Qui saccage les bureaux des partis politiques en Kabylie ?

FFS RND
Qui en veut au parti de feu Hocine Aït Ahmed ? New Press

Par Hani Abdi – Le bureau du RND à Mekla à une vingtaine de kilomètres à l’est de la ville de Tizi Ouzou a été incendié dans la nuit de dimanche à Lundi. Rien n’a pu être sauvé. Cet acte de violence vivement dénoncé par le parti d’Ahmed Ouyahia, et plus particulièrement par le bureau régional du RND, n’est pas le premier du genre. Depuis le début de la campagne électorale la semaine dernière, plusieurs actes de violence contre les candidats de certains partis ont été signalés dans cette wilaya.

A Tigzirt, un candidat sur la liste APW d’une autre formation politique, accompagné de personnes en état d’ébriété apparent, ont agressé physiquement un militant du FFS et violé son domicile en pleine nuit. A Tadmaït, en pleine nuit, des individus non identifiés ont saccagé la devanture de la permanence de campagne. A Aït Abdelmoumen, dans la commune de Tizi N’tleta, des individus non identifiés ont tenté durant la nuit de saccager le siège local de la campagne du parti. Des actes qui suscitent de l’inquiétude chez les candidats et qui provoquent la colère du FFS.

Le FFS, qui est le plus vieux parti de l’opposition, a eu à dénoncer le saccage de plusieurs de ses bureaux dans cette wilaya. Dans une déclaration signée par le premier secrétaire fédéral par intérim, Lyes Laguel, le FFS s’interroge sur «les motivations des auteurs et commanditaires de ces agressions au moment où le parti enregistre, durant cette première semaine de campagne, une forte dynamique et une adhésion citoyenne remarquable». Il réaffirme qu’il ne cédera jamais devant le langage de la violence auquel il opposera toujours la vigilance citoyenne en faveur de l’action politique pacifique.

Y a-t-il un lien entre les agressions dont ont été victimes les candidats et les structures locales du FFS et celles du RND ? Qui est, ou qui sont, derrière ces violences et actes criminels contre deux partis politiques ? Une chose est sûre ; le FFS et le RND ont un point en commun : ils sont tous les deux contre le mouvement séparatiste dirigé de l’étranger par Ferhat Mehenni.

Certains observateurs soupçonnent d’ailleurs des «entités séparatistes» qui chercheraient à mettre le feu aux poudres dans cette région à la veille d’une échéance électorale importante.

H. A.

Comment (19)

    Akli
    7 novembre 2017 - 11 h 45 min

    Il faut que l Algérie fasse comme l Espagne délivre un mandat d arrêt contre cette bande de renégats du mak qui attise à la haine et à l émeute ici en kabylie, alors que, eux mêmes ce chanteur f.mehenni et sa bande vivent Royalement et tranquillement en région parisienne…..




    6



    9
    juba2
    7 novembre 2017 - 11 h 43 min

    tout d’abord il est de mon devoir de condamner cela, car toute cette violence ne reglera rien. bruler un bureau d’un parti quel qu’il soit ne profite a personne, au contraire. (…)




    4



    4
    صالح/الجزائر
    7 novembre 2017 - 7 h 46 min

    la Kabylie est connue par ses tajmaat . c’est à ces sages imgharen de regler le problème et de remettre les pyromanes à leur places .




    7



    5
    Bled Mikki
    6 novembre 2017 - 23 h 23 min

    Ca doit être des actes perpétrés par le colonialisme, l’impérialisme et le sionisme (sic)




    6



    12
      Omar
      7 novembre 2017 - 11 h 50 min

      Il y a aussi la main droite invisible de l’étranger




      5



      2
    Algerianokabyle
    6 novembre 2017 - 22 h 49 min

    A qui profite le crime ? Les extrémistes du mak ont beaucoup à gagner en semant la zizanie, créant des incendies par ci , des émeutes par là, et bien d autres problèmes que dieu seul sait et tout cela pour rendre la vie invivable et essayer de semer le k.o en kabylie.. Afin que le mak soit la seule alternative…




    15



    13
      TIKOUK
      8 novembre 2017 - 8 h 57 min

      Il n y a pas plus diabolique que le regime qui assassina Abane puis titra « mort au champ d’honneur… ». Vous ne tromperez personne, on vous connait.




      6



      1
    Moskosdz
    6 novembre 2017 - 22 h 38 min

    Provoquer et pleurer pour se faire passer en victimes aux yeux des autres,a toujours été le travail des vaux-rien.




    10



    8
    Gawawa
    6 novembre 2017 - 22 h 05 min

    Ca sent l’omelette du MAK tout ça. La Kabylie n’a pas besoin d’extrémistes, de fauteurs de troubles pour s’en sortir victorieuse et se présenter fièrement comme une région algérienne attractive économiquement pour sa jeunesse , politiquement stable, et en ayant gagné la paix sociale. Thanmirt.




    9



    15
    Allah Yarham Mohand OulHadj
    6 novembre 2017 - 21 h 05 min

    « ech chaab youwede3 ezzaïm » clame l’affiche. Chaque fois que le peuple s’est attribué un zaïm ça s’est mal passé: Massali avec son MNA; Benbella avec le 19 juin et Eït Ahmed avec l’Internationale Socialiste de Mitterrand et Shimon Pérès, « ana manvotich; Sant’Egidio




    3



    4
    Le Patriote
    6 novembre 2017 - 20 h 59 min

    « Qui saccage…?. Très bonne question. Mais il faut la poser au sieur Driencourt l’ambassadeur de LA France en Algérie, sensé développer les relations (bla bla bla) entre « les deux pays qu’une longue histoire unit », relations qui passent par la Kabylie semble-t-il, puisqu’il vient d’effectuer, tout ce qu’il y a s’officiel, une visite au siège du FFS.




    7



    8
    Genseric
    6 novembre 2017 - 19 h 44 min

     » Un candidat sur la liste APW d’une autre formation politique, accompagné par des personnes en état d’ébriété apparent ont agressé un candidat du FFS  » . Cette précision atteste que les agresseurs sont connus . Et que cette autre formation que l’article n’a pas voulu citer ( pourquoi ?) est connue . u’attend le FFS pour déposer plainte ? Autre élément : les personnes en état d’ébriété ne pourraient être que les renégats du MAK de Ferhat M’henni .




    12



    23
    TARZAN
    6 novembre 2017 - 19 h 25 min

    il faut lancer un mandat d’arrêt contre les responsables du MAK pour incitation à la guerre civile, au meurtre et et à la destruction. les pièces à conviction existent. et l’algérie doit revoir ses relations diplomatiques voire rupture de toute relation, avec tout pays qui accueil ces monstres. car accueillir ces dangereux criminels c’est déclarer la guerre à l’algérie et à sa stabilité. il faut que l’algérie soit intransigeante sur sa sécurité et montrer claireme,nt que nous ne tolérons jamais un tel affront. si on ne fait rien et on ne dit rien, alors l’algérie restera toujours un pays faible indigne de respect et d’estime




    16



    28
      dcsdcsc
      6 novembre 2017 - 23 h 57 min

      t’inquiètes pas Tartorzan ,il en reste rien à détruire,tes maîtres se sont employés à la tâche depuis 1962,que crois tu qu’il reste à détruire après 55 ans de saccage!!! Nada!!!a…




      8



      7
    Mello
    6 novembre 2017 - 19 h 00 min

    Certainement que ces extremistes viennent de cette nebuleuse qui a agit violemment en Kabylie , a l’effet d’intimider , non pas les partis politiques, mais la population en general. Les mots politique, pacifisme, liberte et le droit a chacun d’exprimer sa voix , sortent du lexique de ce mouvement. Si nous voyons ce qui se passe au stade de Tizi Ouzou , lors des matchs de la JSK, on comprend aisement pourquoi le public en general et les supporters boudent le stade.




    14



    24
    BabElOuedAchouhadas
    6 novembre 2017 - 18 h 33 min

    Certainement que les voyous du Mak sont en train d’utiliser leurs derniers cartouches en s’attaquant a notre plus ancien parti de l’opposition de notre Icone Del H’o.




    17



    33
      Anwa wiggi
      6 novembre 2017 - 19 h 23 min

      Azul fellawen,
      Del H’o? Quest ce que c’est que?




      14



      12
      Anwa wiggi
      6 novembre 2017 - 19 h 25 min

      Del H’o?




      10



      10
    Libre numidie
    6 novembre 2017 - 18 h 30 min

    Ceux qui font recours a’ la violence sont les memes qui poussent la kabylie a’ faire recours a’ la violence pour se discrediter . Or, la kabylie a une strategie PACIFIQUE pour revendiquer ses Droits.
    Personne ne peut salir notre modus operandi qui reste en phase de notre ethique ancestrale. Qui pratique la violence ce sont ceux qui veulent en faire du probleme politique une question d’ ordre public!
    Les elections ont toujours ete boycottees pacifiquement en kabylie, et pas seulement en kabylie d’ ailleurs.




    31



    9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.