère de l’Etoile nord-Africaine , et jetons les germes parmi les générations futures … Les premières pousses de toute façon naitront en Algérie , la base Numide de ce Futur Humanisme Berbère et de ce grand Empire Amazighen Libre et Prometteur




    7



    8
      Argentroi
      12 octobre 2017 - 13 h 43 min

      Anonyme. Mais c’est un projet titanesque ! Tu nous rends la tâche vraiment difficile, nous qui rêvions d’une petite démocratie qui sache intégrer notre personnalité, avec une école moderne performante qui formera des citoyens honnêtes conscients des enjeux du siècle et de la région. Tu n’es pas entrain de faire de la diversion, j’espère ! Au fait, Nekkaz est-il à la hauteur de ton projet herculéen ?




      7



      1
    Les Égarés.
    12 octobre 2017 - 8 h 12 min

    @Akarim….tu m’as l’air d’être un Petit Soldats de cet Islamisme Ringard mais Wahabites , ….dis toi bien que ce n’est pas dictature , démocratie , libéralisme , Boulangisme , …qui rendent un Musulman radical , Wahabites intégriste… mais tout simplement un choix personnel par ignorance , simple d’esprit , inculte , par influence… avoir une croyance Anthropomorphiste Wahabite, se différencier des autres , crâne rasé Kamis et Nikab , cela se traduit par la volonté de faire partie d’un groupe , une secte , c’est une volonté personnelle d’être Wahabites Frère dit Musulman , avec toute la croyance qui va avec. .Un Wahabite est limité dans l’analyse , la logique , intellectuellement faible , …croire que Allah est une Personne , en Islam , reviens à croire que les arbres parlent , marchent…Le Wahabisme est une secte Anthropomorphiste , cette croyance est un choix personnel…qui par nature mène au Takfirisme , le but même de cette croyance semblable au Sionisme dans son cheminement . .Le Wahabisme Pseudo Salafiste Frère dit Musulman sont hégémonique , sectaires , refusent toute forme de gouvernance hormis une « Doula Islamya » Wahabite ….. Algérie deviendrait une Secte Wahabite Anthropomorphiste , le Pays du Nikab Noir integral et Kamis réglementaire Crâne rasé …et police religieuse Wahabite




    6



    1
    akarim
    12 octobre 2017 - 5 h 31 min

    arrêté de nous faire croire que le malheure viendra que de l’extérieur.
    l’islamisme radical fanatique intégriste destructif se nourrir de la dictature .




    4



    5
    ON LACHERA RIEN !!!
    12 octobre 2017 - 5 h 06 min

    On comprends mieux pourquoi nos richesses comme notre GAZ a été donnés pour une miette de pain à la France jusqu’à 2043 !!!
    Tout comme le gaz de schiste que la France veut que l’on l’extirpe de notre sous sol jusqu’à polluer les eaux.
    Mais leurs VALETS qui se trouvent dans les hautes sphère en ALGERIE ayant des biens mal acquis en France avec leurs familles et croyant être protégés à vie par la France, devra un jour ou l’autre rendre des comptes !




    7



    44
      Zidane
      12 octobre 2017 - 13 h 32 min

      Pff encore un manipule de nekaz qui lui
      meme manipule par le makhzen chapeaute par la dst _soyons polis AP c est un site algerien degage!!




      20



      0
    Anonyme01
    12 octobre 2017 - 0 h 40 min

    Certes les islamistes étaient manipulés par les puissances étrangères, mais surtout aidées sur plan idéologique par certains pays dits arabes tels le Qatar( qui soutient les frères musulmans) et l’Arabe Saoudite qui finance le wahhabisme. Le wahhabisme est une doctrine inventée par le sioniste Mohamed bin Abdul Wahhab qui est d’origine de la Turquie(et non Saoudienne).C’est une une idéologie religieuse inspirée de Talmud( livre saint des sionistes), qui prône la violence et les assassinats au nom de la religion).Certes l’Algérie a payé un lourd tribu en perte humaine(200000 morts) et en infrastructure (beaucoup d’usines brûlées, beaucoup d’engins appartenant à l’état détruits…).Seulement faut-il se poser la question de savoir ce que faisaient ceux qui sont payés chez nous pour veiller sur notre sécurité en usant de l’espionnage et du contre espionnage pour repérer les ennemis de l’Algérie avant qu’ils ne passent aux actes barbares qu’ils ont commis?…Puisque selon le journaliste- écrivain Jean-Loup Izambert les Etats-Unis, la France et l’Angleterre avaient participé directement(ou indirectement) à endeuiller l’Algérie pendant la décennie noire, pourquoi l’Algérie n’avait pas pensé durant cette période à chasser les entreprises de ces mêmes pays qui pillaient nos richesses pétrolières depuis longtemps? Je dois préciser que durant la décennie noire, aucune installation pétrolière n’avait été touchée.Pourquoi?.. on doit deviner facilement la cause. Et aussi, on doit alors imaginer facilement qui serait derrière nos malheurs.Et interrompre les relations diplomatiques avec ces mêmes pays?Y a t-il manque de courage pour prendre des décisions fermes ?…Il y a aussi des fautes d’ordre politique qui ont été aussi commises chez nous par nos dirigeants et par nos différents services, avant que les puissances impérialistes ne pensent à intervenir indirectement.Un parti unique corrompu qui avait régné durant trois décennie, qui avait réussi à régner les injustices, l’exclusion, la violence et ensuite à islamiser l’école, d’ou une société islamisée qui cherchait alors refuge dans l’islam, en réponse à toutes les frustrations qu’elle avait subies.Il y a alors d’une part un milieu hostile au pouvoir et d’autre part une mentalité islamisée, déjà préparée pour être maniée facilement, en particulier par les puissances étrangères. En tout cas les terroristes qui avaient endeuillé des milliers de familles Algérienne, étaient certes en majorité de chez nous, mais armés de l’étranger tels : Hassan Hettab, Djamel zitouni, Antar Zoubria et d’autres…ces sanguinaires qui méritaient d’ être brûlés vifs, car ils n’avaient rien d’humains




    21



    1
    bihmen
    11 octobre 2017 - 22 h 42 min

    Pour rappel, hormis la Kabylie sinon c’est toute l’Algérie qui a voté pour ces zombies en 1990/91. Actuellement même s’ils n’ont pas officiellement le pouvoir mais ils sont cololacataires du régime Algérien. Ce pays même s’il n’est pas officiellement un état islamique par contre, il l’est sociétalement à 100%.




    12



    3
    Ouelechaab
    11 octobre 2017 - 22 h 24 min

    Tout d’abord, je dois (et nous devons toutes et tous lecteurs d’À.P.), féliciter sa direction et ses journalistes pour avoir décider, mis en forme et publier cet interview (et qui est encore à suivre).
    Je propose qu’À.P. réfléchisse dorénavant à prolonger son travail médiatique par la mise en place et l’ouverture d’une bibliothèque virtuelle ou chaque citoyen et lecteur d’À.P. puisse acheter une e.copie des ouvrages cités et pouvant contribuer d’une part à une bonne information des citoyens et d’autre à démystifier l’islamisme politique, ses parrains réels et ses adeptes ainsi que leurs prolongements dans les différentes sphères culturelles, d’enseignement, économique, etc.
    Si j’avais les moyens, je prendrais moi-même à ma charge le financement de l’introduction de l’important ouvrage de ce chercheur donneur d’alerte.

    Ouelechaab. Pr Nadji Khaoua




    27



    1
    Algérie Authentique
    11 octobre 2017 - 21 h 42 min

    je pense qu’il est urgent de rapatrier ce haddam à la « maison » pour discuter de certains « détails techniques »…. il faudrait entre autres revoir ces contrats dans l’agroalimentaire!




    6



    1
    Expression
    11 octobre 2017 - 20 h 29 min

    Je dirais tout simplement que c’est des terroristes et non des islamistes le mot islam et trop sacré pour le salir,ce que dis ce Messieur et véridique tellement qu’ils aime l’argent ils vendrez père et mère pour donner leurs Âmes au diable.




    44



    4
      Argentroi
      11 octobre 2017 - 22 h 38 min

      Expression.Ceux qui croient à l’Islam s’appellent des musulmans et non des islamistes. L’islamisme est un courant politique et non une religion. Un musulman peut-être islamiste ou non ou même anti-islamiste. L’islamisme a t-il pour corollaire le terrorisme et la violence? Oui pour le moment. A l’avenir, c’est selon son adaptation aux évolutions qui s’imposent à sa survie. Bien sûr, les islamistes affirment qu’islamisme et islam ne font qu’un. Mais cela ce n’est que pour ratisser large, par contre sur le terrain la réalité les contredit. Même l’islam n’est pas un, l’Islam originel s’est perdu entre les centaines de courants et interprétations anciens et nouveaux. Ce qui explique l’islamisme et sa relation avec la violence puisque le seul islam qui peut subsister c’est celui qui est imposé. Avant c’était les souverains qui imposaient leur choix, mais à l’époque moderne ce n’est plus possible à quelques exceptions près. Et donc c’est une organisation qui imposera un islam à sa convenance avec la coercition nécessaire et donc un bras armé.




      2



      1
    Algérie Authentique
    11 octobre 2017 - 19 h 55 min

    l’Algérie des barbus et des enfoulardées ne passera pas! le califat extraterritorial saoudien noyant l’Algérie dans un magma de tchadors et de gandouras n’aura pas lieu! la république et l’Algérie c’est une histoire pour la vie! uniti per sempre!




    19



    1
    Mas Umeri
    11 octobre 2017 - 19 h 47 min

    Les islamistes algériens ont cohabité avec le pouvoir colonial depuis toujours.Pour rappel, il a fallut que l’église en Algérie, fête, en 1930,100 ans de présence chrétienne en Algérie, pour que certains hommes de culte musulman, créent 3 années plus tard, en 1933, l’Union des Ulémas, présidé par Ben Badis. Ensuite, en 1954 et durant les 7 années de lutte, combien d’islamistes ont rejoint le maquis, ils ne sont pas nombreux,pour faire adhérer certains au mouvement national, il a fallut faire appel, a Toufiq El Madani, un homme de culte, le reste est composé de nationalistes, même s’ils ont musulmans, mais non islamistes.Alors a présents, ces individus, sont manipulés par les occidentaux pour déstabiliser l’Afrique et le Moyen Orient, dans un seul but s’accaparer de leurs richesses naturelles.




    17



    2
      Algérie Authentique
      11 octobre 2017 - 20 h 03 min

      dans la région de Djidjeli , les barbus terroristes ont échafaudé une stratégie diabolique : interroger les anciens moudjahids pour leur extorquer l’air de rien le comment de leur survie dans les maquis durant la guerre de libération nationale, ils ont pris toutes les informations nécessaires à la guérilla des maquis grâce à des moudjahids crédules et naïfs qui croyaient que ce n’était là que des jeunes désireux d’en apprendre davantage sur la guerre de libération ! les premiers que ces salauds ont zigouillé furent bien les anciens moudjahids ! heureusement qu’il en restait à l’époque pour leur faire la guerre et les briser !




      19



      1
      Argentroi
      12 octobre 2017 - 12 h 02 min

      Mas Umeri. Tu vas vite en besogne; les ulémas algériens d’antan dans le sillage de la France; C’est un peu gros! D’abord, ils ne faut pas confondre Ben Badis avec les squatteurs actuels de l’association des ulémas algériens, ces derniers ne ne sont peut-être qu’une excroissance des frères musulmans moyens-orientaux; j’aimerais savoir quel rite ils adoptent au cours de la prière, est-ce le même que le défunt Ben Badis ou un autre. Là, on sera édifié si c’est des ulémas algériens qui veulent perpétuer la mémoire de leur prédécesseurs ou c’est un cheval de Troie moyen-oriental.




      1



      0
    Lamari mehd
    11 octobre 2017 - 18 h 54 min

    Cela fait des années que je dis la meme chose..le Premier ennemie de l’Algerie c’est L’islamisme et les islamistes..c’est une gangrene..un cancer..ils sont derriere tout les malheurs de ce pays..son arrieration,son isolation,sa violence,la deperdition,c’est l’un des elements de blocage du devellopement de l’Algerie et de son epanouissement..c’est des abrutis enrolés dans la secte wahabo-islamiste,sans qu’ils ne se rendent compte..ils n’ont aucune personnalité..et suivent comme un troupeau de mouton et de chevres,de vieux cheikh pervers et charlatan arabe qui les utilisent pour casser les peuples et les nations..cela au service des puissances occidentales et du capitalisme mondial…ils sont a eradiqués tout simplement….et il faut commencer par le socle d’ou partent leurs malfaisances..les medias arabo-islamiste financés par les arabes du moyen-orient et surtout l’Ecole Algerienne qu’ils tiennent en Otage depuis 1962!




    21



    1
    Anonyme
    11 octobre 2017 - 17 h 36 min

    ça doit être un tres bon article
    pour ma part le titre me suffit
    et je ne contredirai pas l ‘ auteur
    parceque ,c’ est de la pire verite

    La secte d’ allah alwahmi « somalisastion  » a mis l’ algerie à plat ventre




    16



    102
      Chaoui
      11 octobre 2017 - 20 h 03 min

      Je corrobore : cet article résume fidèlement la trame du complot hourdi par les occidentaux que sont les USraéliens, la France et l’Angleterre, aidés de leurs prostituées du Golfe et du Maroc.




      13



      1
      Francois la perche
      11 octobre 2017 - 21 h 26 min

      Absolument vrai. Cependant la charia imposee aux enfants n’ est pas l’ oeuvre d’ islamistes, mais du regime baath fln tout comme le tuteur impose’ aux femmes, qui sont de fait sous Etat islamique. Un apartheid!!




      5



      1
    Felfel Har
    11 octobre 2017 - 17 h 22 min

    Que dire de plus aprés ces révélations ? Elles confirment toutes nos craintes, l’ennemi est bien dans nos murs. Il a pignon sur rue sous les traits de leaders des partis dits islamiques. Il tient ses congrès ordinaires 5 fois par jour et un congrés extraordinaire tous les vendredis dans de nombreuses mosquées. Il tente de tisser sa toile en recrutant des adolescents encore en culottes en leur promettant le paradis, comme s’ils en étaient les vrais gardiens. Il noyaute l’administration de l’État et certains de ses cadres en leur promettant l’absolution pour leurs crimes contre la patrie (vols, détournements de fonds, abus de biens sociaux, commissions occultes, etc.). Maintenant que la messe est dite, personne, je dis bien personne, ne pourra se prévaloir de la méconnaissance de l’existence de traitres parmi nous. Dénonçons-les et exposons leurs magouilles! Sinon, notre silence et notre inaction causeront notre perte. Rabbi yestar!




    18



    3
    Abou Stroff
    11 octobre 2017 - 16 h 34 min

    je soutiens depuis des lustres que, ajouté à son archaïsme atavique, la vermine islamiste est le vecteur par lequel, l’impérialisme en général et le sionisme en particulier peuvent pénétrer, dominer et même annihiler toutes les sociétés qui ne répondent pas adéquatement à leurs intérêts bien compris. en effet, la position de la vermine islamiste répond, d’une part, aux intérêts impérialistes puisque les islamistes ne comprennent de l’économie que le marché. or, le marché est le fer de lance du capital financier mondial dans son entreprise actuel d’asservissement de tous les peuples de la planète. d’autre part, la vermine islamiste sert les intérêts de l’entité sioniste (dont l’objectif déclaré -voir le plan Yinon- est le dépeçage de tous les pays de son voisinage en entités basées sur la religion et/ou l' »ethnie ») en suggérant que cette dernière est le produit de commandements divins et non un vestige colonial qui doit disparaitre en tant que tel.
    moralité de l’histoire: les peuples qui veulent combattre l’impérialisme et le sionisme doivent,commencer par neutraliser la vermine qui constitue un « cheval deTroie » de premiers cités. en effet, dans que la vermine islamiste distillera son « venin », l’impérialisme et le sionisme ne seront jamais vaincus




    24



    1
    Lghoul
    11 octobre 2017 - 16 h 18 min

    Depuis hassan el bana jusqu’a l’infini, ces gens ne sont que des instruments des occidentaux.
    C’est a travers EUX que le colonialisme politique et économique estt revenu.
    Faites vos recherches sur ceux qui ont financé les premiers mercenaires islamsites en egypte et vous trouverez le dénominateur commun de tous ces charlatans.
    Quand quelqu’un ne connait pas d’ou il vient et ce qu’il veut, ils fera semblant d' »internationaliser » sa personalité et son esprit a travers la religion pour justifier et halaliser son mercenariat et sa cruauté.
    Depuis quand avons nous entendu des millions de fatwas sortir comme des petits pains ?
    L’internationale islamiste est une fraternité de mercenaires qui n’a ni pays, ni religion, ni humanisme et ni principes. C’est le repère de toute personne qui a quelque chose a cacher et a se reprocher. La plupart ont commis des crimes tellement horribles qu’ils se dissolvent dans des groupes de criminels. Ces etres ne pourront jmais vivre seuls car ils pourront peut etre se remettre en cause. Ils vivent alors comme des hordes sauvages pour éviter d’avoir de remords. Puisqu’ils vivent en groupe, ils ne peuvent ni se marier, ni fonder un foyer ni vivre en paix. Alors c’est les bains de sang quotidiens et la sauvagerie pour noyer leur chagrins. Sans oublier ce qu’ils ont fait en Algerie, le premier laboratoire humain a l’echelle astronomique ou toute leur cruauté est mise a nue et en « Live » est la Syrie.Le monde entier a vu de quoi ils sont capables.




    18



    1
    Les Égarés.
    11 octobre 2017 - 16 h 01 min

    Les Frères Musulmans n’ont que le nom d’honorable , et n’honorent en rien la Religion qu’ils sont sensé représenter , ils se font instrumentaliser par l’Occident comme des Lapins , leurs dirigeants sont corrompus et les « Frèrrots » de base sont si incultes , ignorants qu’ils croient se battre , faire le Djihad pour « une Doula Islamya » comme carrotte !!…Des lapins au service de l’impérialisme Occidental , déjà pour être Frères dit Musulmans mais Wahabites , avoir une croyance Anthropomorphiste , faut être limité intellectuellement , Aveugle et simpliste …..On à tous compris la Stratégie impérialiste USA Otan , utiliser des Pigeons Islamistes incultes en leur faisant miroiter la Lune , une Doula Islamya sur la Lune !!!… Merci Mr Izembert pour le Formidable travail que vous avez fait , je dirais en conclusion , que pour faire exister le Terrorisme Frères dit Musulmans mais Wahabites , y’a besoin de Dirigeants Occidentaux Escrocs Sionistes Prédateur et et des Veau Islamistes du dimanche.




    12



    2
    Moskosdz
    11 octobre 2017 - 15 h 49 min

    Entièrement d’accord avec ce Monsieur,on aura beau être opposant politique,opprimé,emprisonné,lésé de ses droits,mais arriver jusqu’au point d’égorger son propre coreligionnaire sur fond de versets coraniques,détruire les infrastructures de son propre pays,poser des bombes dans les écoles etc…cela explique parfaitement pour qui roulent au juste ces nazis voilés d’islam soit-disant.




    14



    1
    tikouk
    11 octobre 2017 - 15 h 31 min

    Le determinisme ne marche pas pour l’histoire. La France-arabie nait avec Seykes-Picot et l’Algerie arabe y est fonctionnelle. C’est pour ce qu’on nous a inventé des heors de la 25 heure dès 1830. Les Usa comme puissance alternative à la bipolarisation anglo-francaises a pris le relais c’est une chevauchement de l’histoire.

    L’histoire avance dans ses contradictions, l’islamisme a été soutenu par les anglais dans leur vision du commonwealth et la France avec le bureau arabe, les Usa en soutenant les saoudes en échange des accords sur le petrole.
    Le bureau arabe et ses caids avaient la mosquée comme trait d’union. Jusqu’à l’armée des frontières et l’arabisation imposée par De Gaulle en Algerie.
    Si la logique des puissances est guidée par la contingence les pays et peuples dits arabes n’avaient jamais eu d’initiatives propres, sauf singer les organisations régionales qu’ils ont symboliquement fait subordonner à leur dynamiques feodales, comme la ligue arabe la conference islamique, ce qui denote qu’ils sont hors parcours de la modernité qui fait reposer les institutions sur des options politiques quinaissent à partir des contradictions internes aux memes sociétés. L’arabisation des « nations » en est l’expression de cette paresse passeiste.




    9



    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.