Réunion de la quatrième session du Comité économique mixte algéro-français à Alger

Comité
Abdelkader Messahel et Jean-Yves Le Drian. New Press

La quatrième session du Comité économique mixte algéro-français (Comefa) se tiendra le 12 novembre 2017 à Alger, sous la coprésidence de Abdelkader Messahel, ministre des Affaires étrangères, et Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, avec la participation de Youcef Yousfi et Bruno Le Maire, respectivement ministre algérien de l’Industrie et des Mines et ministre français de l’Economie et des Finances.

«Cette session offrira l’opportunité aux deux ministres de faire une évaluation exhaustive de l’état de la coopération économique et d’examiner les perspectives de renforcement des partenariats en cours et de lancement d’autres par les opérateurs économiques des deux pays», indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères parvenu à la rédaction.

Dans le cadre des consultations bilatérales régulières entre l’Algérie et la France, Messahel et Le Drian coprésideront la quatrième session du Dialogue bilatéral sur les questions politiques et sécuritaires. Les deux ministres passeront en revue les différentes questions inhérentes aussi bien au volet bilatéral que celles ayant trait à la situation régionale et internationale. A cet effet, ils examineront en particulier la situation en Libye, au Mali et dans le Sahel.

Les deux ministres procéderont, également, à un échange de vues sur les expériences dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et ses connexions, l’extrémisme violent et la déradicalisation.

Au cours de son séjour dans notre pays, la délégation française rencontrera de hauts responsables algériens ainsi que des membres du gouvernement.

C. P. 

Comment (7)

    Felfel Har
    8 novembre 2017 - 14 h 55 min

    Aux négociateurs algériens, soyez fermes et refusez tout deal qui n’est pas profitable au pays! Il est temps de faire comprendre à la France que l’ère des cadeaux aux entreprises françaises est révolue tant qu’au plan politique et diplomatique, elle fait cause commune avec nos voisins pour nous nuire et saper nos efforts de promotion de la stabilité et de la paix à nos frontières. La logique mathématique est imparable, l’ami de mon ennemi est mon ennemi. La France décadente ne peut pas nous imposer son agenda, ni ses conditions. A toutes ses conspirations, nous répondrons par une ferme volonté de ne plus soutenir son économie (en lui octroyant des contrats juteux), accentuant ainsi sa vulnérabilité. Ce qui devrait lui donner à réflêchir pour choisir entre une maîtresse défraîchie et sa survie (la France est en sursis).




    3



    0
    L'inspecteur
    8 novembre 2017 - 3 h 15 min

    Msahel :  » Vous nous accorderez un cinquième mandat n’est ce pas ? »
    Le Drian :  » Bien sûr mais vous connaissez nos conditions.. »




    7



    11
    Mohamedz
    7 novembre 2017 - 20 h 19 min

    En espérant que Messahel va faire comprendre à Le Drian que la RASD assistera au prochain Sommet UA-UE et que la France doit cesser son ingérence en Afrique aux risques de laisser des plumes de différences natures et notamment militaires et économiques en Afrique.




    19



    4
    BabEIOuedAchouhadas
    7 novembre 2017 - 20 h 06 min

    Je ne comprend pas à quoi peut servir cette Commission mixte avec un pays connu pour être l’ennemi invétéré de l’Algérie et de son peuple.
    Enfin il ne me reste qu’à espérer en 2019 une 2eme République Algérienne gérée par ses authentiques enfants propres et patriotes.




    8



    0
    TARZAN
    7 novembre 2017 - 19 h 05 min

    la france nous envoie de vrais faux …




    9



    1
    Sprinkler
    7 novembre 2017 - 17 h 08 min

    L’ambiguïté française nous enseigne qu’il faut toujours avoir plusieurs fers au feu…ce brasier qu’elle entretient et nourrit en Afrique du Nord avec la complicité déclarée et assumée de son Âne de Troie du narco-Maroc.




    28



    3
    Pokemon
    7 novembre 2017 - 14 h 52 min

    Et pourquoi un ministre français des finances et de l’économie? pour nous soutirer de l’argent? pourquoi l’Algérie n’arrête pas ses histoires bilatérales avec ses ennemis, ils sont là à nous guetter à nous épier du mali, du niger, à semer le chaos sur toutes nos frontières, vont-ils nous lâcher un jour ? (…) qu’ils nous lâchent!!!




    43



    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.