Des pieds-noirs créent un Etat et veulent «un bout de territoire» en Algérie

pieds-noirs
Jacques Villard. D. R.

Par Karim B. – Dans le sillage des mouvements indépendantistes qui ont défrayé la chronique ces dernières semaines, des pieds-noirs ont décidé de créer un «gouvernement provisoire en exil».

Le quotidien régional français Midi Libre, qui rapporte l’information, explique que cette initiative insolite «lancée il y a quelques mois (…) entre dans sa phase concrète». Il s’agit, écrit le quotidien paraissant dans le Sud-Ouest de la France, d’une sorte d’Etat «baptisé Fédération des deux rives» et dont la création a été «actée lors d’une réunion organisée près de Montpellier».

Cette instance est présidée par Pierre Granès et comprend un «parlement» composée de trente-cinq «députés désignés». Le parlement est présidé par Christian Schembré, président montpelliérain de l’Association pour la promotion du peuple pied-noir, souligne le journal, qui ajoute que le «gouvernement» est composé de treize ministres et est dirigé par Jacques Villard, cofondateur du «Cercle algérianiste» en 1973.

«La création de notre Etat s’appuie sur la Convention de Montevideo du 26 décembre 1933 qui officialise le droit des peuples à se constituer en Etat. Or, le peuple pied-noir est une réalité de 5 millions d’âmes, dont 1,3 million résidant en France», explique Jacques Villard au Midi Libre.

L’«Etat» créé par les pieds-noirs comporte également des ambassadeurs et est doté d’un drapeau et d’un hymne, note-t-on. Les initiateurs de ce projet extravagant cherchent à acquérir un territoire  «entre Gênes et Alicante». Ils ont adressé un courrier au président Abdelaziz Bouteflika auprès duquel ils ont sollicité une audience pour lui «présenter l’initiative», a affirmé Jacques Villard, qui semble vouloir obtenir «un bout de territoire» en Algérie.

«La création d’un Etat pied-noir n’est pas faite pour regarder vers le passé, malgré les années de souffrance et l’exode. Nous regardons devant. Notamment vers deux pays : la France, notre mère patrie, et l’Algérie, notre berceau», a confié le «chef du gouvernement pied-noir».

K. B.

Comment (127)

    Assia Amok
    11 novembre 2017 - 19 h 16 min

    Non, on n’est pas d’accord et on refuse que vous veniez nous prendre un bout de terrain de notre Algérie. Vous n’êtes pas Algériens vous êtes des enfants des colons Français qui eux même n’étaient pas les bienvenus chez ns. Le peuple se lèvera contre vs de toute manière! Allez Ouste les charognards !!




    1



    0
    Manuel GOMEZ
    11 novembre 2017 - 11 h 12 min

    Pour information, Pierre Granès n’est plus chef d’état de ce gouvernement de fantaisie et nous ne voulons certes pas un morceau de terre algérienne.




    1



    0
    Docteur Farouk HAMZA - TIZI-OUZOU
    10 novembre 2017 - 15 h 27 min

    L’Algérie, cette inaccessible étoile.Il y a des délires incurables chez les nostalgiques. Moi, je suis en train de commémorer le Premier Novembre 1954 avec mes amis. Il y a tellement d’anecdotes heureuses et d’autres malheureuses comme par exemple celle où j’ai assisté à la torture de mon père par les soldats français dans notre magasin et celle de l’assassinat d’un algérien par un colon en pleine rue de Sétif au lotissement Burdin……A force de regarder le ciel, Pierre Granès s’est rendu compte qu’il y a aussi sur terre une étoile inaccessible. Il délire avec ses petits camarade de l’OAS, avec tous ceux qui ont combattu l’Algérie Algérienne, avec tous ceux qui ont exploité durant 132 ans nos fellah, nos terres, nos richesses, avec tous qui ont assassiné nos frères et nos intellectuels, MOULOUD FERAOUN,  » le fils du pauvre et Jean Sénac, le poète, avec tous ceux qui ont brûler notre bibliothèque nationale et empooisonné nos lycéens (BEN-AKNOUN), avec tous ceux qui ont détruit nos ports et plastiquer nos bâtisses, avec qui ont semé l’horreur et la haine, avec tous ceux qui n’ont pas eu pitié ni des enfants, ni des femmes, ni des vieillards algériens. L’Algérie est une terre hospitalière et est ouverte à tous ceux qui l’aiment et qui n’ont pas semé le crime, qui n’ont pas versé le sang de ses enfants. elle ne cultive ni le racisme, ni la discrimination. Nombreux sont ceux qui sont d’origine étrangère vivant dans la paix et le bonheur et partage le même sort que tous les concitoyens parce que nombreux ont été les Audin, les maillot, les Chaulet, les Frantz fanon….. qui ont milité pour l’indépendance de l’Algérie, leur patrie, leur pays et certains l’ont payé de leur vie. Quant aux autres qui se rappellent de terre natale, il est trop tard, le train de l’Histoire est parti le Premier Novembre 1954 et il est arrivé en juillet 1962. L’Algérie est aujourd’hui indépendante et souveraine est n’est pas vendre parce que chaque génération algérienne a payé sa contribution en sang, en souffrance, en pleurs et en millions de martyres : il n’y pas une mère algérienne qui n’a pas perdu un ou plusieurs des siens et cela n’a pas de prix. Allez au diable et sachez qu’il y a sur cette terre des principes non négociables. Vous avez souillé ce sol sacré et vos pas sont à jamais maudits.




    6



    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.